Partagez | 
 

 « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Ven 9 Aoû - 7:17




13 octobre 802
Downfall
« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »


  •  Nom des participants : Ayden Revrec & Ariadne Beauvent
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 13 octobre 802
  • Moment de la journée & météo : Début de soirée, le soleil se couche, il fait frais.
  • Saison 2, chapitre 1



Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Ven 9 Aoû - 7:38

Tu sers le dernier mot qu'Ayden t'a fait parvenir plus tôt dans la journée, et c'est le cœur battant la chamade que tu prends le chemin des écuries. Savoir qu'il est bien là, en vie et en relative bonne santé te réjouit. Après les événements à Lorgol, tu n'as cessé de t'inquiéter pour lui. Vous étiez côte à côte au mariage, Melsant non loin de vous et puis subitement, tout as basculé et tu as dû fuir en compagnie de Castiel. Revoir ton... ton ami? a donc quelque peu apaisé ton esprit inquiet.

Tant de choses ont changé ce jour là. Tu ne sais pas si tu dois te réjouir ou non. Comment le pourrais-tu alors que le chaos règne toujours dans l'ancienne capitale et que les pleurs et les lamentations des êtres chers perdus ne s'arrêtent pas ? Toi-même, tu aurais pu mourir. Tu as pu sauver, sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, une partie du palais et des gens qui s'y trouvait. Un dragon s'est incarné en toi, Compassion et pour te récompenser, t'as rendu la parole. Tout ceci te semble trop étrange et souvent, tu doutes encore de la rélalité de tout cela. Mais ta voix, belle et bien de retour, est une preuve incontestable que tout cela est arrivé et que tu n'as pas rêvé.

Tu as gardé cela pour toi, et tu joues encore les muettes devant tout le monde. Entendre ta propre voix quand tu parles te perturbe encore trop, après tant d'années à garder le silence. Tu n'es plus habituée à la parole et tu en as même peur. D'autant que tes mots, le Dragon que te l'as dit, seront toujours le reflet éclatant de la vérité ; et le dicton populaire a si bien raison, toute vérité n'est pas bonne à dire. Alors tu est toujours la Muette, ici aussi.

Mais ce secret là, tu as envie de le partager avec Ayden. En lui, tu as confiance, et tu sais qu'il saura t'aider à apprivoiser à nouveau les mots. Car ta diction est encore hachée, bien que tu t'exerces aussi souvent que tu le peux dès que tu es sûre d'être totalement seule, parler n'est pas une chose aisée. Mais si encore, le retour de ta voix était la seule chose étrange qui arrivait. Non... tu as peur de toucher quiconque, même pas inadvertance à présent. En toi, pulse une malédiction qui se propage aux autres au moindre contact, le sang s'emballe, le cœur s'agite ou au contraire, il s'endort petit à petit. Et tu sais que la finalité d'un contact prolongé est dans tous les cas la mort de l'autre, tu le sens au plus profond de toi. Et puis il y a cet oiseau, ce rouge-gorge qui te suis partout, qui te parle parfois, mais que tu sembles être la seule à percevoir.

Tu as un besoin vital de parler et c'est à Ayden que tu veux te confier. Il a avec le temps, gagné ta confiance et tu sais qu'il saura t'écouter, qu'il aura la patience de t'aider. Tu l'espères, du moins. Tu ne l'as aperçu qu'une seule fois et il ne semblait pas vraiment lui-même et si tu reçois ses missives, tu le vois jamais. D'un coup, le parchemin se trouve devant toi sans que rien ne l'annonce. Vous communiquez ainsi.

Assise à l'exterieur des écuries, sur un rebord de pierre, tu observes avec la même acuité qu'auparavant la vie qui se déroule autour de toi, ne perdant pas une miette du spectacle des palefreniers qui s'occupent des montures impressionnantes avant de les entrer dans les écuries. Quelques rires te parviennent, de blagues que tu n'entends pas.

Et tu attends Ayden.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Ven 9 Aoû - 12:48

Va savoir pourquoi j’ai écrit une lettre… Mais bordel, pourquoi ? Déjà, j’ai eu du mal, ensuit, c’était pas une bonne idée. Avec Philosophe dans le ciboulot, ça risque d’être compliqué. J’veux pas qu’il s’amuse avec elle. Ça m’agacerait, j’crois même que ça m’énerverait et j’sais pas pourquoi, donc ça m’énerve encore plus. Philosophe se paie déjà bien assez ma tête pour pas en rajouter et écrire les mots avec son aide a pas vraiment arrangé mon humeur.
J’ai longtemps hésité à y aller à cause de Philosophe, mais il m’a promis qu’il n’interviendrait pas dans ma conversation avec Ariadne, qu’il ne me rendrait pas visible non plus donc mais ça me va. Au moins, elle sera pas mal à l’aise. J’sais pas pourquoi elle se sent si mal mais bon, tant mieux pour elle si elle me voit pas.

J’ai bossé en silence, maréchal-ferrant fantôme ou presque. D’ailleurs, je rigole bien ces temps-ci, certains serviteurs de Castiel disent que les lieux sont hantés. Moi j’rigole, il doit bien se fendre la poire aussi lui, puis qu’il sait qu’un de ses… domestiques – sale mot ça – est invisible assez souvent mais sans savoir pourquoi.

Quand j’arrive, très en retard, Ariadne est là, assise mais j’attends un peu de voir si personne ne vient. Elle a mon mot, je sais pas lequel, dans la main. J’ai l’impression qu’elle s’y accroche comme si sa vie en dépendait. Ça fait bizarre. En tout cas, c’est clair, elle va bien même si tu le savais déjà.
D’abord, je marche sur une branche, ensuite, je jette un caillou… Ouais, j’vais faire ça. Alors j’y vais, ça signale quelque chose, quelqu’un et puis je parlerais.

« J’suis là. C’est Ayden »

*C’est pertinent ça Ayden… – Occupe-toi de tes écailles, t’as promis. – Et je n’ai qu’une parole Ayden, sache-le et n’en doute jamais.*

« Désolé, j’suis en retard. »

Je m’assieds pas trop loin mais pas trop près, comme je fais quand elle me voit, pour pas lui faire peur. Je sais qu’elle aime pas trop quand j’suis près d’elle. J’espère qu’elle a pas dû écouter les autres qui travaillent dans le coin. J’suis pas une flèche mais eux alors… c’est pas mieux. Ma forge me manque, pas le travail pour Augustus non mais mon travail à moi. J’étais bien dans ma forge, avec mon travail, mes clients. Heureusement, Sombreciel offre un nouveau défi, il y a en a des choses à voler ici… Tant de choses.

*Tu penseras à tes vols plus tard, je crois que la demoiselle tente de te parler. – Oh ça va ! La boucle !*
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Dim 11 Aoû - 14:01

Tu attends un long moment le soleil finit par se coucher quand tu entends une branche craquer non loin de toi, puis tu distingues un caillou qui roule. Puis la voix de ton ami se fait entendre, proche. Tu te retournes instinctivement, scrutant l'endroit où il devrait se trouver. Mais tu ne vois rien, si ce n'est du vide. Ayden te l'as écrit, il sera là, sans que tu puisses le voir, mais l'expérience n'en est pas moins troublante. Pourtant, à ta grande surprise, tu distingues son ombre sur le sol, qui s'étale derrière lui alors que le soleil se trouve bas sur l'horizon. Tu ouvres grands tes yeux, observant le phénomène sans rien dire.

Finalement, tu te fais au fait que bien que tu ne puisses pas le voir, ton ami est là. Un million de choses te le rappellent, à commencer par le pouls que tu entends battre régulièrement dans ses veines. Mais aussi les oiseaux qui effectuent un détour comme s'ils sentaient eux aussi quelque chose. Tu restes silencieuse un temps, hésitant sur la marche à suivre. Tu n'es pas encore tout à fait à l'aise avec le fait de pouvoir parler et ta voix sonne comme étrangère à tes oreilles quand tu prends la parole. Pourtant, cette fois, il faudra t'y résoudre, semble-t-il car la situation ne permet pas un autre mode de communication. Ta voix, un peu rauque encore, devra prendre la place des gestes et des regards et des millions d'autres choses que tu as dû inventer pour te faire comprendre ces dernières années.

Tu lances un bref sourire à l'endroit où se trouve Ayden et mord tes lèvres, un peu gênée, avant de finalement te lancer. « Bonsoir Ayden... ». Tu t'arrêtes immédiatement, sentant le rouge monter à tes oreilles. «  Eum. Dés...olée. Je ne suis pas enc...ore bien à l'aise. J'ai un peu oublié... ». Tu te sens gauche. Non, tu es gauche. Terriblement maladroite et ridicule et gênée et troublée et embarrassée et … Bref.

Tu marques un autre silence. «  Je... suis contente … de voir que... tu vas bien. Enfin... » te reprends-tu «  Tu as une b..onne voix. ». «  Je suis contente que tu sois là... aussi », conclus-tu, au comble de l'embarras.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Mer 14 Aoû - 5:11

Je sais qu’elle a vu mon ombre sur le sol, ça se voit à sa tête. Normal qu’elle soit surprise. C’pas un truc qu’on voit tous les jours. D’ailleurs, j’aurais pas trop aimé ça à sa place mais bon, c’est déjà bien qu’elle se sauve pas en courant. La magie et tout ça, j’suis pas trop à mon aise déjà, alors un dragon, c’était pas vraiment adapté non plus. J’m’y étais fait mais ça faisait encore bizarre parfois. Genre là, j’aurais bien aimé être tout seul dans ma tête.
Enfin, elle sait que je suis là et elle s’en va pas, donc c’est déjà pas mal. La surprise, elle l’a encaissée. Elle a vraiment l’air d’aller bien, ça aussi c’est bien. Si elle peut vraiment parler, ça m’arrange parce que là, ça va pas être simple. Calme, j’attends, assis à même le sol.

Je la vois qui se mord la lèvre. Elle va finir par se faire mal et je sais mieux que personne qu’une lèvre explosée, ça fait mal. Bellifère, c’est pas le plus joli coin d’Arven pour grandir en toute tranquillité. Enfin, nulle part je crois mais bon. Mais elle parle et ça, c’est génial. Ouais, sa voix, c’est pas ça encore mais normal après tout, enfin… c’est Philosophe qui le dit et pour ça, j’peux lui faire confiance.

« Salut. Et t’en fais pas, c’est très bien. Continue. »

Je l’encourage un peu, j’crois que c’est ce que je dois faire. C’est ce qu’on dit toujours, qu’il faut encourager les gens. Heureusement que Philosophe était là pour m’aider à écrire, ça aurait pas été très lisible sinon, puis il m’aidait à déchiffrer aussi. J’ai jamais vraiment pris le temps d’apprendre. Ça me servait pas du tout, j’aimais pas ça apprendre. Enfin si, mais pas lire et écrire.

« Je vais bien, juré. Juste… qu’il vaut mieux pas que tu me vois. J’peux pas expliquer, pas maintenant. » Philosophe m’avait fait comprendre qu’il ne fallait pas qu’on sache et j’avais pas particulièrement envie d’être pourchassé partout parce que j’avais un dragon qui se baladait parfois dans mes braies et ma tête. « J’suis content que t’ailles bien. Tu parles bien. »

*Très dégourdi Ayden… Fais un effort mon garçon. Cette jeune fille est charmante. - Tu veux pas te taire ! Elle a peur de moi, dans le fond, tant mieux qu’elle puisse pas me voir. - Je n’en suis pas si sûr mon cher mais l’avenir me dira si j’avais raison et je me trompe rarement sur vous, les humains. - Sa majesté a écailles à fini ? C’est bon ? - Que tu es susceptible Ayden…*

« Ah. Je travaille ici mais je sais pas pour combien de temps. » J’avais des projets. Du moins, je commençais à penser à un truc et il fallait que je le fasse, je savais juste pas comment mais j’trouverais bien. J’avais le plus grand vol possible sous les yeux, depuis un moment. J’savais juste pas encore comment j’allais faire, ça prendrait du temps.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Lun 9 Sep - 16:08

Finalement, tu as bien encaissé l'étrangeté de la situation et tu fixes sans gêne l'endroit où Ayden devait se trouver. Sans gêne, car tu ne peux pas voir son regard sur toi, ni même vraiment le sentir et si tu entends sa voix, celle-ci ne te trouble plus autant qu'auparavant. Au contraire, tu es heureuse de pouvoir l'entendre, rassurée de le savoir tout de même près de toi, d'une certaine façon. Et ce miracle te fascine, ce phénomène improbable qui t'aurait terrifiée plus que tout autre chose quelques temps auparavant. Peu à peu, tu arrêtes de malmener ta lèvre. Si tu n'es pas encore totalement à l'aise, tu te détends néanmoins quelque peu. C'est tout de même étrange de faire la conversation à quelqu'un qu'on sait être à nos côtés, sans pouvoir le voir.

« Tu... es... vraiment là ? », interroges-tu, pas totalement convaincue par l'expérience. Tu le sens près de toi, tu l'as entendu, un million de détails te démontre sa présence, mais quand même... Si tu l'osais, tu approcherais ta main pour tenter de le toucher, pour te persuader complètement que ce n'est pas un rêve étrange.

« Tu as... retrouvé du travail. C'est... bien. Tu travailles aussi pour le Roi ? ». Le roi. Tu ne sais que penser de cette promotion étrange, ni même du reste, au demeurant. Tu est cela dit, bien au courant de la situation, tu entends souvent Castiel en parler avec tel ou tel conseiller, ministres ou personne un tant soit peu importante et apte à avoir un avis sur la question. En Ansemer, tu as appris que c'est Chart Saldenow et sa nouvelle épouse Gaetane qui dirige. Tu évites, cela dit, de penser à la famille dirigeante de ton duché, royaume. Enfin, de là où tu viens, car cela évoque pour toi irrémédiablement ton entrevue avec Anthim d'Erebor et ce que tu as découvert en prenant sur un moment de folie un parchemin tombé d'une panière de vêtement. Tu sais que Denise et Chart sont amants, que la petite Nereïa n'est pas la fille de feu Dolph Saldenow.

« Personne … ne dit rien de voir … les tâches avancer et de ne … voir personne le faire ? » Un rire léger s'échappe de tes lèvres, car tu as déjà entendu les rumeurs disant que les écuries du Roi de Sombreciel sont hantées. Tu en devines maintenant l'origine. Mais tu t’assombris quand il te dit qu'il ne sait pas combien de temps il va travailler ici. « Tu veux... repartir ? »

Tu marques une brève pause. Puis finalement, tu te jettes à l'eau. Parce que tu n'as pas assez confiance dans d'autres pour expliquer ce qu'il t'arrive, mais tu es trop effrayée pour le garder pour toi. « Moi aussi, j'ai... un truc compliqué... Tu... Tu penses que... je peux quand même toucher ta … main ? »

Tu remarques à peine le regard mécontent que te lances le rouge-gorge (un rouge-gorge peut-il lancer un regard mécontent pour de vrai?) et tu décides dans tous les cas de l'ignorer. Pour l'instant, du moins.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   Lun 16 Sep - 8:37

RP ABANDONNE
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Idée de mots pour prévenir les voisins ?
» Mettre des mots sur les maux
» Ce qu'il faut prévoir pour l'allaitement
» Il faut garder quelques sourires pour se moquer des jours sans joie. (Louane)
» Ami(e)s du jour:"BONJOUR"!!! Aujourd'hui, date fatidique, VENDREDI 13...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Euphoria :: Palais de Castiel-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche