Partagez | 
 

 Un détour de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Un détour de la vie   Jeu 22 Aoû - 6:30




27 octobre 802
Un détour de la vie
Une idée persistante et aveuglante


  •  Nom des participants : Shamar Chante-If & Lucille Sombrefiole
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 27 octobre 802
  • Moment de la journée & météo : En pleine journée, vent vraiment frais, lumière basse et dérangeante
  • Saison 2, chapitre 1



Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Un détour de la vie   Jeu 22 Aoû - 6:31

(Ce n'est pas très long mais s'il faut rajouter quelque chose, il suffit de m'écrire un petit MP. Je ferais ce qu'il faut ! Répondra qui voudra.)


Euphoria… Si je comptais m’y rendre à l’origine, ça n’était certainement pas pour ce que j’y ai fait récemment. Je ne voulais que veiller sur ma sœur, la retrouver. Au final, j’ai aidé à dérober la Reine de Nightingale. Pourquoi mon frère la gardait-il ici ? Pourquoi n’était-elle pas sortie de sa torpeur ? Pourquoi avais-je fait cela ? Aucune de ces questions-là ne trouveraient de réponses.

Le soleil est bas, la luminosité mauvaise. Je suis habituée à la lumière aveuglante renvoyée par la neige de Nightingale, je suis habitué à la chaleur pesante et à la lumière éblouissante d’Erebor… Mais pas à ça. Le soleil éblouit et ne réchauffe pas, il n’apporte aucun réconfort, il ne fait pas sourire. De plus, le temps hivernal approche à grand pas. Pour moi, il fait encore agréable. Le froid que j’ai connu est bien plus mordant… j’attends la chute des températures avec impatience. Je me sens aussi bien dans le froid mordant que sous un soleil ardent.

Je suis perplexe dans ces rues, je découvre la vie qui grouille ici, j’apprends à comprendre ces gens. On les dit fous, on les dit prêts à tout, on les dit décadents. Cela me surprend quelque part. Ma mère a-t-elle réellement trouvé refuge dans ce royaume ? De toue évidence oui, c’est un fait mais il m’est difficile de comprendre, je l’avoue. Peut-être une légère pointe de rancœur mais rien à côté de ce qu’éprouve ma sœur.
Resa, ma tendre Resa, j’espère tant pouvoir soulager ton cœur, apaiser ta hargne. Puisses-tu ne pas me rejeter lorsque je me présenterais face à toi en te disant qui je suis.
Pour l’heure, j’évite de parler, ou un minimum et j’utilise des mots simples. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé au juste mais ce bégaiement incessant est gênant. J’ai un mal fou à faire des phrases et généralement, je perds patience malgré mon calme légendaire. C’est dire si la chose m’handicape… Alors j’écoute, j’observe, je cherche d’autres moyens de communiquer.

Assis sur un rebord de fontaine, j’observe les gens faire leur vie. Je jette également parfois un œil sur le palais de mon frère, tentant d’imaginer ce qu’il fait, où il est. Est-il encore là, est-il en voyage ? Je ne sais pas, je n’ai pas pu m’en préoccuper récemment. Je garde un œil quasiment constant sur Resa. Je veille, en grand frère invisible.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 74
Je réside : à Dragonvale

Registre
Âge du personnage: Seize ans
Titres:
Autres visages: Lena
MessageSujet: Re: Un détour de la vie   Mer 11 Sep - 14:11

Lucille se faisait à la vie à Euphoria. Son travail auprès de la Reine et le logement qui allait avec lui permettaient d'avoir une vie plutôt confortable. Malgré tout, elle continuait à démarcher ses potions, mais ce n'était pas par besoin d'argent comme avant, là elle avait suffisamment de quoi vivre et elle se contentait de peu. Ce n'était pas non plus pour trouver un maître préparateur en potions, puisqu'elle en avait déjà un, gracieusement fourni par son Roi qu'elle poignardait dans le dos. Et elle n'éprouvait même pas une once de culpabilité ! Est-ce que ça faisait d'elle quelqu'un d'horrible ? Non, il devait y avoir probablement des complots bien pire et en comparaison, ce qu'elle faisait n'était pas si mal, surtout que c'était pour une bonne cause : celle de sa Reine. Peu importe... Si elle continuait à vendre certaines de ses concoctions mais surtout à les présenter et à en vanter les mérites, c'était plus parce que les éloges qu'on lui adressait auparavant lui manquaient. Son maître ne cessait de dire que ce qu'elle faisait était tout juste passable, et même si c'était dans le but qu'elle s'améliore et qu'elle en était consciente, ça faisait toujours du bien de se faire flatter, même si c'était par des gens qui n'y connaissaient rien.

Comme d'habitude depuis quelques semaines, elle revenait donc du marché où non seulement elle avait présenté ses travaux à qui voulait bien en entendre parler, mais où elle avait admiré les tableaux et les bibelots exposés et vendus par les artistes cielsombrois, avec un oeil curieux. Elle repensait à sa mère, qui aurait très bien pu se trouver dans le coin à démarcher ses oeuvres elle aussi. Lucille appréciait l'art, d'autant plus que la plupart de ce que produisaient les peintres et sculpteurs locaux était très particulier. Trop particulier. Et elle, elle était là pour leur vendre des sources d'inspiration. Elle n'avait pas mis longtemps à trouver quelles préparations suscitaient le plus d'intérêt auprès des cielsombrois et c'était quelque chose qu'elle savait faire. Du moins, elle suspectait son père d'avoir fourni tout le village en substances plus ou moins déroutantes pour l'esprit et sa mémoire avait conservé quelque part les recettes qu'il employait, même s'il s'était bien réservé de les lui apprendre officiellement. Un jour, elle aussi elle essaierait. Mais ce serait plus tard, quand elle serait grande.

La place de l'Esprit - esprit probablement embrumé lui aussi - était encore pleine d'artisans en tout genre, il y avait d'ailleurs beaucoup de préparateurs qui faisaient concurrence à la rouquine. Mais eux n'avaient pas le savoir faire typique "village perdu", c'était son petit atout. En ce qui la concernait, elle prenait une pause, elle avait été là depuis tôt le matin et cette habitude devenait lassante. Il faudrait qu'elle parte avant d'en avoir vraiment marre. Mais pas avant que la Reine ne puisse se passer d'elle. Elle portait dans ses bras, les sacs remplis de fioles et bouteilles qu'elle ne pouvait pas ranger dans son autre sac qu'elle avait sur le dos. Même si elle avait réussi à en vendre quelques unes, elle avait pris tellement de réserves que tout tenait dans un équilibre assez douteux.

Trop douteux pour rester intact.

Se prenant le rebord d'une fontaine dans le ventre, pendant que son regard était attiré par cet abruti qui négociait une de ses potions achetée deux heures plus tôt pour le trible de son prix, elle se plia en avant et laissa tomber les deux sacs qu'elle avait dans les bras ainsi que tout son contenu, tout en perdant l'équilibre et se cognant le menton dans un mouvement gracieusement solsticien*. Certaines de ses préparations se déversèrent dans la fontaine, créant des mélanges que l'oeil de Lucille observait, à moitié effrayé, à moitié excité, à moitié pensant qu'elle avait trop mal au menton pour réfléchir à ce genre de choses, et à moitié indifférente à la douleur ; d'autres se brisèrent en chutant. Quoi qu'il en soit, il y avait un type à côté, un type qui méritait peut être une explication :

"Euh.... oups !"

...fut la seule qui vint. Tout en se tenant le menton, Lucille s'assit à côté de lui en regardant autour, mais les gens étaient trop occupés à marchander et à discuter pour voir ce qui s'était passé. Seuls quelques attentifs avaient dû entendre les bruits de verre et se retourner, mais il y avait rien de bien intéressant à voir. Elle se releva pour nettoyer un peu. A moitié déçue, à moitié soulagée, elle put constater que ses potions s'étaient dissoutes dans la fontaine sans trop de dégât. En revanche, elle ne boirait pas de cette eau, des fois que...

"Je serais vous, je boirais pas dans cette fontaine." précisa-t-elle au jeune homme à côté, sans trop savoir pourquoi.

Peut-être que les boucles sombres de ses cheveux lui plaisaient, au point qu'elle pourrait lui demander des conseils pour prendre soin des siennes. Ou alors peut-être que le calme dont il faisait preuve après la catastrophe qui venait de se produire appaisait Lucille. De sorte à ce qu'elle en vienne à penser qu'il compatissait et à imaginer qu'il l'appréciait. Peut-être que c'était lui qui voulait lui demander des conseils pour entretenir ses boucles. Quoi qu'il en soit, la jeune-fille sortit bien vite de la contemplation des cheveux de cette personne, quand elle s'aperçut en tatonnant son sac que quelque chose manquait. Elle se mit à la chercher tout autour de la fontaine, mais trois tours ne suffirent pas à la trouver. Elle sortit les potions intactes une par une, puis deux par deux et les déposa avec plus ou moins de délicatesse sur le rebord de la fontaine et retourna son sac nerveusement. Non non, elle n'était pas là. Elle regarda dans l'eau, mais n'en vit pas trace, alors elle plongea la main dedans - au diable les conséquences - mais ne la sentit pas non plus. Dépitée, elle demanda au gars :

"Dites, vous auriez pas vu une petite pièce d'échec ? C'est une reine noire, c'est mon porte-bonheur - oui je sais, elle a pas trop marché là pour le coup - j'y tiens beaucoup, je m'y suis attachée vous voyez et j'y tiens vraiment beaucoup. Elle est très jolie en plus, c'est une Reine, fière sur son dragon, enfin un véritable petit chef-d'oeuvre. Je vous ai dit que j'y tenais vraiment beaucoup ?"

Puis sans attendre la réponse qu'elle savait négative - il allait même finir par partir à force - elle continua à regarder, tout en remettant les potions dans son sac, histoire de ne pas empirer les choses.



*[pour les non VSiens, faites pas gaffe à la petite private joke, désolée ;p]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Un détour de la vie   Mar 24 Sep - 3:06

Perdu dans mes pensées, je n’avais pas vu la catastrophe qui allait se produire sous mes yeux. C’est une multitude de bruits de verres brisés qui me fit relever la tête ainsi qu’un petit oups désolé. La chose était aussi amusante que dangereuse.
Visiblement, la jeune femme s’était fait mal au menton. Je ne savais pas trop comment la chose s’était produite mais une bonne partie du chargement de la demoiselle avait fini dans la fontaine. Et à en juger par le nombre restant, la quantité de fioles brisées était astronomique. Comment avait-elle fait pour ne pas tomber avant ça ? Mystère.

Parler… Il allait falloir que je parle. J’inspirais pour amener à moi quelque courage perdu.

« Je… p… pen… Je pense… aussi. » Laborieux mais pas impossible. « V… vous… allez… b… b… bien ? »

Si je ne passais pas pour un simple d’esprit, j’aurais une chance immense. Pourvu que la Chance soit avec moi du reste.
Mais j’étais quelque peu perturbé. La jeune femme me dévisageait avec une drôle d’insistance. En fait, il ne me serait jamais venu à l’idée qu’elle observait mes cheveux. Du reste, je ne les trouvais pas particulièrement digne d’intérêt même s’ils faisaient peut-être un peu mon charme.
C’est plus ou moins là que je la vis s’agiter et chercher quelque chose. Peut-être était-ce une fiole, peut-être autre chose. Inconsciemment, je me mis à chercher quelque chose d’autre du regard.

« Une p… pièce ? » Non, je n’en avais pas vue mais j’allais l’aider à chercher, surtout qu’elle semblait vraiment y tenir, au point de plonger ses mains dans cet eau aux effets désormais très incertains. « Je v… v… vais ch… ercher. »

Je me relevais, remontais mes manches et tentais d’y voir quelque chose dans cet amas de couleurs hasardeux. Vraiment, que la Chance me vienne en aide ! Mais je ne voyais rien, rien du tout. À la Fatalité les conséquences, j’y plongeais les mains à mon tour. Voilà qui étai fort dangereux. Du reste, c’est quelques fleurons que je touchais du bout des doigts dans un premier temps. Je les sortais d’ailleurs, ça pourrait toujours dédommager la demoiselle de ses nombreuses pertes dans sa maladresse.
Je repartais à la fouille quand après quelques minutes, je sentis enfin quelque chose de plus solide et non ferreux ou métallique. Je refermais ma main dessus et sorti l’objet. Une magnifique reine d’échec, une pièce noire de fort belle facture. Il aurait été fort dommage de ne pas la retrouver. L’essuyant sur ma chemise, je la tendis à sa propriétaire.

« V… ous… » Il fallait que je me concentre, que je reste calme. « Vous… av… aviez… r… raison. » Je devais respirer, ne pas m’énerver. « Elle est… su… sup… superbe. » Tant d’ennuis pour prononcer une phrase si simple. Par le Destin ! Ce que cette situation m’agaçait ! « C’est… b… b… bien cette… cette p… ièce ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 74
Je réside : à Dragonvale

Registre
Âge du personnage: Seize ans
Titres:
Autres visages: Lena
MessageSujet: Re: Un détour de la vie   Mer 16 Oct - 14:01

La réponse de Bouclettes surprit Lucille. Non pas que ce qu'il racontait soit spécialement original, mais la façon dont il prononçait ses phrases était inhabituelle. Ce pauvre homme bégayait et elle ne s'y attendait vraiment pas du tout. En continuant de se masser le menton, elle en profita pour cacher le sourire qui lui vint, avant de se reprendre. Ce n'était pas bien de se moquer et d'ailleurs sur le moment, elle était très mal placée pour rigoler de qui que ce soit. Elle lui répondit par un hochement de tête tout en lâchant l'endroit où elle s'était cognée, pour faire comme si de rien n'était.

“Oui oui ça va, merci !”

Il l'aida à chercher sa pièce. Elle avait eu la chance de tomber sur quelqu'un d'altruiste, au sens figuré bien sûr, car si elle avait déversé ses préparations sur cet homme plutôt que dans la fontaine - vu la quantité de potions ayant pour effet l'altération de l'esprit – elle n'aurait pas donné cher de sa santé mentale. D'ailleurs, est-ce qu'au moins ce type était sain d'esprit ? Le bégaiement était-il une maladie mentale ? Est-ce que ça se soignait ? Et alors qu'elle se posait toutes sortes de questions sur cet difficulté qui lui était inconnue, elle avait abandonné ses recherches et s'essuyait sans crainte ses mains trempées sur sa robe.

Alors qu'elle observait du coin de l'oeil Bouclettes en pleines fouilles archéologiques, dénichant des pièces d'argent à défaut de pièces d'échecs, elle se tourna franchement et commença à lui dire, n'y croyant plus :

“Vous savez, si vous cherchez encore ma pièce...”

Mais elle fut bien obligée de s'interrompre. Son regard se posa sur les mains du jeune homme et alors les yeux de Lucille s'écarquillèrent. Il tenait entre ses doigts la majestueuse reine noire, chevauchant son dragon, fidèle à elle-même, identique à la disparue. Elle se surprit encore à la contempler et pire, à jalouser celui qui était en contact avec elle. La chaleur de la reine lui manquait déjà et mentalement, elle lui promit de ne plus jamais la perdre de la sorte. Elle en prendrait soin, elle s'en occuperait.

Elle en avait presque mis le bègue de côté, mais l'écho de ses lointaines paroles lui parvint. Et alors elle put s'exclamer, avec une excitation disproportionnée :

“Oui ! Oui ! C'est bien elle ! Merci infiniment !!”

Le sourire jusqu'aux oreilles, elle tendit les mains, tremblantes d'impatience, pour qu'il lui rende son bien. Elle lui en était tellement reconnaissante...

“Dites moi ce que je peux faire pour vous remercier...”

Puis elle réfléchit une seconde. En fait, elle avait bien une idée de ce qu'elle pouvait faire. Et c'était une idée qu'elle allait exprimer, comme à son habitude, de la manière la plus diplomatique du monde.

“Oh si je sais ! Enfin... Je veux pas vous gêner... Mais peut-être que je pourrais étudier la préparation d'une potion de guérison pour votre... problème ? J'apprends très vite, vous savez, je travaille pour la Reine...”

Elle stoppa à temps et se mordit la lèvre. Elle n'était absolument pas censée dire ça... Enfin, si, elle avait bien un travail officiel auprès de la Reine, mais en quoi ça pouvait argumenter en faveur de la proposition qu'elle était en train de lui faire ?

“... en tant que parfumeuse ! Et c'était un vrai défi pour moi, parce que je n'avais jamais fait de parfum avant, du coup j'ai dû apprendre et en très peu de temps, parce que la Reine en avait un besoin urgent !”

Ca passait.

“Ce que je veux dire par là, c'est que j'apprends très vite et que si vous m'y autorisez, je peux faire les recherches nécessaires pour concocter un remède pour vous. Gratuitement, pour vous remercier de votre gentillesse. Je peux me renseigner auprès de mon maître fabricant de potions, un maître également au service du Roi, il est excellent. Et mon père est apothicaire de mon village, j'ai appris à faire des mélanges pour soigner... Bien sûr, je n'ai jamais trouvé dans ses patients quelqu'un dans votre situation, mais je peux m'adapter. Enfin... Si vous le voulez bien.”

Elle avait prononcé ses paroles avec l'innocence qui lui était propre, sans se rendre compte à quel point traiter cet homme comme un malade pouvait être blessant. Elle avait juste la volonté de lui rendre service, car il l'avait beaucoup aidée. Elle s'était attachée à cette pièce, sans trop savoir pourquoi, et à présent, imaginer qu'elle aurait dû passer le reste de ses nuits sans sa présence sur sa table de chevet l'angoissait. Mais évidemment, il allait se dire que c'était elle qui devrait se faire soigner, si elle lui dévoilait l'obsession qu'elle avait pour la reine noire.

Elle crut bon d'ajouter, avec un petit sourire :

“Et en plus, en temps normal, je casse pas grand chose !”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un détour de la vie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un détour de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tour du Roc. Granville (50).
» Mon (futur) tour de Normandie à vélo
» Tour de lit dangereux pour les nouveaux nés?
» Régionales 2ème tour.
» soirée pyjama à la Médiathèque de la Tour-du-Pin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Euphoria :: Place de l'Esprit-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche