Partagez | 
 

 The Minstrel's Prayer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: The Minstrel's Prayer.   Jeu 26 Sep - 20:04




03 Novembre 802
The Minstrel's Prayer


  •  Nom des participants : SOLANGE DE BRENWYR & SOPRANE HARPELIGE.
  • Statut du sujet : PRIVÉ.
  • Date : 03 NOVEMBRE 802.
  • Moment de la journée & météo : FIN DE SOIRÉE, TEMPS COUVERT.
  • Saison 2, chapitre 2



Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: The Minstrel's Prayer.   Jeu 26 Sep - 20:07


Give me peace to well her wings
And oh, oh carry on all you minstrels of the world.


    En attendant des nouvelles du roi sombre et de sa fidèle, qui avait promis de les faire entrer à la Cour des Miracles, la blonde Gallienne noyait son impatience dans d’interminables soirées alcoolisées ou des escapades nocturnes à travers les rues dépouillées de Lorgol. Autrefois, elle avait connu cette ville pratiquement comme si elle y avait vu le jour, et maintenant qu’elle y déambulait, elle peinait parfois à reconnaître certains endroits. Sans surprise, sa première action à peine arrivée fut de rallier la tour de la Confrérie dans le fol espoir que sous ses doigts tremblants, elle daigne s’ouvrir afin de lui apporter un semblant de réponse. Si le cristal dans lequel dormait Svanhilde l’avait effectivement protégée de la mort, il n’était aujourd’hui plus nécessaire qu’elle y reste. Dans ce cas, comment l’en sortir ? D’après les discussions qu’ils avaient eues sur le trajet, rien ne semblait fonctionner. Aucun outil ne pouvait ébrécher le cristal, aucune magie ne pouvait dissiper celle de Sage. Alors même si Solange cherchait une réponse à travers ses pérégrinations et ses dialogues avec Sagace, elle savait qu’il ne servait pour le moment à rien de s’embrouiller l’esprit avec de tels problèmes. Mieux valait se concentrer sur la façon de récupérer Sigal et Svanhilde sans se retrouver avec toute le Cour des Miracles sur le dos. S’il n’en tenait qu’à elle, elle n’aurait eu aucun scrupule à faire couler le sang de quelques voleurs histoire d’attirer l’attention de leur roi, mais… Castiel et Mélusine n’auraient sûrement pas apprécié cela. Surtout la dame de Séverac, à dire vrai. Et puisqu’elle avait promis au souverain de Sombreflamme de l’aider à retrouver le cristal et l’enfant, la Gallienne n’avait aucune raison de provoquer plus de chaos qu’il n’y en avait déjà.

    Mais toute cette docilité ne lui ressemblant pas, Solange finissait irrémédiablement par se faufiler en dehors de la taverne, son visage dissimulé sous un large capuchon de cuir, afin d’évaluer de ses propres yeux les dégâts de la chute de Dragonvale. Tant de morts, tant de destruction. Pour quoi, au final ? Svanhilde n’était pas parvenue à éliminer Augustus. Le tyran, s’il avait perdu son trône tout-puissant, avait bien vite profité de la faiblesse d’une lignée pour récupérer une autre couronne. Celle de Bellifère était peut-être moins lourde et plus simple, mais elle n’est restait pas moins porteuse d’un certain pouvoir ; de ce qu’elle savait de l’homme, il ne tarderait pas à faire bouger ses pions de façon à reprendre les rênes d’Arven. Augustus n’était sans doute pas un modèle de vertu, néanmoins il ne fallait pas nier qu’il était intelligent et qu’il savait s’adapter afin de retourner toute situation à son avantage. Il était puissant… Mais ce n’était pas pour cela qu’elle s’abaisserait à l’admirer. La seule personne à laquelle elle avait juré allégeance était désormais emprisonnée dans un cristal qui l’isolait du reste du monde, cependant, elle n’en restait pas moins sa Reine. Déterminée à trouver le moyen de la faire revenir parmi les siens, Solange n’était toujours pas prête à l’abandonner. Quand bien même Svanhilde ne désirait qu’être oubliée de tous, elle ne la laisserait pas tomber alors que Sigvald venait tout juste de revenir. Il était temps que le royaume de Nightingale retrouve sa Reine et qu’elle-même soit de nouveau unie à son âme sœur. Sigal pourrait ainsi être élevée dans tout l’amour qu’elle méritait. Et Solange s’imaginait très volontiers non loin d’eux, à veiller sur leur sécurité… Après tout, c’était ainsi qu’elle avait été élevée – ou presque – et elle n’avait pas l’intention de prendre sa retraite de sitôt.

    Seulement, ce soir, les choses ne lui semblaient pas aussi claires que la veille. Et si tout ceci ne servait en définitive à rien ? Et si, malgré le cristal qui l’entourait, Svanhilde était réellement morte ? Elle ne reviendrait peut-être jamais à la vie, abandonnant derrière elle un amant, une fille, des amis, une confidente. Cette perspective effrayante de se retrouver seule face à un Sigvald brisé meurtrissait le cœur de la Gallienne. Ce soir-là, nulle escapade en vue. Lorgol n’avait de toute façon plus rien à lui offrir, tant par l’aspect dévasté de ses rues, que par l’atmosphère mélancolique qui s’en dégageait. Si le Roi des Voleurs n’avait pas basé sa Cour ici, Solange aurait tout fait pour fuir cette ville. Elle était chargée de tant de douleur que chaque inspiration qu’elle y prenait semblait alourdir un peu plus son âme. Et la nuit venue, lorsque le sommeil daignait enfin l’entourer de ses bras, le fardeau ne s’allégeait pas. Elle rêvait de Svanhilde, elle rêvait d’un temps où tout semblait plus simple et plus coloré, elle rêvait d’un futur qui n’aurait jamais lieu, de scènes familiales où les visages étaient tous méconnus. Etrangement, ces rêves avaient la saveur des cauchemars : elle se réveillait invariablement essoufflée et pantelante, ses doigts crispés sur le manche de son poignard sous son oreiller. Comme si elle s’était sentie en danger, alors que toutes ces images n’étaient que de pâles reflets d’un passé révolu ou d’un futur fantasmé.

    Ce soir, elle n’avait pas le cœur à les affronter. C’était trop lui demander. Rahien avait bien essayé de lui apporter du réconfort, mais elle était restée prostrée dans son coin sans lui offrir de réponse. La simple présence de son Familier lui permettait toutefois de ne pas s’enfermer dans sa chambre et s’emmurer dans le silence. « Tu devrais descendre. Il y a un peu de monde ce soir, ça te changera les idées. » avait-il argumenté en rivant sur elle ses prunelles couleur du couchant. Peu convaincue, Solange avait toutefois fini par abdiquer sous ses légers coups de bec, en espérant secrètement pouvoir s’abrutir à grandes doses d’alcool pour sombrer dans un sommeil sans rêves. Et si Svanhilde ne revenait jamais ? Elle servirait alors Sigal, c’était un fait. Sigvald ayant repris sa place de père, il règnerait sans doute sur Nightingale s’il en avait la force. Mais il ne serait jamais le quart de lui-même sans elle. Ou il se perdrait peut-être à mi-chemin entre la rage et le désespoir, en dépit de son devoir envers sa fille. Et si Svanhilde ne revenait jamais ? Tant de choses seraient brisées. Enfilant une sorte de cache-poussière en vieux cuir par-dessus sa combinaison – elle aussi en cuir sombre – elle rejoignit les quelques clients dont les voix mêlées produisaient un joyeux brouhaha dans la taverne. Elle s’installa à une table désertée, commanda distraitement une pinte d’hydromel et se laissa bercer par les discussions, prêtant une oreille attentive au cas où un détail attirerait son attention. Avant même d’avoir terminé de descendre l’escalier qui la mènerait à la grande salle, Solange avait décidé qu’elle remonterait dans sa chambre après avoir terminé sa chope, quoi qu’en dise Rahien. Et vu le peu d’animation dont était pourvu cet établissement ce soir, elle n’était pas prête à changer d’avis.
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Ménestrelle de la Rose

avatar
Messages : 35

Registre
Âge du personnage: 26 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: The Minstrel's Prayer.   Mar 15 Oct - 5:10

On chante, dans Lorgol au crépuscule – les murmures courent les rues, emplissent l'air, traversent les âmes, avant de me parvenir, jusque dans cette salle de la Taverne de la Rose où j'ai établi ma demeure. Un secret chuchoté sur les ailes du vent – l'on raconte que le Roi des Voleurs tient conseil en la Cour des Miracles, l'on discute de ces deux Rois venus de si loin lui réclamer leur bien, une Reine vaincue, une Reine tombée – et l'on parle aussi du Prince venu témoigner. Tant de noblesse, tant de royauté, pour entourer les mystères d'un sacrifice devenu légende dans les anciens duchés. Que s'est-il vraiment passé dans la salle du trône de Lorgol, lorsque Dragonvale s'en est venue choir du ciel, telle une hirondelle à laquelle on aurait coupé les ailes ? Impossible de le deviner, parmi les débris d'une grandeur mutilée – et pourtant j'ai essayé. J'y ai passé des heures, errant de salle en salle au milieu des décombres empilés là, au milieu des gravats éparpillés où l'on peut encore deviner les vestiges du règne des impératrices de jadis. Rien – on ne sait du trépas de la Reine de Nightingale que ce que les témoins en ont dit, et donc, cinquante versions en circulent dans les huit royaumes. Un jour, je saurai la vérité, et je la chanterai sur les routes...

C'est bientôt à moi. La fille de salle a interrompu net le fil de mes pensées en venant me chercher pour que je m'apprête à chanter, et il me faut un instant pour rassembler mes idées. Ma harpe de voyage au creux du bras, je retiens mes jupes d'une main, appréciant le contact du tissu de bonne fabrique que je me permets de porter lorsque je séjourne quelques temps en un même lieu. Lorgol me permet de me reposer, et de savourer une existence plus douillette que les voyages par monts et par vaux, encore que l'itinérance ne finisse inévitablement par me manquer. Dans la grande salle, une assistance très réduite – quelques piliers de taverne noyés dans leur cruchon, quelques filles aux yeux mornes, des clients sombres et moroses. Cibella souffre de la sécession, Cibella n'aime pas être indépendante – et les cibellans dans leur ensemble dépriment doucement de se retrouver ainsi isolés, eux dont le royaume était naguère au centre des échanges du continent. Mais bon – parmi les pirates éméchés qui somnolent contre les murs et sur les tables, et les Voleurs capuchonnés qui viennent ici se reposer comme si la Taverne de la Rose leur appartenait, il y a néanmoins quelques clients, et pour gagner ma pitance de ce soir je dois chanter.

Que leur chanter ? Je ne pense pas que la Chute reçoive leur approbation, et éviterai donc tous les récits de guerre, de rébellion et tout ce qui serait en lien avec la couronne de leur royaume. Chanter la magie ? C'est la magie qui a causé tout ce qui s'est produit récemment, même si Augustus y a largement joué son rôle. Impossible donc de chanter les contes perdus de Dragonvale, toutes ces légendes magnifiques exhumées des bibliothèques et des archives – Dragonvale a détruit la capitale, ne remuons pas le couteau dans la plaie. Que chanter alors ? Il n'y a pas suffisamment de monde ce soir pour que je prenne le risque d'évoquer la malveillance des Dragons et le combat de la Rose Écarlate. Chanter les merveilles de la Cour des Miracles ? Peu avisé, au milieu des Voleurs, il suffit que l'un d'eux en prenne ombrage... Alors que je songe encore à ce qui se joue ce soir autour du Roi des Voleurs, une idée me vient en tête. D'un ancien membre de la Confrérie Noire, je tiens une histoire qui, peut-être, saura meubler confortablement le silence de la soirée. C'est un chant calme, solennel, discret, qui constituera un fond sonore agréable pour la somnolence des convives.  

Assise près de l'âtre qui ronfle en dévorant son lot de bûches crépitantes, j'installe ma harpe sur mes genoux, joue quelques accords. Lancinante sera la musique de ce soir, alors que je chante à mi-voix l'histoire des amants maudits des glaces, et la tragique destinée qui sépara Svanhilde de Sigvald, et Sigvald de Svanhilde – l'un mort dans les bras de son aimée, et revenu à la vue uniquement pour la voir se sacrifier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Minstrel's Prayer.   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Minstrel's Prayer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'invasion des luxioles!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles :: Taverne de la Rose-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche