Partagez
 

 Un regard au delà du passé [PVLiam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

Augustus Poing-d'Acier
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeMer 9 Oct - 17:29




2 novembre 802
Un regard au delà du passé
En souvenir du temps


  •  Nom des participants : Liam d'Outrevent & Augustus Poing-d'Acier
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 2 novembre 802
  • Moment de la journée & météo : Soirée entre semi-claire et nuageuse. Il vient de pleuvoir, le ciel se dégage.
  • Saison 2, chapitre 2



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

Augustus Poing-d'Acier
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeMer 9 Oct - 18:19

Une douleur. Non, ce n'est pas ça. Juste... une brûlure. Elle ne cesse de s'échauffer et de rappeler sa présence. Augustus se souvient parfaitement à quoi elle est due, il ne peut l'oublier puisqu'elle marque la fin de son règne, vestige comme tant d'autres d'une chute douloureuse qui apporta sur Arven bien plus de malheur qu'un Tyran pourtant pas si malveillant. L'esprit du mage n'était pas en paix, en proie à de sordides pensées, entre haine, colère, nostalgie : il haïssait ces dragons libres de faire voler leurs esprits, il était énervé contre tous ces hommes qui s'étaient élevés contre lui et qui maintenant peut-être le regrettait, il était nostalgique de son empire, de sa couronne, de son trône. Le pouvoir avait un goût amer lorsqu'on ne pouvait pu l'attendre, et Bellifère faisait bien pâle figure en comparaison d'Arven. Mais autre chose se murmurait aux oreilles de l'ex-tyran. Quelque chose de bien plus pesant que toutes autres nouvelles. Quelque chose qu'il repoussait et désirait mille et une fois, sans parvenir à quoique ce soit : Chimène. Elle était de retour, et elle était son ennemie. Il ne pouvait pas la voir autrement, il ne pouvait pas la penser d'une autre façon. Et pourtant au fond de lui, une petite voix qui lui criait de se rappeler, mais de quoi ? Depuis trop longtemps ces souvenirs là avaient disparu, inutiles pour le souverain de s'encombrer d'une peine qui n'aurait fait que le retarder. C'est grâce à cela sans doute qu'il ne ressentit jamais officiellement le remord du meurtre. Mais rien, non rien n'était facile avec Augustus, car lui même avait parfois du mal à comprendre... se comprendre. Il avait tant vécu, fait tant de choix, les avait tous assumé, et il se rendait compte combien personne ne l'avait jamais remercié. Peut être avait-il attendu un merci. En tout cas ce n'était plus le cas aujourd'hui.

Une seule chose – ou deux – importait vraiment maintenant : renfermer les dragons. Quoiqu'en pense les autres, Augustus avait toujours voulu le bien de Arven, et pour cela avait fait le choix qui c'était imposé, bloquer la magie et obliger celle ci à s'exiler avec les dragons. Et il comptait bien recommencer qu'importe les sacrifices à encourir, il prendrait comme toutes les autres fois le poids de ses choix sur ses épaules. En 200 ans, le tyran n'avait pas eu besoin de réellement cogiter sur cette affaire, mais il n'empêchait qu'à l'époque, il avait su tirer des informations intéressantes qu'il n'avait jamais oublier. Des reliques, cela semblait si simple, presque romanesque, digne des plus grandes histoires d'aventure, et c'était pourtant ce qui ressemblait le plus à une solution. Des reliques, disséminées aux quatre coins d'Arven, présentées au nombre de huit. Là dessus, sur la théorique, l'ex-tyran était certain de ses informations. Du reste, il n'avait rien, aucun véritables indices. D'autres parts, il supposait que ces trésors étaient en possession des véritables têtes couronnées ou faisaient l'objet de légende urbaines bien cachées. Et autant dire que Augustus n'avait pas prit le temps de s'intéresser à celles ci.

La raison de sa présence ce soir à Lorgol avait quelque chose de terriblement obscure. Si il était certain, par une intuition quelconque, de trouver la relique de Cibella dans les ruines du palais, ce n'était pas la seule raison qui l'avait guidé. Elle était autrement plus motivante, surtout pour un homme aussi porté sur la rancune que Augustus. Pourtant ce soir, il avait en quelque sorte décidé de calmer sa colère, si cela pouvait l'aider à retrouver une autre relique. Liam d'Outrevent était de source sûre sur l'ancienne capitale. Ce qu'il y faisait encore importait peu au souverain, tout ce qu'il voulait du chef des rebelles, c'était des informations. Mais le tyran était conscient que sa démarche pouvait être vouée à l'échec. Non pas dans le fait que Liam puisse résister contre le mage qu'il était, mais bien que celui ci ne soit pas en mesure de le renseigner (ou ne le veuille tout simplement pas, ce qui était plus probable d'ailleurs). Pourtant, il en fallait plus à Augustus pour reculer, et la haine qu'il avait pour tous ceux qui l'avaient fait chuter l'empêchait d'avoir de la retenue. En avait-il déjà cela dit ?

Les ruines. Il n'était pas revenu ici depuis des mois, et la douleur se raviva quand il repensa à sa presque mort, ce combat épic qui avait eu lieu, son alliance avec une dragonne qu'il haïssait. Malfurie... il les entendait encore, les murmures de sa voix grave qui parfois arrivaient à l'effrayer... oh oui il la haïssait, autant qu'il pouvait la craindre, mais ça, jamais, non jamais il ne l'avouerait. Décombres, ruines, du verre et de la faïence, du bois et du mobilier, écrasés, arrachés, brisés, le tyran avançait sans accorder un seul regard. Son visage est caché sous la capuche de sa cape noire. Il n'a aucun doute que ses traits lui apporteraient la mort sur le champ si jamais il devait être aperçu. Et si la magie vibrait en lui, il préférait ne pas prendre plus de risque qu'il ne pouvait se le permettre. La ruse et surtout la méfiance, voilà ce qui le caractérisait ce soir.

Curieux ce que le Hasard pouvait offrir parfois. Ça n'avait pas été spécialement prémédité, et il ne s'était pas attendu à le rencontrer immédiatement, mais c'était bien à l'héritier d'Outrevent qu'il faisait face. Un contre un, ils se regardaient, l'un parfaitement aux faits, l'autre sans doute en train de s'interroger. Et enfin, la voix du tyran résonna, comme elle ne l'avait jamais fait depuis des mois dans ce lieu.

« Liam d'Outrevent. J'aimerais dire que je suis surpris de vous revoir. Mais voyez-vous, j'étais clairement à votre recherche ce soir. »

Une vivacité nouvelle venait d'atteindre sa voix. La colère pointait, à n'en pas douter, mêlée à l'amertume, la moquerie, et par dessus tout un cynisme mordant, et qui pourtant ne trompait pas ses paroles. Car ce que venait de dire le tyran à l'instant n'avait rien d'un mensonge détourné. Pour une fois si l'on peut dire.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Liam d'Outrevent
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeVen 11 Oct - 11:06

Dans le silence spectral de cette fin d’après-midi pluvieuse, les pierres fendues se tiennent immobiles et mornes, vestiges d’un passé disparu qui vivait encore quelques mois seulement auparavant…

C’est au cœur de la salle du trône que debout je me tiens, contemplant les grandes voûtes entremêlées au sol avec les vestiges d’une haute tour de l’Académie. Comment ai-je pu survivre à pareil chaos ? Comment quiconque a pu survivre à un tel déchaînement de puissances incontrôlées. L’air humide autour de moi a le goût des larmes des nombreux endeuillés qui viennent parfois se recueillir ici, entre les haut murs de cette salle dévastée… Autrefois, c’était là le symbole de la puissance d’Eilenn, palais resplendissant de lumière, d’une blancheur impeccable, qui a accueilli tant de si clémentes impératrices… Jusqu’à la mort d’Eimeren. Jusqu’à l’avènement d’Augustus. Le fameux Lord Augustus. Enfant sorti des ombres qui a plongé Arven dans un bain de sang et de flammes, qui a assis sa puissance sur les os de ses ennemis tombés. Autoproclamé Lord, violent, sans pitié, Empereur sans partage. Son règne a commencé dans la violence, c’est de la même façon qu’il s’est terminé.

Dans un chaos sans nom. L’effondrement de Dragonvale sur Lorgol, la fin de ce palais qu’il avait rendu malade, assombri pas sa puissance et sa soif de pouvoir.

Les actes d’Augustus sont et ont toujours été impardonnables.

Même à la lumière des nouveaux événements, même depuis le retour en force des Dragons, qu’il a finalement indirectement contribué à faire revenir. Non. Les Impératrices auraient dû continuer leur règne. C’est à elles que les d’Outrevent avaient jadis fait serment, c’est à elles qu’auraient dû rester le sort d’Arven. Pas à cet homme qui en deux cents ans n’a su qu’imposer la terreur comme mode de gouvernance, la haine comme règle de vie. Bien sûr, il a parfois essayé de se racheter, organisé des ballets, offert des domaines à ses sujets… Mais jamais il n’a su apprendre à respecter les autres. Non. Quelques soient ses actes, une seule impression, un seul mot a toujours demeuré. Manipulation. Augustus régnait avec force et courage, mais jamais il n’a su le faire avec amour. C’est cet ingrédient manquant qui a irrémédiablement causé sa perte.

Et je contemple aujourd’hui les ruines de ce désastre. Je m’avance au milieu des pierres, seul dans mon silence, caressant du doigt les retombées de poussières et de cendres qui font de ce décor sinistre le triste reflet du ciel gris qui le surplombe.

Demain, je vais aider à libérer Svanhilde et sa fille.

Éclaircie dans ce ciel de pénombre, rayon de lumière dans cette noirceur sépulcrale.

A force d’efforts, nous remonterons la pente, j’en suis convaincu. Demain, j’apporterais mon aide à Sigvald, qui mérite mille fois de retrouver celle qu’il aime, j’aiderais Castiel, dont le bonheur tout relatif après la Chute semble s‘étioler jour après jour. Et après ?... Après je continuerais de m’acharner à résoudre ces problèmes qui me concerne. Mon fils, ma sœur, mes amis, mon royaume. Tant de choses à faire, mais cela ne m’a jamais repoussé.

Je contemple le soleil sortir derrière les nuages, éclairant de son mieux ces ruines à l’abandon. Un jour, nous réparerons ce qui a été brisé. Les Dragons seront maintenus dans leur prison de livres, nos enfants vivront dans ce monde libre que nous leur auront battit. Sans Tyran, sans Dragons, sans guerres… La paix, simplement, juste et méritée.

C’est un bruit de pas qui me sort de ma contemplation. Craquement au milieu du silence… Je me retourne. Une haute silhouette encapuchonnée, une ombre parmi les ombres. Ce pourrait être un revenant, une des âmes qui errent écrasées sous mes pieds, que je n’en serais pas vraiment surpris. Je le regarde, impassible. Plus rien en ce monde n’arriverait encore à me surprendre.

Sauf ça. Lord Augustus. Son ton m’est reconnaissable entre mille. Sa voix profonde et sévère, tant redoutée de bien des gens, ne peut pas m’échapper. Le Tyran, ici, parmi les ruines de son temps. Le Tyran qui me cherchait, moi, l’un de ses éternels ennemis. Cela ne me dit rien qui vaille, mais je reste coi et patient. Je le sais affaibli depuis la Chute, mais des rumeurs disent aussi que sa magie pulse encore fort dans ses veines. S’il l’avait voulu, il m’aurait déjà éliminé. Je n’ai plus rien à perdre, mais s’il le faut, je défendrais chèrement ma peau. Qu’il s’approche cependant l’épée au clair, l’affrontement pourrait s’avérer intéressant. Depuis ma naissance je n’ai cessé de rêver lui enfoncer ma lame dans cette pierre glacée qui lui sert de cœur.

Mais pour l’instant, si ce n’est son ton sarcastique, il ne semble pas être ici pour chercher la guerre. Je ne vais donc pas moi-même courir au suicide.


« Augustus… Lord Augustus… Dois-je m’incliner devant vous où vous rappeler seulement que vous n’êtes plus le bienvenue en ces lieux, que ces pierres brisées ne sont plus que le reflet de l’ombre de ce que vous avez toujours partout emmené avec vous. Mort, tristesse et désolation. »

Mon regard glacial brille de haine et fureur. Dans ma main, je broie un morceau de pierre que j’avais ramassé. Poussière dans le vent… Nous sommes tous les deux réunis aujourd’hui dans cette ancienne salle du trône où s’est produit le massacre que nous avons tous deux contribué à provoquer, apogée d’une vie de querelles, d’une rivalité sans nom. Les assassins reviendraient-ils donc bien toujours sur les lieux du crime ?

« Que me voulez-vous donc que vous ne m’ayez déjà pris, cher Lord ? Je n’ai plus rien, ni royaume ni famille. Vous n’avez plus rien à m’arracher. »

Qu’espère-t-il donc trouver ici ? Vient-il seulement contempler à quel point m’est amère le goût de ma victoire ? Pars, oiseau de malheur, avant que je ne cesse de contrôler mes gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

Augustus Poing-d'Acier
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeMer 13 Nov - 19:04

Il y avait une raison bien particulière à la présence d'Augustus dans ces ruines. Il n'aurait pas prit le risque d'y mettre les pieds et encore moins la prétention de s'y présenter après ce qui était arrivé. Oh il se vengerait de tout ce qu'on avait osé lui faire subir, il reprendrait ce pouvoir qu'on lui avait ôté, pour tout ce qu'il avait, pour la survie des hommes qu'il avait permis, il exigeait une compensation. Il portait sur lui le poids de tous ces morts, de ces injures qu'on lui adressait, de la haine, la colère, la rancune, et il l'assumait, avec amertume et douleur, mais il avançait, car ce n'était pas dans le caractère du Roi d'abandonner, et ce malgré tout ce qu'il devait endurer. Il n'était pas la victime, ne se serait jamais associé à ce mot, mais il aurait aimé, parfois, qu'on l'écoute, qu'on cesse de le prendre pour le tyran sans cœur qu'il était. On ne voyait de lui que l'homme actuel, sans prendre en compte le passé qui le poursuivait inlassablement, cruel morsure de ses souvenirs qu'il refusait de garder. Et si par le passé on avait daigné faire attention à ses mots, peut être que jamais le sang de Chimène n'aurait coulé sur ses mains. La déchirure avait été fatale pour Augustus. Quoiqu'on en dise et quoiqu'on en pense, il était un homme brisé dans les tréfonds de son âme, elle hurlait à la mort de ses morceaux manquants, elle gémissait dans le froid d'un cœur gelé par la haine de la trahison. Et rien sans doute ne serait en mesure de le réparer. Depuis trop longtemps il trainait cette folie en lui, insidieuse et douloureuse. Un homme mauvais, dangereux et rancunier, voilà ce qu'il était. Ambitieux, égoïste, si il voulait de nouveau sauver l'humanité – bien qu'elle ne le méritait pas – c'était aussi bien pour eux que pour son profit personnel. Il ne fallait pas se leurrer, ses intentions étaient peut être louables (et elles l'étaient), mais régnait au fond de lui le goût du pouvoir, de la domination, car il estimait que si on voulait la paix dans ce monde, une personne devait tenir d'une main de fer ce qu'il en restait. Et pendant 200 ans, il avait assumé cette tache, dans la haine du cœur de ses sujets autant que dans leur fidélité.

Liam d'Outrevent était de ceux qui avaient toujours contesté son autorité, qui comme son père avant lui avait démontré, dans une mesure plus calme, une farouche opposition et qui pour ça avait chuté. Aujourd'hui, comme l'était le tyran, il n'était que l'ombre de lui même, la flamme de la rébellion l'avait quitté à l'instant même où Augustus avait chuté. L'avantage que ce dernier avait cependant, c'était qu'il avait encore un royaume sur lequel gouverner, des sujets qui le suivait. Outrevent était tombé en disgrâce, et le plus drôle dans tout cela, c'était que cette Arabella, Augustus avait eu l'occasion de bien la connaître. Elle ne portait pas le surnom de catin pour rien, après tout. L'ex-souverain d'Arven aurait pu y aller, avoir moins de retenue, entrer clairement dans le vif du sujet sans prendre des gants pour obtenir de son ennemi ce qu'il voulait. Pourtant, il avait fait preuve d'une courtoisie peu commune – quoique Augustus n'était pas le plus mal aimable de ce monde, bien au contraire, il avait toujours fait preuve d'un certain respect envers ses grands ennemis – et regrettait un peu que Liam n'en fasse pas autant. Oh les mots ne le surprenaient pas, le ton non plus d'ailleurs, Augustus là dessus était saturé, savait très bien la haine que chacun lui portait. Aussi, ça ne le blessa pas du tout d'entendre la moquerie poindre et cracher à son visage tel le venin du serpent. Cependant, la patience s'effrita peu à peu, et l'irritation montante, il n'attendit pas plus d'irrespect qu'il se téléporta au devant de l'Outreventois. La magie faisait partie de son être, grandissait, nourrissait ses veines, et si il la devait aux dragons, ça ne l'empêchait pas de les haïr plus que tout. Le saisissant à la gorge, il menaça de l'envoyer valser dans les ruines, le laissant se briser les os contre les parois rocheuses et coupantes des murs en pièce. Pourtant, si dans d'autres temps, Augustus aurait laissé place à la colère – et Dieu sait qu'il pouvait faire beaucoup de mal quand c'était le cas – il relâcha la poigne, moins par pitié que par nécessité de garder un contact positif, ce qu'il était venu chercher à l'origine.

« Je pourrais vous ôter la dernière chose qu'il vous reste, Liam. Cette misérable vie que vous trainez derrière vous en laissant votre royaume se briser dans les bras d'une catin. Cela dit, si il vous plais de regarder vos terres chuter, c'est votre droit. Rien ne sera plus amusant que de regarder la déchéance même. »

Quel regard. Celui d'Augustus, brûlant de la flamme magique fait face à la glace des prunelles de Liam, tous les deux animés par la vive fureur qui les embrase. Les choses semblaient mal partie pour obtenir ce qu'il voulait, et pourtant, il n'allait pas abandonner si vite. Il était là pour faire preuve d'une certaine diplomatie, qui disons le clairement était mal partie, mais si l'Outreventois ne faisait pas d'effort, il allait lui tirer les informations par la force, qu'il le veuille ou non. Une nouvelle fois, l'ancien empereur fit preuve d'une étrange patience, alors qu'il reprenait.

« Je ne suis pas venu là pour engager des hostilités avec vous. Et aussi étrange que cela puisse vous paraître, je viens à vous pour des informations que j'espère vous détenez. Et bien sûr, une coopération de votre part. Je ne tiens pas à me répéter, alors dites moi maintenant Liam, avez vous déjà entendu parler des reliques ? Où est celle d'Outrevent ? »

Certes, Augustus n'était pas vraiment en position de demander quoique ce soit. Mais l'héritier déchu avait mérité cette attaque qui n'avait curieusement pas abouti. Le Roi de Bellifère ne craignait pas la mort qu'on pouvait lui infliger, ni même la douleur d'ailleurs. Certes prétentieux, il pouvait sans conteste avouer pouvoir faire face à Liam sans avoir lui même à sortir une arme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Liam d'Outrevent
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeJeu 14 Nov - 9:38

Impuissant.

Il se téléporte, me prend par la gorge et me soulève. A cet instant je comprend à quel point il n'a pas été diminué par la Chute... Non... Il en est ressorti grandi. Je suis désespéré. Et pourtant... Pourtant, je souris.

Alors qu'il me repose au sol, lentement, réussissant à contrôler ses gestes. Je repense à ce jour du couronnement ou j'ai eu le culot de le frapper. On m'a appris plus tard que j'avais eu beaucoup de chance, que l'Académie avait anéanti provisoirement ses pouvoirs, qu'en temps normal je serais mort. Ce jour là, j'ai manqué de le tuer. Ce jour là, j'ai décidé de le laisser vivre. Aujourd'hui, c'est lui qui me fait cette faveur. Nous sommes quittes, alors ?

Il se contrôle. Et sous mon léger sourire se cachent mes doutes. Depuis ce jour je doutes. Je doutes de mes choix, de ma vie. J'ai combattu un homme injuste qui dirigeait d'un manière peu conventionnelle, qui ne respectait personne... Mais aujourd'hui, Espérance m'a apprit des choses, des éléments d'un passé oublié, des événements qui ont confirmé mes doutes, des mots qui ont fait ciller mon âme.

J'ai compris que derrière le Tyran se cachait un sauveur. J'ai compris que les Dragons n'étaient pas les Dieux bienveillants et sages qu'ils semblaient être. J'ai compris que derrière son insatiable soif de pouvoir, Augustus avait agit pour ce qu'il pensait être le bien de tous... Pourtant, je continue et continuerais toujours à le haïr pour tout le mal qu'il a fait, pour sa manière de gouverner, pour tout... Si c'était à refaire, je le referais, oui. Qu'il tente de se faire pardonner autant de fois qu'il le veux, qu'il fasse des banquets, des festins, des excuses... Je n'ai pas oublié ses choix, je n'ai pas oublié ce qu'il nous a fait subir, je n'ai pas oublié les morts, je n'ai pas oublié ses geôles. Il est mon ennemi juré, et c'est presque reposant comme relation. Au moins, nous n'avons rien à nous cacher, nous nous haïssons tout les deux, le savons. Il n'y a pas plus franc. Pas de faux semblants, pas de mots réfléchis, de peur de blesser, de demi-mesures. Non, nous nous détestons cordialement, nous insultons, nous attaquons.

Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, quelque chose semble avoir changé. Le vent a tourné. Il n'est plus ici en Empereur mais c'est une faveur qu'il vient me demander. Il pourrait me tuer, mais ne le fait pas. Il n'en a que faire. Il se moque de m'avoir moi comme ennemi sur le trône d'Outrevent, ou un autre... Et à dire vrai, je me moques bien de savoir que c'est lui sur le trône de Bellifère, tant qu'il ne cherche pas à conquérir les royaumes voisins... De toute façon, je sais pertinemment que rien de ce que je pourrais faire aujourd'hui ne pourrait le tuer... Alors...

Je soupire.


« Je ne me suis jamais intéressé aux reliques. Avant hier, je ne connaissais même rien de leur existence. Je m'étonnes même que vous n'ayez pris le temps de les chercher avant. Toujours est-il que je sais comme vous que les Dragons doivent être endigués. Je sais comme vous que les reliques doivent être détruites... Alors s'il le faut, je les chercherais aussi. »

Je m'éloigne un instant de lui en réfléchissant... Ce faisant, je lui tourne le dos. Cela dit, je n'ai pas peur. S'il voulait me tuer, il l'aurait déjà fait.

« Je ne sais pas si je fais bien de vous aider... Je vous avoue que je n'ai nulle envie de le faire. Pourtant, je n'ai pas de temps à accorder à la recherche de ces objets... Et je sais que même si vous devez brûler d'envie de les utiliser à d'autres fin, vous êtes étrangement aussi la personne sur laquelle je peux le plus compter pour les détruire. Enfin... Vous ne ferez pas de vieux os de toute façon si les Dragons venaient à être libérés... »

D'après Esperance, la tuerie des Mages a affaibli les Dragons, reculant leur sortie potentielle...

« Alors je vais vous dire ce que je sais. De toute façon je n'ai guère le choix, alors... Tout d'abord, je ne possède pas la relique. Je ne sais pas où elle est ou ce que c'est. Les légendes d'objets d'importances sont nombreuses en Outrevent... Ce pourrait être des pierres de lune... Une amulette... Peut-être une étoile ? C'est le symbole de notre Royaume... Je ne sais même pas ce que peut être une relique... Pour autant que je sache, même Tarïl, mon arme, pourrait l'être... »

Je caresse inconsciemment les veines de vermeil qui sillonnent le pommeau de mon épée...

« J'en serais presque navré, Augustus, mais vous devrez chercher par vous même, ce n'est pas moi qui pourrait vous aider. »

Ces légendes parmi lesquelles j'ai fouillé ramènent ma mémoire vers la fête qui a dû se tenir avant-hier en Outrevent. Samhain a du être très spéciale cette année, première fois depuis des siècle que ce n'est pas un membre de la lignée d'Outrevent qui est à la tête du Royaume. Je suis sûr que Marcus a du en profiter pour raconter bien des histoires et faire flamber dans les cœurs des nôtres la haine pour l'usurpatrice. Pas tout à fait sûr par contre que cette catin ai passé une bonne nuit, en ce jour de commémoration du passé d'Outrevent.

Enfin... Bientôt, je serais de retours parmi les miens. Ce n'est qu'une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

Augustus Poing-d'Acier
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeSam 23 Nov - 12:36

Il aurait pu mal le prendre, se braquer et ne pas coopérer. D'ailleurs, c'était la réaction qu'Augustus s'était attendu à voir. Aussi, si il n'y avait aucune surprise dans son regard, il y avait au fond de lui une part qui l'était. Plus encore, ce sourire qu'il avait affiché alors que la poigne solide du tyran avait saisit son cou avec hargne, cette arrogance, mais plus encore, ce sentiment de ne rien avoir à perdre, que tout ceci ne comptait plus. À quel point Liam d'Outrevent était-il tombé pour passer au delà de tout ce qui aurait du compter ? Augustus n'avait rien à faire de toutes ces affaires, mais il se tenait bien évidemment au courant de ce qui arrivait ailleurs. Il faisait ce qu'il voulait à Bellifère, en était le Roi incontesté, mais il savait qu'Outrevent n'avait pas la même mentalité, d'autant que leurs actuels souverains, en plus de ne pas être légitime, n'avaient aucune conscience de ce qu'impliquait la royauté. Une couronne, c'était lourd à porter quand on la prenait par pur désir d'être respecté de cette fibre particulière qu'offrait les sujets. Autant à l'époque, Augustus n'était qu'une usurpateur sans ascendance ni nom, autant il avait toujours prit sur lui le poids de la charge qui l'incombait, ce qui avait expliquait pourquoi il était si longtemps resté en place. Il avait jusqu'au bout des choses assumé tout ce qu'il entreprenait, assumé le sang qui tachait ses mains, assumé les horreurs qu'il avait fait, les terribles décisions qu'il avait été obligé de prendre. Certaines d'entre elles ne l'avaient jamais satisfait, mais parfois, être Roi impliquait de faire ce qu'il fallait, qu'importe l'ampleur des dégâts. Augustus n'était pas Roi de naissance, ni dans ses gênes ni nul par ailleurs, cependant, il estimait – et peu lui contesterait – avoir les épaules pour soutenir ce fardeau. Et aussi curieux que cela soit, il pensait Liam capable de cette charge, lui aussi. Arabella n'était qu'une catin fière et arrogante qui ne connaissait rien à la vie, alors que Liam avait toujours assumé ses choix dans une existence qui ne l'avait pas gâté. Il était resté fidèle à ce qu'il était, sans faillir, sans rougir des décisions prises.

Ce qui expliquait sans doute pourquoi Augustus avait toujours respecté cet homme, malgré la franche haine qui les opposait. Le tyran ne pouvait apprécier quelqu'un qui s'était toujours opposé à lui, mais à l'instar de Svanhilde Nightingale, il ne les détestait pas en tant que tel d'une profonde rancune, même si cette dernière avait mené le monde à la déchéance en permettant aux dragons de franchir le voile de leur prison, même si Liam avait mainte fois porté atteinte à sa personne. Il ne les aimait pas, mais si le Destin ne lui permettait pas d'autres choix, il aurait fait alliance avec eux, que ça lui plaise ou non. Certaines choses nécessitait des sacrifices, et qui mieux que Augustus pouvait comprendre la valeur de ceux ci, lui qui avait fait de son propre bonheur passé un sacrifice au service de l'humanité. Oh il ne regrettait toujours pas ce choix qu'il avait estimé comme un acte juste, mais il avait néanmoins tué devant tous la femme qu'il avait aimé en secret. Cruelle destinée.

Avait-il donc fait le déplacement pour rien, alors que dans un soupir, Liam lui explique son ignorance ? Surprise ? Non véritablement. Irritante déception d'avoir fait le chemin pour rien, puisqu'en tout état de cause, il aurait préféré éviter de revoir l'Outreventois.

Il grogne, comme si c'était une évidence, la patience à mesure faiblissante.

« Ils ne doivent pas seulement être endigués mais détruits. L'humanité se porterait bien mieux sans ces créatures. »

Haine palpable, Augustus détestait plus que tous ces bêtes dangereuses et envieuses de pouvoir. Il ne pouvait faire une généralité sur chacun d'entre eux et pourtant, le tyran les classait tous dans la même catégorie : à exterminer. Car il savait combien ils pouvaient être puissants et instables, c'était bien leur problème. Lui tournant le dos, sans doute conscient du danger que le souverain pouvait représenter – quoiqu'en l'instant, si il avait voulu le tuer, il aurait pu le faire bien mille fois durant cet entretien – Liam continua.

« Je n'ai que faire du pouvoir des reliques. Mais que vous me croyiez ou non m'importe peu, vous ne seriez pas le premier dans ce cas la. Je cherche seulement un moyen de mettre fin à leur avancée et je détruirais ces objets. Le reste me regarde. Il rit cyniquement. Oh Liam, si les Dragons sont libérés, je ne serais pas le seul à souffrir de leurs éclats. Si il reste ne serait-ce qu'un quart de l'humanité, alors leur générosité aura été bien grande. Ou peut être se contenteront-ils seulement de nous asservir, qui sait, tout dépendra de ce qu'ils veulent, mais il n'y aura pas de salut pour nous. »

Il n'y aura plus rien sinon la mort, le désespoir, un cruel retour à l'asservissement. Les rôles seraient alors inversé, et il ne resterait à l'humanité aucun avenir, aucune destinée. Augustus n'était pas prêt de laisser cette folie arriver. Il soupira néanmoins à son tour, déçu, vraiment, de ne pas avoir plus que ce qu'il espérait en venant ici.

« Hé bien, ça ne changera pas de mes habitudes je suppose. Je suis presque navré aussi que vous n'ayez pu m'être d'une grande aide. Sur ce, je ne vais pas m'attarder, la déchéance de votre royaume vous attend. »

Il n'avait pu s'empêcher de marquer cette dernière phrase d'une pique bien sentie, même si il savait au fond que ça ne touchait plus vraiment Liam. Augustus n'avait pas grand intérêt pour les affaires d'Outrevent, néanmoins, si il connaissait fort bien Arabella, il préférait voir le véritable héritier sur le trône qui lui revenait de droit. Venant du tyran, cette dernière réplique avait finalement plus pour vocation de motiver l'Outreventois que de le rabaisser dans ce qui lui restait.

Sans attendre de réponse, il entama un mouvement pour s'en aller, reculer dans les décombres de ce palais, disparaître dans le noir de la nuit qui était tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Liam d'Outrevent
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitimeDim 24 Nov - 14:01

Il s'en va...

Avec une dernière pique sur le statut de mon royaume, il se retire. Pourtant, je sais qu'il a raison, mon royaume plonge dans la déchéance aux mains de cette catin... Pourtant, il me faut encore attendre, juste un peu... Le temps n'est pas venu. Je ne peux revenir que dans la lumière, qu'avec des preuves tangibles et des appuis certains. Je pourrais faire mon retour aujourd'hui, mais il ne se ferait pas dans la lumière. Outrevent doit attendre, Outrevent doit subir encore les caprices de Rois qui n'en sont pas, si je veux pouvoir non seulement reprendre mon titre, mais aussi le garder. Aujourd'hui, certains cracheraient encore derrière mon dos si je revenais, faisant fi de toutes lois et tout motifs, prenant le trône par la force. Mais demain, le royaume sera au plus bas, j'aurais obtenu des soutiens infaillibles, j'aurais les renseignements nécessaires pour revenir en toute quiétude. Alors, je pourrais reprendre la couronne dans la lumière du trône. Alors je pourrais régner à nouveau, et être suivis des miens. Je ne peux penser qu'au présent, parfois, des sacrifices sont nécessaires pour embellir l'avenir.

Il se retourne pour partir, et mon honneur me dit de lui répondre, de ne pas laisser passer cet affront, de ne pas lui laisser le dernier mot. Pourtant, je ne dis rien, alors qu'il s'éloigne dans le silence. Mes yeux sont perdus dans le vide, contemplent les pierres brisées qui gisent à mes pieds. Cette conversation était si irréaliste...

Alors un petit objet attrape mon regard. Je me baisse et le ramasse... Une pièce d'échec, un pion noir. Je la contemple un moment au creux de ma main, réfléchissant à cette discussion, aux reliques, aux Dragons, à ce que m'a révélé Esperance, à toutes les informations que j'ai eu à comprendre ces derniers jours... La brume, peu à peu, s’éclaircit.


« Augustus !... Attendez. »

Alors qu'il s'arrête, je range la pièce dans ma poche, cherche mes mots.

« Pourquoi ?... »

J'hésite... Fortement... Puis décide de continuer.

« Pourquoi n'avoir pas dévoilé la raison de vos crimes ? Pourquoi vous être laisser haïr d'Arven ? Pourquoi n'avoir pas cherché à obtenir notre confiance, plutôt que notre dégoût ?... Je ne sais si un seul de vos actes aurait un jour mérité qu'on le qualifie de Juste, mais je sais aujourd'hui que derrière votre armure de solitude et de mépris, vous avez jadis décidé de luter pour le peuple, et non contre lui, comme je l'avais toujours cru... Et aujourd'hui... Aujourd'hui vous cherchez les Reliques. Encore une fois, vous affrontez les Dragons. Vous les affrontez seuls. »

Serais-je capable un jour de croire que celui que j'ai toujours appris à détester avait en lui une part de bon ? Serais-je capable un jour de me battre à ses côté, quand les nuages deviendront plus noir que la cendre ? Je l'ai toujours haï, j'ai toujours haï son caractère, ses choix, ses mots... Même à la lumière des révélations récentes. Pourtant, au fond de moi, je sais que je dois remettre en doute mes convictions. Je sais que je dois réfléchir au delà de ma haine.

J'étais l'un de ses pires ennemis. J'étais l'un de ceux qui le connaissaient le mieux... Ce n'est peut-être que justice et logique que je sois le premier à ouvrir les yeux sur ce qu'il était vraiment. Même si cela m'en coûte. Même si je dois oublier mon ego pour un instant. Je me dois de comprendre. Qu'importe les choix passés, nous ne pouvons les défaire. Mais demain, je serais Roi, et si je ne veux pas mener Arven à sa perte par la faute de mes sentiments personnels, je me dois aujourd'hui de ne pas penser qu'à moi, je me dois de lui poser ces questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
Un regard au delà du passé [PVLiam] Empty
MessageSujet: Re: Un regard au delà du passé [PVLiam]   Un regard au delà du passé [PVLiam] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un regard au delà du passé [PVLiam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» regard perché
» le regard d une fille
» Mon premier accouchement c'est mal passé, j'ai peur du second...
» Dans le regard d'un chien....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Palais de Chimène-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche