Partagez | 
 

 La valeur du fidèle [PV Octavius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

avatar
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
MessageSujet: La valeur du fidèle [PV Octavius]   Jeu 17 Oct - 6:11




26 octobre 802
La valeur du fidèle
Prouvez moi votre loyauté, ou mourrez


  •  Nom des participants : Octavius Sang-d'Argent et Augustus Poing-d'Acier
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 26 octobre 802
  • Moment de la journée & météo : Début d'après midi. Une belle journée.
  • Saison 2, chapitre 2



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

avatar
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
MessageSujet: Re: La valeur du fidèle [PV Octavius]   Jeu 17 Oct - 9:35

Le secret n'avait pas été gardé très longtemps. À vrai dire, il n'en avait pas été prévu ainsi. Il fallait croire que les choses allaient vite dans ce monde en plein changement et bien plus en proie à la destruction qu'à la paix Universelle que tous avaient tant cherché. Cela faisait bien rire Augustus, de les voir ainsi se plaindre de le sort alors qu'ils l'avaient tous cherché. Ah oui, le tyran, le vilain tyran était enfin tombé, l'on pouvait se moquer de lui, de sa chute, de la déchéance de son pouvoir. Mais l'on venait bien vite à regretter le Arven qui était sous son joug. Car lui au moins n'avait jamais prétendu vouloir dominer l'humanité, ou pire encore, vouloir la détruire. Il n'avait fait que s'attaquer à la véritable source de danger voilà 200 ans passés : la magie. C'était elle qui avait repoussé les dragons une fois en danger, et sans les mages au travers d'Arven, ils s'étaient senti à leur tour menacé, et avaient fuit. Ils n'auraient pas du revenir. Ce n'était pas prévu. Mais ça... il savait qui était la fautive. Encore et toujours la même, qui croyait se battre pour la paix et les hommes, mais qui n'avait fait que les mener à leur perte. Augustus avait réussi à arrêter Chimène une première fois, baignant ses mains dans son sang, brisant à jamais tout sentiments en son cœur. Mais cette seconde fois, lorsqu'elle avait fait revenir l'Académie sur les terres désolées de Nightingale, il n'avait pu l'empêcher. Et peu à peu, il avait senti le malheur arriver. Oh, les choses auraient pu encore tenir, s'il n'avait pas été aussi brutalement chassé...

Le Poing du souverain se serra alors brusquement à cette pensée. Et un homme recula au même instant, effrayé par le geste incongru. Avait-il peur de se faire agresser alors qu'Augustus ne faisait que l'écouter, assit sur le trône de Bellifère, la couronne ceignant son front ? Personne, non personne ne pouvait avoir confiance en lui, et les choses étaient parfaitement réciproque. Mais le grand Roi se sentait néanmoins bien seul, même si jamais il n'aurait avoué cette faiblesse. Peut être même ne la reconnaissait-il même pas. Il indiqua d'un regard à l'homme de se calmer et de reprendre où il en était. Au côté du tyran, invisible mais présent, Neg', le fidèle loup des glaces, familier depuis des siècle et seul être en qui Augustus aurait confié sa vie. Il était calme, mais parfois des grognements échappaient à sa gueule, lorsque son maitre perdait la patience de ses propres pensées, lorsqu'il ressassait en sa mémoire les évènements tragiques qui l'avait fait descendre si violemment. Parfois, il tentait de le calmer, mais le loup n'était pas plus sage que ne l'était Augustus. Tous deux étaient semblables mais se complétaient. Du reste, leur sentiments étaient pleinement liés, et leur douleur aussi.

« Qui est donc le prochain que je dois recevoir ? »

Demanda t-il alors une fois le discours de son homme de main terminé. Ce dernier d'ailleurs manqua une nouvelle fois de s'effrayer lorsqu'il entendit la voit glacé du tyran, peu réputé pour sa patience, ni pour sa clémence. Tout était si futile...

« Un certain Octavius Sang-d'Argent Monseigneur. »

Ah oui. Cet homme, le Roi en avait entendu parler de bien des manières, positivement comme négativement. Il semblait fidèle à l'ancien empire, fidèle à son Roi, mais présentait une grande violence, autant qu'une habilité remarquable au combat. Augustus avait dans sa chute perdu nombre de ses gardes personnels. Et non pas qu'il craignait de revoir des gens attenter à sa vie (ce qui n'était cependant pas une option à mettre de côté), il avait décidé de lancer des tournois au quatre coins de Bellifère et élire par la suite ses champions. Néanmoins, il préférait auparavant les rencontrer en personne, et s'assurer par la suite lui même de la fidélité de ces hommes en devenir de membre de la garde royale. Il faisait là un grand honneur à ces gagnants de rencontrer ainsi le Roi, en seul à seul pour quelques échanges de mot. Augustus n'avait pas besoin de les voir longtemps, une à deux minutes suffisaient au tyran pour qu'il se fasse une idée, et pour l'instant, des cinq personnes qu'il avait rencontré, aucun ne retenaient plus que de raison son attention. Il soupira d'ailleurs devant la liste assez conséquente.

« Faites le entrer. »

Le serviteur ne se fit pas prier. Mais pourquoi Diable avait-il gardé cet homme à son service ? Il n'était pas de Bellifère, un rescapé de Lorgol bien trop effrayé de retourner dans un monde en ruine et qui avait préféré suivre son ancien maitre. Enfin... il avait trop peu d'alliés, il se devait de ménager ceux qu'il avait encore.
Une douleur lui échauffa le flanc, et comme toujours, il avait besoin d'y porter la paume pour mesurer l'ampleur de la blessure qu'il portait et qui n'avait pas encore décidé de se soigner. Le feu et la magie avaient détruit cette part de lui, et la peau meurtrie qui avaient cessé de fondre comme de la cire c'était figé depuis, mais laissa une chair à vif hurlant de douleur. Rien à faire, il pouvait soulager le mal, mais point le soigner pleinement. Et sa magie, aussi avancée soit-elle, n'arrivait pas à cerner le cœur de la blessure. Il ferma les yeux quand une nouvelle vague vint le transpercer. Puis il s'interrompit lorsque les grognements de Neg' reprirent. Quelqu'un arrivait. Il reprit l'air froid et cassant qu'il avait toujours abordé, malgré le feu brulant de ses yeux enragé de douleur. Sans se lever cependant, il adressa un salut à l'homme devant lui, avant d'en venir aux faits.

« De nombreux mots parcourent vos exploits. Parlez Octavius. Dites moi quels projets vous ont poussé à caracoler dans l'arène en mon nom et pour votre Roi ? Pour quelles raisons avez vous prit part à ce tournois et rougit le sable dans les combats ? »


Augustus plongea un regard de hauteur vers l'homme, appuyant dans sa paume son menton, prêt à écouter. Écouter oui, mais qu'il se dépêche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Sang de colère

avatar
Messages : 51
Je réside : à Hacheclair
Mon occupation est : capitaine de la garde royale de jour d'Augustus Poing-d'Acier de Bellifère et tête de la Guilde des Guerriers
Mon allégeance va : à Augustus

Registre
Âge du personnage: 32 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Louis de Brunante & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: La valeur du fidèle [PV Octavius]   Jeu 17 Oct - 12:35

Une chance inespérée.
Peut-être même sa seule chance.

L'annonce que le Roi cherchait à se construire une nouvelle garde avait circulé rapidement dans Bellifère. Octavius avait senti son cœur se débattre dans sa poitrine quand le héraut avait hurlé la nouvelle, sur la place publique de Hacheclair. C'était sa chance de réaliser le rêve qu'il caressait depuis qu'il était enfant, de mener à terme tous les entraînements, toutes les batailles, tous les combats auxquels il s'astreignait depuis son adolescence. Son nom avait rapidement atterrit sur les listes de ceux qui se battraient pour cet honneur – et il s'était juré qu'il serait le seul émergent de cette liste d'anonymes et d'ennemis.

Sur le sable de l'arène, il avait été... brillant. Il s'était surpassé. Tout s'était déroulé comme dans un rêve. Dans un mirage. Octavius n'était pas un homme intelligent. Ni un homme d'art. Mais lorsqu'il maniait l'épée, il ne se battait pas, il dansait. Il n'avait pas la grâce d'un Liam d'Outrevent, la finesse d'un Melsant de Séverac, mais il n'en restait pas moins vif. Pas moins habile. Il redonnait chaque coup qu'il avait pu parer, jouait de ses pieds et de son corps imposant autant que de son arme, jusqu'à mettre à terre et à saigner. Symboliquement. Pas le droit de tuer, ici. Le droit de blesser, oui, de laisser le fer mordre la chair et goûter au sang. Une danse terrible où tous s'éliminaient, où les partenaires n'en étaient pas. Des adversaires. Lorsque le dernier avait été couché, lorsqu'il avait été proclamé champion de Hacheclair, le sourire enfantin qui avait pris place sur son visage en avait été un de pure joie.
Et maintenant, ils étaient là. Ils attendaient que leur nom soit nommé pour qu'ils aillent rencontrer le Roi de Bellifère en seul à seul – un honneur pour chacun d'eux. Plusieurs hommes, plusieurs champions qui se jaugeaient tous d'un œil haineux, hautain. Ces autres n'étaient pas meilleurs que lui, se convainquit le Belliférien. Eux aussi, ils les auraient tous mis à terre, s'il avait eu à se battre contre eux. Le serviteur sortit de la salle d'audience et clama un nouveau nom :

« Octavius Sang-d'Argent ! »

Il s'avança, le menton levé, sortant du rang de ses compères vainqueurs. L'opale de feu brillait comme un œil à la garde de son épée, grosse comme un œuf de poule. Son prix de sa participation acharnée au Tournoi des Trois Opales, à l'occasion de Mabon. Son armure était usée, mais tenait en un morceau. Pas de rouge sur lui, pas même sa lame, cette fois. Le serviteur le fit entrer dans la salle d'audience  et s'avancer jusqu'à l'endroit où il devait se tenir, sous le regard inquisiteur d'Augustus Poing-d'Acier. Octavius mit aussitôt un genou en terre, dès que leurs regards se croisèrent. Son souverain. Son roi. Son empereur. L'homme qu'il avait adulé, adoré, toute sa vie. Il était aussi terrifié par lui qu'en complète admiration. Par cet homme qui avait entendu parler de lui, qui connaissait son nom et qui lui demandait d'expliquer pourquoi il était là.

À lui de parler.

« C'est tout c'que j'désire faire depuis qu'j'ai appris à t'nir une épée. Une voix basse et chaude, qui porte étonnamment. Il en est presque gêné, de s'entendre si fort alors qu'il ne lève pas le ton, d'entendre ses voyelles coupées, son parler rude à côté des accents travaillés de son Roi. Vous êtes mon Roi, le véritable Empereur d'Arven, et dev'nir vot' lame, c'est c'qui m'fait rougir la mienne depuis longtemps. Il ne s'était pas relevé, ni n'avait relevé les yeux. Tuer et mourir pour vous. »

Octavius n'était pas un homme de mots. Il n'était pas intelligent, ni rusé. Ce n'était pas non plus un homme d'art. Mais pour son Roi, il pouvait parler, comme au combat, il savait danser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ J'aime faire rager Chimène

avatar
Messages : 59
Je réside : à Bellifère
Mon allégeance va : à moi même

Registre
Âge du personnage: Plus de 200 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine
MessageSujet: Re: La valeur du fidèle [PV Octavius]   Sam 23 Nov - 9:57

Personne ne pouvait se douter, en voyant Augustus, que son statut d'origine était bien loin de celui des nobles familles, un nom emprunt de majesté et de richesse. Personne ne savait d'où il venait vraiment, et lui avait tout fait pour l'oublier. Aujourd'hui, de ce qu'on savait de son passé : Augustus, mage de Dragonvale, tyran. Si peu de choses, qui à la fois résumaient très bien ce qu'il était, mais qui d'un autre côté le reléguait au rang d'un être sans rien au fond de lui, plat, sans vie et intérêt. Le Roi qu'il était avait toujours eu une raison derrière ses actes, il n'était pas irréfléchi, même malgré les colères terribles qui le prenait, il savait penser avant de foncer. Tous ses actes, ces barbaries auxquelles il eut recours, il les savait choquants, marquants, qu'il s'était mit tout un continent à dos, mais il savait aussi que ça avait été nécessaire et que sans lui... hé bien que ce monde ne serait plus là aujourd'hui. Les gens pouvaient croire ce qu'ils voulaient, et s'il avait vivement désiré le pouvoir, il avait aussi envers et contre tous chassé le mal pour sauver les Hommes. Avec le recul, certains comprendraient peut être, d'autres au contraire auraient toujours à lui reprocher la tyrannie qu'il avait mit en place, et il ne contredirait pas. Il en avait assez d'argumenter, cela ne lui avait jamais servit à rien, puisque personne ne voulait l'écouter. Ah il était beau le monde d'Arven, mais si il avait tenu aussi longtemps, ce n'était que grâce à lui. Et si ces terres tombaient en ruine maintenant, ce n'était pas sa faute. Après tout, chacun avaient cherché à le chasser.

La rancune du souverain resterait, elle était tenace en lui. Mais il passerait outre, comme tous les autres affronts qu'il avait dû subir toutes sa vie. Il passerait outre oui, mais n'oublierait pas. Au fond, il n'y aurait pour lui que la trahison de Chimène qui dépasserait toutes les autres, qui animerait à jamais la braise de son âme par la haine, la colère, la déception. Non, il ne devait pas penser à elle, ce n'était guère le moment, des affaires autrement plus importantes l'attendaient, et si il songeait à cette femme, l'entretien qu'il avait avec ce cher Octavius risquait bien de mal tourner, non à cause du guerrier, mais bien par l'humeur irritable du roi.

Il n'avait confiance en personne. Il avait entendu tant de soldat lui jurer une fidélité sans faille, parler au nom de leurs ancêtres, promettre monts et merveilles au souverain, et aujourd'hui ces même guerriers l'avaient abandonné. Il savait que certains avaient tenté de le tuer, de mettre fin à ses jours par une lame dérobée. Oh non il ne suffisait pas de mots, sans saveur ou non, pour le convaincre. Délier la vérité et le mensonge, Augustus ne savait pas particulièrement le faire, mais sa capacité de ne se fier qu'à lui aidait à ce que jamais il ne prenne n'importe qui à son service. Des soldats de sa garde, il n'avait gardé que les plus fidèles d'entre eux, jusqu'à leur mort ils combattraient. Octavius serait-il de ceux là ?

« C'est ce que désirent chacun des prétendants à la garde, ceux qui vinrent avant vous, et ceux qui passeront après vous. Tuer et mourir pour moi, c'est tout ce que j'attends d'un soldat. Mais ma garde n'est pas comme ça. Savez vous ce que je recherche ? Des hommes de confiance. Des personnes sur qui je n'aurais pas la crainte de m'appuyer, voyez vous. »

Ce n'était pas forcément ce qui arriverait, mais dans les faits, Augustus avait effectivement besoin de personnes de ce genre. Plus que la fidélité sans faille, le service, l'abnégation. Peu avaient dans sa garde ce sentiment envers lui. Beaucoup le prétendaient cependant. De mémoire, seul son capitaine de la garde de nuit, ce cher Siméon, avait toujours fait preuve de dévotion et de sacrifice envers lui, et Augustus avait toujours su lui rendre. Prochainement d'ailleurs, il avait des projets pour lui.

« Pourquoi seriez vous différent de tous ces menteurs qui sont déjà venu me voir par le passé, Octavius ? »


A ses côtés, Neg, invisible aux yeux de tous, se met à grogner, de l'ardente passion qui prend son mage au souvenirs de tous ces innombrable traitre qui dans son dos lui avaient planté une lame. Il ne ferait pas la même erreur deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La valeur du fidèle [PV Octavius]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La valeur du fidèle [PV Octavius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Hacheclair :: Palais d'Augustus :: La salle du trône-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche