Partagez | 
 

 Que la force de mes ennemis soit mienne || Rasul Khamsin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 

avatar
Messages : 5
Je réside : Un peu partout où me porte mes pas.
Mon occupation est : Assassin de la Confrérie Noire.
Mon allégeance va : Aux souverains d'Erebor, au Fils des Ombres et à l'Oracle de la Confrérie Noire

Registre
Âge du personnage: 30 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain || Anthim || Philippe || Joséphine || Augustus
MessageSujet: Que la force de mes ennemis soit mienne || Rasul Khamsin   Lun 3 Nov - 15:13

Code:
<div class=fiche-presentation>
<div class=prenom-perso>Rasul</div>
<div class=nom-perso>Khamsin</div>

<div class=avatar>http://nimga.fr/f/EEjem.png</div>
<div class=copyright>Serleena</div>
<div class=image1>Adresse web d'une image en 100x100</div>
<div class=copyright1>Copyright de cette image</div>
<div class=image2>http://images.desimartini.com/media/versions/main/gallery/f6d6a7e4-ac8d-428f-a905-1ead4f6d5750_gallery_image_100_100.jpg</div>
<div class=copyright2>Copyright de cette image</div>

<div class=feat-perso>ft. Riz Ahmed</div>

<div class=date-naissance>3 septembre 773</div>
<div class=lieu-naissance>à Sinsarelle</div>
<div class=age>Age (en nombre)</div>
<div class=origine>du Royaume d'Erebor</div>
<div class=allegeance>aux souverains d'Erebor, au Fils des Ombre et à l'Oracle de la Confrérie Noire</div>
<div class=je-suis>gitan des sables et lame de la Main de la Nuit</div>
<div class=groupe>voie des armes</div>

<div class=test-rp>A voir en jeu !</div>
<div class=histoire>Hier encore il regardait le sol d’Erebor et son sable immensément lourd et chaud, il foulait les rocs durs et coupants des montagnes dans sa marche jusqu’au campement, enfant jeune et insouciant. Prince d’une vie de bohème et sans titre, Rasul est né fils de gitan et fier de ses origines trempées dans l’infinie du désert de ce royaume mystique. Erebor a toujours su charmer le cœur du sombre assassin de la main de la nuit, transportant d’émotions et de sentiments une âme qui se considère aujourd’hui sur le chemin de la rédemption. Il a grandi ici, évolué parmi les siens sur une terre aride et pourtant si vivante. Son clan était farouche, brulant d’un feu primitif et bestial, parfois très noir et très sombre comme la nuit, parfois clair et lumineux comme les braises dans le foyer mourant. L’enfance est pour Rasul un peu un rappel à ce qu’il espère pour le futur : le bonheur, l’insouciance, l’inconséquence. Du passé, il n’en a pas désir, mais seulement souvenir. Il sait que l’homme d’aujourd’hui ne sera plus jamais l’enfant d’hier, et sans regret, il porte encore de temps en temps des regards doux et mélancoliques sur le passé.

Des plus beaux moments de ce temps-là dont il se rappelle, ce sont sans doute les chaleureuses rigolades après de longues marches dans le désert et l’installation du camp, monter ces tentes immenses et rafraichies, arroser sa nuque d’une eau froide et salvatrice, courir dans les oasis bénis pour y piquer une tête l’espace de quelques minutes avec les autres enfants. Un temps lointain et insouciant, car comme pour beaucoup en Arven, la vie change, pas toujours en bien. Mais laissons cela sous silence encore quelques lignes, et laissez chanter les souvenirs du lointain. Lorsqu’il regardait encore hier, il se souvenait des encens posé sur les vasques de terre, fumant et échappant ce fin filet grisé d’une odeur d’exotisme. Il se rappelle les rondes assises avec le clan, autour de ces corps morts et ces cœurs qui se passaient entre les mains pour quelques bouchées rituelles et symboliques. D’aucun dirait une technique de barbare, que celle de manger la chair d’un autre humain, eux n’y voyaient qu’un sacrifice pour étendre une connaissance et une force ennemie. Rasul se souvient de la première fois que la chair élastique avait glissé dans sa propre bouche, son propre corps, que le sang avait maculé ses lèvres et ses joues d’une lueur rougeoyante. Il se souvient du sentiment de puissance, du bien-être, de cette tradition qui allait continuer de le suivre, dans cette vie et dans l’autre.

Et puis l’on finit par grandir, comprendre, chercher, rejoindre et évoluer. Les tribus d’Erebor avaient cette particularité mystique de ne pas se ressembler, d’apporter de leur pierre leurs richesses et leurs sombres côtés. C’est ainsi que le clan de Rasul entra au cours des années de son adolescence en contact avec la tribu Gilahâr, assez peu apprécié des autres clans gitans pour les noirs rumeurs qui courraient à propos de leurs méthodes un peu extrémistes. Ce ne sont pas celles-ci qui arrêtèrent Rasul à rencontrer ces hommes aux valeurs tissés d’or, l’égalité pour chaque être. Il eut tôt fait d’embrasser leurs manières et leurs idéologies, jusqu’à finir par tremper dans ce qu’il considérera bien plus tard des crimes. Pourtant, il passa des années à suivre leurs habitudes et les ordres, comme l’un des membres même de cette tribu, abandonnant la sienne au profit de valeurs qu’il estimait plus fortes. Qui sait combien il retira d’enfant à ces familles trop riches et trop imbues d’elle-même pour percevoir le besoin de travail de chacun. La liberté et l’égalité avait un prix, chacun devait s’en accommoder, ainsi avait pensé Rasul durant presque six années. Et finalement, les choses changèrent peu à peu, rappelé aux symboles de son passé et aux valeurs qui l’avaient vu naitre. Il avait vu bien des choses qui l’avait surpris, parfois étonné, parfois choqué. Ces hommes et ces femmes dépossédés de leurs fils et filles détruits et brisés… de ces enfants malheureux et revendus comme de vulgaires bêtes auxquelles on ne s’intéressait même pas. Et finalement cette trahison qui lui avait vu naitre les tréfonds de la vengeance et du sang en son cœur. Ce sang qui se rappelait à sa gorge dans les souvenirs enfouit des traditions du passé.

C’est ainsi que la main de la nuit prit possession de lui. Les contacter n’avait pas été le plus difficile. Les liens qu’il entretenait avec les gitans malins et au courant de bien des choses lui avaient murmuré les sombres secrets qu’il nécessitait de réveiller pour se voir rejoindre la plus terrible des guildes d’Arven. La sombre et très redoutée guilde des assassins. Pourquoi avait-il fait le choix de changer d’allégeance après ces années passées auprès des siens ? La vengeance. La simple vengeance sourde et insidieuse qui parvient au creux du cœur d’un homme blessé. Il avait pris le parti de quitter le clan Gilahâr quelques mois avant la tragédie qui toucha sa propre tribu, mais l’acceptation de ceux-ci sur son départ ne se fit qu’au travers d’une hypocrisie de sourire et faux semblant : la peur de se voir dénoncé au Fils des Ombres sur les illégalités de leur activité les avait poussé à mettre en garde Rasul de manière glaciale. Un matin il avait retrouvé son père et sa petite sœur assassinés sur les dunes de sable réchauffé par le soleil d’été. La signature était évidente, et dans un excès de colère, il céda à l’appel de la vengeance, promettant sur ses ancêtres de venger la famille et dévorer les cœurs des traitres, des ennemis.

S’il exécuta très rapidement après son entrée dans la guilde le pourquoi de sa présence dans celle-ci, il resta fidèle à cette nouvelle allégeance qu’il venait d’accorder tendant même à prendre plaisir à ce sang dégoulinant sur ses doigts. A la fois fils des dunes et du désert, enfant de bohème de la Cour des Miracles et main de la nuit, Rasul était mélangé à tant de cultures sans pour autant en abandonner l’une au profit de l’autre. C’était pourtant la voix des assassins qu’il continuait de suivre aujourd’hui, malgré la tombée de la guilde lors de la mort de l’Oracle Svanhilde, même avec la refonte de celle-ci et l’appel à tous les enfants de la nuit au travers Arven, même avec la libération des dragons contre lesquels Rasul n’avait aucun grief. Les guerres, les oppositions entre les royaumes, tout cela il s’en moquait, il n’était que la main vengeresse qui répondait aux demandes qu’on lui soumettait.  
</div>
<div class=caractere>Loyal : C’est la base de toute allégeance donnée, honorée et consentie. Rasul n’est pas du genre à fuir, abandonner et trahir ceux en qui il a confiance et ceux qu’il sert. Il n’en a sans doute pas l’air car beaucoup s’en étonne, mais oui, c’est une personne très loyale et digne de confiance. Et au contraire, il n’apprécie guère ceux qui n’ont aucuns scrupules à trahir autrui. Néanmoins, la loyauté qu’il offre s’étiole si la souveraineté n’en devient pas moins un fruit pourri. Homme d’honneur, il suit ses principes, il ne souhaite pas aller contre eux.

Silencieux : Car ce n’est pas dans les habitudes du gitan de parler et déblatérer paroles sans intérêts. Il n’aime à vrai dire pas s’étendre dans les discussions, et au fond il n’est pas tout à fait à l’aise dans celles-ci. Bien souvent en manque de conversation – et parfois de tact – et préfère ne rien dire au risque de sembler associable. Peut-être l’est-il un peu, rien n’est moins sûr.

Franc : Il n’est pas nécessaire de beaucoup parler pour dire à quelqu’un ses quatre vérités. Que cela soit emballé dans de belles paroles ou tout simplement énoncé avec la plus grande franchise du monde, Rasul sera toujours honnête dans ses mots. N’en déplaise aux autres.

Froid : Ou distant. Les deux sont semblables, car dans tous les cas c’est une manière de ne pas se laisser approcher. Le gitan ne déteste pas les gens, mais plus il est seul, mieux il se porte. Et au fond, seuls les murmures du vent dans le désert sont les plus proches amis qu’il apprécie vraiment. La solitude est sa sœur, même si parfois il se lasse d’elle.

Déterminé : La voie qu’il a choisi ne lui permet pas de renoncer à la tâche qui l’incombe, aussi sombre, triste et cruelle soit-elle. La mort est l’assistante de tous les agents de la main de la nuit, renoncer, c’est risquer sa propre vie. Echouer, se laisser atteindre, c’est succomber. Dans cette mission, c’est corps et âme qu’il faut se plonger, sans se poser de question.

Observateur : Le secret du savoir, le secret dans la nuit, observer et se fier aux détails, ce qui nous entoure et ce qui est important. Rasul voit tout, la mimique gênée ou bien le tic nerveux d’un mensonge, le bijou trop riche ou la posture royale. Il devine, il sent, il observe, le lui cacher, c’est se risquer à lui faire remarquer.

Poète : Les mots sont beaux, ils sont doux et parfois si puissant. Y exprimer les sentiments est difficile, ardu, mais une fois réussi au combien magique et poétique. Rasul aime ce défi, il aime y jouer et l’exploiter, faire brûler en lui la flamme de vie de la poésie. Ce monde est beau, et il arrive souvent au gitan de chanter et composer sa voix et sa verve sur les beautés qu’il perçoit, éternelles et si inspirantes.

Rancunier : La trahison est le plus abject acte qui puisse exister, sous toutes ses formes et toutes ses couleurs. C’est une chose qu’il ne peut concevoir, qu’il ne peut accepter, pire encore s’il doit en faire les frais. Une fois sa confiance perdue, elle l’est perdue à jamais, et que les puissances pardonnent le traître car Rasul lui ne le fera pas.

Généreux : Car avoir du sang sur les mains et la mort sur la conscience n’empêche pas à l’homme d’aimer faire plaisir aux autres. Loin de l’égoïsme, il préfère faire passer les intérêts des autres avant les siens, appréciant les sourires et les remerciements, sans fausse modestie et parfois même avec un peu de gêne.
</div>

<div class=caracteres>
<div>Loyal</div>
<div>Silencieux</div>
<div>Franc</div>
<div>Froid</div>
<div>Déterminé</div>
<div>Observateur</div>
<div>Poète</div>
<div>Rancunier</div>
<div>Généreux</div>
</div>

<div class=liens>
  <div class=lien>
      <div class=nom>C'est triste à dire</div>
      <div class=feat-lien>mais</div>
      <div class=href>Lien http de la fiche du lien du personnage</div>
      <div class=texte>J'AI PAS D'AMIS
:ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:  :ouin:</div>
  </div>
  <div class=lien>
      <div class=nom>Prénom nom du deuxième lien</div>
      <div class=feat-lien>Someone</div>
      <div class=groupe-couleur>Calice</div> -- Vous pouvez écrire "groupe-couleur" pour que le nom du groupe se colore automatiquement ou "groupe" pour une couleur normale.
      <div class=href>Lien http de la fiche du lien du personnage</div>
      <div class=texte>Ceci est le texte du deuxième lien</div>
  </div>
  ...
</div>

<div class=vous>Devine, je cumule le plus grand nombre de personnage... *honte*</div>
<div class=votre-avis>:bounce: (ce qui ne veut rien dire)
:bounce: (j'assume)
:bounce: (aller encore un dernier je l'aime bien)
:bounce: (promis c'est le dernier)
:bounce: (ou pas *sort*)
LOVE SUR VOUS</div>
</div>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Que la force de mes ennemis soit mienne || Rasul Khamsin   Lun 3 Nov - 16:07

Et c'est un magnifique premier RP posté avec succès !
Je valide donc Rasul avec grand plaisir ♥️
(Il a pas d'amiiiiis on dirait ce pauvre Martial :geugeu: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Que la force de mes ennemis soit mienne || Rasul Khamsin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amour es la seule force capable de transformer un ennemi, en ami..!
» Pavillon de la force navale- vlag van de zeemacht
» Japanese Maritime Self Defense Force (Marine Japon)
» Les MP et RP de la Force Navale
» l'union fait la force 'a Meknes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Ton personnage :: Capitale-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche