Partagez | 
 

 ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   Dim 20 Mai - 4:15

un masque d'une pureté de neige,
cache parfois un visage aux intentions des plus mauvaises.
Le palais du duc de Sombreciel. A la fois superbe et décadent, à l’image même du duché qu’il gouvernait, son architecture fantasque et magnifique nous dominait de toute sa majesté. Une décoration luxueuse et opulente, décadente et raffinée, fier reflet du duché de l’esprit .. et de celui, torturé, de son duc actuel. Splendide, oui il était, mais d’une splendeur bien différente de celle des gracieux palais de Lagrance, pays des jardins et des vergers, des fleurs et du raffinement. Pourtant, si je ne pouvais m’empêcher de m’extasier devant la beauté du Palais du duc de Sombreflamme, ou je ne m’étais pas rendue depuis déjà des années, je n’oubliais pas mon but. Ce bal n’était, pour moi, que prétexte, une opportunité à saisir si je voulais glaner le plus d’informations possibles. Je me devais d’y être, d’une part en tant que Duchesse héritière, représentante de Lagrance en l’absence de ma mère, restée à Edenia pour affaires. J’étais certes le porte-étendard du duché des jardins, mais surtout l’une des ombres discrètes de la guilde des espions, et quel masque plus efficace que celui d’une héritière en quête de mariage ? C’était mon but premier. Trois jours. Dans trois jours avaient lieu un grand rassemblement de nobles et de courtisans au même endroit, l'un des plus grands jamais organisés. Un bal ou les sens grogis par l’alcool et le frottement sensuel des corps délieront les langues. L’aubaine était trop belle, trop importante pour que je me permette de ne pas la saisir. Une occasion comme ça ne se représenterait pas de suite. Ainsi, à peine avais-je pénétré dans le palais d’Euphoria que mes sens étaient déjà à l’œuvre. Tandis que j’avançais le long d'un superbe corridor suivie de mes dames de compagnie, Mes yeux balayaient la pièce, observant les allées et venues effrénées des servants préparant le bal ou répondant au moindre désir des Nobles Arveniens, les bras chargés d'étoffes de plateaux garnis des mets les plus appétissants. Je repérais les nobles qui pourraient m’être utiles durant cette fête, adressant ici et là signes de tête et sourires à ceux qui me saluaient, tandis que je suivais la servante qui m’emmenait à mes appartements. Le cygne Blanc commençait sa danse.

Au bout de plusieurs minutes à traverser l’immense batisse, nous arrivâmes dans de superbes appartements richement décorés, des étoffes raffinées aux couleurs chatoyantes et de superbes tableaux ornaient les murs d’un salon typique de la culture de Sombreciel. Un appartement réservé à haute Noblesse d'Arven, visiblement. « Voici vos appartements, Dame de Lagrance, cela-vous convient t-il ? » me demanda la servante. « Oui, cela est parfait, je vous remercie. » Lui répondis-je avec un sourire, elle était très sympathique, peut-être pourrais lui soutirer des informations. Plus tard cependant, pour le moment, je devais écrire à Liam. « Avez-vous besoin de quelque chose ? » «Non, je vous remercie, vous pouvez disposer Mademoiselle. » « Bien, je suis à votre disposition si vous désirez quelque chose. » Déclara-t-elle en s’inclinant légèrement, avant de quitter l’appartement. Je commençais à visiter l’appartement époustouflée par tant de luxe et de beauté, si je préférais le raffinement plus simple propre à ma culture, je devais avouer que cet endroit était magnifique. Ma visite se termina dans une chambre de grande aille, ou un superbe lit de bois massif et ouvragé était drapé d’une riche étoffe bleue. « Magnifique ! » ne pu-je m’empêcher de murmurer tandis que je remarquai que mes servantes avaient déjà commencé à ranger mes affaires. Je leur adressais un sourire avant de me poser ensuite devant un bureau de bois verni avant de commencer à écrire une lettre à mon ami Liam d’Outrevent, pour lui informer de mon arrivée, comme il me l’avait demandé. A ce souvenir, un léger sourire se dessina sur mon visage, Liam pouvait parfois se montrer très protecteur, il craignait pour ma vie, je le savais. Et s’il était vrai que ma position pouvait être délicate, j’avais suffisamment confiance en moi pour ne pas trop m’inquiéter, bien que je restais vigilante. Trop confiante ? Peut-être bien, mais je savais comment dissimuler mes idéaux, et comment subtiliser informations, subtilement et discrètement. Me servant d’armes bien plus effilées que des lames, et parfois bien plus efficaces. Et cette fête serait le moment idéal pour mettre cela à profusion, les hommes ne sont t-ils pas plus enclins à parler après quelques verres et quelques sourires ? Oui, cela sera le moment, sans aucun doute. « Vous pouvez disposer » déclarais-je enfin à mes servantes, une fois qu'elles eurent fini. «Je vous accorde votre après-midi, profitez donc de cette superbe ville ! Sauf toi Asma, j'aimerais encore te parler quelques minutes, s'il te plait. » J'attendis que toutes mes servantes soient parties, prenant le temps de m'installer confortablement sur un fauteuil de velours bleu avant de lancer un regard vers Asma, l'invitant à s'assoir d'un signe de tête. « Il nous faudra être prudentes, les plus fidèles partisans d'Augustus seront présents, les soupçons seront partout. » Je me passais la main dans les cheveux d'un geste nerveux. Il y avait tant d'enjeux, tant de vies en danger, tant d'espoirs ancrés dans les cœurs rebelles. Je n'avais pas le droit à l'erreur et je ne le savais que trop bien.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   Mar 22 Mai - 11:30

    Je marchais juste derrière la duchesse Cyselle de Lagrance. À allure cadencée nous marchions derrière la servante du duc de Sombreciel qui nous servait de guide. J’étais accompagnée des autres servantes de la duchesse, mais j’avais pour mérite d’être la favorite, sa dame de compagnie, et de faire partie à ses côtés de la guilde des espions. Nous étions censées être des inconnus les uns des autres, nous allions aux réunions masqués. Nous étions des espions sans nom, ni visage. Cyselle n’avait aucuns – ou presque – secrets pour moi. J’étais devenue sa confidente, et je lui étais profondément fidèle. J’admirais ce sublime palais qui nous accueillait le temps de notre séjour, tout était beau même si ça ne valait pas Lagrance. Trop de brume à Sombreciel, à mes yeux tout était morne et gris. Les servants du Duc s’afféraient pour préparer le grand bal prévu pour dans quelques jours. Je n’assisterais pas à la fête sur la place de l’Esprit, j’accompagnerais la Duchesse en tant que servante personnelle au bal de la Noblesse. Je serais son ombre. Plus que jamais attentive aux mouvements, aux paroles, et actes des invités. Nous étions en terrain inconnu. Nous devions nous montrer plus que prudentes. Le bal promettait d’être des plus luxueux, une fête haute en couleur que le duc de Sombreflamme avait du mettre à jour à préparer. J’étais impressionnée par tout ceci. Nous suivons Dame Cyselle, nos robes amples volant derrière nous au rythme de notre marche à travers les allées du palais. Le papillon battait des ailes et suivait le cygne.

    J’eus l’impression que nous avions traverse tout le palais de long en large. Nous arrivâmes dans les appartements de Cyselle. Ses malles étaient là, nous commencions à ranger les affaires de la duchesse dans les placards prévus à cet effet. Pendant qu’elle parlait à notre guide et qu’elle découvrait ses appartements que j’avais seulement balayé d’un seul coup d’œil. La duchesse prit le temps de nous adressais un sourire. Nous déposions ses objets personnels à la place où ils étaient auparavant dans les appartements de Cyselle à Lorgol. Chaque chose à sa place. Tout devait être prêt, et si la Duchesse avait besoin de quelque chose elle devait le trouver facilement et rapidement. Nous étions plusieurs petites mains, nous étions efficaces et rapides dans nos gestes. Il ne fallut pas longtemps pour que tu sois bien rangés, les malles vidaient, et les appartements de la Duchesse aménagés. Cyselle nous demanda de disposer, j’allais sortir de la pièce mais elle me retint. Elle voulait me parler encore quelques minutes. Je m’arrêtais net. J’avais toujours un peu peur d’avoir mal fait quelque chose. C’était en tout cas ce que les autres servantes de Dame Cyselle devait penser. J’attendais qu’elles sortent toutes, pour rejoindre la duchesse. Elle avait pris le temps de s’installer sur un fauteuil. Je n’avais pas pris la peine de répondre, j’obéissais sans un mot. Cyselle m’invita à m’asseoir avec elle. Je lui lançais un sourire pour la remercier de sa bienveillance. Je m’assis délicatement sur un fauteuil au velours bleu comme le sien, en face d’elle.

      « Ma Dame, je ne sais pas si le nom Svanhilde Nightingale vous évoque quelque chose ? Toujours est-il que l’autre nuit, je l’ai rencontrée. Elle m’a mise en grade, elle dit que vous êtes menacée. Vraiment menacée. Le sang coulera au bal d’hiver, il ne faudrait pas que ce soit le votre, Cyselle… Elle m’a demandée de faire attention à vous. Votre allégeance, et votre identité sont peut-être en danger. Vous devez être plus que jamais prudente, Cyselle. Je pense qu’il faut prendre au sérieux l’avertissement de la Duchesse de Nightingale. Je doute qu’elle ait dis cela pour me faire peur. Cyselle, je m’inquiète pour vous. Selon la nature du danger, je ne serais pas de taille à vous protéger. Soyez sur vos gardes, je vous en conjure. »


    Si j’avais commencé par parler calmement, ma voix s’était presque cassée à la fin de mes paroles. C’était maintenant que je pesais toute l’ampleur des paroles de Svanhilde. Je ne rentrais pas dans les détails de ma rencontre avec celle-ci, ils étaient on-ne-peut-plus surprenant sauf Cyselle me posait des questions. L’idée que la vie de Cyselle était en danger me faisait froid dans le dos. C’était pour cela que je devais appuyer la mise en grade même si Cyselle le savait. Elle l’avait dis elle-même nous devions être prudentes. La Duchesse de Lagrance devait se rendre compte que sa vie était bel et bien en danger. Je ne pourrais pas être tout le temps à ses côtés, elle devait avoir des projets pour la soirée et je ne pouvais m’imposer. Il y aurait forcément des moments où elle serait seule. Seule, et vulnérable. Nous devions nous méfier de tous, de tout le monde. Cyselle pouvait avoir pleinement confiance en moi, mais les autres je m’en méfiais. Nous étions la preuve. Nous étions des fourbes, nous inclinant devant Lord Augustus lorsqu’il le fallait et complotant derrière son dos plus tard. Si nous le faisions, d’autres devaient le faire. Tout le monde avait en lui, un espion caché. Il ne fallait pas que tombent les masques. Pas ici, pas maintenant.

    Je refusais de voir dans la neige du bal d’hiver, les ailes du cygne blanc s’entachaient de rouge.




Chapitre 1 ¤ Cyselle de Lagrance.
18 Décembre, An 801.
Appartement de la Duchesse.
Palais du Duc Castiel.



Dernière édition par Asma A. Angham le Ven 1 Juin - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   Dim 27 Mai - 4:46

tapi dans l'ombre le prédateur attend,
sous son masque se cache une lame rouge sang.

« Ma Dame, je ne sais pas si le nom Svanhilde Nightingale vous évoque quelque chose ? Toujours est-il que l’autre nuit, je l’ai rencontrée. Elle m’a mise en garde, elle dit que vous êtes menacée. Vraiment menacée. Le sang coulera au bal d’hiver, il ne faudrait pas que ce soit le votre, Cyselle… Elle m’a demandée de faire attention à vous. Votre allégeance, et votre identité sont peut-être en danger. Vous devez être plus que jamais prudente, Cyselle. Je pense qu’il faut prendre au sérieux l’avertissement de la Duchesse de Nightingale. Je doute qu’elle ait dis cela pour me faire peur. Cyselle, je m’inquiète pour vous. Selon la nature du danger, je ne serais pas de taille à vous protéger. Soyez sur vos gardes, je vous en conjure. » J'écoutais avec attention la déclaration d'Asma. Les sourcils légèrement froncés tandis que je sentais mon cœur s'accélérer à chaque mot. Nightingale. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas entendu ce nom. Nightingale. Le duché maudit, autrefois duché de la magie. Nightingale. Comme une braise ardente au milieu du charbon éteint. Oui, le nom de Svanhilde Nightingale m'évoquait quelque chose, j'avais entendu parler de ce nom, évidement bien que je n'avais jamais rencontré la jeune femme. La déclaration de ma dame de compagnie résonna dans mon esprit comme une cacophonie assourdissante. Je pris le temps de me lever apporter la carafe de vin blanc en verre ouvragé posée en cadeau de bienvenue sur la table, avant de servir un verre à Asma puis à moi. Travail de servante ? Peut-être bien, mais ça m’étais égal, je pouvais bien me lever pour servir un verre à une amie, je n'étais pas en verre. Depuis toujours j'avais été élevée dans le respect de tous, même des personnes jugées comme inférieures. Ma mère m'avait inculquées ces valeurs depuis mon enfance. Je me rappelle d'une fois, petite ou je m'étais demandé pourquoi alors que ma jeune amie, une jeune noble du nom de Catelyn Escanor prenait de haut sa dame de compagnie, la traitant de tous les noms et surtout comme si elle était son esclave, nous nous comportions avec nos servants avec douceur et respect. Jamais je n'oublierais ce qu'elle m'avais répondu ce jour là. Tu sais ma princesse, la vie est une fourmilière, immense. Nous sommes les reines si tu veux, et toutes les personnes travaillant autour de nous, du forgeron qui forge les épées servant à défendre nos frontières au dames de compagnie t'aidant à revêtir tes robes sont les ouvrières ramenant de la nourriture et creusant les galeries, celles qui font la vie de la colonie. Chacun à besoin de l'autre. La duchesse à besoin de sa dame de compagnie comme celle-ci à besoin de la duchesse. Et c'est pour ça que nous devons les respecter, tu sais derrière l'habit de servante il y a un cœur qui bat, comme toi, comme moi. Et c'est pour ça que nous devons les respecter comme elles doivent nous respecter, tu comprends petite fleur ? Ces mots. Jamais je ne les oublierais, j'entends encore l'intonation, la moindre respiration de ma mère alors qu'elle me prononçais ces mots désormais ancrés dans mon cœur comme au fer rouge. Ardents et brulants. Mes valeurs, celles qui guident mes pas et mon allégeance. Et c'est pour cela que je n'avais jamais considérée Asma comme une moins que rien. Et que j'avais appris à la connaitre. J'avais trouvé sous le masque de simple dame de compagnie une femme entière, vraie. Un cœur fier et pur qu'aussitôt j'avais compris et apprécié. Depuis, elle était devenue ma confidente, mon amie. Nos cœurs battants pour la même cause, le même espoir. La rébellion. Je trouvais en elle une personne vraie, loin des convenances et de l'hypocrisie des nobles. Je pouvais lui faire confiance comme elle pouvais avoir confiance en moi.

Et c'était en tant qu'amie qu'elle venait de me mettre en garde, pas en tant que servante. Je portais le verre à mes lèvres, sentant avec délectation le gout du vin contre mon palais, puis je pris la parole, d'un ton des plus assurés que je pouvais. Contrôlant le moindre souffle, le moindre soupir qui pourrait démontrer ma nervosité. « C'est très aimable à toi de me prévenir, mon amie. Je t'en remercie. Mais dis-moi, comment cela, du sang ? Une attaque ? Une embuscade ? » Je passais la main dans ma chevelure dorée, signe involontaire de mon trouble bien que mon visage n'exprimait rien. Je me devais de ne rien montrer après tout, trop de gens comptais sur moi pour que je ne me montre faible. C'était en tous cas une bien étrange déclaration, un mauvais présage pour ce bal. Mais que voulais-elle dire par du sang ? Cela pouvais être tout, comme n'importe quoi. Bon où mauvais. Je savais qu'elle avait raison néanmoins, des espions pouvaient partout, dans les deux camps, cachés derrières leurs masques de soie, la fourberie et la traitrise n'en seront que décuplés. Ce bal ne serait qu'un vil jeu d'échec, les pions avanceront, tuerons, attaquerons dans une stratégie morbide qui déciderais du destin de bien des personnes. Chaque action de ce jeu sera déterminante dans les desseins de chacun. Blancs ou Noirs. Rebelles ou Partisans. Affrontement tacite entre la musique et les danses, l'alcool et la séduction. Le jeu était en marche. Et l'issue en serait fatale, tôt où tard, les pièces se teinterons de rouge. Rouge sang. Mais la question était, qui déclarera donc l'échec-et-mat ? « Quoi qu'il en soit, je prendrais garde à ma véritable allégeance, sois en sure. Je sais ce que je risque, mon amie. Mais l'enjeu est bien trop important pour que je me permette la moindre erreur, Liam à besoin de mes informations. Je ne peux me permettre de défaillir, c'est une bien trop belle opportunité. Je marquais une légère pause. Observant Asma quelques instants. Avant de reprendre la parole d'une voix plus douce. « Mais tu dois me promettre d'être prudente toi aussi, tu encours autant de risques que moi. Je ne veux pas te perdre, Asma. » Si elle devais perdre la vie dans cette mission, jamais je ne me pardonnerais, jamais. Non, je n'avais pas le droit à l'erreur mais je prendrais garde, si ma position était découverte, je ne pouvais qu'imaginer ce qu'il se passerait, ne connaissant que trop bien la cruauté du roi envers ses ennemis. Je serais jugée sans aucuns doutes. Emprisonnée dans les froides prisons du palais puis torturée, certainement violée et tout un tas d'autres sévices à peine imaginables pour me punir et me faire parler. Puis je serais exécutée, sur la place publique car tel est le sort de tous ceux qui osent s'opposer à Augustus le tyran. La mort pour laver l'affront. La mort comme punition. La mort pour engendrer la peur, et la peur, c'est ce qui maintiens en laisse le peuple. La peur pour dominer. Et ce serait un grand choc pour la guilde des espions, mais aussi pour les rebelles que je servais de par ma position avantageuse auprès du roi. Non, je ne pouvais me le permettre. Trop de vies, d'espoirs et d'utopies en dépendent. Car dans cet échiquier de mort et de sang, la reine ne peut se permettre de flancher. Pas le droit à l'erreur.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   Ven 1 Juin - 17:21

J’avais mis en grade ma Duchesse, c’était bien l’une des rares que je pourrais faire. Cyselle écoute chacune de mes paroles, en fronçant les sourcils. J’avais déjà eu de meilleures nouvelles à annoncer. Elle se leva, je fus surprise. Je fis comme si j’allais me lever mais je vis que cela n’était pas nécessaire. La duchesse n’ayant pas fait appel à moi, je restais assise comme elle me l’avait demandée. Cyselle, ma maitresse. Cyselle, une amie avant-tout. Elle servit un verre de vin blanc, cadeau pour les invités du duc certainement. C’était là, mon amie que je m’étais en grade. Me souciant de son bien-être, je me devais de la défendre elle était la Mère des Chuchoteurs. Amie mais pas seulement, espionne aussi. C’était l’espionne qui avait écouté attentivement Svanhilde Nightingale. J’avais pleinement confiance en la Duchesse, elle croyait dur comme fer en ses valeurs. Ses valeurs me convenaient, elles étaient justes. Si elle tombait, je tomberais avec elle. Non pas que je me souciais de mon sort, mais il était dans mon intérêt qu’il ne lui arrive rien. Je pris le verre qu’elle me donna. Je baissais la tête, regardais ce liquide, je le fis tourner autour de mon verre. Funeste destin que celui d’être une duchesse, au fond de moi j’avais toujours rêvé étant plus jeune d’être une noble duchesse. Néanmoins, je n’aurais échangé pour rien au monde ma condition, mes talents de parfumeuses, avoir le nez, sentir les odeurs, les reconnaitre, et les talents de souffleur de verre de ma famille.

    « Je n’en sais pas plus, malheureusement. Je vous ai dis tout ce que je savais. Je n’ai guère eut le temps d’en apprendre plus. Du sang coulera, lequel ? Je ne sais pas. J’espère, pas le votre Votre Grâce. Surement une attaque des assassins contre Lord Augustus. Vous pourriez être en danger, tout ceci sont des déductions, des suppositions de ma part. »


C’était tout et n’importe quoi. Vu la mise en grade qu’avait fait la duchesse déchue, ce serait plutôt mauvais je supposais. Celle-ci m’avait dis de rester dans l’ombre de ma duchesse, de la protéger. Nous étions en dangers, et selon nos agissements et nos actes c’étaient les rebelles que l’on mettait en danger. Je ne pensais pas qu’il faille prendre à la légère la mise en grade de Svanhilde.

    « Je serais prudente, vous ne me perdrez pas Duchesse – je vous le promets. Je prendrais soin de bien me préparer en cas d’attaque imprévue, ou pire... Mais, vous devez prendre des dispositions pour votre protection, Cyselle. Votre sécurité ne peut être assurée que par moi. Je serais votre ombre. Vous serez ma lumière. Vous m’éblouirez si bien que personne ne me remarquera, je veillerais sur vous au péril de ma vie. Je vous préviendrais dés que je remarquerais un éventuel danger quels qu’il soit. »


Je me rendais compte que je n’avais pas encore touché à mon verre, je portais la coupe à ma bouche, buvant une gorgée délicatement. J’ouvrirais mes yeux, et mes oreilles lors de ce bal d’Hiver. Je serais son ombre. Je me ferais discrète. J’analyserais tout. Mes yeux se poseront partout. Sur chaque invité. Sur chaque coupe versée. Sur chaque arme que porteraient mes ennemis. J’aurais la fine lame que m’avait confiée la duchesse de Nightingale. Je m’étais entrainée à dégainer, je ne saurais sans doute pas capable de tuer mais je serais en mesure de nous défendre. J’avais prévu une tenue adéquate, je suivrais les conseils de la duchesse. Cela ne pouvait m’apporter que du bon. Au bal d’hiver, je serais là pour protéger ma maitresse. Nous verrons les jeux de séductions plus tard, je ne serais pas là pour les amants. Même si, je restais fidèle à moi-même. Mon charme naturel opérera, j’avais trouvé une tenue parfaite et qui me convenait. Tu te levais d’un coup sec, les voiles de ma robe tombèrent le long de mes jambes.

    « Oh ! Je ne vous ai pas montré. Avec les préparatifs, et les bagages. » Je me dirigeais vers le placard mis à disposition de la Duchesse, je pris une magnifique robe. D’un jolie sourire, je lui montrais sa future robe pour le bal. J’étais allée la chercher quelques jours avant notre départ. « Elle vous plait ? C’est votre robe pour le bal d’hiver. » Je lui apportais sa robe, elle avait été faites sur mesure mais Cyselle ne l’avait jamais vu terminée.

Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   Sam 9 Juin - 15:51

la blancheur immaculée de la neige,
en ce morbide soir se parera de notes d'écarlate.
Une promesse de sang. Promesse de mort. Ces mots résonnèrent à nouveau dans mon esprit, comme une mélodie incessante, entêtante. Sombre écho morbide, annonciateur de bien noir desseins. Un bal d'Hiver ou la neige immaculée se teindra d'écarlate. Inconsciemment, la peur me prit les entrailles, parcourant chaque veine de mon corps. La peur. La peur est de loin, le plus vil des poisons, celui qui en quelques secondes peut paralyser les corps et les sens. Les cœurs et les idéaux. La peur. De peur, le plus courageux des hommes peut défaillir en quelques secondes, bafouant allégeances et idéologies. La peur. Depuis toujours, elle l'outil de domination par excellence. Elle est la main du fort contre le faible. La main du tyran contre son peuple. La peur, comme un couteau sous une gorge innocente. Une arme, tranchante et violente, plus efficace que le plus sournois des mensonges, la plus effilée des lames. C'est avec la peur que le tyran Augustus maintient le peuple en laisse, servir ou mourir. Oui, j'étais morte de peur. Terrifiée. Au plus profond de mon âme, dans chaque fibre de mon être elle était là, accompagnant le moindre de mes souffles, le moindre soupir. Près de moi. Et pourtant, je ne m'y laissais pas aller, je n'en avais pas le droit. Elle était là, présente, dans mon cœur et mon âme, parcourant mes veines et mes entrailles. Présente, sans l'être réellement. Imperceptible. Parfois, on peut y céder, céder à cette peur viscérale, la laisser prendre le dessus sur nous. Prenant le contrôle de nos âmes, de nos gestes. Parfois, je me disais qu'il serait plus facile d'y céder, comme on cède au fruit de l'interdit, mais bien rapidement cette ridicule idée quittait mon esprit. Mes idéaux étaient bien plus puissants que cette peur. Ma loyauté, mon utopie. Liberté. Idéal qui guide mes pas, ma lame, mon coeur. Utopie.

Soudain, je fus tirée de mes pensées par le bruissement fin du tissus de la robe d'Asma lorsqu'elle se leva. Mes yeux se posèrent sur elle, la suivant tandis qu'elle se dirigeait d'un pas décidé vers le robuste placard de bois massif et verni. Un beau meuble assurément, à l'image de la décadente opulence du duché de l'Esprit. Le duché qui serait bien assez tôt le sombre théâtre d'une sanglante tragédie. Une pièce en trois actes ou les faux semblants s'entremêleront au fil des lames assassines. Asma revint bien vite, une longue robe à la main. « Elle vous plait ? C’est votre robe pour le bal d’hiver. » Je souris. Quelle merveille ! La robe était longue, d'une couleur bleu nuit ou de légers motifs se dessinaient de par des fils d'argents délicatement entrelacés. Une pièce superbe dont l'étole serait retenue par une broche argentée ornée de saphirs d'Erebor. Volontairement, j'avais demandé à ce que la robe dévoile mes formes, un décolleté permettrait ainsi aux hommes d’admirer juste ce qu'il fallait de la courbure de ma poitrine. Assez pour attirer leur regard, mais suffisamment pour attiser la flamme brulante du désir. L'envie irrépressible d'admirer le corps sculpté par ce tissus fait sur mesure à cette attention. Un atout de séduction, assurément, un piège tendu comme une veuve noire attendant sa proie sur sa délicate toile. Après tout, la langue de l'homme ne se délie-elle pas plus facilement lorsque le désir emprisonne ses sens ? A ma manière, je serais un prédateur, silencieux et discret. Délicate comme une colombe, mais vive comme une vipère. Guère besoin de lame, nous les chuchoteurs utilisons de bien plus subtiles armes. Et ce soir, mon être en lui même en serait une. Mes sens, mon corps. Une arme, au service de la guilde que je servais. La guilde à qui profitait mes informations en tant que dirigeante de la guilde des espions. Si chaque chuchoteur avait son allégeance, la mienne était toute tracée. Liberté. « Elle est magnifique, vraiment. Les couturières ont fait un travail remarquable, à mon retour il faudra leur envoyer quelques pièces supplémentaires, avec mes compliments. Elle le méritent bien pour un tel ouvrage. » soufflais-je en effleurant la soie délicate de l'étoffe, appréciant le doux contact du tissus contre mes doigts. « Parfaite. C'est exactement ce qu'il me faut, le piège parfait pour tous ceux qui pourront me livrer les informations dont j'ai besoin. » Je marquai une légère pause, observant le doux visage d'Asma. Mon amie, ma confidente. « Asma, je sais que tu veilleras sur moi, jusqu'à la mort. Mais je ne peux m’empêcher de craindre pour ta vie. Tu n'as pas à te sacrifier pour moi, tu sais. Je refuse que tu te sacrifie, prends garde, mon amie. Ta mort serait une immense perte pour notre guilde, mais aussi pour notre cause. Et pour moi. Je sais que je ne devrais pas me montrer si faible, mais je crains de perdre le sombre jeu qui est en marche. Les enjeux sont trop importants, si nous devions perdre ce serait .. abominable. La liberté à besoin de nous. De tous les cœurs rebelles, mais je crains pour nous, pour eux. Je crains pour le sort de la liberté en ce soir du solstice, Asma. »
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ASMA&CYSELLE ▷ Arrivée à Euphoria.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Livre aidant a comprendre l'arrivée du petit frere/Soeur
» arrivée 2éme enfant?
» Arrivée d'eau
» Préparer et organiser l'arrivée de bébé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Euphoria :: Palais de Castiel :: Appartements-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche