Partagez | 
 

 Attaquons l'exercice... [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mar 5 Juin - 15:13

Lambeaux de tissu déchiré.
Brin de pailles qui volent.
Attaquer pour ne pas penser.

Une goutte de sueur perle sur mon front sans que je n'y prenne garde. Incessamment, je me fends, par un invisible revers pour mieux venir enfoncer ma lame dans le mannequin qui me fait face. Je vole et virevolte de toutes parts sans crainte de regards indiscrets. Nul rang à tenir ici, nul besoin de devoir paraître. Juste le droit d'être, sans masque ni faux-semblants. Oh cette liberté de laisser libre court à ma rage et mon indignation... Cette joie de sentir mon coeur qui pulse, le sang qui bat dans mes veines. Je me sens formidablement vivante tandis que je continue ma valse meurtrière. Mon adversaire de chiffon tient à peine debout, éventré de toutes parts qu'il est à force de subir la fureur de mes assauts. Je ne sais plus depuis combien de temps je suis là, à faire passer sur lui ma colère, ma peur et mon incompréhension.

Colère de voir que rien ne change, que les choses vont de mal en pis. Récemment encore, un repère des rebelles est tombé et avec lui, plusieurs hommes et caisses d'armes. Ces pertes sont un coup supplémentaire porté au moral de nos troupes. Bien sur, le pillage de ces équipements durement acquis est un coup dur. Mais bien plus, c'est la mort de ces hommes et ces femmes qui m'envahit d'un profond sentiment de frustration. Ils avaient des parents, des frères, des soeurs, des épouses et époux sans doute. Peut être même des enfants. Et ils sont morts, comme tant d'autres. Une mort inutile qui n'aura rien changé à la situation qu'ils souhaitaient renverser? Alors à quoi bon ? A quoi bon demeurer dans les dorures du palais sans jamais agir ? Le peu d'informations que je parviens à récolter, le peu de partisans que je parviens à nous rallier ne sont que bien peu de choses au regard des actions menés par ceux qui ont choisit d'assumer leur rébellion. Que ne suis-je à leurs côtés pour lutter avec eux ? Si seulement cette décision m'appartenait... Mais je ne suis qu'un pion comme tant d'autres malgré ma position. Un simple pion à la valeur stratégique inestimable, qui attend pour agir. Peut-être suis-je la tour, cachée derrière mes murailles d'hypocrisie ? Ou bien le fou, qui se perd à force de se demander qui il est... Je ne sais plus vraiment que penser. Comme je voudrais moi aussi affirmer mes opinions au grand jour. Mis le temps n'est pas encore venu. Et pour autant que cela me coûte, je ne peux me permettre d'ainsi rejoindre ouvertement les rebelles. Augustus n'en attend certainement pas moins pour s'emparer d'Outrevent, en faire peut être un second duché maudit. Et moi vivante, jamais cela n'arrivera.

Me détournant des débris, seuls restes du mannequin qui subissait mes coups, je me tourne vers son voisin, tournant le dos à la porte.

Pourtant, j'ai peur. Et si je ne me retrouvais plus en capacité d'agir pour sauvegarder nos terres ? La frontière est bien mince entre suspicion et arrestation en ces temps d'injustice. Neuf années ont passé depuis l'appel de Liam et pas une semaine ne s'est écoulée sans son lot de tueries et d'actes à l'encontre de l'empereur. Aujourd'hui, plus que jamais, ma position est délicate. Il suffirait d'un mot, d'un regard, d'un pas de travers pour que ma loyauté soigneusement mise en scène soit réduite à néant. Et l'arrivée de Dragonvale ne me facilite pas la tâche, bien au contraire. Enfin, tant qu'elle demeure loin de moi...

Une sensation trouble dans mon esprit m'avertit d'un pas rapide montant les marches. Si je ne suis pas encore habituée à ces sortes de signaux télépathiques qui m'arrivent, j'avoue avoir pris goût au contact de cette petite martre. Jamais je n'aurais pensé que de la magie on puisse tirer un tel réconfort. Et pourtant... Je me demande ce qui serait advenu si nous ne nous étions croisées au détour du bosquet derrière lequel s'était réfugiée la biche que je traquais. Sans doute ignore-t-elle la chance qu'elle a eu. Depuis ce jour là, je peine à accepter la séparation d'avec elle, à moins qu'elle ne soit auprès de mon frère. Mais aujourd'hui, j'ai besoin de cette solitude, raison pour laquelle je lui ai fait comprendre de ne pas me rejoindre dans ce grenier de la tour des rebelles où je me suis réfugiée. J'ai besoin de temps pour accepter cette magie et ces conséquences; Besoin de temps pour que l'incompréhension devienne force. Je n'ai déjà que trop de faiblesses, inutile d'en rajouter de nouvelles.

A mon tour, je perçois ces pas dont elle m'a informée et la remercie mentalement, sans trop savoir si elle comprendra le sens de mes pensées. J'ignore qui monte et je m'en moque. Essuyant mon front trempé d'un revers de manche, je me re-concentre sur ma cible, l'oreille aux aguets. Qui que soit celui qui ose venir déranger ma retraite, il devra vite comprendre que mon humeur ne me porte guère à la politesse. Je suis éreintée de devoir toujours être une autre. Celui qui ne voudra pas le comprendre sera mon prochain mannequin.


Dernière édition par Lisbeth d'Outrevent le Mer 6 Juin - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mer 6 Juin - 12:25

Cette petite créature me fixe de son regard tendre et intelligent. Je m’y attache, peu à peu, même si je sais ce que cela veut dire pour Lisbeth… Ma sœur… Magicienne. Je n’arrive pas vraiment à m’y faire. Dragonvale a bouleversé tant de choses… Mais ce déséquilibre sera peut-être celui qui fera enfin pencher la balance en notre faveur. Espérons. Plus que jamais, nous approchons du but, j’en suis sûr. Mon optimisme me nuira un jour ou l’autre, c’est évident, mais en attendant, il me permet de garder le moral. Cela fait des heures que Lisbeth est là-haut, certainement à se défouler sur un des mannequins d’entraînements… Et sa petite martre est là, à attendre patiemment. Je m’arrête sur la première marche de l’escalier où elle attend, m’assois et la prend dans les bras pour lui faire des caresses un moment, peut-être pour la réconforter, lui dire que tout cela est nouveau pour ma sœur, qu’elle l’aime et ne la rejette pas, qu’elle a besoin de temps pour réfléchir, d’un peu de temps seule avec ses pensées et ses armes. Mais je sais qu’elle sait déjà tout ça, cette innocente petit boule de poil qui apprécie manifestement mon câlin, peut-être même mieux que moi. Allez, qu’importe, je repose la petite créature et m’engage dans les escaliers.

Ces derniers jours ont été durs. Nous avons certes réussit à faire perdre beaucoup d’hommes au souverain, à la tour ouest, grâce à notre connaissance du terrain, nos pièges, notre position dominante, mais ce fut au prix de vies d’hommes et de femmes valeureuses. Si l’empereur doit avoir été profondément déçu de perdre ainsi la face, nous sommes tristes des hommes que nous avons dû perdre. Mais une guerre ne se gagne pas sans morts. Une guerre ne se gagne qu’au prix du sang. Il en a toujours été ainsi, nous le savons. Au prix du sang et des larmes.

Les vivres et fournitures que nous avons ramenées du hangar ont un peu remonté le moral des troupes lorsque nous les avons partagées. Cependant, la Confrérie Noire m’a encore fait savoir qu’elle estimait que les mages devaient venir chez elles. Svanhilde… Duchesse de Nightangale, elle se croit sans doute tout permit quant aux mages. Je lui ai déjà dit ce que j’en pensais, que les mages n’avaient pas tous envie de sombrer dans le chaos et l’assassinat, que nous étions nous aussi capables de les protéger. Elle ne me croit pas, sans doute. Mais qu’importe. Je leur ai laissé le choix, ils sont restés. Nous les avons mis en lieu sûr.


« Tu lui as donné un nom, à cette petite boule de poil ? »

Le mannequin sur lequel elle frappe n’en est plus vraiment un. C’est plutôt un ramassis de lambeaux déchiquetés éparpillés autour d’un bâton tordu planté dans un bloc de pierre. Ses coups sont précis, forts, et parfaitement orchestré. Duchesse d’Outrevent…. Elle en a la carrure, et sera parfaite pour le rôle. Je suis sûr qu’elle fera une parfaite souveraine, malgré tous ses doutes et ses craintes.

Je dégaine mon épée. Délicieux son, aigu et clair, de la lame qui glisse hors de son fourreau. Et si on s’entrainait à deux, un instant, comme au temps où nous occupions nos heures ensemble en Outrevent, à croiser le fer en priant pour que le temps où ses exercices s’avèreraient utiles soient le plus loin possible de nous. Je plie une jambe, me fend, et attaque. Je sais déjà qu’elle sera suffisamment rapide pour me parer, et me prépare à l’un de ces joutes dont nous tenons le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mer 6 Juin - 14:40

Quelques perles de sueur coulent le long de mon front. Les mèches échappées de la coiffure sommaire dans laquelle je les avais rassemblées sont collées les unes aux autres. De partout, mon corps m'envoie des signaux de fatigue et de douleur. Il n'est plus habitué à de tels efforts. Mon séjour en Outrevent n'avait déjà pas été tendre, fait de longues et enivrantes chevauchées en pleine nature. Les courbatures s'en font d'ailleurs encore sentir. Mais après avoir longuement fait travailler mes jambes c'est maintenant à mes bras que je m'attaque. Je sens chaque parcelle de mon corps répondre à mes sollicitations. Le moindre muscle, jusqu'à ceux dont j'ignore d'ordinaire l'existence, me fait souffrir. Et cette douleur m'exalte, me pousse encore davantage à me dépasser. Je me sens formidablement vivante.

Et peu à peu, j'en viens à retrouver mon identité. Non je ne suis pas mage. Cela fait peut être dorénavant partie de moi. Mais ce n'est pas moi. Je ne suis pas non plus cette courtisane empressée qui a publiquement rejeté ce frère rebelle honni, pas plus que je ne suis fidèle partisane d'Augustus. Tout cela n'est que masque. Et sous le masque il y a bien plus. Non je ne suis pas un simple pion. Mon destin, mes convictions, je les défendrai, les armes à la main. J'en suis capable autant que quiconque si ce n'est plus. Le temps n'est pas encore venu, voilà tout. En attendant, il me faut continuer d'arborer ce déguisement que j'abhorre. Mais rien de tout cela n'est véritablement moi.

Je suis Lisbeth d'Outrevent, fille de Lionel, duc d'Outrevent et soeur cadette de Liam, hériter légitime du duché d'Outrevent.
Je suis Lisbeth d'Outrevent, rebelle dans l'âme, rebelle par le sang.
Je suis Lisbeth d'Outrevent, combattante hors pair, maillon fort des notre au sein du nid de serpents qu'est la cour.
Je suis Lisbeth d'Outrevent et si la magie s'est emparée de moi, elle n'est ni mon identité ni mon essence.
Je suis Lisbeth d'Outrevent et si chaque jour je dissimule qui je suis derrière de belles parures ce n'est que pour mieux frapper, pour mieux sauvegarder le duché qui est mien et me tient tant à coeur.

Je suis Lisbeth d'Outrevent et rien ni personne ne pourra changer cela. Et c'est parce que je suis cette femme là et pas une autre que je sais déjà comment réagir à cette porte qui s'ouvre. J'ai reconnu ce pas qui monte jusqu'à moi bien avant que le battant de bois ne pivote sur ses gonds. Je sais qui est l'intrus qui ose venir briser ma solitude au seul son que produit sa marche. Qui d'autre aurait ainsi bravé l'exigence de tranquillité que j'ai formulé ?
C'est parce que je suis femme et soeur que je me retourne à l'ultime seconde, laissant glisser sa lame le long de la mienne avant de m'éloigner d'un pas aérien et de me remettre en garde. A mon tour je prend l'initiative et romps ma garde pour fondre sur lui. L'espace d'un instant, nos fers se croisent pour mieux se séparer. La lueur farouche qui trône dans mon regard n'a rien d'amical ni de fraternel. A cet instant, il n'est qu'un adversaire à défaire. Visant mon ventre, il s'en détourne d'une feinte et sa lame vient soudainement s'abattre sur moi, parée au dernier instant. De toutes mes forces je résiste au poids implacable qu'il exerce sur nos deux armes. Mon regard se vrille sur ses yeux bleus, si semblables aux miens et bandant au maximum les muscles de mes bras, je prends le temps de répondre à sa question précédemment formulée.


- Je doute qu'elle apprécierait. Ce n'est pas un simple animal domestique. L'accepterais-tu, toi, si d'aventure me prenait l'envie de te renommer comme bon me semble ?

Nulle intention de le détourner du combat. Et pourtant. Il n'est de paroles qui ne rompent un tant soit peu le rythme d'une lutte. Mes mots n'avaient pas vocation d'arme mais ils vont servir de diversion. Rassemblant une énergie enfouie dont je ne pensais plus disposer, je m'apprête à renverser la force de son assaut.

- Et ce n'est pas... une boule... de poils !

J'ai presque crié les derniers mots sous l'effort qu'il m'a fallut pour me défaire de sa lame. Éloignée de quelques pas dans la salle, je l'observe. Entre nous, il ne peut y avoir de vainqueur. Nous nous connaissons trop. La moindre de ses attaques, la moindre de ses feintes ou de ses intentions, je la devine à l'instant même où il l'imagine. De même qu'il anticipe sans mal la plus infime de mes actions. Si vraiment, nous souhaitions blesser l'autre, sans doute en serions-nous capable. Mais à force d’entraînements et de combats, nos rencontres armes à la main tiennent davantage de la chorégraphie que de l'escrime.
A le voir ainsi, fier, épée à la main, je ressens une bouffée d'amour me traverser. Cet homme si droit, si sur de lui est mon frère. Et par Eimaren, je l'aime. Une soudaine envie me vient de lâcher mon arme et venir me blottir contre son torse puissant pour l'entendre me dire que tout ira bien. Mais non. C'est hors de question. Je n'ai pas passé tant d'heures à me retrouver, à régénérer la force qu'il me faut pour avancer chaque jour sur ces deux échiquiers que sont la cour et la rébellion pour à nouveau laisser la faiblesse m'envahir. Je ne suis plus une enfant. Et rien ne lui permet d'assurer que la situation ira en s'améliorant sinon son inébranlable foi en notre cause. D'un revers de la main, j'écarte la mèche venue barrée mon regard et repasse à l'attaque en une tentative nouvelle qu'il ne me connait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Jeu 7 Juin - 14:07

J’attaque. J’attaque par habitude, par envie, par défis. Elle me contre, de justesse, virevolte, d’écarte, pare, se fend à nouveau en prenant l’initiative. Parade, feinte, coup d’estoc. J’abats mon épée sur elle, déterminé, implacable. Je vois en son regard une rage et une détermination que je ne lui connais guère. Elle est bouleversée, en colère contre le monde entier. Elle me reprend sur mon remarque à propos de sa « Boule de poil » avant de m’écarter avec force.

Je reprends les assauts en souriant. Nos armes dansent l’une autour de l’autre. A chaque geste, petit mimique qu’elle entreprend, je sais d’instinct quelle attaque va suivre, et il en est de même pour elle. Nous nous sommes tellement entraîné ensemble que nous nous connaissons par cœur. Un instant, nous prenons de la distance. Elle semble réfléchir un instant, puis attaque à nouveau. Je pars de justesse cette technique que je ne connais pas, enchaînant plus vite, plus fort, dédoublant de finesse et d’ardeur. Elle en fait de même. Nous déployons des forces inconnues alors que la lutte monte en intensité encore et encore, dépassant de loin ce dont nous avions l’habitude. Des éclats brillant jaillissent aux contacts de nos épées, les chocs s’enchainent à une vitesse folle alors que l’un et l’autre somme tour à tout mis en difficulté.

Je profite d’un instant où elle est un peu loin pour prendre mon épée à deux mains, la faire tournoyer au-dessus de ma tête, et l’abattre sur elle de toutes mes forces. La puissance de l’assaut la fait chanceler et je me demande si je ne suis pas allé un peu loin. Elle bondit en arrière avant de recommencer à m’attaquer, imperturbable. Cela fait longtemps que nous ne sommes pas affrontés, et je me rends compte à chaque instant des petites lacunes que nous avons dans les connaissances de l’un et de l’autre. Elle me surprend, aujourd’hui, dans sa force et son aplomb, dans ses attaques que je ne lui connais pas. Elle est belle, belle et terrible dans sa rage, dans la force de sa volonté.


« Tu as beaucoup appris en l’art de te battre pour une dame de la cour. »

Je l’attaque à nouveau mais elle redouble d’énergie face à ma pique et me surpasse en finesse. Trouvant de multiples erreurs dans ma garde, me mettant en position d’extrême faiblesse, dos au mur. Je contre coup sur coup mais je sens que je perds du terrain à grande vitesse. Je décide alors de mettre fin au combat de la manière la simple que je connaisse : en le gagnant. Je frappe de côté pour éloigner sa lame et me laisser du temps, frappe à nouveau de toutes mes forces pour l’obliger à se retrancher sur sa gauche, puis, alors qu’elle lève son épée pour frapper, je me saisis de son poignet et le tort derrière son dos avant de lui arracher son arme des mains et de la lâcher avec la mienne sur le sol un peu plus loin. Méthode franchement peu orthodoxe, certes, mais je n’ai pas envie de m'entretuer avec ma propre sœur.

« Arrêtons-nous là, je m’excuse. »

Je m’éloigne d’elle, la laissant libre, écartant les bras en signe de paix et de reddition.

« Tu n’auras besoin de personne pour assurer ta protection au bal d’hivers, pour sûr ! Je n’aimerais pas être celui qui t’attaquerait ! »

Je lui souris, tendrement.

« Je suis fiers de toi, Lisbeth, tu feras une excellente souveraine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Sam 9 Juin - 12:38

Je refuse de me laisser battre et dominer. Assez de domination, je ne suis pas ici à la cour à devoir courber l'échine. Certes mes muscles sont endoloris comme jamais, certes mon corps crie grâce, certes je n'ai pas sur lui l'avantage de pouvoir le surprendre. Mais je vaincrais. Oh et ce sourire insolent qui lui colle aux lèvres. Notre combat ne semble lui demander aucun effort et cette constatation avive encore ma colère. Suis-je donc si piètre combattante qu'il considère notre duel comme un vulgaire jeu ? Ne serait-ce que pour lui ôter ce sourire qui m'insupporte, je continuerai, jusqu'à ce que lui aussi soit forcé de faire appel à toutes ses ressources pour me résister. Je doute de pouvoir réellement lui faire rendre les armes. Je n'en ai jamais été capable en vérité. Mais si au moins je parviens à effacer de son visage toute trace d'amusement, je m'estimerais satisfaite. La fatigue est pourtant déjà là, exacerbée par de longues heures d'entrainement intensif en solitaire tandis que lui est frais, dispo. Mais cette pensée ne fait qu’accroître ma soif de le défaire. S'il était homme d'Augustus et non mon frère, qu'importerait mon épuisement et ma douleur. Sa forme n'est qu'un entrainement plus difficile encore.

Et voilà qu'il se permet de plaisanter alors que je met dans notre lutte toutes mes capacités, toutes mes connaissances. Je voudrais lui dire qu'il a tort, qu'il se trompe. Non, je ne suis pas une dame de la cour qui a appris à se battre. Je doute qu'aucune ne soit en capacité de me vaincre, armes à la main. Je suis une duchesse héritière qui a apprit à se battre dès son plus jeune âge et a patiemment compris comment se comporter en société pour paraître qui elle n'est pas. Et non le contraire. Il est grand temps de lui prouver. Ou tout du moins, de le lui rappeler. Qu'il puisse penser que les manigances de la cour me sont plus propres que l'honneur indestructible de la famille d'Outrevent me fait redoubler encore d'ardeur. Moi qui me constitue reine entre ses mains pour mieux amener le roi à l'échec, je n'accepterai pas qu'il m'abaisse au niveau des pions. Et je veux être reine par qui viendra l'échec au roi et non pion que l'on sacrifie.

A nouveau, je rassemble le peu d'énergie que je peux encore glaner dans mon corps endolori. Je veux lui montrer qu'il se trompe. Et enfin, son sourire disparaît. Peu à peu, je prends le dessus tandis que lui recule. La moindre faille dans ses défenses est aussitôt exploitée pour de nouvelles attaques sur ce que je sais être ses points faibles. A force d'infimes victoires, ma confiance en moi me pousse à tenter des actions lus audacieuses, plus délicates. Le choc soudain asséné à mon épée me surprend d'autant plus que pour la première fois au cours de l'un de nos affrontements, je sens la victoire à portée de la pointe effilée de ma lame. Mais sans que j'ai le temps de réagir, il me désarme, sans respect aucun au code d'honneur du combattant. Un telle défaite, aussi peu conventionnelle, ne peut me satisfaire, il en est parfaitement conscient. Mais maintenant que le temps n'est plus celui du combat, je sens mon corps échauffé se refroidir, la fatigue et la douleur ressortir.

Épuisée et frustrée, je me laisse tomber sur des sacs rembourrés destinés à venir remplacer les mannequins que j'ai impitoyablement détruit. Les excuses qu'il formule ne m'atteignent qu'à peine. Tout mon être me lance. Mais mon esprit lui, est clair. Si quelques passes d'armes pouvaient ainsi résoudre problèmes plus importants que mes doutes, avec quelle facilité pourrions-nous instaurer un monde meilleur... Idéalisme que tout cela.
Les bras levés de mon frère sont une bien piètre consolation à la cuisante et déshonorante défaire qu'il vient de m'infliger. Mais me rappellent également que je ne suis pas seule à croire en ces idéaux. Que si rien n'est aussi simple que je le voudrais, il ne faut pas cesser de croire pour autant. Demain, je reprendrai la lutte avec plus d'aplomb encore. Et je n'aurais pas trop de toute cette force d'esprit retrouvée pour endurer les épreuves que promettent d'être les fêtes du solstice, organisée à Euphoria. Sa remarque à ce sujet me fait relever la tête.


- Aurais-tu enfin renoncé à cette folie que serait le déplacement jusqu'en Sombreciel ?

J'ajoute, sans lui laisser le temps de répondre.

- N'essaye pas de me faire croire que telle n'a jamais été ton intention. Tout Lorgol ne parle que d'une incursion prévue des rebelles au cours des fêtes à venir...

Je voudrais continuer, lui dire qu'un tel voyage, au vu des moyens militaires qui seront déployés pour assurer la sûreté de tous, serait suicide. Mais à nouveau, ses mots me touchent de plein fouet. Et c'est cette fois les larmes aux yeux que je réponds à voix basse.

- N'en dis pas davantage... Je ne serais jamais souveraine, je ne le veux pas. Ce trône de revient de droit. Et ce qu'une question de droit avant que tu ne puisses le revendiquer de nouveau.

Ne brise pas ces forces que j'ai patiemment reconstruite Liam. Ne me dis pas que rien n'est moins sur. Laisse moi croire, pour une fois, que j'aurais une quelconque emprise sur mon destin et que le tien reprendra son cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Ven 15 Juin - 16:10

Je me penche pour ramasser mon épée, puis la glisse dans son fourreau.

« Je crois bien qu’il va me falloir y renoncer, en effet, j’ai rarement vu de tels rassemblements de soldats. C’est dommage, j’aurais bien fait un léger pied de nez à ce tyran qui se croit invincible. Quoi qu’il en soit, je suppose que je serais mieux ici, à profiter des rangs dégarnis de l’armée pour fomenter quelques troubles et gagner du terrain… »

Je m’approche d’elle et lui pose une main sur l’épaule.

« Promet moi de bien veiller sur toi et sur tout les nôtres. Je n’aime pas les rumeurs qui commencent à courir sur ce bal. J’ai peur pour vous, pour toi. »

Je laisse ma main glisser le long de son bras, avant de féliciter ses talents. Elle ne veut pas entendre parler de souveraineté… Je le sais... Pourtant, cela, en toute logique, risque d’advenir si nous ne parvenons pas à renverser Augustus.

« Je l’espère de tout cœur, Lisbeth, je l’espère. Être démis de ma place légitime, porter l’opprobre sur ma famille, ne plus pouvoir veiller sur mon peuple que de manière lâche et souterraine, m’imaginer à jamais rebelle, mon titre perdu et ma réputation traînée dans la boue… Tout cela me pèse et je ne rêve que du jour où Augustus tombera et où nous reprendrons nos droits. »

S’il est vrai que la foule maintient encore la gloire de mon nom, ce n’est que pour mon combat face à l’empereur… Quelle honte qu’un fils d’Outrevent, élevé pour régner, se battre, gérer son duché avec patience et bonté, en soient ainsi réduit à n’être que le caillou dans la botte de l’empereur… Tout cela changera quand nous l’aurons renversé. En attendant, des gens souffrent, des nouveaux nobles naissent pour avoir simplement léché les bottes de monsieur, des gens meurent pour avoir osé critiquer les taxes injustes qu’il fait peser sur le monde ou des innocents qui n’avaient rien demandé à personne se font torturés sous prétexte que la magie est interdite en ce royaume, alors qu’elle leur est simplement et purement tombée dessus. Je lui souris, me voulant rassurant.

« Et j’espère de tout mon cœur que ce moment viendra bientôt. En tout cas, nul ne peut dire que nous n’y travaillons pas dur ! »

Les escarmouches de ces derniers temps en sont la preuve : nous nous battons, même si nos pas vers notre but final ne sont pas toujours grands et aisés… Et elle aussi, avec d’autre, gagne du terrain, convainquant des nobles, gardant le sourire à la cour pour mieux trahir et pouvoir opposer au souverains nos ultimes forces qui protègent encore, au moins partiellement, notre duché d’Outrevent. Sans elle, le prochain héritier d’Outrevent serait un imbécile à la solde du monarque, et les conséquences pour ses habitants seraient… Dévastatrices…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Sam 16 Juin - 10:50

Les quelques mots qu'il prononcent suffisent à rasséréner quelque peu mon coeur étreint d'angoisse. Entreprendre un tel voyage serait hautement dangereux. Pour ne pas dire suicidaire. Et qu'aurait-il à y gagner ? Bien sur, prouver au tyran que ses défenses sont tout sauf infranchissables et pénétrer en la demeurer de l'un de ses loyaux partisan en sa présence lui apporterait une grande satisfaction. Mais aucune action raisonnable n'est possible. Il y a bien longtemps que de telles festivités n'ont pas été offertes au peuple. Les gâcher ne ferait qu'encourager Augustus a davantage de sévérité encore. Non, une telle action serait loin de nous être bénéfique. Il n'y a plus versatile qu'une foule et pareille décision ferait se retourner l'opinion publique contre nous.

- Quel pied de nez pourrais-tu faire ? Certes, le bal sera masqué mais le levé du jour devra révéler les visages de chacun. Et que feras-tu alors, au milieu des partisans et des gardes ? Prendras-tu le risque de te faire tuer ou pire, capturer ? De déclencher un combat auquel se retrouveraient mêlés des innocents ? Ne t'inquiètes pas pour moi, je saurais bien me défendre. Je ne crois pas que ni ma position ni ma loyauté ne soient actuellement remises en question, il me suffira de prendre garde au moindre de mes pas, au moindre de mes mots. Rien qui ne diffère de la cour à Lorgol. Et puis...

Le doute m'envahit. Dois-je lui parler de cela ? Dois-je lui révéler ce qui ne fera qu'exacerber sa colère et sa haine ? Mais qui du même coup, le rassurerait peut-être quant à ma situation actuelle à la cour ? Encore que je ne sois pas certaine qu'il s'agisse vraiment d'une assurance... Mais n'est-il pas trop tard ? Il me connait trop pour n'avoir perçu cette hésitation. Je n'ai plus qu'à espérer que le léger flottement de mes derniers mots se soit fondu dans les siens.
Pour la première fois, je mesure combien cette place ne lui sied que bien mal. Et quel contraste avec moi... Peut-être nos vies actuelles expliquent-t-elles pourquoi nos désirs sont si contraires. Alors qu'il aspire à retrouver la place qui lui est due et à restaurer son honneur, je ne rêve que de davantage de discrétion. Sans doute la place de cadette me seyait-elle à merveille dès le début... Grandir dans son ombre ne m'a pas dérangé, tout au long de notre enfance. Malheureusement, s'il m'est possible de le rejoindre, lui ne peut rien espérer tant que l'usurpateur sera en place. Mais avec quels délices j'aimerais m'y glisser à nouveau, n'avoir ni la responsabilité d'un duché, ni celui de lui apporter un héritier. Oh Eimaren, que cette pensée m'effraie... Sans doute faudra-t-il un jour que je m'y résolve mais donner naissance à un petit être dans ce monde déchiré où son nom lui serait source de davantage d'ennuis que de respect ne m'enthousiasme pas. Pourtant, sans doute faudra-t-il bientôt que j'accepte un parti, quel qu'il fut... Mais là encore, lier notre nom et notre lignée à quelqu'un d'extérieur n'est pas choix que je peux faire impunément. D'autant que cela me limiterait fortement dans mes... activités. Je ne sais comment Denise parvient à ainsi concilier rébellion, mariage et amour adultère mais je ne me sens pas capable d'en faire autant... Tout serait tellement plus simple si seulement...

- As-tu seulement la moindre idée du temps qu'il nous faudra encore ? Il me semble que nous ne cessons de piétiner sur place sans la moindre avancée significative... Vos plans et vos stratégies n'ont aucune efficacité réelle. Il faudrait frapper fort, une bonne fois pour toute... L'éliminer à jamais.

Je ne sais comment une telle action peut être entreprise mais il n'en est pas d'autre qui saura nous débarrasser de lui. La lutte cachée n'a guère de succès, qu'ils s'agisse des rebelles ou des assassins. Toute attaque peut être réprimée, tout matériel peut être remplacé, tout conseiller également. Alors à moins de frapper vite et fort, sans laisser le temps de prévoir ce qui arrivera, je crains que cette situation ne s'éternise encore longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Lun 18 Juin - 15:03

« Quel pied de nez ? A dire vrai, pourvoir participer un moment au bal m’aurait suffi… Au nom d’Eilenn, n’est-ce pas là ma place ?... Qui plus est, si ce palais sera gardé, il ne le sera pas plus que celui de Lorgol, et chacun connait le gout des Sombreflammes pour les mystères… Cela ne m’étonnerait pas que le palais soit truffé de moyens de s’y infiltrer… Si une occasion devait se présenter d’assassiner le souverain, j’aurais aimé être là pour la saisir. Mais tu as sûrement raison, ce n’est pas sage de déranger les fêtes du solstice, et ce minime espoir ne suffit pas à risquer nos vies… Je resterais là, s’il le faut. »

J’étais décidé, malgré ma forte volonté de jouer les troubles fêtes. A cet instant, je savais qu’il me fallait rester à Lorgol. Je ne planifiais pas, alors, de trahir ma parole, comme cela advint plus tard, sur un coup de tête qui m’amena à entreprendre ce si dangereux périple…

Il me sembla qu’au moment où j’avais repris la parole, ma sœur avait laissé flotter en l’air deux mots, au potentiel impressionnant. « Et puis.. » Qu’est-ce que cela voulait dire ? Qu’était-ce, ce ton qu’elle avait employé ? Certes, il y avait peut-être encore d’autre raison d’être protégée à la cour, mais je ne les voyais pas vraiment, et le ton employé, ainsi que son air, ne me disait rien qui vaille.


« Tu disais ?... Et puis quoi ?... Quoi d’autre ? »

Je lui laissais le temps de répondre, puis vint le sujet du futur, de notre futur et de celui du royaume… Futur incertain, changeant. Futur de doutes, d’horreur, de haine et de guerre, mais aussi d’espoir, d’amour, de lumière et de magie… Futur magnifique et terrifiant tout à la fois, futur craint et attendu avec ferveur et effroi.

« Je le sais bien, nous n’avançons qu’à petit pas dans le combat que nous menons chaque jour, nous courons pour rester à la même place dans ce monde en pertpétuel mouvement. Mais si nous ne nous battions pas, si nous ne recrutions pas tous ces hommes et ses femmes, si nous n’agrandissions pas nos rangs de jours en jours, si nous ne récupérions pas de quoi nourrir nos armées en attendant le jour J, cela fait longtemps que nous nous serions fait écraser, et que plus rien ne resterait du vent de rebellions qui souffle depuis deux siècles sur le royaume. Il nous faut combattre pour grandir, lentement et sûrement, et être là au moment où surviendra l’occasion d’agir. Nous ne savons pas quand celle-ci viendra. Peut-être que ce sera demain, peut-être jamais, mais nous serons là, pour sauver le peuple du joug inévitable et éternel que l’empereur exercera sur lui si personne ne fait rien. »

Je regarde par la fenêtre la légère brume qui s’étend sur la ville aux milles tours… Mille pointes hérissées vers le ciel… Je n’ai jamais aimé cette cité, agressive, avec ses flèches dardées vers le ciel, agressives et vengeresses, sinistres et brutales…

« Et j’espère de tout cœur que cette occasion surviendra au plus vite… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mer 20 Juin - 13:51

Rarement j'avais entendu autant d'amertume dans la voix de Liam. L'envie que m'inspirait sa liberté m'aveuglait quant aux difficultés qu'il vivait au quotidien depuis bien trop longtemps. J'aurais tant aimé pouvoir échanger de place avec lui, lui permettre de retrouver les honneurs de la cour qui lui étaient dus en tant que duc héritier. Plutôt que de profiter de ses plus belles années, il demeurait là, tapis dans une tour bien indigne de son rang. Le dévouement et l'abnégation dont il faisait preuve en gérant d'une main de fer la guilde des rebelles aux dépends de sa propre vie ne pouvait que forcer l'admiration de nos troupes. Tous avaient, qui une compagne, qui un enfant ou plusieurs. Lui n'avait rien de tout cela. Oh par Eimaren, s'il y avait eu ne serait-ce qu'un moyen, un seul moyen pour lui permettre de retrouver dignité et honneurs, que n'aurais-je donné ? Mais il en existait pas. Ou du moins, rien que ne soit à portée de nos mains. Seule la chute du tyran et l'avènement d'un régime juste et légitime lui rendrait sa place, au nom des années passées à oeuvrer dans l'ombre. Mais un tel aboutissement ne pouvait déjà se concrétiser. Et qui savait combien d'années il nous faudrait encore y consacrer ?

Non, je ne pouvais ajouter à ses soucis. Il avait déjà tant à faire. Bien sur j'avais souffert de perdre mon frère au profit de cette cause. Mais pour autant, je ne pouvais l'accabler encore. D'autant qu'il ne s'agissait pas là de problèmes qu'il puisse aisément résoudre. Aussi répondis-je par un haussement d'épaules rassurant à sa relance avant de me lever pour m'approcher de la mince fenêtre qui éclairait l'intérieur de la pièce. Il n'y avait guère de choses à voir à l'extérieur et quand bien même, l'étroitesse de cette ouverture confinait à la meurtrière et sa vitre salie en devenait presque opaque. Mais au moins ne pouvait-il plus voir mon visage maintenant que je lui tournais le dos. Sans rien ajouter, je le laissais continuer de m'expliquer combien nous avancions. De tout cela, j'étais bien convaincue. Une fois de plus je songeais à ceux qui nous avaient précédé, nos ancêtres qui avaient fait vivre cette guilde sur plus de deux cent années. Et qui étaient morts sans jamais avoir vu l'usurpateur jeté à bas de son trône. Nous réussirions. Pour eux.

- Qu'importe. Je me battrais à tes côtés. Toujours.

Qu'importent les difficultés, qu'importent la douleur, qu'importe le temps que cela prendra. Si ce n'est pas pour nous, nous devons continuer pour nos enfants, nos petits enfants et tous ceux qui viendront après nous. Si la lutte ne prend pas fin dans les années à venir, nous leur transmettrons une guilde forte, soudée, organisée. J'ai conscience de toutes ces améliorations qu'a apporté Liam. S'être ouvertement déclaré lui permet au moins de gérer tout cela d'une main de fer, tout en étant au coeur du problème, ce que tous n'ont pas fait avant nous, soucieux de préserver notre cher Outrevent.

Il s'approche à son tour de la fenêtre et cette simple proximité amène un sourire - certes un peu las - sur mon visage. Qu'il est bon d'être près de lui. Sans doute est-ce notre complicité d'enfance qui me manque le plus, alors que nous étions inséparables. Ou disons, que je refusais de le quitter d'une semelle. Rejetant loin de mon esprit mes craintes de sembler faible ou de laisser le doute m'envahir, je pose ma tête sur son épaule, en toute quiétude. Peut-être était-ce là ce qui a entraîné ma confusion quant à notre cause - outre l'apparition de ce pouvoir imprévu - le manque que j'avais de lui. La certitude que je ne pouvais être entière qu'auprès de lui. Il est mon quai, ma terre, mon origine. Et ce simple contact entre ma joue et sa chemise, la seule odeur de son parfum d'homme qui vient frôler mes narines, me font frissonner. Tel un matin depuis trop longtemps parti en mer, je suis aujourd'hui rentrée à bon port, dans mon coeur et dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mar 26 Juin - 12:51

Que ne donnerais-je pour une nouvelle vie, ou mieux : pour vaincre.

Lisbeth s'écarte de moi et je la contemple, pensive, devant cette fenêtre donnant sur la ville qui nous retient... Lisbeth... Si forte, et pourtant si fragile... Je l'admire pour ce qu'elle parvient à faire à la cour, son sang froid, son calme, ses mensonges, son sourire perpétuel, ses manigances, ses secrets... Aurais-je pu le faire, si je n'avais choisi cette voix différente qui s'offrait à moi ? Je ne le supportais pas, à l'époque, d'être ainsi déchiré, de devoir sourire au tyran, de lui obéir, de courber le dos et punir ceux qu'ils traitait aveuglément de traîtres comme un bourreau sans âme... Aurais-je vraiment pu passer ma vie entière dans cette hypocrisie ?... Non, je ne crois pas, même si ma sœur n'avait pas été là, même pour Outrevent... Mon regard aurait fini par me trahir...


« Qu'importe. Je me battrais à tes côtés. Toujours. »

Je souris...

« Oui... Toujours. »

Je me demande si Dragonvale se présentera à elle, mais même ainsi, elle finira par revenir, et ce ne sera que pour mieux combattre à mes côtés... Dragonvale... J'ai peur de la perdre. Je ne supporterais pas de ne plus pouvoir la voir, lui parler, la rassurer, la protéger... Maudite magie... Comment les dragons ont-ils choisi leurs mages ?... Les ont-ils seulement choisis ? N'est-ce pas un gigantesque hasard qui nous a précipité dans ces tourments insensés... Pourquoi ?...

Elle pose la tête sur mon épaule. C'est fou comme ce geste me soulage. Ah Lisbeth... C'est fou comme ma jeunesse au château me manque... Bien sûr, nous savions que nous aurions de grandes tâches à accomplir, de lourds choix à faire, de rudes combats à mener pour vaincre le tyran... Mais tout cela nous paraissait si lointain... Aujourd'hui, je me rend compte à quel points nos parents disaient vrai... Le pouvoir n'est pas le plus merveilleux cadeau qu'ils nous aient fait...

Pour un instant, au calme, je laisse le temps filer. Elle est là, tout contre moi, et plus rien ne compte. A quoi bon se battre, si ce n'est pour sa famille, pour ses hommes ? Là-bas, dans son grand palais d'or et d'ivoire, le souverain doit se sentir bien seul, entouré de mensonges, d'hypocrisie...

Je me tourne vers elle et la prend dans mes bras, la serrant contre moi. Je chuchote :


« Puisse Eimaren te protéger pour toujours. »

Puisse aussi cette étreinte durer toujours... Nous restons là, enlacés. Rien ne nous appelle pour l'instant à l'extérieur.. Il faudra bien qu'elle reparte au palais, bien sûr. Mais si nous ne pouvons trouver du temps pour nous, alors autant arrêter de suite le combat...

Je m'écartes finalement doucement d'elle, souriant.


« Un jour viendra où nous aurons tout notre temps pour vivre, pour être ensemble, pour profiter des merveilles que nous offrent nos huit merveilleux duchés... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mar 10 Juil - 16:20

Nous avons tant à perdre dans cette guerre. Nous avons déjà tant perdu... Hommes, vivres, armes. Espoir, parfois. Et pourtant, nous continuons. Encore et toujours. En dépit des difficultés, des traîtres et des doutes. Parce qu'il y a tant à gagner. Pour chacun. Justice, équité, partage... Nous pourrions tous tant profiter de la mise à bas du tyran. Liam retrouverait son titre, son honneur, sa vie. Je pourrais vivre la vie, ainsi qu'il me convient, sans autres responsabilité que le bonheur des miens, plutôt que celui de milliers de gens. Denise pourrait se séparer de ce mari violent et imprévisible, profiter de l'homme qu'elle aime et s'assurer de la sécurité de sa fille qui n'aurait plus à cacher son extraordinaire don. Les mages seraient libres. Libres d'aller et venir au grand jour, libre d'user de leurs pouvoirs pour améliorer la situation de chacun. Libres de vivre, enfin. Le peuple gagnerait un régime plus juste et plus compréhensif, où ceux dans le besoin recevraient aide et soutien des plus nantis, ainsi que nous essayons de le faire à Outrevent.

Bien sur, tout cela semble utopique. Rien n'est jamais aussi simple. Eimaren est morte sans laisser d'héritier derrière elle. Nul n'a de légitimité pour monter sur le trône d'Arven. Les Huits Duchés pourraient en venir aux armes pour faire valoir leurs droits, ainsi que ce fut le cas avant Ortarius de Cibella. Mais je suis certaine que tout est possible. Nous travaillons main dans la main pour la plupart. Lagrance et Outrevent resteront alliés tant que nous serons en vie. A condition d'éliminer Dolph Saldenow, Chart et Denise nous apporteraient eux aussi leur soutien. Les ducs de Nightingale, en dépit de nos divergences d'opinions, ne pourraient que louer l'élimination de l'usurpateur. Restent Sombreciel et son imprévisibilité, Erebor, Cibella et Bellifère. Quatre contre quatre. Je me berce d'illusions, rien n'est certain quant à l'avenir. Une guerre civile pourrait régner. Mais je veux croire qu'une fois Augustus mort, des accords se mettraient en place. Nul ne peut souhaiter de nouvelles batailles, Bellifère excepté.

Tout cela n'est pas à l'ordre du jour. Mais combien ces pensées sont-elles réconfortantes. Sans doute la proximité avec Liam n'est elle pas pour rien dans cet optimisme soudain qui m'étreint. Nous ne pouvons être certains de ce qui adviendra. Mais nous resterons unis, et c'est tout ce qui compte. Et alors qu'il espère qu'Eimaren me protégera, j'entends distinctement dans sa voix l'assurance que lui ne permettra pas que le moindre mal me soit fait. Bien sur, il ne peut être toujours à mes côtés. Mais je ne doute pas que si réellement, je me trouvais en danger, fut-ce en plein coeur du palais, il arriverait. Puisse un tel cas de figure ne jamais se présenter à nous.

La chaleur de ses bras autour de moi m'apaise encore. Comme j'aimerais pouvoir y demeurer toujours... Désir enfantin, certes, mais ô combien présent. Nul ne saura jamais remplacer Liam en mon coeur. Mon amour pour lui est trop fort, trop véritable pour que jamais quiconque puisse prétendre l'évincer. Il demeurera mon frère, mon ami, mon confident, mon modèle, le seul homme auprès de qui je désire être et vivre. Pourtant, je sais qu'il faudra que je me marie et que ce jour pourrait venir trop vite à mon goût. Tendrement blottie dans ses bras, j'inspire à fond son odeur, doux parfum qui m'évoque tant de souvenirs heureux. Doucement écartée de lui, je le regarder, un sourire attendri aux lèvres.


- Je doute que nous ayons un jour une telle possibilité, il y aura bien trop à faire et tu verras que tu n'auras plus même de temps pour ta petite soeur. Mais l'essentiel sera fait.

Refusant de me laisser ainsi écarter, je reviens contre lui, écoutant avec attention son coeur battre. Ce son profond et régulier m'apaise tout autant que sa présence. Une impatience soudaine dans mon esprit me sort de la tranquille torpeur dans laquelle je me serais bien laissée aller à sombrer. Je ne sais comment réellement répondre à cette petite martre qui manifeste son désaccord d'être ainsi séparée de moi mais mentalement, je lui enjoins de nous rejoindre tout en m'écartant de mon ainé.

- Quelles sont les prochaines actions prévues ?

L'ignorance dans laquelle je me trouve après ces deux longs mois d'absence m'incommode. Le bal du Solstice sera bientôt derrière nous et il est grand temps que je me remette au courant. Accueillant la petite martre qui vient se frotter contre mes jambes, je la gratifie d'une caresse distraite.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   Mar 31 Juil - 14:20

Elle s'écarte lentement de moi, et je la regarde en souriant. Elle me demande les prochaines actions prévues, et dans ses yeux brillants, son ton belliqueux, son fin sourire, je reconnais bien là ma jeune sœur. Celui qui réussira à l'écarter de notre combat ne pourra rien lui avoir offert d'autre que la victoire. Car c'est à ce seul lot que nous accepterons d'arrêter de nous battre, et ce ne sera que pour mieux reprendre en main les terres dévastées que nous aura laissé le tyran.

Son aide m'est précieuse. Une des plus importante au palais. Elle me relate jour après jour les faits exact dont elle peut être mise au courant. Sa présence m'a manqué, pendant ces longs mois qu'elle a passé chez nous, et même si les rapports de Cyselle et d'autres de mes espions ou des siens m'ont été suffisants, il sont parfois trop interprétés, trop réfléchis et trop basés sur des rumeurs pour que je puisse totalement tirer les choses au clair. Ma sœur a le mérite d'avoir le talent d'énoncer des faits avec précision, tout en étant capable de digresser de longues heures sur des sujets banals s'il le faut, au palais. Seule l'action combinée de toutes ces personnes peuvent me permettre de diriger correctement les troupes hors du palais.


« Hé bien, le bal du solstice approche à grands pas, les murs vont donc bientôt être un peu dégarnis de leur garde habituelle... On a quelques idées pour profiter pleinement de l'occasion, j'aimerais en discuter avec toi... Ainsi que d'autres projets, à plus long terme... »

Derrière elle, je vois galoper vers nous sa petite martre, symbole vivant de la magie qui coule dans les veines de ma sœur. Un nouveau sourire s'étire sur mes lèvres. Quelle belle petite créature...

« J'ai des papiers dans mon bureau, descendons. »

Nous ne savons encore ni l'un ni l'autre que nous nous reverrons plus tôt que prévu, bien loin d'ici, dans un palais biscornu plongé sous un voile glacé d'une blancheur immaculée.

Terminé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Attaquons l'exercice... [Liam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attaquons l'exercice... [Liam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» besoin d'un exercice de diction ?
» exercice professionnel à frais commun
» Exercice libéral à l'hopital ???!!!
» Exercice et grossesse
» à propos de l'exercice professionnel à frais commun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles :: Tour de la Guilde des Rebelles-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche