Partagez | 
 

 Lisbeth - Pensées Éparses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Lisbeth - Pensées Éparses   Dim 16 Sep - 9:32




Pensées Éparses
Pensées Éparses


An 801

OctobreNovembreDécembre

An 802
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuin



_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Mer 20 Aoû - 15:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Lun 17 Sep - 4:09




09 octobre 801
Un vent de magie...
«Liam

La réapparition de Dragonvale a été pour nous un signe d'espoir, nous laissant entrevoir la fin des combats. Le souffle de magie a éveillé la magie qui sommeillait et de plus en plus de gens se réveillent un matin, dotés d'un pouvoir qu'ils n'avaient pas demandé.
Partout, ils sont pourchassés et exécutés, hommes, femmes et enfants, jusque dans les plus hautes sphères de la société. La propre soeur de la favorite a été jetée dans une geôle, ne devant la vie qu'à la position de son aînée.
Je dois fuir. Je pars pour Souffleciel, prétextant une visite à nos terres et notre père. Je ne sais quand je reviendrais à Lorgol.

Tu me manques déjà
Ta soeur, Lisbeth »

Lettre cryptée à destination de Liam d'Outrevent - Jamais envoyée









12 octobre 801
Lettres à une amie très chère
«Ma très chère amie,

Je ne saurais assez m'excuser de ce départ précipité dont je n'ai pas même pris la peine de vous informer. J'ose espérer qu'à la lecture de ces lignes, vous m'accorderez sinon votre pardon de vous avoir ainsi délaissée, du moins votre compréhension. Vous me connaissez trop pour avoir pu croire que le seul désir de revoir mon père et mes terres a motivé mon voyage. Cet éloignement m'était nécessaire. Les récents évènements ont eu raison de moi et je ne suis plus guère en mesure d'assurer notre lutte au quotidien. Trop de doutes m'assaillent et je crains de commettre des erreurs qui finiraient par nous compromettre ainsi que l'ensemble de la guilde.

Mais surtout, c'est pour ma vie que je suis partie. Ces mots me sont encore difficiles à exprimer mais... il semblerait que le souffle de Dragonvale m'ait... touchée. Vous imaginerez sans peine la peur qui m'a étreinte à cette constatation et cela, plus que toute autre raison, m'a incitée à chercher refuge à Souffleciel.

Je ne puis encore vous parler de retour. Il va me falloir retrouver pour cela la sérénité qu'il nous incombe de conserver au quotidien. Mais je ferais au plus vite. Prenez bien soin de vous et de votre petite Nereïa.




_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Sam 22 Sep - 9:35




05 novembre 801
Découverte
« Si le moindre doute avait pu persister, il n'y en a désormais plus. La magie coule en moi.

Nous étions à la chasse lorsque cela s'est produit. La biche que nous suivions s'était un instant arrêtée, comme pour guetter dans l'air le bruit de nos chevaux. Le plus discrètement possible, nous sommes descendues de nos chevaux pour nous approcher.Nous n'avions nul désir de mort. Le hasard seul avait placé sur notre chemin cette superbe créature que nous nous étions mis en tête d'épier. Mais alors que nous nous enfoncions dans un taillis pour mieux la voir, mon regard tomba sur deux petits yeux d'un noir profond qui semblaient m'observer sans peur. Quel animal ne craint pas l'homme, sa haute taille et ses armes ? Intriguée autant qu'étrangement attirée, je me suis baissée, tendant la main vers la petite tête brune. Mais bien loin de s'enfuir au plus vite, elle vint se frotter contre ma paume. Et par ce simple contact, il me sembla qu'un lien des plus forts s'établissait entre nous.

Je l'ai ramenée avec moi au château et laissée pour le moment dans ma chambre. Fort heureusement, seule Yseult fut témoin de notre rencontre. Mais j'ignore ce que je pourrais bien faire une fois à Lorgol. Une martre n'est pas un animal des plus communs hors d'Outrevent et certainement pas un animal domestique. Il me semble malaisé de la dissimuler au palais alors qu'à tout instant, une servante peut venir et l'y découvrir. Peut-être la confierais-je à Liam, s'il accepte de la cacher à la tour des rebelles...  »

Notes personnelles









15 novembre 801
Déplaisantes rumeurs
« Mariage. Union. Ces mots flottent dans les couloirs du château, porteurs d'un écho de promesse. Je ne sais pas s'il me faut m'en réjouir ou non. Je ne peux que comprendre les inquiétudes de mon père. Liam ne pouvant s'en charger, c'est à moi qu'il incombe de perpétrer notre lignée au plus tôt. Mais... L'idée de voir ma vie si intimement liée à un homme qui me sera probablement un inconnu ne m'enchante pas. Quelles garanties aurais-je quant à lui ? L'exemple de Denise n'est pas pour m'encourager. J'ignore où elle trouve la force de mener cette triple vie d'épouse, d'amante et de rebelle.
Mais je n'aurais pas la prétention d'espérer faire un mariage d'amour. Peut-être, si les choses avaient été différentes, si je n'étais pas devenue la dernière héritière, aurais-je pu influer sur le choix de mon futur époux . Mais la sauvegarde d'Outrevent passe avant tout le reste. Qu'importe l'homme qui me sera désigné, je l'épouserai. Je m'en remets au jugement du mon père. Il ne me reste qu'à prier Eimaren que je puisse trouver à ses côtés sinon l'amour, du moins quelque soutien. »

Notes personnelles



_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 15:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Sam 17 Nov - 16:00




07 décembre 801

«Liam

Les premières neiges m'ont apporté un peu de cet apaisement que je recherchais. Bien des choses ont eu lieu en mon absence et je te remercie de m'avoir tenue aux courants des principaux évènements. J'ai moi-même bien des choses à te raconter. Mais une lettre ne serait pas propice.
Le bal du Solstice approche à grand pas. Je ne peux éviter de m'y rendre - notre famille doit être représentée. La perspective de cette soirée ne m'enchante guère. Le trajet est long jusqu'en Sombreciel aussi je pense faire une halte à Lorgol. Je partirai la semaine prochaine et devrais me trouver à la capitale aux alentours du dix-sept. Crois-tu que nous pourrions avoir la possibilité de nous voir ? J'ai grand besoin de passer quelques instants avec toi. Tu me manques.

A très bientôt
Ta soeur, Lisbeth »

Lettre cryptée à destination de Liam d'Outrevent









18 décembre 801
Les armes à la main
« J'aimerais y croire.

Croire que demain, le tyran ne sera plus et que Liam reprendra son titre, sa place. Le voir m'a fait grand bien. De quelques mots, il a su écarter les quelques doutes qui venaient encore troubler la paix de mon esprit. Oui, nous vaincrons. Parce que jamais il n'abandonnera la lutte.
Il y avait longtemps que nous n'avions pas pris le temps de réellement nous retrouver. Et alors que je suis là, dans la tour des Rebelles, j'en viens à me demander comment je peux supporter la captivité de la cour. Loin de lui. Il me semble tant n'être entière qu'en sa présence alors que par un simple sourire, il parvient à emplir mon coeur de paix.

Savoir qu'il ne viendra pas à Euphoria me soulage. Je crains bien trop l'inventivité du fantasque duc de Sombreciel. D'autant qu'en cette période annoncée de paix, il serait fort peu stratégique de nous attirer l'ininitié populaire par quelque vain coup d'éclat. Même si je sais que l'inactivité lui pèsera, les choses sont mieux ainsi.»









19 décembre 801
Départ imminent
« J'ai souvent entendu parler des barons d'Ibelin, ces seigneurs galliens dont les terres ont suivi Dragonvale dans la brume. Mais je ne pensais pas rencontrer un jour leur héritière. Ou du moins, pas dans ces circonstances. Penser qu'une jeune fille de noble lignage, mage, et à l'éducation soignée puisse être réduite à vivre en si piteuse auberge me désole. Si cela était en mon pouvoir, j'aimerais pouvoir l'aider plus. Peut-être demander à Liam de l'accueillir dans la tour des Rebelles, de la prendre sous sa protection jusqu'à ce que Dragonvale lui apparaisse. Elle mérite bien plus que ce qu'elle a actuellement. Puisse Eimaren lui venir en aide.

Nous partirons demain pour Euphoria. La perspective de ce voyage ne m'enchante guère. Pas plus que mes retrouvailles avec la Cour, deux mois et demi après mon départ pour Outrevent. Je n'aurais de plaisir qu'à revoir ma chère Denise.
De sombres pressentiments me prennent à mesure qu'avance le temps. J'ignore pourquoi mais je crains que cette période festive ne soit troublée. Mais tout cela est ridicule. Sans doute est-ce seulement là une conséquence du malaise que je ressens vis à vis de notre hôte. Une fête en ce duché instable et perverti m'inspire de bien étranges frayeurs.

Au moins puis-je m'estimer heureuse de savoir que Liam restera loin de ces jeux de cour. »










22 décembre 801
Mort
« Sang
Cris
Horreur
Stupéfaction

Mort.

La Confrérie Noire a frappé. En plein bal. Et les lames de ses assassinssont souillées du sang des innocents. Tout a basculé si vite... Du divertissement mondain à la tuerie sanglante, il n'y eu qu'une seconde, qu'un pas de danse.

Danse fatale. J'ai quitté Euphoria en hâte. Je ne sais pas même qui sont les victimes de cette terrible nuit. Les rumeurs me rattraperont bien assez vite. Je prie pour que rien ne soit advenu à Denise. Louis est sauf. Grâce à Liam. Je tremble encore à l'idée qu'il aurait pu être percé à jour. Merci, ô Eimaren, de l'avoir protégé de l'attention des gardes. »


L'écriture désordonnée de ce feuillet contraste avec le restant des notes et suggère une grande agitation. Les dérapages de la plume semblent indiquer qu'il fut écrit au gré des cahots du voyage de retour.









24 décembre 801
Une lettre bien mal venue...
« Ma très chère fille.
Je vous apporte, par la présente, une heureuse nouvelle. Vous n'êtes pas sans savoir que vous trouver époux devenait chose pressante. Bien que je n'escompte pas quitter ce monde de sitôt, il importe que vous soyez en mesure de me succéder le jour venu et surtout, que vous donniez un héritier à Outrevent.
Je ne nierai pas que les prétendants étaient nombreux. Faire un choix ne fut pas chose aisée et, au vu des nombreux enjeux de l'union à venir, nécessitait réflexion. Bien que je ne doute pas que vous approuverez l'homme qui m'a finalement semblé le plus à même de vous convenir, je tiens à vous exposer les raisons qui ont motivé mon choix.

[...] Après maintes réflexions j'ai finalement arrêté mon choix sur un homme que vous connaissez déjà, qui fut compagnon de vos jeux d'enfants, un ami en somme : Louis de Brunante. [...] Je ne doute pas que vous approuverez mon choix mais si, pour des raisons qui me sont inconnues, vous aviez des réticences à son encontre, n'hésitez pas à m'en faire part. Tant que vos fiançailles ne sont pas annoncées officiellement, je puis encore me dédire. »






Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 15:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Sam 9 Mar - 2:27




03 janvier 802
Fiançailles...
« Tu étais là mon frère - et c'était folie. Mais je ne t'écris pas pour t'en tenir rigueur. Tu as comme moi entendu cette annonce des plus aberrantes. Louis de Brunante.

C'est une plaisanterie. Ce ne peut rien être d'autre. Notre père a perdu la raison ! Comment peut-il réellement penser que ce... rustre saura me rendre heureuse ! Ce n'est qu'un marin ! Il n'a de noble que le nom ! Depuis dix ans, il fuit ses responsabilités sur les mers, laissant la charge de son domaine à ses parents quand il devrait les soutenir et représenter sa famille à la Cour ainsi qu'il lui incombe de le faire ! Père peut-il sérieusement vouloir de cet incapable pour gendre ? Imagine-tu, mon frère, un tel lâche sur le fier trône de notre duché ?

Mon coeur saigne d'imaginer que le futur duc d'Outrevent sera un homme sans plus d'honneur qu'un vulgaire malandrin et dont la prestance ne saurait égaler la tienne. Ô Liam, il nous faut redoubler d'ardeur afin que jamais Outrevent ne tombe sous la coupe de pareil misérable qui n'aura de cesse de se prosterner aux pieds du tyran pour lui mendier quelque faveur. Je ne saurais le tolérer... Et par ma vertu, si je ne peux défaire cette promesse d'union ridicule, je t'assure que jamais, au grand jamais, il ne pourra interférer sur notre duché. Il ne sera qu'un pantin, un duc d'apparat qui jamais ne me touchera. Sa cupidité ne le mènera à rien. Ni à nos terres, ni à nos richesses et moins encore à moi. Je préférerais mourir que de m'imaginer me soumettre à lui. Sois assuré que je te restituerai intact l'héritage qui te revient de droit, je t'en fais le serment.

Il me faut achever cette lettre mais j'essayerai très prochainement de venir te voir à la tour de la Guilde. En attendant, prend bien soin de toi mon frère - les récents... évènements ont mis la garde en alerte et je crains chaque jour pour toi.

Avec tout mon amour
Ta soeur, Lisbeth »

Lettre cryptée à destination de Liam d'Outrevent







10 janvier 802
Rage
«  J'ai peur Liam.

Je l'ai croisé. Louis. Je venais pour te voir, enfin, et... il était là, devant ma porte. J'ai... J'ai ressenti une telle rage à sa vue, tant de fureur... Cela m'effraie. Oui je le hais d'avoir ainsi conspiré contre nous, ce traître, ce moins-que rien. Mais la colère qui m'a saisie à sa vue était... bien trop intense. Démesurée. Je me sentais prête à le blesser encore - à le tuer peut-être. Tout pourvu que jamais ne puisse être célébré ce mariage ridicule. Ma lame est passée si près de sa gorge... Et l'espace d'un instant, j'ai voulu appuyer encore, mordre sa chair... Je me suis retenue, de justesse mais... Songer que j'ai ainsi pu souhaiter avec tant d'ardeur le voir plus mal encore, le meurtrir de mes propres mains... Cette idée m'effare, m'écoeure. Je ne comprends pas la violence du ressentiment que je lui voue et qui refuse de s'apaiser.

Cela me terrifie. Je ne veux nulle blessure, nul trépas supplémentaire et moins encore par ma main. Moins encore envers un homme que je connais depuis l'enfance, aussi profonds puissent être nos désaccords ! Mais le plus grave n'est pas ce désir malsain mais bien le fait qu'il est toujours là, tapi dans un recoin de mon esprit. Et je ne le sens que trop prêt à resurgir du jour au lendemain. Cette exaltation qui s'est emparée de moi à l'idée de faire couler son sang ne s'est pas totalement estompée. Bien au contraire... Mais qui suis-je alors pour me prévaloir des assassins de la Confrérie quand je ressens un tel besoin obsessionnel ?

Ô mon frère, pardonne l'incohérence de mes propos. Sans doute mes mots sont-ils confus mais il me fallait te faire part de mes craintes. Je lutte et je continuerai de lutter contre ces pulsions qui m'animent mais... j'ai si peur de commettre une irréparable erreur...








22 janvier 802
Une rumeur surprenante
«  L'empereur cherche une femme.
La nouvelle est tombée aujourd'hui, annoncée par ses hérauts qui ont charge de parcourir Arven pour y répandre le message. Je ne sais que penser d'une telle annonce. Il semble tellement absurde de penser que ce tyran puisse souhaiter prendre épouse après deux siècles d'un règne sans partage. Pourquoi maintenant ? Et pourquoi en pareils termes ? Une amnistie totale pour la famille de l'élue. Le pardon de tous les crimes antérieurs... Il y a certainement quelque sombre motivation derrière ce désir soudain mais je suis bien incapable de les percer à jour.

Il faut que j'en parle avec Liam. Savoir quel est son sentiment vis à vis de tout cela... Cette soudaine proposition pourrait nous offrir une chance inespérée d'infiltrer l'entourage proche de l'usurpateur et peut-être même... De lui rendre sa place ? De le rétablir dans ses droits et son honneur... Ô Eimaren m'en sois témoin, rien ne saurait me rendre plus heureuse. Bien sur, il me faudrait épouser cet être abject mais... Au moins ne deviendrais-je pas l'épouse d'un rustre sans manières.

La question mérite réflexion... »





_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 16:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Mar 26 Mar - 8:11




01 février 802
Doute
« Un doute soudain m'envahit. Il y quelques heures encore, alors que je me suis avancée pour abdiquer ma liberté face au tyran, j'étais fière et assurée. Certaine d'ainsi agir pour le meilleur. La force bouillonnante que je sens courir dans mes veines, cette force qui m'effraie parfois par la violence qu'elle m'inspire, m'a poussée en avant et pas un instant, alors que mes pas sonnaient le glas de mes fiançailles avec Louis, je n'ai songé que cet élan pouvait être une erreur. Assurer ma position à la Cour et ainsi celle de Rebelles, rendus jusque dans l'intimité même du tyran... La valeur de l'avantage ainsi acquis vaut bien que je me sacrifie, en dépit de la promesse faite il y a deux jours à Liam.

Cette décision était assurément la bonne... Alors pourquoi ces doutes qui m'envahissent ? Seraient-ce ces mots qu'il a prononcé ? Ô si tel est le cas, sois mille fois maudit, Louis de Brunante, d'avoir ainsi fait vaciller mes convictions ! »









02 février 802
Certitude
« Non. Je ne faillirai pas. Il n'en est pas question. Sur mon honneur, je me suis engagée dans cette folle course et je n'en sortirai que victorieuse ou défaite. Pas sur le seul motif d'un doute insidieux qui jamais n'aurait du naître. Mon sacrifice peut aider les Rebelles, précipiter la fin de notre cause, j'en suis convaincue. Alors aussi longtemps que durera cet insupportable enfermement, je tiendrai. Pour eux. Pour à mon tour leur donner un peu de cet espoir dont nous avons si cruellement besoin dans la lutte. Et si à terme, je ne suis pas choisie, qu'importe. Au moins aurais-je fait tout mon possible.

Mais par Eimaren, j'espère de tout coeur que Svanhilde Nightingale ne deviendra pas impératrice. Notre conversation d'hier soir m'a laissée pensive... Je ne sais que penser d'elle. Il m'était aisé de mépriser le symbole incarné de la violence vengeresse de la Confrérie Noire. En faire de même avec la femme blessée et digne que j'ai rencontré est infiniment plus difficile... Je crois qu'elle force mon respect, par la ténacité dont elle fait preuve, malgré les difficultés qui s'amoncellent. Aurais-je le courage, moi, de continuer la lutte si Liam venait à être tué ? Sans doute pas... Cette seule idée m'emplit d'une terreur infinie.
Mais pour autant, je demeure sur mes positions. La place de cette femme n'est pas ici, au milieu des soieries et des parures - quel que soit le nombre de lames qu'elle dissimulera sous ses atours. Elle est trop dangereuse, trop résolument opposée à l'empereur pour qu'il l'épouse sans prendre de précautions. Comme n'importe quelle autre, elle se fera enchaîner. Plus que les autres même, au vu du danger manifeste qu'elle représente. La place de l'Oracle de la sombre Confrérie n'est pas en ces lieux. »









04 février 802
Cauchemars...
« Tout commence par des cris. Des hurlements insoutenables, violents, d'une détresse infinie. Des voix déchirées, assourdissantes, porteuses de tant et tant de souffrance... Puis c'est le froid qui vient, omniprésent. Ce froid mordant, envahissant, qui ôte toute envie de vivre, toute joie. Tout espoir. L'espoir se consume, flamme éteinte par le vent glacial qui semble souffler jusque dans mon coeur.

Je tombe à terre. Le sol est dur, froid lui aussi. Poisseux. Je m'engourdis. Ma vision se trouble devant l'écarlate qui m'entoure. Et puis je me rends compte, je comprends. Brusquement. Sang. Des flots torrentiels, puissants, déferlent tout autour, emportant hommes et femmes, sans distinction. Dans le vacarme, je perçois le chuintement caractéristique des lames qui entrent en action. La douleur se mue en agonie. Moi seule demeure debout. Inébranlable au milieu du chaos. Et c'est là que tout change. Que tout s'amplifie. Que l'horreur survient.

Je devrais être engloutie à mon tour, je devrais me réveiller, sortir de ce sommeil terrifiant. Mais ce n'est plus le cas. La vague m'épargne, se fend pour m'éviter. Et soudain s'apaise, ne laissant derrière elle que sang et dévastation. Nulle ruine, nul mur. Seulement des corps enchevêtrés et au loin, une forme distincte. Et je cours. Je cours vers ce vestige, vers cet espoir. Je cours au milieu des défunts, je cours sur le sol imbibé de leurs sangs mêlés.
C'est un gibet. Au bout de la corde, un corps se balance, lentement, au gré d'une brise que je ne peux sentir. Un corps affreusement mutilé, défiguré. Méconnaissable. Et pourtant je sais. Oh, je sais de qui il s'agit.

Liam.

Et sur le silence qui s'est établi, un rire retentit, froid et métallique. Le rire de celui qui a vaincu, le rire du bourreau par qui tout est advenu. Et alors que son visage s'impose, je m'éveille. »


Notes personnelles







07 février 802
Un peu d'air...
« Les jardins sont recouverts d'une épaisse chape de neige ce matin. Mais ce spectacle, loin de ravir mon coeur, me blesse. Me rappelle que je ne peux sortir de l'aile du palais impérial où je suis confinée. Je voudrais tant pouvoir aller contempler nos landes devenues immaculées... Je me sens prisonnière, prise au piège dans ces appartements luxueux qui me privent de ma liberté de mouvement.
Je n'avais pas réalisé, en me présentant il y a une semaine, que je serais ainsi contrainte. Les barreaux de la cage se sont resserrés, je me suis enchaînée moi-même au bon vouloir du tyran. Je n'ose imaginer quel calvaire deviendrait mon enfermement s'il advenait que je devienne son épouse...
Chacun de ses regards sur moi m'écoeure, chacun de ses mots m'est insupportable. Il me semble... Il me semble qu'il sait, qu'il devine l'infinité de mon amour pour Liam. Qu'il se rit de moi. Me suis-je jetée dans la gueule du loup en voulant maîtriser mon destin ? »


Notes personnelles







12 février 802
Fatigue
« Les cauchemars ne cessent plus. Ils empirent et s'amplifient à mesure que les nuits passent. J'ai tenté de chercher le sommeil ailleurs que dans ce lit si froid, je me suis installée dans un fauteuil près du feu mais rien n'y fait. Sitôt que mes yeux se ferment et que mon esprit s'évade, les visions insoutenables reviennent avec chaque fois plus de force et de violence. Je tremble à la seule idée de sombrer dans le sommeil tant je crains de revivre encore et encore ces instants. »


Notes personnelles







18 février 802
Et si...
« S'il avait raison ?
J'ai refusé de le croire, refusé de l'écouter. Pourtant... Mon épuisement est à son comble. Ma résistance ne tient plus qu'au seul fil de ma volonté. Mais je la sens elle aussi vaciller, s'effriter. Une pensée que j'ai longtemps refusé d'écouter s'impose peu à peu : et s'il avait raison ? Si en me jetant à corps perdu dans cette guerre des atours, je m'étais égarée, détournée du droit chemin de la rébellion ?

Si mon désir de devenir impératrice était davantage mû par mon refus de l'épouser, lui, que de servir ma cause ?  Est-ce l'égoïsme qui a guidé mes pas en ce funeste jour de février, le seul désir de rendre caduques des fiançailles qui me déplaisaient ? En voulant échapper à un époux que je haïssais, ne me suis-je pas précipité vers un destin bien pire encore ? La peur grandit en moi d'être celle qui sera désignée pour siéger sur le trône ensanglanté aux côtés du tyran.
Mais je sais pourtant que j'irais au bout de mon engagement. Quoi qu'il m'en coûte, Outrevent ne pliera pas. »


Notes personnelles







23 février 802
Abandons
« Gaëtane a abandonné, trois jours après Pénélope de Flauvaire. Pour détestable que me soit devenue ma cousine, je ne peux cependant qu'en être attristée pour elle. Cette opportunité lui aurait permis de rendre un peu d'honneur à son nom après avoir été, pendant tant d'années, la catin du tyran. Las, elle s'est retirée, pour je ne sais quelles raisons. Je ne suis plus guère attentive à celles qui m'entourent. Mais je sens le regard inquiet de Cyselle régulièrement posé sur moi.

Nous ne sommes plus que cinq à ce jour. Et parmi nous, trois sont résolues  la perte de l'usurpateur. Des deux autres, je ne que penser. J'espère néanmoins que Svanhilde Nightingale ne se laissera pas enchaîner. Ce serait pour la Rébellion, qu'elle se fasse dans l'honneur ou le sang, une perte inestimable.

Dans cinq jours, nous serons fixées. Nous saurons, enfin, qui ceindra la couronne impériale. Et cette heure sonnera le glas de mon Destin, au bras d'un geôlier ou d'un autre. Pourtant... Je crois qu'il me serait presque doux d'épouser Louis en ce jour. Nul sort ne peut être plus funeste et destructeur que la couche et la domination du tyran... »


Notes personnelles



_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 16:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Mar 14 Mai - 8:07




01 mars 802
Adieu mon amie...
« Cyselle a été choisie. Et cette décision met fin à cette insupportable guerre de voiles et de charmes. Ô Eimaren, ô Puissances, soyez remerciées d'avoir mis fin à mon tourment et mes angoisses. Je ne serais pas impératrice. Je ne serais pas le jouet enchaîné du tyran, le bel objet de parade et de convoitise. Mon coeur se serre de songer que très bientôt, Cyselle prendra cette place honnie... Arven a gagné en ce jour une souveraine digne. Douce et bonne, capable de toutes les bontés à l'égard de ceux qui en ont le plus besoin. Mais pourra-t-elle agir ? Je pleure ce soir la liberté d'une amie qui m'est chère, l'emprisonnement de la meilleure des femmes que cette terre ait porté.
Égoïste soulagement que celui qui m'étreint en cette heure. Je ne devrais être que compassion et douleur pour elle. Et pourtant je suis tellement, tellement soulagée... Il m'importe peu de savoir que cette défaite - en est-elle seulement une ? - rétablit mes précédentes fiançailles. Nul sort ne saurait être plus funeste que celui qui m'est épargné en ce jour.  »

Notes personnelles







06 mars 802
Pardonne moi
« Liam,
J'aurais du t'écrire depuis longtemps déjà. Nulle excuse ne peut justifier mon silence, nulle claustration ne saurait m'empêcher de te donner des nouvelles. Pourtant je n'en ai rien fait, convaincue comme je l'étais de ton ressentiment. Aujourd'hui encore, je tremble, à la seule idée que tu m'en veuilles de ces manquements répétés. Quels mots pourraient atténuer ma faute ?
Tu avais raison, tu le sais. Jamais je n'aurais pu être impératrice, jamais je ne l'aurais supporté. Pour m'enchaîner, le tyran aurait brisé ma liberté, corrompu mon âme et mon corps. Louées soient les Puissances que pareil sort m'ait été épargné. Mais du plus profond de mon coeur, je t'avoue avoir cru en cette possibilité, en cet espoir de pouvoir agir à mon tour, concrètement, pour que la justice reprenne ses droits. Pardonne moi d'avoir fait fi de ton avis et de tes précieux conseils. Je me serais épargnée bien des douleurs à simplement te faire confiance, ainsi que je le fais depuis notre plus tendre enfance. Mais peut-être fallait-il que je comprenne par moi-même le prix à payer dans cette lutte. J'aurais donné beaucoup, tu le sais. Mais ma liberté m'est trop chère, à plus forte raison si les chaînes ne m'avaient pas permis de te retrouver au grand jour.

Je ne sais vers quel avenir je me dirige aujourd'hui, à nouveau liée par ces fiançailles qui me déplaisent tant et sont pourtant infiniment préférables à l'homme dont j'ai failli devenir l'épouse ce mois. Peut-être finirais-je par être forcée d'accepter le choix de notre père, aussi désagréable que puisse être cette idée. Je n'en sais rien. J'ai pour le moment besoin de repos, de prendre du recul face aux derniers évènements. Je pense quitter Lorgol dès le lendemain du couronnement, je te tiendrais au courant.

Je t'aime, du plus profond de mon coeur.

Ta soeur,
Lisbeth »

Lettre cryptée à destination de Liam d'Outrevent - Jamais envoyée







14 mars 802
Partir quelques temps...
« Mon sommeil n'est pas redevenu synonyme d'apaisement. En dépit des mes efforts pour calmer ces angoisses insupportables qui n'ont désormais plus lieu d'être, les cauchemars persistent, peuplant mes nuits de pâles fantômes qui m'horrifient. Il faut que je parte. Que je quitte cette ville qui m'oppresse, ce palais qui ne me rappelle que trop à quel sort j'ai échappé... Mes bagages sont déjà prêts et Yseult a averti les cochers de notre départ prochain. Au lendemain du couronnement, je fuirais cette capitale maudite pour rejoindre mon père à Souffleciel, contempler nos landes dont la beauté m'a soutenue pendant ce si long emprisonnement. Comme j'espère que la neige les recouvre encore de son immaculée blancheur... Il me tarde de rentrer chez moi.
Mais auparavant, il faut que je contacte mon frère... Je n'ai pu me résoudre à lui envoyer la lettre écrite voilà quelques jours et son absence me pèse sans doute autant que mon silence le blesse. Mais je n'ose revenir vers lui, défaite et souffrante. Son inquiétude ne ferait que s'accroître à me savoir si mal. Une fois arrivée à destination, je lui écrirai de nouveau. Tout ira mieux alors. Ce n'est que l'affaire d'une semaine. »








19 mars 802
Qu'ai-je fait ?
« Ô Puissances souveraines, qu'ai-je fait ?
Il dort, paisiblement, non loin de moi. Trop près de moi. Et sa vue ne me rappelle que trop l'ampleur de la faute qui a été la mienne. Comment ai-je pu ainsi m'abandonner ? Quelle folie m'a guidée ? Je le haïssais, du plus profond de mon être et aujourd'hui... Je ne sais plus. Je voudrais lui en vouloir, lui imputer l'entière responsabilité de cette inadmissible faute mais... j'en suis incapable. Tant de douceur et de chaleur ne peuvent se blâmer si aisément. Et puis... ne suis-je pas toute aussi fautive que lui, de m'être ainsi abandonnée ?
Je l'entends qui s'éveille et j'ai peur de la confrontation qui ne manquera pas d'advenir. Ô Eimaren, veille sur moi, je ne sais quelle attitude adopter. Je voudrais oublier, balayer de mon esprit ces instants d'ivresse mais j'en suis incapable.

Je brûle encore... »




_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 17 Aoû - 16:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Mar 14 Mai - 8:49

U.C.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Dim 3 Aoû - 2:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Dim 3 Aoû - 2:39




10 mai 802
Triste retour
«  L'aube se lève et avec elle, le rappel de notre retour à Lorgol. Aujourd'hui, Yseult viendra nous retrouver dans cette bourgade au sud de Lorgol et dès demain, nous retournerons à la capitale pour assister au mariage de ma cousine, cette putain de l'empereur, avec un homme dont le cœur est déjà pris depuis longtemps. Triste mariage en perspective.
Deux mois déjà se sont écoulés et pourtant, j'ai l'impression d'avoir quitté la Cour hier. Hypocrisie et faux semblants seront de mise, plus encore devant mon père et sa gourgandine. Et toutes ces mascarades, tous ces mensonges qui vont reprendre place...

J'aurais voulu ne jamais revenir. Improbable aveu : il y a quelques mois encore, l'idée de voyager seule avec Louis m'aurait semblé insensée. Plus encore, de prendre plaisir à sa compagnie. Pourtant, je ne puis nier cela. De seulement penser que cette nuit sera la dernière avant notre mariage, je sens mon cœur se serrer. Adieu donc, tendre complicité, nuits sans sommeil et douceur du quotidien. Pour un peu, je serais presque impatiente que se tienne notre mariage pour qu'en femme mariée, je puisse fuir définitivement Lorgol où ma présence n'est plus requise puisque mon père y demeure.
Attendre mon mariage avec Louis impatiemment... Au regard de notre passé houleux, il me semble que ce soudain rapprochement n'a été qu'une ironie de la Fatalité. Puisse-t-elle faire que Lorgol ne nous renvoie pas en arrière. »








13 mai 802
Une soirée mouvementée
« Ce mariage fut pour le moins... étrange. Et la soirée qui s'ensuivit ne le fut guère moins. La brûlure sur ma joue s'est atténuée mais une marque rouge demeure encore. Au moins ai-je pu expliqué à Liam les raisons de ma conduite et ce qui m'a tenue éloignée de lui si longtemps. S'il ne me donne pas raison, du moins a-t-il entendu mes arguments, c'est davantage que je ne l'aurais espéré.
Aujourd'hui Arven a une reine et je suis de retour auprès de mon frère. Les événements vont pouvoir reprendre leur cours sans plus de bouleversements. Mais par Eimaren toute puissante, comme il est malaisé de reprendre place dans ce jeu de dupes ! La cour me semble plus absurd que jamais aussi je pense prolonger mon séjour à la Tour de Souffleval. Puisque mon père a choisi de séjourner à Lorgol, ma présence n'est plus requise au palais, aussi serais-je bien mieux installée ici, loin des persiflages. Sans compter que je n'aurais pas ici à souffrir de la proximité de cette débauchée qui ose coiffer la couronne de ma mère.
Et puis... les ruelles de Lorgol se prêtent mieux aux visites impromptues que les couloirs de pierre où rodent oreilles et yeux. Il sera plus aisé à Louis de me rejoindre ici, je ne veux pas avoir à me priver de la chaleur de ses bras... »








25 mai 802
Derrière les barreaux...

« Les cachots... Je savais que ce silence n'augurait rien de bon. Je n'étais pas allée jusqu'à craindre le pire mais dès ce matin, le palais a commencé à bruisser de rumeurs et les regards ont convergé vers moi.

Oh Louis, j'ignore encore le détail des événements mais les faits sont là : Liam est à cette heure captif des geôles de Lorgol. L'heure et le jour de son exécution sont d'ores et déjà arrêtés. Chart a momentanément pris la tête de la guilde en sa qualité de Lame des Rebelles. Nous allons faire tout ce qui est en notre possible pour le sortir de là. Si pour revoir mon frère, je dois aller implorer l'aide de la Confrérie Noire devant Svanilde Nightingale elle-même... Alors soit. Sa liberté a plus de prix que mon orgueil. Dès demain je ferais déposer un message àson attention.

En attendant, de bien sombres pensées m'assaillent... Et je me demandais si tu aurais le temps de me rejoindre ? Juste pour quelques heures...
S'il te plait... »







26 mai 802
Alliance

« Svanhilde,
Je suis certaine que vos informateurs n'auront pas manqué de vous avertir de l'annonce déclamée hier matin au palais. L'heure est grave. La guilde des Rebelles est en grand péril. Malgré nos divergences d'opinions, nous savons, vous et moi, que Rebelles et Confrérie sont les deux faces d'un même combat. Si la Guilde tombe, elle entraînera dans son sillage nos espoirs d'un monde plus juste.
Nous n'avons pas les moyens, matériels ou humains, d'orchestrer une prompte libération qui assurerait l'avenir de notre lutte. Quelles que soient les méthodes à employer, il est primordial que ce soit fait dans les plus brefs délais. Aussi je me tourne vers vous afin de vous proposer d'unir nos forces.

Si vous agréez la teneur de ce message, je vous propose de nous rencontrer prochainement pour discuter des modalités d'une telle entraide. Vous pourrez aisément me joindre à la Tour de Souffleval où je réside dorénavant. Dans le cas contraire, il n'y aura guère que la Chance pour encourager notre entreprise.

Que les Puissances veillent sur vous,
Lisbeth d'Outrevent
Duchesse héritière d'Outrevent
Comtesse de Souffleval »
Lettre cryptée à destination de Svanhilde Nightingale, déposée dans l'arbre creux de la Confrérie Noire


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   Mer 20 Aoû - 15:46




02 juin 802
Il est temps d'agir
« Je me suis entendue avec Svanhilde Nightingale. Le 16 juin, la Confrérie infiltrera les geôles avec l'un de ses assassins. Il se chargera d'ouvrir sa cellule et de le conduire hors des souterrains du Palais.

[...] Dès que sera franchie l'enceinte des murs, vous prendrez la tête des opérations. Nous ne pouvons présumer des forces de Liam après cette séquestration. Aussi vous faudra-t-il assurer sa sécurité dans Lorgol jusqu'à rejoindre la Tour de la Guilde. Je vous fais toute confiance pour organiser cette escorte.

Je n'ignore pas vos réticences quant à cette coopération et même, je les partage. Mais il est primordial de mettre de côté nos antagonismes afin d'assurer le succès de cette opération. La libération de notre chef prime sur tout le reste. »

Extrait d'un message crypté à destination de Chart Saldenow







18 juin 802
Envol
« Nous avons réussi.
Liam, désormais libre, a retrouvé la sécurité de la Tour des Rebelles où il panse ses blessures. Les échos que Chart m'en a donné sont... inquiétants. Je n'ai pas encore eu le temps de me rendre son chevet. Aujourd'hui plus que jamais, il incombe que je prenne garde, chacun guette mes réactions et le soulagement pourrait trop facilement faire jour sur mon visage.

Mais notre mission n'est pas réellement couronnée de succès. Ingmar, baron d'Ibelin, qui fut le principal acteur de cette libération, n'a pu s'enfuir lui aussi et je crains qu'il ne soit très prochainement exécuté en représailles. Notre famille aura éternellement une dette envers la baronnie d'Ibelin.»

Notes personnelles



_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lisbeth - Pensées Éparses   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lisbeth - Pensées Éparses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» pensée aux oiseaux l'hiver
» Histoire de la pensée arabe et islamoque
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Ce petit site devine vos pensées !!!!!
» pensée du jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Zone de jeu :: Journal intime-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche