Partagez | 
 

 Svanhilde Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Svanhilde Nightingale   Mar 22 Fév - 16:35



© Delphie

« Si mon âme doit s'entacher et se corrompre, s'avilir et se charger de crimes, ainsi soit-il. Aucun prix n'est trop élevé pour la liberté de tout un peuple...»


feat. Scarlett Johansson

© Delphie
Svanhilde Gwenniver Nightingale

    ¤ AGE : 24 ans
    ¤ NE(E) LE : 17 mai 778
    ¤ A : Shivering Soul (duché de Nightingale)
    ¤ LIEU DE RÉSIDENCE : Lorgol, tour de la Confrérie Noire
    ¤ NIVEAU SOCIAL : Haute noblesse
    ¤ GROUPE : Confrérie Noire
    ¤ ALLÉGEANCE : Rebelles



HISTOIRE & CARACTERE (40 lignes minimum)


L'aube. L'instant de la journée que je préfère. Ce moment où tout est encore suspendu entre la lumière et l'obscurité – la frontière entre le jour et la nuit. Le signe que le monde a continué son chemin et vivra, quelques heures de plus... Certes, les assassins aiment la nuit, car c'est en elle que nous pouvons nous fondre, étreignant l'obscurité comme une amante. Mais j'aime aussi la journée, car c'est le signe que j'ai survécu à une nouvelle nuit dans ma mission. L'aube... La caresse des premiers rayons est tiède sur ma peau alors que le soleil se dessine à l'horizon. Je me tiens debout, seule, au sommet de la tour de la confrérie : seule, tout en haut du monde. Notre Tour culmine bien plus haut que n'importe laquelle dans Lorgol : cylindre entièrement noir, sans ouverture visibles – notre tour suscite la curiosité. Je sais tous les chemins pour y entrer, mais seuls mes Écoutants, mes assassins, peuvent les utiliser. Je suis l'Oracle de la Confrérie : celle que la Mère de la Nuit honore de ses confidences, celle à qui elle confie les ordres de mission. A l'heure la plus noire qui précède l'aube, elle m'était apparue dans le Sanctuaire de la Confrérie, avec de nouvelles cibles à abattre.

Notre Mère de la Nuit. Personne ne sait au juste de quel vivant trépassé elle est l'esprit – en tout cas, elle est auprès de la Confrérie depuis sa création et guide notre bras. La plupart de nos contrats habituels nous parviennent par des clients dans les arbres creux qui nous servent de point de consultation officieux – mais les cibles officielles, celles qui scellent notre pacte avec les ténèbres pour ramener la lumière en Arven, ces cibles-là, c'est elle qui nous les désigne. Femme entièrement voilée de noir, je ne connais d'elle que sa voix. Depuis que j'ai repris les rênes de la Confrérie il y a quatre ans, elle m'apparaît chaque semaine lorsque je suis au Sanctuaire, me délivrant conseils et sollicitude. Mes chagrins, mon doute perpétuel, mon manque de confiance en moi – elle a tout entendu, tout supporté. Telle une mère, en effet. Ils sont peu à la voir : Siegfried et Sigvald l'ont déjà aperçue, et je sais que parfois Sigvald lui confie ses tourments. Je sais également que notre Mère s'occupe de Mélisende – je ne crois pas qu'elle ait de contact avec d'autres dans la Confrérie. Je viens juste la quitter, et mon cœur pèse encore gros de ce qu'elle m'a dit. Les persécutions s'intensifient, et nous sommes impuissants...

Le soleil s'élève lentement au-dessus de l'horizon. Ses tendres rayons épousent ma silhouette, révélant le sang qui macule ma tunique. Je rentrais de mission lorsque notre Mère m'est apparue, et n'ai pas eu le temps de me changer – et après l'avoir écoutée, je n'avais envie que de lumière et suis donc montée directement au sommet de la tour, passant la trappe qui donne accès à son clocher. De cloche, il n'y a pas – mais le balcon caché à la vue depuis le sol me permet de contempler Lorgol endormie. Personne ne peut me voir – aucune tour aux alentours n'est suffisamment haute pour cela. Personne ne sait qu'en cet endroit vivent les Assassins de la Confrérie Noire, et c'est un bien – je peux m'accouder à la balustrade et observer le jour se lever sans craindre une foule rassemblée à mes pieds. La brise matinale souffle doucement et fait voleter mes cheveux clairs, teints du sang de ma victime de la nuit – ce même sang qui imprègne mes vêtements. Svanhilde, la guerrière au cygne. La petite duchesse de Nightingale aux plumes éclaboussées de sang... le cygne noir qui vit dans les ténèbres. Enfant enjouée, gaie, toujours prompte à sourire et à s'amuser, l'âme légère et le cœur ouvert – grandie pour devenir cette femme solitaire, blessée par la souffrance de ses sujets, de ses amis. Aujourd'hui, je suis déterminée, je suis implacable : le feu brûlant de la rébellion qui brûle en moi, cette passion formidable et l'appel de la justice que tout mon sang me clame – rien ne saurait m'arrêter. Je n'ai plus peur d'avoir su sang sur les mains. Si mon âme doit s'entacher et se corrompre, s'avilir et se charger de crimes, ainsi soit-il. Aucun prix n'est trop élevé pour la liberté de tout un peuple.

Que de chemin parcouru, depuis ma naissance à Shivering Soul... Capitale du duché sur lequel j'aurais dû régner. Ma famille ne porte plus le nom de Nightingale depuis la déchéance de nos titres, il y a deux siècles – mais nos gens nous sont restés fidèles, et alors que l'on me faisait grandir sous le sobriquet de Thorbren, on me donnait en secret ce nom dont je suis aujourd'hui si fière. Sigvald, mon frère adoptif que j'adore, a toujours refusé de prendre la suite de notre père qui pourtant l'aimait tout autant que moi. J'ai donc grandi comme héritière clandestine, jouissant du respect de la plupart des habitants du duché, et de la protection rapprochée de nos sénéchaux toujours aussi fidèles. C'est à mon vingtième anniversaire que ma mère m'a raconté tout ce qu'elle savait de la Confrérie Noire – et m'en a remis les clés, me confiant le secret de l'entrée de notre tour lorgolienne. Je lui confiai Nightingale, repris mon nom de droit, et partis clandestinement pour la capitale et notre refuge secret. Il n'y avait plus grand-monde quand j'y suis arrivée, Sigvald et Siegfried sur mes talons : juste les archives rassemblées de ses activités depuis la création et Enguerrand Sigbelian, professeur fantasque qui nous initia à l'art des ombres. J'y passai une nuit – et notre Mère Sombre m'apparut, légitimant ma présence et mon rôle en ces lieux. Sur son conseil, je partis pour un long périple de plusieurs années dans les duchés, rassemblant et réveillant les Écoutants en sommeil. Sentant la vengeance s'éveiller en moi. Mes moments d'éveil requéraient une énergie considérable : je n'avais plus le temps de monter à cheval pour le plaisir comme jadis, mais j'effectuais de longues chevauchées éreintantes, tant pour moi que pour ma monture. Plus le temps non plus d'errer dans les cités traversées, le nez en l'air à admirer l'architecture : les assassins vont cachés et la tête baissée. Mais cette vie a tout de même des compensations. Nul ne me cherche querelle quand les cordes de ma harpe résonnent dans le Sanctuaire de la Confrérie. Nul n'est témoin des larmes de désespoir qui parfois m'échappent quand je suis seule. Je n'aime pas la compagnie – je me sens la plupart du temps mal à l'aise en public. Avec mes Ecoutants, point de difficulté : le sang qui a coulé sur nous nous enveloppe tous du même linceul et je ne leur cache que peu de choses. Mais avec les autres habitants de Lorgol, avec ma propre mère – c'est différent. Comme si leur regard pouvait me blesser – je me sens vulnérable. C'est certainement ridicule pour l'Oracle de la Confrérie Noire, duchesse de Nightingale et mage en devenir de surcroît, mais je suis réaliste quant à mes chances de survie, confrontée à l'Usurpateur. Je sais que mes choix n'ont pas tous été bons, pendant ces deux années – refuser Dragonvale fut sans doute celui qui me pèse le plus aujourd'hui. Mais j'ai choisi mon destin, et même si je n'ai plus guère d'espoir pour moi, j'en ai pour les autres : je sais que Siegfried me remplacera efficacement à la tête de la Confrérie et que Sigvald fera un duc exceptionnel. Que je sois partie à Dragonvale étudier enfin mon art ancestral, ou que la mort m'ait fauchée en chemin...

Aujourd'hui, depuis deux ans, je suis de retour à Lorgol. Je vis dans cette Tour, j'y ai d'ailleurs des appartements remarquablement confortables : la lumière du soleil y entre par un jeu habile de miroirs, et la lumière des chandelles le soir n'en sort pas. Ma cellule d'assassins s'est agrandie : je suis toujours secondée par mon frère et mon sénéchal, je bénéficie toujours des bons conseils d'Enguerrand, mais nous sommes désormais une quinzaine à demeurer ici. Je suis bien entourée. Heureusement. J'ai cru perdre la raison, il y a quelques mois, en me réveillant un matin flottant au-dessus de mon lit. La chute fut brutale. La Mère de la Nuit m'expliqua que le sang que je portais véhiculait la magie depuis la nuit des temps, et que Dragonvale revenait chercher sa provision de mages... Et de fait, l'Académie m'apparut sur une route poussiéreuse de campagne alors que je me rendais dans une cellule annexe entendre le rapport du responsable local. Avec moi, personne. J'étais seule sur ce chemin, seule alors que la porte de l'Académie scintillait doucement devant moi – ouverte, mais point trop. Comme une invitation que je pouvais décliner. Ce que je fis, à mon grand regret... J'aurais tout fait pour pouvoir rejoindre Dragonvale. Devenir mage, réclamer l'héritage de mon sang. Dompter cette magie sauvage et chaotique qui tourbillonnait en moi, cette magie de l'air et du vent qui est celle des Nightingale depuis les origines de la création. Mais je ne pouvais pas abandonner la Main de la Nuit – mon serment en tant qu'oracle et la vengeance primaient sur tout le reste. Il y avait d'autres mages en devenir dans l'Empire, mais j'étais la seule Oracle. J'irais plus tard... J'avais le sentiment d'avoir renié mon héritage.

D'autant plus grand fut donc mon choc devant le cygne majestueux qui trônait dans mon miroir au retour d'une mission – un cygne d'une blancheur éclatante qui semblait avoir la faculté de lire mes pensées. Il était apparu derrière moi alors que je regardais mon reflet – il n'apparaissait que dans le miroir. Puis il avança, de plus en plus alors que je reculais – et finit par sortir, lumineux et pur, de la surface lisse. Nos pensées étaient liées et je compris avoir trouvé là mon Familier. Un cygne blanc, si blanc – dont les plumes viraient brièvement au noir à chaque fois que je prenais une vie, épousant les ténèbres tout comme je les étreignais. En cet instant présent, il est là – invisible quand il le désire, mais pas maintenant. Comme s'il voulait que je le voie, glorieusement blanc alors que je suis encore couverte du sang de ma victime, comme le rappel incessant de ma propre pureté, quand bien même je suis un assassin.

Prendre une vie. Sensation terrible. Ce soir, j'ai tué un commandant de l'armée, en visite à Lorgol. Je me suis glissée dans sa chambre au plus noir de la nuit – et je l'ai réveillé. Froide, glaciale, dans ma tenue noire d'assassin. Je lui ai énoncé la sentence de la Main de la Nuit pour son crime de collaboration – et alors qu'il tentait de se défendre, mon poignard a trouvé sa gorge. Je ne tue jamais sans laisser une occasion à ma cible de se défendre, et ce soir, comme toutes les autres fois, j'ai fini par remporter la victoire. Mes côtes portent une estafilade que je dois à son épée, mais il a expié son crime dans le flot de sang chaud qui m'a éclaboussée alors qu'il s'effondrait. Aldaria, tel son nom, m'a murmuré son approbation par une pensée aussi réconfortante qu'une caresse alors que son plumage virait au noir. Et là, tout de suite, debout sur le toit du monde, le vent qui est mon élément emportant au loin les vestiges de cette nuit, elle me communique sa chaleur et son espoir d'une vie meilleure.

Je suis Svanhilde Nightingale. Assassin et magicienne.



LIENS (4 lignes minimum par lien)




LIAM D'OUTREVENT ft. Jared Leto
Le jeu de la mort et du hasard - Nous sommes alliés. Censément. A la vérité, je ne sais trop quoi penser de lui. Il ne cesse de critiquer notre soif de sang, mais nous sommes impitoyables par nature - je crois qu'il ne pourra jamais comprendre la Confrérie Noire et la véritable essence de la liberté que nous défendons. Certes, nous sommes des tueurs à gages - il faut bien vivre n'est-ce pas ? Mais nous accomplissons également une noble tâche en éliminant les fidèles du tyran. La Guilde des Rebelles peut-elle y prétendre, avec ses idéaux bien placés et ses beaux discours ? Non, Liam. Non. Cesse de toujours t'en prendre à moi parce que je dirige des assassins. Toi, tu dirige des mollassons et des beaux parleurs. Ensemble, nous pourrions accomplir de grandes choses - mais rien ne sera possible entre les rebelles et la Main de la Nuit tant que l'entêtement persistera.

SIEGFRIED NIBELUNGEN ft. Christian Bale
Une tête à claques - Mon sénéchal. Le mien - en tant que duchesse, il me suit et me sert. Censément, encore une fois. En réalité, il agit plus comme un cousin un peu envahissant. Nous avons pratiquement grandi ensemble : il est à mes côtés depuis mon jeune âge et je le vois comme un membre de ma famille. C'est un assassin jusqu'au bout des ongles - il aime le sang, il aime la sensation de prendre une vie. Je le sais, il me l'a dit. Je sais également qu'il prend plaisir parfois à torturer un peu ses victimes, mais, hé ! Ils l'ont mérité ! Un jour, si jamais je devais rejoindre Dragonvale ou mourir en chemin, je sais qu'il ferait un bon Oracle pour la Confrérie Noire, puisque note Mère de la Nuit parfois se montre à lui. Je ne lui en ai jamais parlé - je sens qu'il est en compétition avec Sigvald à ce sujet.

SIGVALD NIGHTINGALE ft. Alex Pettyfer
Famille de coeur - Sigvald est un trésor. Il est discret et silencieux en public, mais en privé ou compagnie réduite, c'est un esprit brillant qui ne cesse de m'émerveiller. Nous n'avons pas de liens de sang, mais il est tout de même mon frère, mon aîné : une belle âme et un cœur vaillant. Il a refusé tout droit à la couronne de Nightingale à la mort de notre père : je crois qu'il ne s'y sent pas légitimement autorisé. Il faudra bien cependant qu'il s'y fasse : si je puis un jour rejoindre Dragonvale, c'est à lui que je confierai notre duché. Et si jamais la mort doit me prendre avant ce jour, il faudra bien qu'il prenne ma relève. C'est un bon assassin, et un fidèle loyal - notre Mère de la Nuit l'honore de sa présence - mais par son droit de lignée il est duc. Ma naissance n'aurait jamais dû empêcher cela...

JODHAA ANDHAAR ft. Freida Pinto
Dépendance - Ah, Jodhaa. Sulfureuse, magnifique, redoutable, vénéneuse. Je t'ai rencontrée pendant ma tournée de nos cellules de province, avant de rejoindre Lorgol pour y rouvrir notre Tour. Tu m'as impressionnée, Jodhaa. Ta force, ta détermination, et surtout, ce goût du sang et cette rage de rébellion qui font de toi une Ecoutante parfaite. J'admire ta passion et l'absence totale de remords avec laquelle tu remplis ta mission. A ton contact, je suis devenue moins fragile, plus déterminée et plus engagée dans ma lutte. Grâce à toi, ma mission m'apparaît plus clairement et je ne redoute plus le sang sur mes mains. Tu m'as donné goût à la perversion qui me manquait pour faire de moi une créature de la nuit, et aujourd'hui, je ne saurais plus me passer de ton amitié.

CHIMENE D'ARVEN ft. Drew Barrymore
Douce amertume - Notre Mère de la Nuit. Elle m'est apparue à ma première nuit dans le Sanctuaire, légitimant ma présence et mon rang dans la Confrérie Noire. A chaque fois que j'occupe mes appartements de la Tour, elle m'apparaît, semaine après semaine, pour m'encourager dans la lutte et m'assigner de nouvelles cibles. Je ne sais pas qui elle est - son voile noir qui la couvre de la tête aux pieds m'a toujours empêchée de voir son visage. Je sais simplement qu'elle est femme, et décédée. Elle sait tout de mes tourments : mon déchirement d'avoir dû choisir entre la Main de la Nuit et l'Académie de Dragonvale, mon pessimisme quant à mon avenir personnel, l'inquiétude pour mon duché et le peuple d'Arven. Cette inquiétude, elle la partage, nous en avons souvent parlé. J'apprécie énormément sa présence et son soutien, et j'attends le jour où, enfin, elle me dévoilera son visage et son nom.


EN VRAI


¤ PRENOM ; PSEUDO : Zoubi
¤ AGE : 22 ans
¤ OU AS-TU CONNU DRAGONVALE ? Je l'ai fondé avec Lisbeth.
¤ TON AVIS ? DES SUGGESTIONS ? J'en ai plein mais je préfère écouter les vôtres ! :copain:
¤ AUTRE(S) COMPTE(S) : Aucun (pour le moment)
¤ LE MOT DE LA FIN : Je vous aime :roooh:

© Lips Like a Morphine


Dernière édition par Svanhilde Nightingale le Lun 23 Mai - 6:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   Mar 22 Fév - 19:06

Je te valide avec plaisir ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   Mar 22 Fév - 19:55

Merveilleux :roooh:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   Ven 25 Fév - 5:54

Mdr, comme s'il y avait besoin de validation x)
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   Ven 25 Fév - 9:27

Bah oui, y a besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   Dim 17 Juin - 1:32

Fiche refaite, j'envoie au cimetière des Oubliettes !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Svanhilde Nightingale   

Revenir en haut Aller en bas
 

Svanhilde Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Ton personnage :: Oubliettes-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche