Partagez | 
 

 Sansa ♣ Le monde n'est plus que chaos.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Invité


Invité
MessageSujet: Sansa ♣ Le monde n'est plus que chaos.   Dim 14 Oct - 12:13

GUILDE DES ESPIONS
Sansa Diane de Casterac

I
D
E
N
T
I
T
E
J'ai vu le jour le 6 DECEMBRE 778 à ANSEMER.
J'ai 24 ans.
Je viens du Duché de ANSEMER.
Mon allégeance va AUX REBELLES .
Je suis ISSUE DE LA PETITE NOBLESSE et MAGICIENNE NOUVELLEMENT NEE.
J'ai le pouvoir de VOIR LA VERITE.
Mon nom de code est LE PHOENIX.
(c) SWEET POISON & INSULINE

ft. SARAH BOLGER
T
E
S
T

R
P
« Faites attention à votre jeu ma chère, il semblerait que Mademoiselle de Casterac soit en veine ce soir. » Tout n’était que rire et discussions légères parmi ces quelques dames qui s’étaient réunies autour d’une table afin de disputer une partie de cartes. Sansa éclata d’un rire sonore, provoqué en partie par l’euphorie du jeu, en partie par le vin qu’elle avait pu déguster. « Vous exagérez, vous nous avez battues à plate couture durant la première manche. » Depuis qu’elle fréquentait la cour, la jeune femme avait eu l’occasion de s’y faire remarquer, à une échelle relativement réduite compte tenu de ses origines. En effet, étant issue de la petite noblesse, il était de son devoir de rester à sa place. Néanmoins, elle passait généralement pour une personne agréable, similaire à la plupart des grandes dames qui l’entouraient. Elle était réellement frivole, amatrice de belles toilettes, du jeu, ainsi que de danse et de rumeurs croustillantes. Elle ne brillait certes pas par son intelligence, mais elle était amusante et l’on appréciait sa compagnie. Au début, elle avait été singulièrement observée, à cause de ce que l’on savait de son père. Il était fou, ce n’était un secret pour personne, et il n’était pas rare qu’elle surprenne quelques regards indiscrets au détour d’un couloir. Ces comportements subsistaient, bien qu’atténués au fil des quelques semaines qu’elle avait déjà passées à Lorgol, cependant, rien de tout ceci ne semblait la perturber le moins du monde.

Si elles avaient su. Oui, si toute cette belle compagnie avait pu voir ce que dissimulait vraiment le visage de Sansa de Casterac, leurs réactions auraient été bien différentes. En réalité, ces individus la répugnaient, tous autant qu’ils étaient car elle savait, elle savait que derrière les sourires et faux-semblants se cachait bien autre chose. Elle était sans cesse contrainte de réprimer son don qui s’exprimait malgré sa volonté, cadeau empoisonné qui rendaient visibles à ses yeux des choses qu’elle aurait préféré ne pas voir, ne pas savoir. Ces intuitions devenaient presque insupportables à chaque fois qu’elle se trouvait présente au sein d’une grande assemblée. Malheureusement, l’univers de la cour était un lieu où la vérité n’était que de bien peu d’importance. Seul comptaient les apparences, et elle l’avait parfaitement compris, se composant un personnage similaire à toutes ces autres femmes qui ne vivaient que pour plaire. N’être qu’un élément indissociable de cette masse uniforme et fade. Cette attitude la rendait plus difficilement soupçonnable, lui permettant de s’introduire au sein de cet univers qui n’était pas le sien et de récolter toutes les informations dont elle pouvait avoir besoin.

Ainsi, elle parut écouter avec la plus grande attention une anecdote de sa voisine, racontant la manière dont une dame de sa connaissance avait oeuvré afin de se faire l’épouse d’un comte. Elle rit, répondit ce que l’on attendait d’elle et sembla se concentrer de nouveau sur le jeu. C’était un bal, une mascarade incessante et répétitive. Mais après tout, c’était là son rôle, un rôle qui dissimulait la douleur sourde qui l’habitait depuis que son père avait été exécuté. La frivolité n’était qu’un masque derrière lequel on aurait pu percevoir la véritable haine qu’elle éprouvait à l’encontre de l’Empereur et de sa tyrannie, une haine qu’elle n’aurait peut-être jamais la possibilité d’exprimer. Le sort ne l’avait malheureusement faite que simple fille de baron, et elle ne pouvait espérer ne serait-ce que parler de vive voix à Augustus. Parmi la foule des courtisans, elle n’était que simple figurante. Sans doute était-ce pour le mieux : elle pouvait être d’un naturel impulsif, et il était probable que sa prudence habituelle aurait fondu face à ce que lui inspirait cet homme. Elle se serait également mise en danger, de manière réellement stupide.

Elle ne pouvait que récolter des informations auprès d’exécutants, une tâche qu’elle avait appris à remplir avec une certaine aisance. Son don, aussi insupportable qu’il soit, l’aidait dans cette mission et elle avait appris à se servir du charme qu’elle pouvait avoir, jouant les ingénues auprès de tous ceux qu’elle était susceptible de côtoyer. Elle-même s’était mise à jouer à un jeu qu’elle détestait, se parant de sourires et de paroles aimables. Elle contempla ces femmes assises à la même table qu’elle, prévoyant déjà la manière dont la soirée allait se poursuivre, puis s’achever. Il lui fallait suivre la ligne qu’elle s’était fixée, tout en espérant qu’un jour viendrait où les duchés recouvreraient la liberté, un jour où elle-même serait libre, libre de prendre la route, ou la mer, selon ce que son coeur lui dicterait.



Son histoire
(c) LITTLE LUNA
Forte - Fiable - Rebelle - Manipulatrice - Dure - Blessée - Rusée - Débrouillarde - Loyale - Intelligente - Indépendante - Secrète - Obstinée - Distante - Généreuse - Eprise de liberté - Renfermée - Courageuse - Brutale - Rancunière.