Partagez | 
 

 Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mer 14 Nov - 16:52


Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas...

Je pense à toi tout bas...


  • Noms des participants: Louis de Brunante & Lisbeth d'Outrevent

  • Statut du sujet: Privé

  • Date: 07 juillet 802

  • Saison 1, chapitre 5.


_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mer 14 Nov - 16:53

- Yseult, qu'y a-t-il ?

Elle esquive mon regard mais il est trop tard. Depuis mon réveil, je lis dans ses yeux un mélange de mécontentement et d'inquiétude et je ne sais à quoi imputer cette humeur soudaine. Et après plus d'une heure de ce silence pesant entre nous, j'en ai assez de la voir ainsi. Qu'a-t-elle donc en tête aujourd'hui pour être si morose ? Par le miroir qui nous face tandis qu'elle démêle mes longues boucles noires, je la vois hésiter et tergiverser, ne sachant visiblement que me dire. Et sur son visage, je vois l'incertitude et la crainte resurgir de plus belle. Au point, même, de finir par m'effrayer. S'il ne s'agissait que d'une humeur passagère, elle n'aurait pas cette mine soucieuse alors que je l'interroge. Et devant son silence prolongé, mon imagination s'emballe, cherchant une explication. A-t-elle quelque problème personnel ? Au sein de sa famille peut-être ? Non... Elle m'en parlerait sans peine. Alors quoi ? Souhaiterait-elle me quitter ? Est-ce l'idée de m'annoncer son départ qui la perturbe autant ? Pour sur, j'en serais fort accablée tant elle m'est devenue indispensable mais comment la retenir ? Comment lui en vouloir, même, alors qu'elle n'a jamais faillit, rejoignant même ma cause en dépit des conséquences sur son esprit doux et pacifique ?
Je la relance, l'encourage. Une ultime hésitation. Et enfin elle parle. Elle parle oui et je me sens devenir blême à l'entente de ses mots.


- C'est impossible !

Impossible. Vraiment ? Il n'est pourtant guère de raisons qui pourraient s'opposer à ce qu'elle vient de me dire sur un ton des plus sérieux, avançant plusieurs arguments que je suis bien incapable de contrer. Parce qu'ils sont d'autant plus implacables qu'en eux résonne un désagréable accent de vérité. Indifférente à la mèche qu'elle tient encore entre ses mains, je m'affaisse, enfouissant mon visage dans mes mains jointes. Nulle larme, non... Seulement l'impression que le Destin et Fatalité n'en finiront jamais de jouer avec les fils de ma vie. Je suis... juste fatiguée. Et pourtant, je ne peux me laisser abattre. Trop de temps a déjà été perdu en vain.

- Par toutes les forces protectrices d'Arven... Il me faut de quoi écrire...

Bénie soit la réactivité d'Yseult qui, en moins de temps qu'il ne m'a fallut pour le dire, a déjà débarrassé le meuble le plus proche pour y disposer plume, encre et parchemin. La première missive est des plus aisées à écrire. Ton formel, formules de politesse... Il n'y a là aucune complication. La seconde se révèle plus ardue, nécessite plus de détails. Encore que je ne sois pas sure que son destinataire s'en soucie fort. Qu'importe. Voilà déjà deux lettres de cachetées. Quand à la troisième... Des mots me viennent. Rapidement barrés rageusement de même que les suivants. Et à ce rythme, j'aurais tôt fait d'achever mon stock de parchemin.Et de toute façon, je suis absolument certaine que la formulation employée ne changera rien au résultat dans le cas présent. Un style... simple suffira bien.

« Louis,
J’ai fait avancer la date de notre mariage au mois prochain.
Cordialement,
Lisbeth
»

Il va hurler. A voir un message si froid, si impersonnel... Je le sais d'avance. Et en remettant ce dernier message entre les mains d'Yseult, c'est presque un regard d'excuses que je lui adresse.

- Ne le laissez pas vous prendre à parti. Contentez-vous de lui donner en mains propres et de partir avant même qu'il n'ait eu le temps de le lire. Et... profitez de votre journée. Je n'ai pas envie qu'il s'en prenne à vous. Merci mille fois...

Ô combien j'espère qu'elle suivra mon conseil... Il serait fort peu agréable pour elle de subir sa colère et ses questions quant à tant de sécheresse de ma part. S'il savait... S'il savait que ce que j'ai en tête ne peut se formuler par des mots, sans doute comprendrait-il. Mais dans un premier temps... Je ne doute pas de le voir arriver furieux. D'ici trente minutes je dirais, le temps qu'il ait pris possession de ces quelques mots et qu'il accourt ici comme il va certainement le faire.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mer 28 Nov - 15:52

Tu t'exerces à l'épée dans la salle d'armes – tu as besoin d'exercer ton bras. Cela fera bientôt un an que tu n'as pas repris la mer, une année entière sur les terres d'Arven, et tu planifies que suite à ton mariage avec Lisbeth, l'envie de parcourir les mers glacées remontera bien vite. Tu sais aussi que tu ne pourras que difficilement y résister, que tu pourras peut-être arracher quelques lunes de voyage à peine à ta flamboyante épouse, mais rien de plus. Et encore. La mer t'appelle, lancinante et envoûtante, et pour fuir son appel, il ne te reste qu'à vivre. Qu'à te dépenser contre les guerriers et autres chevaliers qui viennent également s'entraîner pour de futurs combats. Tu as même réussi à convaincre ton jeune frère à venir s'entraîner avec toi. Il n'est pas si mauvais que cela, enfin, meilleur qu'avant, il te semble. « Sire de Brunante. » Ton frère et toi cessez immédiatement votre combat en entendant ce titre qui s'applique à vous deux. L'homme à la porte de la salle te pointe du doigt et tu vas donc vers lui, essuyant ton visage trempé de sueur avec le bas de ton haut. C'est Yseult, en fait, qui désire te parler – tu cherches Lisbeth derrière elle sans la voir. « Madame. » Elle te tend une lettre scellée. Tu la prends avec curiosité. « De la part de la dame d'Outrevent. » Tu lèves la tête pour remercier la suivante, mais elle a déjà disparu. Partie sans même que tu puisses lui répondre. Tu sens tout de suite venir les problèmes, en fait. Tu ouvres la missive – pour y trouver des mots qui te laissent sans voix.

« LE MOIS PROCHAIN ?! »

Tu as peut-être crié un peu fort.

Tu ne laisses même pas le temps à ton frère de venir te demander ce qui te prend que tu quittes la salle d'armes pour aller passer des vêtements propres, ainsi que te rafraîchir – l'été est chaud, avant de courir jusqu'à la tour de Souffleval. Un message si froid et impersonnel pour t'annoncer une décision que vous auriez dû prendre à deux ? Un message remis par sa dame de compagnie qui n'a même pas attendu ta réponse pour s'éclipser comme une voleuse ? Ha oui, vraiment, on sent la considération envers toi. Comme si tu n'étais qu'un pantin auquel on fait tout ce qu'on veut.

Comme si une scène du passé se répétait, tu montes les marches des escaliers quatre à quatre et déboule dans la chambre de Lisbeth. Yseult n'est pas là pour t'accueillir, cette fois, la porte est entrouverte, et dans la chambre se trouve ta fiancée. Tu reprends ton souffle et refermes la porte derrière toi. Courir a aidé ton exaspération à s'évaporer un peu et c'est donc sèchement, sarcastiquement, que tu t'adresses à la femme, mais pas nécessairement avec la colère et la hargne auxquelles elle aurait pu légitimement s'attendre de ta part. « Avancer la date de notre mariage au mois prochain ? Je ne te savais pas si impatiente. » Pas de baiser pour la saluer, pas de tendre étreinte. Ça viendra après les explications – si ça vient.


Dernière édition par Louis de Brunante le Jeu 29 Nov - 2:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Jeu 29 Nov - 2:21

Il arrive.

Je l'entends monter et, posant ma plume, je me prépare à le voir pénétrer ici. Je ne suis pas sûre d'être prête. Prête à un affrontement, prête à sentir mon coeur chavirer, prête à le lui dire... Et alors qu'il entre, refermant la porte derrière lui, je me sens moins capable encore de justifier mon message. Sa froideur me déroute bien plus que la colère à laquelle je m'attendais. Je ne sais pas comment réagir à cela, à cette distance évidente entre nous, à ce regard sévère qu'il me jette. S'il s'était contenté de protester à grands cris, j'aurais su lui expliquer, calmer son mécontentement. ce n'aurait été qu'une dispute parmi tant d'autres. Mais là... je me sens désagréablement démunie. Et plus encore quand tout mon être me crie d'aller vers lui, quand mes lèvres réclament les siennes avant toute discussion. Mais devant son ton ironique, je demeure figée. Je ne trouve même plus ces mots que j'ai pourtant soigneusement préparé depuis le départ d'Yseult.


« Evidemment, je suppose que pour toi, cela importe peu. Tu n'as plus aucune... raison d'être impatient après tout. » J'ai parlé trop vite, exprimant la seule idée que m'a inspiré sa réflexion narquoise. Ce n'était pas là ce que je voulais dire et une fois de plus, ma parole a dépassé ma pensée. Réduire le temps que nous avons passé ensemble à ces quelques nuits d'ivresse est... mesquin. Faux. Et infiniment loin de mon véritable ressenti. Mais à me sentir ainsi sous le feu de son regard, je me sens comme une enfant prise en faute et instinctivement, j'ai réagi comme telle.

Un instant, je détourne le regard, le laissant errer alentour, tentant d'apaiser les frénétiques battements de mon coeur. Pourquoi donc m'est-il devenu si difficile de lui parler ? Je ne m'embarrassais pas d'autant de précautions avant. Sans doute parce que le blesser ne m'importait que peu. Alors qu'aujourd'hui... Je m'en veux déjà de cette phrase assassine que je lui ai lancé au visage sans même y réfléchir, de cette semi accusation qui ne me rappelle que trop pourquoi j'espérais sa venue. Aussi je reprends, d'un ton plus doux,
« Personne n'avait encore fixé de date. Je me suis dit qu'il était temps de prendre une décision à ce sujet. Tes parents avaient seulement évoqué l'automne, Brunante réclamant trop leur attention pendant l'été pour qu'ils puissent venir jusqu'à Lorgol mais... » Mais c'est tard. Beaucoup trop tard.

Inenvisageable même.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Jeu 29 Nov - 2:53

Sa réponse te glace. Tout ce qui y est sous-entendu, vous en avez déjà discuté – et qu'elle remette sur le tapis que tu ne voulais d'elle que pour une question charnelle te hérisse grandement. Tu as toujours autant de difficulté à ordonner tes sentiments en ce qui concerne ta fiancée, mais tu croyais ça derrière vous. Apparemment que non. Tu mords ta lèvre une seconde, tu te crispes. « Je peux encore repartir. » Tu es sec. Tu ne pars pas, tu restes là, mais l'envie est tout de même pressante. Si tu dois te faire appeler pour ensuite te faire jeter ainsi, tu n'as plus du tout le désir de répondre à ses froides missives.

Le silence. Ses yeux qui quittent les tiens. Tu t'approches d'elle, tu as envie de l'embrasser, mais la froideur de son propos t'empêche de le faire avec sincérité. Donc tu te retiens et tu attends qu'elle t'explique plus en détail le pourquoi de sa décision – chose qu'elle fait sur un ton plus doux. Tu vas à la fenêtre en l'écoutant parler. Elle ne te dit pas quelque chose, tu peux le sentir dans la retenue qu'elle place à la fin de sa dernière phrase. Elle laisse celle-ci en suspends et tu la complètes d'une question, te retournant pour la regarder : « Mais quoi ? » L'automne est pourtant un bon temps pour se marier, quoique tu n'en sais rien du tout. Tu préfères la température plus douce, moins étouffante que celle-ci qui règne dans la ville aux mille tours, le vent frais qui annonce l'hiver et les glaces, la nature qui s'endort alors que votre propre union s'éveille.
Tu n'es pas très poète, mais cette idée a quand même son charme.
Tu reviens finalement à Lisbeth et tu te penches pour l'embrasser sur le front, puis tu laisses tes lèvres aller chercher les siennes pour ce baiser d'accueil que vous n'avez pas échangé. Tu es moins rancunier envers elle que ce que tu as pu être, il y a de cela si peu de temps pourtant. Sans doute la faute de ces sentiments étranges dont les dénominations t'effraient. Quelques secondes et tu attrapes la chaise à portée de main, la ramenant devant Lisbeth pour t'y asseoir, les bras posés sur le dossier puisque tu n'as même pas pris de t'y asseoir correctement. Tu restes toutefois bien proche et tu l'embrasses à nouveau, déposes quelques baisers dans son cou. « Qu'est-ce qui est si important que cela doive presser autant ce mariage ? Une envie dévorante de célébrer notre union loin du monde à nouveau, peut-être ? » Si ce sujet lui tient tant à coeur, puisqu'elle l'a évoqué plus tôt. Tu es taquin, tu effleures le lobe de son oreille de ta langue, mordille la chair tendre de son cou. Yseult n'est pas là et tu es déjà réchauffé, le moment pourrait être très approprié pour... ça.
Bon, certes, elle veut te parler, ça a même l'air plutôt sérieux, mais ça ne t'empêche pas de penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Jeu 29 Nov - 12:41

Un instant, tu as menacé de partir et mon cœur a tressailli d'indignation à cette perspective. Mais tu n'en a rien fait et c'est dos à moi, le regard tourné vers Lorgol, que tu m'écoutes évoquer cette décision d'un ton hésitant dont je ne suis guère coutumière. Et quand tu te retournes me pressant d'achever ma phrase, je reste silencieuse. Incapable de te dire ces mots qui pourtant me brûlent les lèvres. Cette révélation qui va bouleverser nos deux existences et pas seulement pour les mois à venir. Ces mots que tu te dois d'entendre et que je ne sais comment formuler tant j'ai... peur. Peur, oui, de ta réaction. Peur que tu m'en veuilles, peur que tu me rejettes. Et tes baisers ne font qu'amplifier encore cette crainte. Ce n'est pas pour notre mariage à venir que je m'inquiète - je sais que tu n'as guère d'autre choix que de respecter cet engagement que d'autres ont pris pour nous. Ne serait-ce que pour éviter que Liam ne vienne te demander raison de nos actes, armes à la main. Non, ce dont j'ai peur, c'est de voir disparaître dans tes yeux cette lueur qui me réchauffe quand tu me regardes, cette tendresse quand tu m'embrasses, ce désir qui nous emplit.

Désir que tu te plais à faire monter en moi au fil du chemin de tes lèvres. Et l'espace d'un instant, je ferme les yeux pour savourer cette si douce caresse sur ma peau. Mais...
« Non... Louis, non. » Je te repousse, à grand peine, posant fermement mes mains sur tes épaules pour te garder à distance. Tout cela est bien assez difficile pour que je n'ai pas en plus à composer avec cette flamme ardente que tu ne sais trop bien faire naître aux creux de mes reins. Flamme qui a déjà pris bien trop d'importance à mon goût. Est-il possible que tu parviennes encore à ainsi m'enivrer malgré le trouble de mes pensées ?

« C'est... Tu ne comprends pas... » Non, bien sûr. Comment le pourrais-tu quand je continue à esquiver tes questions ? A regrets je m'éloigne. Tes bras sont trop tentateurs. Tes lèvres trop empressées. Et tes regards... ô tes regards sont bien trop suggestifs, bien trop séduisants pour que je n'y succombe pas. Dans l'embrasure de cette fenêtre que tu viens de quitter, je te tourne le dos. Une fois de plus. Rassemblant mon courage pour enfin réussir à te dire ce qui pèse sur mon coeur. Et finalement, je ramène à toi mon regard. Qu'importe que je tremble ou que j'ai peur, cela, je veux au moins te le dire en face, mes yeux vrillés dans les tiens.

« Louis... Je suis enceinte. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Sam 1 Déc - 1:06

Bon, tentative de transformer cette discussion en loisir ratée. Pourtant, de Lisbeth, tu ne sens pas une résistance si grande – tu sais seulement que ce dont elle veut te parler est réellement sérieux. Elle pose même ses mains sur tes épaules pour te garder à une distance respectable et tu reprends un faciès moins joueur, même si une ombre de malice étire encore un sourire sur tes lèvres. Elle se lève, même, pour aller marcher jusqu'à la fenêtre que tu viens de quitter. Non, tu ne comprends pas, elle le souligne bien. Tu n'es pas devin et tu te dois donc d'attendre qu'elle te livre le fond de ses pensées. Finalement, elle se retourne et te regarde. Elle tremble, sa voix également.

« Louis... je suis enceinte. »

Enceinte.

Le silence.

Les mots, quatre mots, montent jusqu'à ta tête. Enceinte. Elle est enceinte. Ton esprit ne semble pas vouloir assimiler cette information, la comprendre dans tout ce qu'elle signifie. Enceinte. De toi ? Oui, évidemment, de toi, sinon, elle ne te le dirait pas. Lisbeth enceinte de toi. Finalement, tu as une réaction. Un clignement d'yeux stupéfait, un peu ahuri, puis tu te lèves avec tant de précipitation de ta chaise que tu en tombes presque. Le sourire qui vient cette fois orner ton sourire est immense, réel, si vrai qu'il illumine et réchauffe la pièce probablement autant que le soleil de l'été dont les rayons filtrent par la fenêtre. Tu rejoins ta fiancée à côté de celle-ci et tu l'embrasses immédiatement. Profondément, joyeusement. Tu passes tes bras autour d'elle et la soulèves de terre, tu la ferais même probablement tourner s'il n'y avait pas ces meubles encombrants tout autour de vous. La pensée qu'elle attend un enfant de toi, de vous, t'emplit d'une joie que tu ne pensais probablement pas possible. Tu adores les enfants, tu l'as toujours su, et il suffit de te voir avec les petites de Freyja pour savoir que tu te meurs d'avoir un jour tes propres gamins, mais tu ne pensais que ça allait arriver... si vite.
Tu détaches tes lèvres des siennes et desserres un peu ton étreinte, histoire de ne pas étouffer ta future épouse, la future mère de votre enfant, et tu réussis à articuler, dans un rire euphorique : « C'est merveilleux. » Un autre baiser, un troisième aussi tant qu'à y être. « C'est vraiment... par les sept mers, je suis vraiment heureux pour toi. Enfin, nous. Oui, nous. » Et tu ris encore.

Dire que tu étais fâché en entrant ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Sam 1 Déc - 13:48

Tu me regardes.

Tu me regardes, sans rien dire, et moi, je reste là, immobile et incertaine à me demander quelles pensées courent dans ton esprit. Mon souffle s'est coupé dans ma poitrine l'instant même où les mots ont passé mes lèvres et j'attends, fébrile, qu'enfin tu réagisses, que tu dises quelque chose, n'importe quoi. En cet instant où rien ne compte plus que ta réaction, je tremble oui. Que m'importerait que tu partes pourvu que tu ne me laisses pas plus longtemps dans l'expectative. Mais tu n'en fais rien. Et alors que tu me prends dans tes bras, m'embrassant et riant tout à la fois, je sens mon coeur vibrer à l'unisson de ton bonheur, de ce sourire si éclatant qui est venu illuminer ton visage radieux. Pendant ces quelques secondes durant lesquelles tu me serres contre toi, je sens la chamade se faire plus virulente dans ma poitrine, s'accélérer au point de me tirer une larme faite de joie autant que de soulagement.
Mais alors que tu me reposes délicatement au sol, m'embrassant encore, cette douce euphorie laisse place aux craintes qui m'habitent et tourbillonnent incessamment depuis le début de la matinée.


« Non... non, ce n'est pas merveilleux Louis. Je... je suis enceinte ! Et nous ne sommes même pas mariés ! C'est... »

C'est une catastrophe. Là, dans tes bras, je m'affaisse, épuisée par le contrecoup de cette nouvelle que je n'ai guère pris le temps d'accepter. Quiconque se rendra compte de ma grossesse saura quelle faute a été la nôtre. Et aussi délicieuse ait-elle été, elle n'en demeure pas moins une faute dont les conséquences nous rattrapent aujourd'hui, fatalement. Et du déshonneur qui va s'abattre sur nous ou de la souffrance qu'en concevra notre enfant, je ne sais quelle idée me blesse le plus.

Pourtant, tu sais Louis, je crois que je suis heureuse. Heureuse de porter ton enfant. Un enfant qui aurait tes boucles auburn, ton regard malicieux ou ton sourire frondeur - ce sourire qui m'a longtemps insupportée. Un enfant qui te ressemblerait, qui me ressemblerait, fruit de cette étrange tendresse qui nous saisit parfois. Fruit de ces nuits sans sommeil - les plus belles de toutes - vécues entre tes bras, nichée contre ton corps. Et sans doute qu'un autre jour, dans quelques mois, rien n'aurait su me combler plus que le bonheur qui se lit dans tes yeux mais... Mais pas maintenant. Pas tout de suite.
« C'est trop tôt... »


_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Jeu 14 Fév - 23:26

Étrangement, tu ne sens pas ton euphorie être partagée par ta fiancée. Pourtant, c'est... fabuleux, oui. Tu ne réalises pas l'opprobre que cela pourrait jeter sur la duchesse héritière du duché de l'Honneur – tu ne penses qu'au fait que vous allez être parents. C'est seulement lorsque tu défais ton étreinte et qu'elle parle une nouvelle fois que tu comprends un peu mieux la raison de cet air sombre. Et franchement, même si tu essaies de t'y rallier, impossible de décrocher ton sourire de tes lèvres – qu'importe les murmures des autres ! Les rumeurs ! Viendront-ils vous remettre votre « faute », si elle en est vraiment une (on n'aura jamais connu faute plus agréable et délicieuse, ma foi), sous le nez ? Vous prendre votre enfant ? Oseront-ils lui faire du mal à lui ? Tu comprends sans comprendre, tu comprends sans pourtant compatir. Tu caresses les boucles sombres de Lisbeth en tentant de trouver des mots pour la réconforter. Ce n'est pas trop tôt. Pas pour toi qui adore les enfants et a probablement voulu en avoir... depuis longtemps. Depuis la première fille de Freyja. La chose dont tu as le plus peur est sans doute qu'elle mette fin à cette grossesse par des moyens... dangereux. Déjà, tu ne veux pas, et c'est tout, mais ce serait dangereux pour elle. Tu chasses cette idée de ta tête bien vite, perdre volontairement son enfant serait sans doute bien pire que le voir né suite à la consommation de leur union un peu trop tôt. Tu n'as pas à y penser. Tu finis par prononcer quelque chose en te reculant, donnant un baiser sur le front de la jeune femme :

« C'est pas grave, Lisbeth... on va se marier plus tôt, et après, on partira... à Souffleval, ou à Brunante, ou dans l'Archipel, ou peu importe, à quelque part où personne ne nous verra. » Un instant de réflexion et tu te corriges avant qu'elle le fasse, te rappelant le non désir de Lisbeth à aller sur la mer (une tristesse, tout de même). « D'accord, peut-être pas dans l'Archipel, même si Freyja aimerait beaucoup. Mais Souffleval... » … ça pouvait être une bonne option, n'est-ce pas? Tes deux mains enveloppent chaque côté du visage de l'Outreventoise, que tu dévisages avec des yeux émerveillés. Rassurants. Oui, tu veux la rassurer, qu'elle sache que peu importe ce qui arrivera, tu seras là. Et tant pis pour la tache sur votre honneur... pour ce genre de choses, tu en prendrais encore mille. « Ça va aller. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Ven 15 Fév - 6:49

J'ai peur. De la confusion qui règne sur mes pensées, c'est le seul sentiment qui se détache. Une peur immense, envahissante et dont je peine à définir les causes. Je ne me sens pas prête à être mère, moi qui n'en ai jamais eu pour me montrer l'exemple. Je ne me sens pas prête à donner la vie, en dépit du bonheur manifeste qui éclaire ton visage. Je tremble pour lui, cet enfant innocent, sans défense. Cet enfant que je vais mettre au monde dans des temps bien sombres et qui devra de plus porter sur ses épaules le poids de sa naissance prématurée. Que n'avons nous été capables d'attendre le jour de nos noces pour consommer notre union... Et pourtant, je ne parviens pas à regretter. Les conséquences qui s'annoncent aujourd'hui pèsent sur mon coeur mais je ne peux pas regretter ce bonheur que j'ai connu entre tes bras. Mais Eimaren sait combien je m'en veux de n'avoir rien d'autre à offrir au fruit de notre amour qu'un nom entaché par notre faute. « Il ne sera pas mieux considéré qu'un bâtard... » Un bâtard né hors mariage, et qu'importent nos fiançailles, notre union apparaîtra comme la réparation d'une erreur, rien d'autre.
Sauf si personne ne le sait...

Je lève les yeux vers toi, vers cette suggestion inespérée qui me laisse d'abord dubitative puis allume une lueur d'espoir dans mon regard. Partir. Ensemble, à nouveau, loin de tous. Loin de ceux qui nous pointeraient du doigt. Loin de cette cour que nous détestons autant l'un que l'autre et qui nous étouffe. Est-ce réellement la solution ?
« Il nous faudrait partir longtemps... Jusqu'à l'été prochain au moins.D'après Yseult, le bébé naîtra en février mais si nous ne nous marions que dans un mois... Personne ne l'attendra avant mai. Et quelques mois seront nécessaires pour que nul ne remarque la différence... C'est... » C'est possible. Merveilleux. La perspective de passer presque une année auprès de toi, à Souffleval ou ailleurs... Je n'ai pas relevé la mention de l'Archipel. Ce n'est pas que je ne veuille pas découvrir ces îles lointaines dont tu m'as si souvent parlé mais... Il faudrait pour se faire prendre la mer, voyager par bateau... Et cette idée me laisse profondément mal à l'aise. J'aime Arven, j'aime sentir le sol que je foule. Mais comment dire à un marin que la mer vous effraie ? Je préfère encore me taire que de voir de la peine ou de l'amusement dans tes yeux.

La chaleur de tes paumes sur mes joues dissipe mes réflexions. Puisque tu me dis que tout ira bien, j'ai envie d'y croire, juste cette fois. Envie de te faire confiance. Doucement, presque timidement, mes lèvres viennent effleurer les tiennes en un baiser pensif.
« Tu crois vraiment que c'est possible ? Que personne ne se doutera de rien ? Il nous faudra au moins prévenir ton frère... » Qui sera sans doute relativement compréhensif. Beaucoup plus que Liam dont la réaction ne me plaira certainement pas, je le sais par avance. « ... et le mien. » Une grimace. Non décidément, je n'ai pas du tout envie d'entendre son « Je te l'avais bien dit. » Il sera là, me soutiendra mais pas en silence.
« Et Freyja... » Perspective plus effrayante encore que les deux précédentes.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Dim 24 Fév - 0:42

Bien que la duchesse héritière analyse ta proposition, tu remarques bien qu'elle ne la rejette pas. Même, cette analyse révèle qu'elle y adhère. Tu as parfois de bonnes idées et celle-ci en est apparemment une. Après votre petite fuite, il est bien logique que tu proposes de vous enfermer loin du monde jusqu'à ce que la naissance de votre enfant ne soit pas louche! Cette acceptation ne fait qu'enfler la joie dans ton cœur. Tu descends tes mains et les poses sur sa taille, les laissant descendre plus bas un peu dans son dos. Elle n'a même pas protesté contre l'Archipel. Finalement, peut-être pourras-tu l'emmener sur la mer?

Le baiser qu'elle te donne est distrait, mais tu le cueilles avec plaisir, t'appliquant à ensuite faire descendre tes lèvres dans son cou pour le distraire encore plus. Tu hoches la même, un petit « Mmm » marmonné pour appuyer ce qu'elle dit. Oui, en parler à ton frère, qui ne dira rien sur le sujet. À Liam, aussi, avec beaucoup de précautions et si possiblement quelques mètres de distance, histoire d'avoir une certaine avance s'il lui venait des envies de meurtre. Tu mordilles délicatement la peau tendre son cou quand elle mentionne Freyja. Un autre... non, pas problème, mais disons, une autre personne avec laquelle ça pourrait être compliqué. « Freyja... Tu articules lentement, tentant de placer la réaction de ta tante, si avenante lorsqu'elle le veut (et pas du tout quand elle le veut, aussi). ... va bien le prendre. Elle va peut-être me tirer les oreilles un peu, mais je te signale qu'elle a trois gamines avec un pirate notoire, hors mariage de surcroît. Elle n'a rien à dire. » Ce serait bien le comble! Que vous ayez consommé avant le mariage est une chose, mais ce n'est sûrement pas ta tante, qui s'est enfuie à son propre mariage pour devenir pirate et se mettre en joyeux concubinage avec le capitaine de l'Audacia et lui donner trois adorables pestes, qui va pouvoir te faire la morale.

Tes mains caressent le bas de son dos, descendent encore, alors que tes lèvres dérapent pour venir embrasser son décolleté. De l'art d'entretenir une conversation en distrayant sa fiancée. « Tout le monde va croire à un jeune couple qui veut vivre sa vie, tout simplement. Notre petite fuite précédente nous a sensiblement catégorisé, de ce côté-là. Tu ris, tu laisses tes doigts tenter de défaire le corsage serré de la robe. Et si on va à l'Archipel, personne ne dira rien. On sera tranquille, avec une température idéale, ensemble, pour tout le temps dont on aura besoin. »
C'est beau, cette innocence.


Dernière édition par Louis de Brunante le Mar 26 Fév - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Lun 25 Fév - 15:52

Parler de tout cela me rassure, m'aide à envisager l'avenir avec un peu plus de sérénité. Oui, nous allons partir. C'est sans doute la meilleure chose à faire et après notre première fuite prématurée, au milieu même de nos disputes haineuses, qui trouverait à s'en étonner ? D'autant que la présence de mon père à la Cour ne rend plus la mienne indispensable. Je souris à cette perspective qui me séduit par avance. Quitter Lorgol, réellement. Sans date prévue de retour. Mais en informant cette fois nos proches... Et à la réflexion, il est vrai que Freyja ne sera probablement pas la plus virulente. Elle nous dira que nous sommes irrécupérables et qu'il ne nous reste qu'à assumer les conséquences de nos actes. N'a-t-elle pas déjà couvert notre fuite quand elle aurait pu exiger notre prompt retour ? Non... A bien y réfléchir, ce sera sans doute Liam le plus difficile à aborder... Mon sourire devient moue sceptique tandis que je songe aux approches délicates que je vais devoir mettre en place. Quoi que non. Je me connais trop, je le connais trop pour passer par des circonvolutions inutiles. Je m'assurerai juste que tu sois loin de Lorgol à ce moment là. Il apprendra la nouvelle de but en blanc, hurlera, resserrera la main sur son sabre, prêt à venir laver mon honneur en te défiant une bonne fois pour toute. Et ensuite, l'orage retombera. J'aurais le droit à des regards furieux pendant quelques temps puis il cessera de m'en vouloir. Du moins, je l'espère.

Tout ira bien.
Pour un peu, j'arriverai presque à m'en convaincre, à juste savourer tes baisers. A m'abandonner, encore, à cette passion que je sens déjà courir entre mes reins. Presque. Crois-tu vraiment que quelques caresses peuvent me rendre inattentive au point que je ne prenne pas garde à ce que tu dis ? Je ne te repousse pas pourtant. A quoi bon ? Tu y reviendras de toute façon. Est-ce vraiment si important de te contredire ? De te dire que, non, nous n'irons pas à l'Archipel, que rien en Arven ne saurait me convaincre de prendre la mer ? Une part de moi aimerait bien se taire, profiter de ce doux moment de solitude, de la chaleur de tes bras. Mais je te connais trop bien. Tu vas considérer mon silence comme un assentiment et quand le sujet sera évoqué de nouveau, plus tard, tu considéreras cela comme acquis. Et s'en suivront alors d'interminables disputes que je préfère éviter dès maintenant. Esquiver nos disputes. Situation inhabituelle à laquelle j'ai encore parfois du mal à me faire.


« Je préférerais Souffleval... » A peine un murmure échappé de mes lèvres. Souffleval serait infiniment préférable. Les domestiques me connaissent et me sont dévoués. Ils se tairont si je le leur demande, comme ils le firent au printemps. Et de toute façon, tout est préférable à l'Archipel pour lequel il faudrait traverser cet océan qui m'effraie.
Mes mains viennent se perdre dans tes mèches auburn. Pour une fois, je vais suivre ton jeu Louis, ce jeu sensuel que tu m'imposes depuis des mois. Ne pas t'attaquer de front mais te faire faire ce que je veux, en douceur, en te laissant perdre tes lèvres sur le pourtour de ma robe. Embrasse-moi tant que tu veux. Je n'irai pas sur l'Archipel.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mar 26 Fév - 22:36

Les doigts de la jeune femme se perdent dans tes cheveux. Elle se laisse faire, te laisse explorer son corps sans te repousser. Tu t'enhardis donc, évidemment – Lisbeth n'est habituellement pas le genre à ça dans les conversations plus sérieuses (ni dans les chicanes, bien que tu t'amuses à l'interrompre en l'embrassant à tout bout de champ). Une seconde d'arrêt pour écouter son murmure, un baiser sur sa clavicule s'accordant à ta réponse bien simple, positive :

« Alors ce s'ra Souffleval. » Tu ne penses pas une seconde qu'elle t'amadoue, profite de ta propre distraction pour que tu approuves ce qu'elle propose. Qu'elle se laisse aller à toi, se laisse aller à tes baisers, pour mieux te faire accepter ce qu'elle exige. Ô cruel pouvoir que celui des femmes... De toute façon, tu ne vois pas d'inconvénient à ce que vous soyez à Souffleval. C'est tout juste à côté de l'océan, en plus... et à côté de chez toi, aussi. Malheureusement, peut-être, dans cette situation. Tu émets ton commentaire en terminant de détacher le corsage de ta future épouse, faisant glisser le tissu de ses épaules pour les dénuder, ainsi que sa poitrine, que tes larges mains s'empressent de caresser, de cacher à d'autres regards que le tien. Tu murmures contre sa peau, la réchauffant de ton souffle brûlant de désir : « Faudra trouver une bonne raison pour pas qu'ma mère vienne nous voir, mais l'important, c'est qu'tu sois bien. » Ton accent des mers revient, remonte, se fait entendre dans tes mots hachés, coupés, tes syllabes chantantes. Tu te meurs de la mer, de naviguer, tu te languis des océans, et pourtant, tu es sincère. L'important est qu'elle soit bien. En sécurité. Elle et votre enfant.
Tes mains s'empressent de finalement remonter ses jupons pour se perdre sur ses cuisses, alors que tu t'agenouilles pour poser tes lèvres sur ses jambes. Remonter le long de celles-ci, mordiller cette peau pâle dont tu ne te lasses pas. Dans tes yeux brille une lueur de malice, de désir, et aussi de ce sentiment si indéfinissable qu'on appelle « amour » et que tu préfères ne pas nommer tant il est plus simple de ne pas en parler. Plus simple de ne dire. Tu te relèves en empoignant fermement ta fiancée sous les fesses, la prenant dans tes bras, appuyée contre tes hanches. Tu vas la déposer sur son lit, restant au-dessus d'elle pour lui cueillir un nouveau baiser, un énième baiser : « Tout ira très bien. Ce sera parfait. Je te promets. »

Si tu savais, Louis, ô, si tu savais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mer 27 Fév - 15:21

Tu acceptes.
Un sourire ravi me vient aux lèvres. Finalement, peut-être est-ce plus efficace de jouer ainsi avec toi. En douceur, sans chaque fois partir dans un conflit qui ne se solde que par de vains éclats de voix. Et une fois que nous sommes tous deux butés sur nos positions, nulle chance de parvenir à un quelconque accord. Alors que cette fois... C'est de bon gré que tu sembles accepter mon souhait. Peut-être, plus tard, reviendras-tu sur ce qui a été dit pour comprendre que j'ai joué, moi aussi, pour une fois. Mais il sera trop tard pour changer d'avis et surtout, tu ne pourras t'en prendre qu'à toi-même. Cette infime victoire aujourd'hui n'est que le reflet de toutes celles que tu as remporté en m’enivrant de tes baisers alors que je n'y connaissais rien. Tu as été un trop bon précepteur en la matière. Et maintenant cette question épineuse résolue, maintenant rassurée sur ta réaction et émue par ta joie, je n'ai plus aucune raison, plus aucune envie de résister à tes caresses.
Déjà, ma respiration se fait plus rapide, au point que je peine à te répondre.
« Nous trouverons bien une excuse... » Ma phrase s'est achevée en un soupir. Les réactions de Marisa sont bien le dernier de mes soucis en cet instant. Je ne veux penser qu'à nous, qu'à notre départ prochain. Qu'au désir qui monte, à la passion que je ressens. Et quand tu me regards, les yeux brillants, m'assurant que tout ira bien, j'y crois.

J'y crois parce que mon coeur bat plus fort que jamais, parce que nous serons ensemble. Parce que c'est toi qui me le dit, avec ces intonations chantantes que j'ai fini par aimer, bien qu'elles ne me rappellent que trop que tu es et demeureras toujours marin.

Parce que nous serons ensemble. Quoi qu'il advienne.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   Mer 27 Fév - 15:22

RP TERMINÉ ♥

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oui j'ai le mal de toi parfois. Même si je ne le dis pas... [Louis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) NATHANIEL BUZOLIC ≈ Mentir par amour est parfois nécessaire
» Paige ► Parfois, faire semblant d'être ce qu'on n'est pas, est beaucoup plus facile que d'admettre ce qu'on est.
» Parfois (Texte)
» Bonne fête aux gauchers
» soutenir un traité sur le commerce des armes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles :: Tour de Souffleval-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche