Partagez | 
 

 Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   Mer 23 Fév - 14:03



© Métaphore

« La liberté d'aimer n'est pas moins sacrée que la liberté de penser. »


feat. Misha Barton

© MishMish
SAMTHÄNN DE VALDIS

    ¤ AGE : 18 ans
    ¤ NE(E) LE : 20 Juillet de l'an 784
    ¤ A : Souffleciel
    ¤ LIEU DE RÉSIDENCE : Dragonvale
    ¤ NIVEAU SOCIAL : Riche
    ¤ GROUPE : Guilde des Mages
    ¤ ALLÉGEANCE : Rebelles



HISTOIRE & CARACTERE (40 lignes minimum)


Les ruelles sombres de Souffleciel défilent devant moi. Ceux qui ne me dorment pas encore me regarde passer, se demandant où je peux bien aller à cette allure. Jamais ils ne pourraient deviner car même pour moi c'est encore assez flou. Je ne sais réellement comment cette académie est venue jusqu'à mon esprit, il y a encore quelque jours j'ignorais posséder des pouvoirs. La seule chose dont je suis persuadée c'est que c'est là que je dois me rendre. Toute mon âme le clame. J'arrive aux portes de la ville. J'arrête mon cheval un instant puis contemple Souffleciel derrière moi. Souffleciel, capitale d'Outrevent qui m'a vue grandir. Puis je fais pivoter ma monture, un grand étalon gris, puis me dirige vers les grandes pleines d'Outrevent.

Outrevent, duché de l'honneur. Connus pour ses guerriers féroces au sens de l'honneur implacable. Ici, que l'on soit mendiant ou duc, le même attachement à l'honneur et aux valeurs coule dans nos veines. C'est leur fierté qui caractérise les habitants de ce duché, et ici, la force de caractère prime souvent sur le rang social. Et bien souvent les grands noms sont ceux qui ont le plus de répartie. C'est le cas d'Aegnor de Valdis. Mon père, le dernier d'une grande lignée de combattant mort avant ma naissance. Ce fut aussi le cas de ma mère, Syrine d'Opale, avant que le chagrin ne la rende stricte et aigrie. On m'a souvent dit que j'avais hérité de la répartie et du caractère de mon défunt père, un homme que j'admire énormément bien que je ne l'ai pas connu. Ses exploits sont narrés dans tout les livres d'histoire d'Outrevent. Capitaine dans le régiment de cavaliers, il mena bien des fois notre peuple à la victoire, et c'est sur le champ de bataille qu'il perdit la vie. Ce fut sa première défaite.

Ma mère m'éleva dans la rigueur que selon elle notre rang exigeait. Depuis toute petite je fut trainée dans toute sorte de soirée mondaine où je dus faire bonne figure, esquissant les sourires les plus faux, fardée et habillée de robes précieuses. Je détestais cela. Je crois que depuis mon plus jeune âge, j'avais compris que ma place n'était pas dans ce milieu superficiel. Seulement je mis un certain temps à comprendre où étais ma place. Je n'avais aucun ami. Pour moi, personne ne valais le coup de s'investir dans une relation, qu'elle soit amicale ou amoureuse dans ce milieu où le moindre sourire n'est qu'apparence. J'avais 14 ans la première fois que je fis une fugue. Je venais de me disputer avec ma mère parce que j'avais refuser de porter une robe outrageusement colorée. Agacée j'avais enfilé une cape et étais sortie par l'écurie. Seule dans les rues de Souffleciel, je découvrais une autre vie que la mienne. Pour la première fois, j'entendis les chants des troubadours, les cris des camelots, les histoires des vieux guerriers à la table d'une auberge. C'était une vie bien plus simple que la mienne, mais tellement plus riche ! Je marchais vers le centre ville quand j'entendis jouer pour la première fois celui qui deviendra mon meilleur ami, et bien plus. Il était adossé au mur d'une auberge, des notes cristallines s'échappant de sa cithare. Chacune des notes alla s'ancrer dans mon âme. La mélodie, douce et triste m'émus aux larmes. Jamais je n'avais entendu quelqu'un jouer ainsi. Je croisa le regard du musicien. Son regard brillait d'une profonde tristesse, il jouait avec son cœur et toute son âme, car la lueur de nostalgie qui brillait dans ses yeux illustrait parfaitement chaque note de la mélodie. A la fin, il ferma les yeux, reprenant le contrôle de ses émotions, puis s'inclina, remerciant chaleureusement ceux qui lui donnait quelque sous. Je m'approcha doucement puis lui glissa cinq pièces d'or dans la main. Je me souviens encore de son regard plein de surprises, et du sourire chaleureux qu'il m'adressa. Nous nous sommes regardés un moment puis Théandras, l'un des servants de ma mère m'attrapa par le bras, puis après m'avoir savamment disputé – et humiliée – me ramena à la maison.

Environ un mois plus tard, je fis une nouvelle fugue ; Cette fois car ma mère me fit une remontrance que ne me plut guère. Elle ne cessait de dire que j'étais trop désinvolte et que je lui faisait honte. Lassée qu'être moi même déplaise à ma mère, j'avais fui le domicile. Les rues de Souffleciel étaient parfaitement calmes. C'était apaisant. Je m'éloigna des beaux quartiers pour me rendre dans le sud de la ville. Là où on trouve les troubadours et les catins. Cet alors que je croisa de nouveau le joueur de cithare. Il était en grande discussion avec un homme bourru, portant un tablier de cuir râpé qui me fit deviner qu'il était maréchal ferrant. J'observai un moment le joueur de cithare. Plutôt grand, il portait une tunique beige sur un pantalon de toile brune. Il leva la tête et nos regard se croisèrent. Il abandonna le maréchal pour venir à ma rencontre. Nous discutâmes un instant. J'appris qu'il s'appelait Farell et qu'il avait 16 ans. C'était un jeune homme pauvre qui vivait de sa musique et de ses poèmes. Quand je lui dis d'où je viens il eu une réaction étrange. Il me regarda avec compassion. Il m'expliqua alors que certes, il devait se battre pour pour pouvoir se nourrir et nourrir sa fratrie mais qu'au moins, il était libre de ses choix et de ses actes. Il pouvait aller ou bon lui semblait et ce mode de vie lui allait parfaitement. Piquée au vif, je lui rétorqua que j'étais libre de mes actes. C'est avec un sourire qu'il me répondit que je n'étais pas si libre que je le prétendais, la preuve, j'étais obligée de fuguer pour pouvoir me promener dans la ville. Sa réplique fit mouche. Je compris que je ne pourrais être réellement libre si je restais chez moi. A moi maintenant de choisir. Rester dans une situation confortable qui m'oppressais ou choisir la liberté d'un monde totalement inconnu.

Farell m'attrapa la main et me fit découvrir son monde. Sa ville. Celle des quartiers dits mal famés mais regorgeant en réalités de milles histoires. C'était les quartiers des artistes, des philosophes ou des troubadours. Le quartier où tous se connaissaient et s'entraidaient. Je fis la connaissance de Rachel, qui faisait la catin pour faire vivre les enfants de l'orphelinat, de Phoebus, le sculpteur aveugle, de Santo, le conteur d'histoires et de Merwyn, le gitan poète et de son épouse, Zouina, la danseuse. Jamais je n'avais rencontrés de personnes aussi ouvertes. Les quartiers pauvres de Souffleciel étaient riches d'âmes généreuses. Bien plus riches d'esprit que le plus cultivé des nobles que j'avais pu côtoyer. Il me présenta ses cinq frères et sœurs. Je découvrit une famille bien plus unie que la mienne ne le serais jamais.

Les années passèrent et jamais je n'oublia ce soir là. L'ambiance chez moi se dégradais, moi supportant de moins en moins mes obligations de noble et ma mère supportant de moins en moins mon attitude. Je fuguais souvent, allant retrouver l'esprit libre des habitants des quartiers sud. Farell était devenu mon meilleur ami, mon confident. Et bien plus encore. Depuis quelque temps déjà, son sourire m'est devenu bien plus précieux, son regard bienveillant indispensable. Nous nous sommes déjà embrassés et notre histoire aurait pu réellement commencée si l'évènement qui fait qu'aujourd'hui je parcoure les plaines d'Outrevent n'avait eu lieu.

C'était un matin d'été, le jour de mes dix-huit ans. J'avais refusé d'aller à l'une de ces soirée mondaines où ma mère me poussait à aller. Une violente dispute avait éclatée entre elle moi. Quand soudain, une voix m'intima de me calmer. Je regarda autour de moi. Mis à part ma mère, seul le chien de la famille se trouvait dans la pièce. Je refusa d'y croire, puis repris ma dispute avec ma mère quand on m'ordonna de me calmer une nouvelle fois. C'est alors que je remarqua que l'animal me fixait avec insistance. Puis la voix, plus calme se fit entendre. C'était bien le chien, il m'expliqua que j'avais toujours eu un contact particulier avec les animaux et que j'avais ainsi le pouvoir de communiquer avec eux. Je ne compris pas tout de suite. Des pouvoirs ? Moi ? Mes pensées se bousculaient dans mon esprit, incapable de parler, je quitta la pièce, le chien sur les talons. C'était à la fois effrayant et formidablement excitant. Le soir même, je quitta ma demeure, avec comme objectif de voir Farell quand une voix douce se fit entendre dans mon esprit. Elle me dit que si je le voulais je pouvais rejoindre Farell et continuer ma vie comme elle était actuellement, mais qu'également je pouvais rejoindre l'académie de magie de Dragonvale.

Dragonvale. Le mot résonna dans mon esprit. S'imprima dans mon âme. Une nouvelle opportunité s'offrait à moi, une nouvelle vie. Le poids de mon cœur s'apaisa. J'avais trouvé ma voie, mon âme toute entière le criait. Dragonvale. L'image d'une bâtisse immense s'imprima dans mon esprit. Bâtiment bien plus majestueux que le plus beaux des palais, l'académie m'appelait. La voix se fit entendre de nouveau. « A bientôt ».

Les plaines d'Outrevent se dessinaient. Paysage grandiose, aucune barrière. Enfin je goutais à la liberté. Je murmura d'avancer mon cheval, je savais maintenant qu'il me comprenait et que j'étais aussi capable de le comprendre, ce qui rendait le voyage plus facile. Je pénétra dans la forêt. Les heures passaient, les arbres défilaient devant moi. Le silence apaisant du bois rendait sa traversée fort agréable. Je me mis à penser à Farell. Je ne l'avais pas prévenue de mon départ. Je sentit mon cœur se serrer, le reverrais-je seulement un jour ? Un bruissement se fit entendre, me tirant de mes pensées, mon cheval se stoppa et piaffa, poussant un hennissement strident. Une forme sombre sortit des fourrés. D'instinct, je sortit une dague de ma botte. Une voix résonne dans mon esprit, d'une douceur et d'une sagesse infinie. « Je ne te conseille pas de faire ça ». L'animal sortit de la pénombre. C'était un loup. Son pelage gris brillait à la lueur de la lune et ses yeux d'ambres brillaient d'intelligence. « Je suis ton familier Samthänn, fais moi confiance. J'ai attendu longtemps que ton pouvoir se révèle enfin. ». L'animal me fixait avec douceur, son regard était perçant, d'une clairvoyance redoutable, il semblait lire en moi. « Viens, et laisse moi te conduire à Dragonvale ». J'hocha la tête, l'animal se retourna, m'invitant à le suivre. Une centaine de mètre plus loin, nous traversâmes un portail.

Devant moi, moi se dressait un bâtiment d'une magnificence telle que j'émis un hoquet de surprise. L'académie était d'une beauté stupéfiante, et aura de magie s'en émanait, si puissante, que je put la sentir au fin fond de mon âme. Mon destin s'offrait à moi, enfin.


LIENS (4 lignes minimum par lien)




    © °°MishMish°°.
    « FARELL BEDWIN ♣️ Si seulement je pouvais lui manquer »


    Nous nous sommes rencontrés quatre ans auparavant, alors que la jeune adolscente farouche que j'étais avait fait une fugue, lassée de l'irréprochabilité que m'imposait ma condition. Je fuyais dans les rues de ma ville natale quand je l'ai rencontré. J'ai d'abord été charmée par ses mots et sa musique, qu'il jouait pour vivre. Puis par sa personnalité. Au fil de mes fugues j'ai appris à le connaître. Il m'a montré les plus beaux coins de Souffleciel et sa vision de la liberté. Je me croyais libre car je critiquais ouvertement mon monde mais je ne l'étais pas vraiment. Avec le temps, il est devenu bien plus qu'un ami je l'admets, et je sais qu'il éprouve également des sentiments sincères à mon égard. Cela aurait pu être une magnifique histoire si le destin ne s'y était pas mêlé. J'ai découverts ma magie et je suis partie pour Dragonvale, sans le prévenir. Et voila des mois que je ne l'ai pas vu. Mes sentiments restent les mêmes mais j'ai peur pour notre relation, car il est de en plus difficile de s'aimer tant le temps passe et la révolte gronde.



    © Eclatic.
    « EVANNAH BOLLORE ♣️ Loin des yeux, loin du coeur. Proverbe bien menteur car malgré la distance c'est à toi que je pense »


    Nous nous sommes rencontrées dans les rues de Lorgol. Il y a longtemps de cela. Et je dois dire que nous nous sommes tout de suite bien entendues. Tout a commencé par de simples discussions, puis de bons fous rires. Nous sommes devenues très proches avec le temps et aujourd'hui elle reste une amie chère. Sœur de cœur, complice de toujours, un seul regard suffit pour que nous nous comprenions. Aujourd'hui, nos destins nous ont séparées. Toi tu vies à Lorgol tandis que moi je vis à Dragonvale. J'espère qu'un jour nous nous reverrons mon amie. Nos confidences me manquent. Nos rires me manques. Tu me manques. Énormément.



    © Petite prune.
    « MELBREN DE SEVERA ♣️ La différence est d'or »

    Melbren est mon total opposé. Posé, calme, plein de manières, il est le reflet de ce que j'ai quitté. C'est un étudiant sérieux, travailleur qui s'impose une discipline stricte qui m'exaspère, j'aimerais le voir se lâcher ! Mais c'est pas demain la veille, il n'aime pas ma spontanéité et mon « manque de bonnes manières » ! Foutaises, je ne manque pas de bonnes, manières, je ne me cantonne pas à une éducation ultra stricte c'est tout ! Qu'il m'agace par moment ! Il m'arrive d'essayer de le faire sortir de ses gongs, de le forcer à se lâcher, d'essayer de le faire faire des bêtises, c'est très amusant !



    © Coclico.
    « ENGUERRAND SIGBELIAN ♣️ Montre moi les étoiles »

    Lors de ma première escapade à Lorgol, j'ai rencontré cet homme. Très vite, nous nous sommes bien entendus, moi fascinée par son côté fantasque et lui, sans doute amusé par ma vivacité. Il m'a montré les recoins les plus secrets de Lorgol, les meilleures adresses, les plus beaux coins. C'est un homme brillant, imprévisible et cultivé que j'apprécie beaucoup. Mais depuis quelque temps déjà, je l'ai perdu de vue. Des fois il m'arrive encore de me rendre à Lorgol mais je dois bien avouer que la ville semble bien vide sans ses milles anecdotes et son regard brillant de ses multiples aventures.



EN VRAI


¤ PRENOM ; PSEUDO : Justine, Poussin pour les intimes ^^
¤ AGE : 18 ans
¤ OU AS-TU CONNU DRAGONVALE ? Oula, Dragonvale et moi c'est une trèèèèèèèèèèèès longue histoire d'amour ! J'étais inscrite sur la première version il y a plus de deux ans ! Version qui a fermée mais qui reste jusqu'à aujourd'hui mon meilleur souvenir RPG, je ne ouvais pas ne pas être là pour son retour ♥️
¤ TON AVIS ? DES SUGGESTIONS ? Aucune, it's perfect :love:
¤ AUTRE(S) COMPTE(S) : Aucun
¤ LE MOT DE LA FIN : supercalifragilisticexpialidocious :copain:

© Insuline




Dernière édition par Samthänn de Valdis le Dim 6 Mar - 5:55, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   Sam 26 Fév - 4:12

Courage, ma Poussinnette ! :pompom:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   Dim 27 Fév - 6:37

    Merci ma Zoubinette ♥️
    Je pense avoir terminé :vv:
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   Dim 27 Fév - 22:45

Effectivement, c'est parfait, je te valide ! Bon jeu ! :pompom:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   Dim 15 Avr - 16:00

J'archive =)
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Samthänn De Valdis ♣ Comprends tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» groupe de rock avec chant normand
» Ne nous fais pas entrer en tentation, mais délivre-nous du méchant. — Mat. 6:13.
» Cours de Chant/Danse/Music Et Projet de Compétition - Par Mr. Grimson
» CHANT DU 1ER RCP
» Les scientifiques lèvent le voile sur le mystère du chant des dunes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Ton personnage :: Oubliettes-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche