Partagez | 
 

 Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Dim 9 Déc - 6:53


Amie ou ennemie ?

Fidèle au roi ou à son frère, là est toute la question...


  • Noms des participants: Hugues Hurlenfer & Lisbeth d'Outrevent

  • Statut du sujet: Privé

  • Date: Aux alentours du 30 mai 802

  • Moment de la journée : Dans l'après-midi

  • Saison 1, chapitre 5.


La grande salle était incroyablement vide et silencieuse en cette journée et c'était bien pour cela que Hugues y était venu. Comme souvent, il avait besoin de silence et calme, de ne pas voir les courtisans et être tranquille quelque part. Il aurait pu aller dehors, il aurait pu aller en ville, il y avait des foules d'endroits où il auait pu aller pour se sentir en paix et pouvoir réfléchir à de nombreuses choses. Alors pourquoi avait-il choisi cette salle là précisément ? Peut-être parce qu'il était sûr qu'en fait, il y croiserait bien quelqu'un. Peut-être qu'en fait, il voulait voir quelqu'un. Les évènements divers et variés qui s'étaient produits durant tout ce temps au palais l'avaient peut-être un peu...troublé en fait et il ne parvenait pas encore à deviner ce que l'avenir réservait.

Il n'aimait pas cette sensation, de ne pas savoir où on mettait les pieds, de ne pas savoir ce qui allait se passer. Et dernièrement, c'était exactement ça que Hugues vivait, cette histoire d'académie magique, ce familier serpent avec lui, toutes ces choses qui semblaient arriver par le fruit du hasard...Mais était-ce vraiment simplement du au hasard ? Parfois, il venait à en douter, même si cet homme de logique et faits n'avait jamais cru à l'existence d'un dieu, d'une force supérieure ou de quelque chose de semblable, il ne pouvait nier que le hasard avait bon dos dans ce cas-là. Peut-être était-il temps pour lui de se mettre à croire à d'autres choses...

Arpentant la pièce sans vraiment la regarder, Hugues avait une main dans son col et caressait d'un doigt la tête du petit serpent rouge et noir. La peau froide ne le dérangeait plus maintenant, même si le petit animal était en permanence sous ses vêtements. Ce n'était pas très discret de faire cela, mais il se croyait seul alors, il ne faisait plus vraiment attention à ce qui pouvait se voir ou non. Et cela passerait peut-être pour un collier si quelqu'un venait à voir ça de toute façon. Et si ce n'était qu'un serviteur, il serait sans doute trop peu instruit pour comprendre ce genre de choses.

Et d'ailleurs, il n'y en avait même pas, ils ne préparaient pas encore le repas du soir et avaient déjà fini de débarasser celui du midi. Il circulait entre les tables lentement, sans bruit, un peu comme un coup de vent. A ceci près qu'un coup de vent n'avait pas d'oreille et qu'il ne pouvait pas conséquent pas entendre les secrets murmurés entre les murs. Il n'y avait pas grand chose à écouter cependant...Il pouvait prendre le temps de penser un peu aux problèmes qui troublaient la vie du chateau. Et notament, Liam d'Outrevent, enfermé dans les prisons du palais, qui était un problème épineux...Sa soeur l'était d'ailleurs tout autant en fin de compte, mais Hugues ne parvenait pas à trancher sur ce problème là...Pas encore du moins...


Dernière édition par Hugues Hurlenfer le Mar 8 Jan - 3:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Lun 10 Déc - 5:23

Liam est enfermé.

Depuis une semaine déjà, ces mots ont envahi mon esprit, amenant à mes paupières fatiguées des larmes que je ne peux me permettre d'épancher. Surtout pas à la Cour. Les regards s'y sont fait plus appuyés et les remarques plus nombreuses, négligemment jetées par des courtisans avides de se repaître de mes expressions.Pensent-ils dont que je ne sais pas qu'ils m'observent, ces vautours qui cherchent sur mon visage quelque indice à même de les renseigner sur mon ressenti vis à vis de cette extraordinaire nouvelle qu'est l'arrestation du chef des rebelles ?
Je voudrais dire que leur curiosité ne me touche nullement et que je me sais capable d'endurer bien plus après avoir menti pendant tant d'années sans que mon allégeance ne soit remise en doute. Mais en vérité, il m'est infiniment plus difficile de feindre l'indifférence et le mépris à l'égard de mon aîné quand je le sais emprisonné - peut-être même torturé à l'heure qu'il est. Mon coeur saigne de seulement y songer. Et le peu d'informations filtrant des geôles ne sont pas pour apaiser mon anxiété. Bien sur, nous mettons tout en oeuvre pour le sortir de là au plus vite mais... J'ai si peur qu'il ne soit trop tard. Trop tard pour la Guilde, trop tard pour lui... Ma foi en la force de mon frère n'a pas vacillé, jamais. Et je sais qu'il préférerait mourir que de trahir notre cause mais... je sais les bourreaux du tyran experts en leur ouvrage. S'il advenait qu'ils parviennent à vaincre sa résistance... Pis encore, s'il se laissait dépérir plutôt que de parler... Ô Eimaren, protège-le, je ne saurais continuer à combattre en ton nom sans sa flamme pour me guider.

Le chaos de mes pensées n'est pas ds plus propices à la concentration et la partie de cartes à laquelle je me suis joitne pourrait m'être fort coûteuse à ce rythme. Aussi je m'en retire, sous le regard compréhensif de Denise dont les idées rejoignent certainement les miennes en ces temps sombres. La fraîcheur du couloir, après l'atmosphère pesante du petit salon où nous jouions, réveille mes sens engourdis par trop de chaleur. D'ici quelques heures, je ferais mander Yseult pour que nous repartions de ces lieux honnis. Mais en attendant... je ne puis me permettre de me laisser aller à ces pleurs qui pourtant me brûlent.
Fatiguée et pensive, j'erre dans le palais, sans destination définie. Seule m'importe la solitude, aussi j'évite instamment les jardins qui, par ces jours printaniers, attirent bon nombre de promeneurs. Et tandis que mes pas me mènent sans que j'y prenne garde, je m'abîme une fois de plus dans les douloureuses pensées qui me hantent. Jusqu'à m'apercevoir de la présence proche d'une silhouette qui ne m'est pas inconnue. Assurément je ne m'attendais pas à arriver dans la grande salle du réception du palais et moins encore en tête à tête avec l'un des plus proches conseillers de l'usurpateur, serviteur zélé qui n'aura de cesse de ramener à son maître les moindres de mes faits et gestes.

Instantanément, je reconstitue mon masque de sereine impassibilité - aussi nombreux soient les craquèlements de mon coeur. Et, d'une signe de tête, je le salue. Ce n'est pas à moi courber l'échine devant cet homme de basse naissance, eut-il les faveurs du tyran. Je ne me souviens d'ailleurs que trop bien de sa dernière apparition dans mon existence, venant interrompre mon serment ancestral pour annoncer l'arrivée de mon père. Et qu'importe qu'il ait été dans son droit, je ne peux m'empêcher de lui en garder rancoeur.


« Messire Hurlenfer. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Ven 21 Déc - 6:14

Les errements des pensées de Hugues l'avaient amené à ne plus se rendre tellement compte de ce qui se trouvait dans la pièce autour de lui. Ce fut la raison de sa surprise lorsqu'il entendit une voix dans son dos, une voix qu'il connaissait bien. Il sursauta légèrement en entendant prononcer son nom par cette douce voix féminine et se hâta de retirer la main de son col pour la mettre dans son dos, avec l'autre avant de se retourner prestement pour faire face à Lisbeth d'Outrevent.

Le petit serpent rouge et noir siffla légèrement en se cachant dans les pans des vêtements. Si jamais il venait à être vu, si son secret était éventé...Mais la dame ne l'avait pas vu, ou du moins il l'espérait. Il s'inclina respectueusement devant elle, penchant légèrement le buste, ses mains dans son dos. Il était peut-être un roturier et elle une dame, mais elle ne comptait pas parmi les gens pour qui il avait beaucoup d'estime, simplement un respect dû à son rang.


- Ma Dame, que me vaut le plaisir de vous voir ici ? Je pensais être seul ici pourtant.

Si il y avait bien une personne à laquelle il ne s'attendait pas, c'était bien la dame d'Outrevent. Après ce qui s'était passé lors de son serment, il ne doutait pas un seul instant que Lisbeth ne serait pas d'une humeur délicate avec lui. Néanmoins, il se devait d'être poli et courtois avec une dame d'un rang autrement plus important que le sien...Il ne savait pourtant pas encore comment il devait réagir avec elle, son comportement à la cour et ce qu'elle avait été, tout cela était tellement compliqué.

Enfin pour l'heure, la conversation n'était pas aux allégeances, aux problèmes de la cour ou à ce genre de choses. Si tout pouvait se passer calmement et sans heurt, ce n'en serait que mieux pour tout le monde, la dame y comprit. Il lui souriait d'ailleurs, montrant un visage charmant et avenant, pour ne pas attirer trop vite sur lui les foudres de cette femme. Lui en voulait-elle toujours autant ? Il ne le savait pas avec certitude, comme tant d'autres choses, mais il s'en doutait fortement.


- Comment vous portez-vous ma dame ? J'espère que le comportement de votre frère n'altère pas trop votre humeur.

Et vraiment, il l'espérait, même si parler de son traitre de frère n'était sans doute pas la meilleure entrée en matière que le héraut ait fait au cours de ses nombreuses conversations à la cour...Il n'y avait plus qu'à attendre et voir ce qu'il en ressortait, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Lun 7 Jan - 15:04

Un furtif éclat rouge qui disparaît. Sans doute mes yeux m'ont-ils abuséet j'en cligne les paupières avec insistance comme pour effacer cette fugace apparition de mes rétines. Prendre du repos me serait salvateur, à n'en point douter, si mon épuisement amène aujourd'hui mes yeux à me tromper. Cette lueur que j'ai un instant cru apercevoir n'était certainement rien d'autre qu'un reflet incombant aux hautes fenêtres teintées qui laissent filtrer un soleil éclatant. Qu'importe. Il n'est là rien dont j'ai à me soucier dans l'instant. L'espace de quelques secondes, j'ai senti mes pensées s'égarer en ville, dans ma tour de Souffleval où m'attend cette petite martre que je n'ai toujours pas osé nommé mais dont je ne saurais plus me passer. Et, pendant ce très bref instant, mon esprit a cessé de se tourmenter pour mon frère. Nul ne devrait pouvoir me détourner de lui.

Au fond, c'est bien davantage à moi que j'en veux de m'être laissée surprendre qu'à ce vulgaire conseiller. Je m'en veux oui, de mon impuissance et de mon inaction. Je m'en veux d'avoir laisser dériver mes pensées quand elles devraient être toutes entières tournées vers lui puisque là c'est tout ce que je puis faire. C'est à moi que j'en veux mais ma voix, glaciale, c'est à lui qu'elle s'adresse.
« Il semble que nous nous soyons tous deux fourvoyés dans ce cas puisque je me pensais moi-même seule. » Seule, oui. Et j'entends le rester. Je n'ai que trop peu le droit à la solitude depuis cette annonce maudite. Mais pour se faire, il va me falloir éconduire sans délais ce trop zêlé serviteur sans toutefois risquer d'attiser sa méfiance. Il me serait bien trop néfaste de susciter quelques doutes quant à mon attachement à la couronne en ces temps troublés. Et moins encore les doutes d'un homme si proche de l'empereur.

Mais n'a-t-il donc pas compris l'insistance de mon ton sur le terme « seule » ? Non, de toute évidence, puisqu'il semble fort désireux d'engager la conversation, en bon gentilhomme courtois qu'il s'efforce d'être. Fort bien. Me voilà donc à retrouver mon sourire le plus hypocrite, ce masque de cour que je hais tant, et à m'efforcer de répondre avec le plus de calme possible à cette question fielleuse qui blesse si profondément mon coeur anxieux
. « Je me porte comme un charme, messire. Je vous remercie de votre sollicitude. L'empereur en soit loué, il y a bien longtemps que l'évocation du renégat ne parvient plus à altérer mes humeurs. » Renégat... Ô Liam pardonne moi... Pardonne ces mots si durs qu'il me faut employer pour t'évoquer quand je voudrais les bannir de mon vocabulaire à ton égard pour ne plus exprimer que mon profond amour pour toi...

« Mais et vous-même ? N'avez vous point maintes affaires à gérer en ces temps propices aux réjouissances de tout le peuple d'Arven ? » En ces temps où le peuple souffre encore, du joug de ton maître - qu'il soit mille fois maudits - et ignore encore que son sauveur, sa flamme, son espoir lui a été arraché...

Spoiler:
 

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth d'Outrevent le Sam 12 Jan - 7:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Sam 12 Jan - 6:59

L'un comme l'autre ne voulait pas se retrouver en présence de gens de la cour. L'un comme l'autre aurait préféré un long silence plutôt que la conversation qui allait avoir lieu. L'un comme l'autre souhaitait partir de la grande salle pour retrouver la quiétude de leurs tribulations solitaires. Mais l'un comme l'autre était pourtant obligé de rester là, à se prêter aux convenances le plus absurdes, convaincu que l'autre ne se gênerait pas pour en conclure des choses et les disperser dans tout le palais. Mais que pouvaient-ils faire tout deux pour éviter de se parler et de se voir ? A l'instant présent pas grand chos en fait. Et ça Hugues le savait bien, c'était là tout le problème d'ailleurs, il ne savait pas quoi faire.

Perdu entre l'idée folle qu'elle ait pu voir le familier et l'envie de s'eclipser pour ne pas que le ciel lui tombe sur la tête, il ne parvenait à pas penser clairement à ce qu'il aurait convenu de faire dans pareilles circonstances. Vêxer la dame n'était certainement pas une chose à faire, il en était certain cependant. Et pourtant...Elle ne sembla pas aussi fâchée qu'elle aurait pu l'être, répondant simplement à la question qu'il lui avait posé, cherchant à détendre l'atmosphère en étant conscient qu'il n'y parviendrait pas avec ça. Heureusement, elle changea de sujet aussitôt, préférant parler de lui que de continuer sur le sujet épineux de son frère. Quand on n'ignorait quoi dire, on parlait de la pluie ou du beau temps. Ou alors, on retournait toute l'attention sur l'autre, c'était tellement plus simple et plus pratique.

En l'occurrence, il était pour le moins étonnant, en effet, de le voir sans rien n'avoir à faire et sans travailler comme à son habitude. Devait-il feindre quelques intérêts pour la grande salle en prétextant des préparations quelconques pour dieu sait quoi ? Il y avait mille et une raisons qui auraient pu pousser le conseiller à se trouver là à ce moment précis. Il n'en trouva pas une. Même les raisons saugrenues ne lui vinrent pas, son esprit d'ordinaire si rigoureux et rapide semblait s'être arrêté en chemin et ne pas vouloir faire la suite de la promenade, un peu comme un enfant capricieux qui voudrait rentrer chez lui et prendre une glace...


- Eh bien ma dame...J'avais besoin d'être seul et de ne plus travailler. Autant de responsabilités et d'attentes sont parfois pesantes et il me prend le rêve un peu fou d'en être un jour débarassé...Et Arven peut aisément se passer de moi quelques heures de l'après-midi je pense.

Aussi simple que cela, ce n'était pas dur d'être franc pour une fois, bien que cela ne soit pas habituel chez le héraut. Il avait dit vrai, chacun de ses mots était l'exact reflet de ce qu'il pensait. Le croirait-elle pour autant ? Il ne savait pas, cela lui importait peu au fond. Aussi important pouvait être le jeu de la cour, aujourd'hui, il n'en avait pas envie. Que ce soit avec une charmante dame ou avec une servante, il ne s'amuserait pas à deviner les secrets comme il savait si bien le faire, il ne démêlerait pas les noeuds tortueux de la pensée de ses concitoyens. Pour une fois, rien de tordu, pervers ou fourbe se cacherait dans ses mots. Surprenant ? Assurément, mais allait-elle pour autant se laisser aller à lui parler ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Dim 20 Jan - 5:55

Sa réponse semble sincère. Et c'est sans doute ce qui me trouble le plus. De la part d'un homme aussi prompt au mensonge et à la délation, une telle franchise est... déroutante. Il est vrai que sa réponse est ne porte pas à conséquences, ce ne sont là que des banalités. Mais pour autant, je ne peux m'empêcher de me demander quelle fourberie se dissimule derrière ces paroles aimables.
Las... Sans doute mes soupçons sont-ils infondés. Je suppose que les plus tortueux esprits ont parfois besoin de repos, eux aussi. À force d'éviter les questions gênantes et les sujets délicats, j'en viens à chercher des pièges derrière chaque mot, chaque tournure de phrase. Par la faute de gens comme lui, qui cultivent leur hypocrisie comme une vertu et font de la cour impériale un nid de serpents où rien n'est anodin. Où nul geste ne passe inaperçu.

La preuve en est que cette soudaine franchise attire immédiatement ma suspicion. N'y a-t-il rien à faire de ces bonnes dispositions ? Un bref instant, l'idée me vient que, peut-être, je pourrais essayer d'engager une conversation... utile avec cet homme que j'aurais plutôt tendance à fuir. Nous avons bien sur fait appel aux espions, par l'intermédiaire de Cyselle mais pour le moment, les informations dont nous disposons sont trop parcellaires, trop incomplètes pour que nous puissions mener une action efficace. Et il est hors de question que nous agissions à l'aveuglette. Alors, oui, peut-être pourrais-je essayer d'en savoir davantage... Mais comment ? Par quels mots, quelles questions ? Je ne suis pas Cyselle, je n'ai pas son incroyable capacité à mener mon interlocuteur où bon me semble - et sans qu'il ne se doute de rien. Mon rôle se borne à lancer quelques remarques innocentes pour cerner les allégeances et découvrir les nobles les plus à même de rejoindre notre cause.
Ce que je m'apprête à faire est... infiniment plus dangereux. À plus forte raison avec un homme aussi roué que celui là. Mais Liam n'en ferait-il pas plus encore pour moi ? Liam qui souffre à cette heure...

Finalement décidée, ne pouvant supporter l'idée des sévices subis dans les geôles, je réponds d'une voix douce.
« Oh je peux aisément comprendre votre besoin de calme puisque j'étais moi-même venue chercher un peu de calme. » Un mince sourire vient étirer mes lèvres. Un sourire fatigué des plus sincères puisqu'il reflète mes véritables sentiments. « En vérité messire, je vous ai menti. Nulle sœur ne peut souhaiter la mort de son frère, fut-il aussi indigne que le mien. Les incessantes remarques qui me sont faites à son sujet m'épuisent. Je n'ai pas besoin de me voir si régulièrement rappeler qu'il est un traître et un meurtrier. Et moins encore que ce sera bientôt à lui de répondre de ses actes avant sa fin prochaine. » Mes sourcils se froncent, venant exprimer une feinte contrariété et je reprends, balayant l'air de ma main comme pour effacer mes propos. « Pardonnez moi. Je n'aurais pas du ainsi me confier à vous alors que vous avez tant à faire... »

Libre à lui désormais de me questionner plus avant... Et je suis presque certaine qu'il le fera, c'est là une trop belle occasion pour qu'il la laisse filer. Mais je devais devoir être plus prudente encore... Chaque mot que je prononce en faveur de Liam affaiblit ma carapace. Il m'est bien plus facile de nier en bloc toute affection pour mon frère que de frôler ainsi la vérité...

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Dim 10 Fév - 8:05

Dire la vérité sur ce que l'on pense et ce que l'on ressent n'était pas dans les habitudes de Hugues, il ne pouvait pas se montrer sincère avec des gens, il risquait gros si on le découvrait. Mais c'était aussi un tel soulagement que de pouvoir au moins une fois dire la vérité à quelqu'un. Cependant, ça ne pouvait pas durer très longtemps, il ne pouvait pas se dévoiler totalement à quelqu'un dont il se méfiait. De toute façon, il se méfiait de tout le monde dans le palais, chacun des êtres foulants ce sol pouvait lui nuire, ou nuire à son maître, ce qui n'augurerait rien de bon pour lui. Si ce royaume venait à tomber, qu'adviendrait-il du héraut d'un roi que tout le monde voulait enterrer ? Bonne question, qu'il ne se posait d'ailleurs pas à cet instant.

Cette soudaine sincérité ne resta pas sans réponse, amadouant la belle Lisbeth et sa douce voix résonna dans cette grande salle pour lui répondre. Hugues pouvait comprendre aisément les sentiments de la femme en face de lui. C'était son frère après tout et même si Hugues n'avait pas de famille à laquelle se raccrocher, il comprenait qu'elle soit affectée par tout ce qui pouvait arriver. Les allégeances n'étaient parfois rien en fin de compte quand on parlait des liens du sang...Il soupira en l'écoutant, non pas d'ennui mais d'honnête tristesse pour cette femme. Et pourtant, des centaines de questions se bousculèrent dans sa tête, des questions sur elle, sur son frère, sur ce qu'ils étaient capable de faire...Des questions sur à peu près tout en somme, soyons sérieux, qui ne s'en poserait pas de toute façon ?

Que devait-il donc faire maintenant ? L'espace de quelques instants, il repensa à Hélène. Que ferait-il pour elle si elle avait été en vie et dans cette situation ? Alors devait-il être lui-même et poser toutes ses questions qui lui brûlaient les lèvres ou pas ? Ou alors...pour une fois devait-il être un être humain ordinaire...? C'était un choix des plus cornélien et il n'était pas encore sur de prendre la bonne décision, malgré que ce soit déjà trop tard pour faire un autre choix.


- Je ne suis sans doute la personne la plus indiquée pour ces confidences...Néanmoins, si cela venait à vous soulager un peu du poids sur vos épaules, je vous écouterai sans me soucier de ce que j'ai à faire pour l'heure...

Pourquoi avait-il fait le choix de ne pas questionner plus avant ? Parce qu'il se souvenait de son amour pour Hélène et qu'il estimait qu'il ne devait pas profiter de toute cela, même si c'était sa fonction au sein de la cour. Abandonner son rôle pouvait s'avérer dangereux, surtout si l'on se disait qu'il avait changé d'allégeance...Hugues pouvait parfois se montrer plus humain qu'on ne voulait bien le croire, ou qu'il ne voulait qu'on le croit.

- Enfin, si ma compagnie vous dérange, je m'eclipse bien entendu, vous vouliez être seule après tout...
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   Mer 27 Fév - 12:15

Il est malin. Très malin. Sans doute trop pour que je parvienne à lui soutirer ces informations dont nous avons si cruellement besoin pour pouvoir passer à l'action. Et pourtant... Je ne veux pas renoncer. Pas encore. Peut-être que quelques mots supplémentaires suffiraient à lui délier la langue. Qu'ai-je à perdre qui ne soit déjà en danger ? Sans Liam pour m'épauler, sans le rêve de lui rendre un jour le duché auquel il peut prétendre, je ne suis plus rien. Un sourire attristé donc. Jouer la soeur éperdue, qui ne peut s'empêcher d'aimer son frère en dépit de ses exactions. La cadette qui espère encore qu'un jour son aîné reviendra dans le droit chemin.
Chimère, évidemment. Quiconque le connaît, quiconque nous connaît tous deux, sait que nous ne sommes pas de ceux qui font marche arrière. Et qu'importent que nous ayons tort, qu'importent les souffrances. L'honneur d'Outrevent jamais ne plie face à l'adversité. C'est à cette maxime que nous nous accrochons tous deux, naufragés d'une guerre qui nous a enfanté pour la servir. D'une guerre qui risque aujourd'hui de sacrifier à tout moment l'un de ses plus vaillants défenseurs. Je ne peux laisser pareille chose se produire sans agir.


« Votre compréhension est touchante messire. D'autres que vous ne pourraient comprendre que l'amour va au delà des allégeances. Il me serait si doux de pouvoir un jour serrer mon frère dans mes bras de nouveau... » Ma voix s'est faite pensive. Comme nostalgique des lointaines soirées de notre enfance, quand nous écoutions, serrés l'un contre l'autre, les légendes d'Outrevent que mon père nous contait au coin du feu. Mais très vite, je secoue la tête, laissant mes boucles brunes venir balayer mes épaules. « Mais hélas, je crains que cela n'arrive jamais. Il est bien trop entêté pour admettre ses erreurs. Bien trop fier pour venir réclamer quelque pardon auprès de notre empereur. » Pure vérité que ces mots, dans lesquels je tente de faire passer tout le désespoir d'une soeur depuis trop longtemps privée du centre de son univers. Et si la détresse manifeste de mes paroles n'émeut pas ce coeur de pierre, je ne sais quels stratagèmes seraient à même de l'attendrir.

Des larmes perlent à mes yeux, sincères, tandis que je poursuis, abattant ma dernière carte.
« Enfin. Bientôt, tout cela sera terminé. Et je pourrais alors faire le deuil de celui que j'ai perdu depuis dix ans déjà. » Comme je dois lui sembler fragile à cet instant, toute de douceur et d'émotion. Et c'est bien là ce que je veux qu'il pense. Que je suis une faible femme, une délicate porcelaine à manier avec précaution. Nullement un danger pour le tyran. Et ma sincérité n'est pas feinte. Oui, il me manque et je me meurs de ne pouvoir le tenir contre moi, de ne pas savoir comment il va. Oui j'ai mal pour lui. J'ai peur.
Ô Eimaren, faites que mes mots portent. L'image de la petite courtisane fragile m'est familière et je sais la manier à la perfection. Mais il me serait infiniment douloureux d'avoir ainsi épanché ma détresse sans obtenir de résultat...

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amie ou ennemie ? [PV Lisbeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Test : La solitude : amie ou ennemie ?
» (maternité amie des bébés - LHAB) Miss Hannah (part 2)
» Bon anniversaire mon amie Michèle 01
» Dorothy Koomson La fille de ma meilleure amie
» Conseils pour une amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Hors-Jeu :: Archive rp-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche