Partagez | 
 

 Sous les étoiles [Thibalt ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 11 Jan - 7:35


Sous les étoiles


  • Noms des participants : Thibalt d'Ambremont & Lisbeth d'Outrevent

  • Statut du sujet : Privé

  • Date : 29 août 802

  • Moment de la journée :
  • Le soir, à la nuit tombée
  • Saison 1, chapitre 5.


_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth d'Outrevent le Mar 5 Fév - 15:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 11 Jan - 7:36

Les duchesses tiennent cour.
Il y a encore quelques mois, moi aussi je tenais ce rôle mondain, conviant les dames de haute naissance à se rassembler en mon salon pour de courtoises conversations entrecoupées d'activités diverses. Plus maintenant. Je demeure duchesse héritière, bien sur mais cette charge est revenue à l'autre, celle qui par son sang et son origine souille la mémoire de ma défunte mère. La seule idée de l'imaginer trônant dans la grande salle de Souffleciel m'insupporte. Et croiser sa silhouette au ventre rebondi me blesse aussi surement que le regard énamouré de mon père. Songer que si elle mettait au monde un fils, il deviendrait le premier héritier de nos terres... J'ai eu infiniment de mal à imaginer Louis dans ce rôle, en lieu et place de mon frère, jamais je ne permettrai qu'un enfant de sang si bas, presque un bâtard roturier, ne devienne le seigneur du duché de l'honneur. Jamais.
En attendant... Il me faut bien souffrir sa présence. Mais de là à m'asseoir poliment à ses côtés, en seule qualité de comtesse de Souffleval, certainement pas. Bénies soient Denise et Cyselle de m'inviter chaque jour à les rejoindre, m'évitant cette intolérable proximité. C'était aux côté de ma très chère Denise que j'étais aujourd'hui. Et alors que toutes les dames se retiraient devant l'heure tardive - les unes pour aller diner, les autres pour rejoindre leurs propres appartements - nous avions longuement parlé. De mon proche mariage notamment... Son regard était parfois venu se poser sur moi avec d'évidents soupçons, s'attardant sur les rondeurs légères de mon corps. Mais elle n'avait rien dit toutefois et je lui étais gré de cette discrétion. Qu'aurais-je bien pu lui dire qu'elle n'ait déjà deviné ?

Nous avons parlé très longtemps oui. Et désormais, la nuit est tombée, dissimulant les laideurs de Lorgol sous ses ténèbres dans lesquelles je ne saurai m'aventurer seule par peur d'une mauvaise rencontre. Ou par peur d'éventer ma couverture. Il semblerait étrange qu'une duchesse héritière se promène seule la nuit, accompagnée de son seul chaperon, sans craindre une attaque. En vérité, il y a en ville tant de rebelles acquis à notre cause que je ne crains pas grand chose. Et mes seules compétences armes à la main suffiraient à faire fuir un soûlard acharné. Mais puisqu'il me faut conserver les apparence j'attends que vienne un guerrier de la Guilde pour m'accompagner dans ces ruelles dangereuses.
Il me tarde de quitter cette ville. Songer que d'ici une semaine, je serai loin m'emplit d'un bonheur profond. Dans deux jours seulement, je me marie. Et si cette pensée m'effraye à chaque minute qui me rapproche de la date fatidique, elle me soulage tout autant. Il est grand temps que cette cérémonie ait lieu et que nous puissions rallier Souffleval ou Brunante pour que j'y mette au monde mon enfant. Notre enfant. Bientôt je ne pourrais plus dissimuler le renflement de mon ventre sous d'amples tenues et alors... les vipères auraient tôt fait de comprendre que ma grossesse est antérieure à mon mariage.

Malgré la chaleur de ces journées d'été, la nuit a apporté dans son sillage une certaine fraîcheur qui en vient à traverser ma cape légère. Il me tarde qu'arrive le garde du corps que j'ai mandé. Et à entendre les soupirs impatients d'Yseult, elle n'en pense pas moins. Une silhouette, enfin, se détache à l'entrée de la Cour du palais. Une silhouette dont la stature et la présence en ces lieux laissent présager qu'il s'agit du guerrier venu nous escorter. D'une voix claire, j'interpelle le nouveau venu tandis qu'il s'avance vers nous.

« Soyez remercié de vous être déplacé pour nous à une heure si tardive. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 11 Jan - 8:13

De la journée, tu n’as fait que t’entraîner. Nul combat d’exhibition à l’horizon, nul mandat à assurer pour toi aujourd’hui alors tu t’es entraîné refoulant dans ta rage permanente ce bruit de couloir qui t’as fait plus de mal que tu ne l’aurais cru possible. Et quand il fut officialisé, tu t’es fait une raison car tu es un noble sans terres, un noble presque déchu. L’orgueil que tu avais il y a longtemps, a fini par disparaître car ton orgueil t’aurait empêché de survivre dans le monde auquel tu appartiens désormais. Mais parfois, tu te souviens encore du respect que l’on avait envers toi et ton nom. Certains l’ont encore et d’autres renient ton nom. Partisans du funeste Empereur pour la plupart, tu n’es pour eux qu’un vulgaire guerrier.
Toute la journée tu t’es entraîné. On t’a évité car on sait que tu n’aimes pas l’inaction et l’attente. Tu as besoin d’occuper tes mains et ton esprit. La plupart des guerriers respectent ça et tu leur en es reconnaissant car tu te vois mal t’expliquer.

Tu allais rentrer à la Tour alors qu’on t’apporte un ordre de garde. On te mandate au palais pour escorter des dames de la haute. Tu attrapes donc de quoi manger sur le chemin, avant d’arriver. Du pain et un morceau de viande fumée. Ça n’est pas grand-chose mais ton estomac a appris à attendre. Tu te diriges vers le palais d’un pas rapide et rythmé. Tu as aussi enfilé la tenue la plus adéquate pour une protection en ville. Quelque chose de trop lourd te gênerait dans tes mouvements malgré le fait que ce soit ta vie que tu risques mais bien malin celui qui pourra te tuer.
Tu te présentes devant les portes, on te laisse entrer une fois que tu as montré patte blanche. Tu t’avances jusqu’à ce que l’on t’interpelle. Tu n’as as reconnu la silhouette de loin mais tu reconnais la voix. « Soyez remercié de vous être déplacé pour nous à une heure si tardive. » Tu te prépares mentalement, rapidement. Lisbeth d’Outrevent, il fallait que cela arrive et tu le sais. Mais tu seras égal à toi-même. Tu t’approches encore un peu plus et tu t’inclines car c’est ce qu’il convient de faire face à des nobles encore titrés. Tu réponds. « Tel est mon devoir, ma responsabilité et mon privilège ma Dame. » Tu te redresses et tu prends ton post. « Où puis-je vous emmener mes Dames ? » Tu te dois de le demander pour prendre le chemin le plus sûr à moins qu’elles ne veuillent prendre quelques détours. Tu sais que Lorgol est un nid de rebelles, tu te demandes encore comment la paranoïa n’a pas gagné Augustus. Car il doit savoir que le nombre de rebelles grandi au fur et à mesure que le temps passe et que sa tyrannie s’exerce.
« Mes Dames veulent-elles un chemin direct ou bien se promener un peu en cette belle nuit ? » Tu t’es toujours inquiété de la sécurité de tes clients mais tu t’es toujours inquiété de leur désir également. Tu es prisé, ça n’est pas pour rien. Tu sais te faire respecter et désirer autrement. Ton travail, les dames l’aiment car tu laisses libre cours à leurs envies de liberté qui ne sont pas toujours satisfaites. Voilà pourquoi tu protèges plus qu’à ton tour les dames de la haute et que leur mari font appel à toi. Tu n’es pas une menace et tu les soulages de cette corvée contre de l’argent. Double bénéfice… tranquillité et protection.


Dernière édition par Thibalt d'Ambremont le Ven 11 Jan - 13:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 11 Jan - 9:56

Je regarde l'homme d'avancer dans la pénombre que dissipent bien mal les quelques torches accrochées aux murs. Et alors qu'il s'approche, ses traits me deviennent peu à peu visibles. Un bref instant, mon souffle se coupe dans ma poitrine tandis que je retiens de justesse l'exclamation me venant aux lèvres.

Thibalt d'Ambremont.
Ô Eimaren toute puissante, fallait-il que vous mettiez cet homme sur mon chemin à pareille date ? N'y avait-il nul autre guerrier capable d'accomplir cette mission d'escorte ? Que ne suis-je passée outre mon image sans demander de protection... De le voir là, devant moi, je sens mon coeur inexpérimenté s'emballer jusqu'à battre une douloureuse chamade à laquelle je ne sais réagir. Un frisson m'envahit, distillant en moi une froide détresse. A tout autre que lui, j'aurais su parler, exprimer mon souhait. Mais sous l'écho de sa voix profonde et grave, je demeure immobile, incapable de répondre tant sa présence me trouble.

Mes yeux se lèvent vers le ciel où les astres brillent de mille feux et derrière l'expression pensive que j'imprime à mon visage - aussi peu naturelle fut-elle - je tente de dissimuler le trouble infini qui m'oppresse. Il y a long temps que je n'avais plus eu à faire appel à la Guilde. Que je n'avais plus croisé ce regard dont la profondeur m'effraye. Et au cours de ces derniers mois éprouvants, j'ai tant appris. Sur moi-même. Sur les autres. Sur mes sentiments... Il m'a fallut de longues semaines pour enfin admettre qu'une certaine forme d'affection me liait désormais à Louis. Une affection que d'aucuns appelleraient amour quand je ne sais pas la nommer. Une affection bien différente des effrénés battements de mon coeur en cet instant. Tant de virulence à sa vue... Il y a encore quelques mois, je me serais demandée pourquoi. Aujourd'hui je n'en sais que trop. Un trop qui me laisse pantoise. J'ai commis bien assez d'erreurs pour ne plus pouvoir désormais me permettre d'entacher davantage mon nom. La raison l'exige, je m'en retournerai à ma tour au plus vite sans engager la conversation avec ce... mercenaire. Et alors, mon coeur pourra s'en revenir à sa tranquille quiétude en attendant que vienne le jour de mes noces.

Derrière moi, une voix s'élève, image de cette raison à laquelle je viens de m'enjoindre. Perspicace Yseult qui n'est pas sans avoir remarqué mon trouble... Pourtant je me surprend à l'interrompre, étouffant ainsi mes velléités de sagesse.


« Nous nous rendons à la tour de Souffleval et par les chemins les plus courts s'il vous p... »
« La nuit est belle. Je serais heureuse de faire quelques pas en votre compagnie. »

J'ignore de quelle impulsion me viennent ces mots mais les voilà prononcés. Après tout, si dans deux jours je dois être une femme mariée, une épouse fidèle et dévouée - pour peu que mon époux en fasse autant - n'ai-je pas le droit, en ces dernières soirées de liberté, de fréquenter qui bon me semble ? Bien sur j'ai des responsabilités, des engagements et je ne saurais m'y soustraire - mon coeur m'y pousse autant que mon devoir. Mais en attendant, je ne souhaite pas regretter de n'avoir pu côtoyer, pour quelques minutes à peine, un homme dont je me sens profondément éprise. Jamais je ne pourrais être sienne, j'en suis consciente. Cette possibilité n'a même jamais existé de par nos titres et mon mariage prochain n'y change rien. En d'autres temps, si les terres de cet homme brave et courageux ne lui avaient été retirées, peut-être aurais-je pu souffler son nom à on père en quête de prétendants. Si Liam n'avait pas pris la tête de rébellion et que je n'avais pas à assurer la transmission de notre héritage, peut-être aurais-je été libre de mon choix. Je ne le suis pas. Et tandis que je m'avance, faisant quelques pas silencieux sur le dallage de la cour, je sens une tristesse désenchantée m'envahir.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 11 Jan - 13:52

Tu aurais voulu pouvoir faire demi tour. L'annonce des noces t'était parvenue aux oreilles et tu aurais préféré être partout ailleurs qu'ici et en sa présence. Tu savais que tu n'avais pas la moindre chance de pouvoir l'aimer mais tu savais aussi que tu n'étais pas fou au point de te faire souffrir volontairement. Pourtant, tu n'as pas le choix, tu as été mandaté, tu es là et tu vas devoir faire ton travail comme tu le fais toujours.
Si une ombre est passée dans tes yeux, tu l'as bien vite refoulée car tu ne peux te permettre de montrer quoi que ce soit. Elle n'est pas seule mais en plus, elle est promise. Ton honneur t'interdit de faire un pas vers elle, surtout maintenant. Toi le noble sans terres, tu vas conduire ces dames en ville, tu vas aller où bon leur semble et puis tu rentreras à la Tour de la Guilde des Guerriers et tu penseras à autre chose ou tu t'entraîneras pour t'occuper l'esprit, pour oublier. Tu t'armes de patience et de courage, un mal nécessaire.

Tu ignores si elle préférera un autre guerrier, tu le comprendrais bien que la femme qui l'accompagne ne comprendrait peut-être pas pourquoi elle désirerait avoir quelqu'un d'autre pour les raccompagner.
Tu attends qu'on te donne des directives, droit, fort et fier mais aussi respectueux. « Nous nous rendons à la tour de Souffleval et par les chemins les plus courts s'il vous p... » « La nuit est belle. Je serais heureuse de faire quelques pas en votre compagnie. » Contradiction. Que vas-tu faire ? Tu regardes l'autre femme et puis Lisbeth d'Outrevent. Et là tu comprends peut-être un peu cette contradiction. Lisbeth aurait-elle parler de quelque chose et son amie voulait-elle lui faciliter la tâche ? Sans doute mais puisqu'elle désire se promener, tu te plies à l'exigence.
Tu t'inclines quelque peu. « Si mes Dames sont d'accord, nous ferons donc un détour, à moins que ma Dame veuille rentrer, dans ce cas, je vous raccompagnerais et attendrais pour les quelques pas que vous souhaitez faire. »

Tu risquais beaucoup dans le fond... Si elle rentrait, tu ne pourrais profiter de sa seule présence mais si Yseult Sombréclat souhaitait rentrer seule, tu serais face à face avec la femme qui troublait ton corps, ton cœur et ton esprit. « Quoi qu'il en soit, avançons déjà si vous le voulez bien, avant que la garde juge l'heure trop avancée. » Ainsi, tu t'es mis en route au moins vers les portes tout en songeant à Lisbeth dont les pas résonnent sur le dallage.
Ton cœur est douloureux, tu n'as pas oublié ce qu'était l'amour même si ça reste un lointain souvenir. Tu reconnais ce sentiment et tu sais que malgré cela, tu ne peux lui exprimer ce que tu ressens, tu ne peux non plus le lui faire comprendre, tu ne parleras même pas de ses noces. Ça te serait trop douloureux et tu ne saurais pas non plus comment elle pourrait réagir. La chose est semi privée et en tant que garde du corps mandaté tu n'as pas le droit de t'en mêler sauf si le sujet arrive et quand bien même, tu te devras de ne pas commenter avec ton cœur et ton âme.

Quand tu arrives aux portes et qu'enfin, vous sortez du palais, tu reposes la question. « Alors, que voulez-vous mes Dames ? » Il est temps que tu le saches, que tu puisses prendre la meilleure direction mais à partir de maintenant, tu te tiens prêt même si les seuls ennuis que tu risques de rencontrer, ce sont des hommes trop ivres pour se rendre compte de la personne à qui ils s'adressent.
Tu sais où sont tes lames, poignards et couteaux mais tu t'assures de les avoir toujours à portée de mains. L'espace d'un instant, tu penses à offrir à Lisbeth quelque chose qui t'appartient mais tu n'en as pas le droit. Tu te ressaisis, tu aimerais tant la connaître mieux et plus avant ses noces mais tu n'en auras pas le temps ni la possibilité.
Tu te redresses, imposant de par nature car si ton nom n'est plus que le reflet d'une noblesse passée, dans la Guilde des Guerriers, ton nom a de l'importance et de la valeur. Après tout, c'est la seule chose qui te reste en dehors de la vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 12 Jan - 2:38

Dans le regard qu'Yseult pose sur moi, je sens sa réprobation et son incompréhension. Que je souhaite faire quelques pas sous l'éclat de la lune n'est pas pour la surprendre. Mais elle n'a que trop bien senti mes hésitations et mon trouble, elle qui m'accompagne depuis mes seize ans, suivante aussi dévouée que fidèle. Et ceux là la laissent perplexe, je le vois bien. Mais de cet homme pour qui mon coeur s'emballe, je n'ai jamais parlé à personne, pas même à ma chère Denise. Longtemps les heures passées à penser à lui me sont apparues dénuées de sens tant j'étais ignorante de toutes choses en matière de sentiments. Et aujourd'hui... Hélas, je sais les interpréter mais au regard de mes noces prochaines, ces sentiments sont d'autant moins avouables. Et cela m'attriste. Non que j'ai véritablement à me plaindre puisqu'à l'évidence, je saurai trouver quelque satisfaction dans ce mariage - ainsi qu'en témoigne mon ventre soigneusement dissimulé dans les replis de ma cape et de ma robe. Peut-être même serai-je heureuse aux côtés de Louis. Mais... je crois que j'aurais aimé connaître davantage cet homme qui, le premier, a ému mon coeur. Et dans les mots qu'il prononce je sens comme une... proposition. La possibilité de m'entretenir avec lui. A condition qu'Yseult nous laisse seuls ce qui me semble fort improbable. Je la sais excédée de ne pouvoir empêcher mon promis de me rejoindre parfois le soir. Elle ne faillira pas à son devoir en m'abandonnant face à un homme sans tenir son rôle de chaperon. Moins encore pour une promenade en ville qui m'exposerait aux regards curieux et aux rumeurs immédiates. Que ce soit là ce que je désire n'y changerait rien. Ma suivante n'est pas de celles qui s'inclinent à contre coeur, quelques soient mes souhaits. Je l'ai voulu ainsi et je m'en félicite. Mais ce soir, cette obstination pourrait bien me peser.

Impasse. Quelles solutions ai-je ? Il est hors de question que je me défasse de la garde attentive d'Yseult au sein des ruelles. Trop nombreux seraient ceux à même de me reconnaître et de jaser ensuite. Plus que tout, je préférerais éviter qu'un tel bruit revienne aux oreilles des de Brunante. Sans qu'il l'admette, je sais Louis jaloux et je ne tiens pas à ce qu'il se lance dans une action aussi stupide qu'inconsidérée pour laver un honneur que je n'aurais pas entaché. Ou peut-être... Peut-être pourrais-je proposer au sieur d'Ambremont de venir s'attabler en ma tour pour un repas ou une simple collation. Là, Yseult pourrait se retirer dans une pièce voisine avec l'assurance de pouvoir intervenir. Mais je n'aime guère revenir sur mes mots. Et puisque j'ai parlé de marcher, il me déplaît de me dédire dès maintenant. L'idéal serait qu'elle nous permette de nous entretenir tout en demeurant non loin... Quelques pas en arrière peut-être ? L'idée ne sera pas pour la séduire, j'en suis consciente, d'autant qu'elle pourrait courir davantage de dangers en étant pas dans le sillage direct de notre garde du corps. Mais si je parviens à me montrer convaincante, peut-être accepterait-elle de l'envisager.
Avant de répondre à la nouvelle question qui nous est posée, je me tourne vers elle, lui chuchotant ces quelques mots, cette proposition que j'espère la voir accepter. Nul ne trouverait à redire à une promenade nocturne pourvu que je sois dûment accompagnée. Et plus tard, quand nous nous serons rendus, peut-être proposerai-je à Thibalt d'Ambremont d'entrer. Le regard d'Yseult est réellement mécontent. Pourtant, elle acquiesce d'un signe de tête, comprenant sans doute combien cela me tient à coeur. Il me faudra lui expliquer, sans doute. Mais pour l'heure, je ne peux que lui adresser un sourire reconnaissant des plus sincères.


« Marchons. »

Ma voix s'est exprimée avec douceur, trahissant le plaisir que me procure l'accord de ma suivante mais je n'en ai cure. Je suis réellement heureuse de pouvoir partager ce moment avec le guerrier bien qu'il mette à mal mes sentiments. Il n'est en rien responsable et puisque bientôt je serai mariée, je veux profiter de cette rencontre imprévue pour savourer quelques instants la présence de cet homme qui affole mon coeur.
Sans rien ajouter, je me mets en chemin, un léger sourire accroché aux lèvres tandis que je contemple le ciel qui s'étend au dessus de nous. Un sourire probablement révélateur à qui me connaît - et nul doute que Louis l'interprêterait fort mal en ces circonstances - mais qui, je le sais, n'évoque rien aux autres. Malgré ses sourcils froncés, Yseult s'est placée derrière nous, à quelques pas en retrait, suffisamment près pour ne pas courir trop de risques et suffisamment loin pour nous laisser le loisir de converser. A condition bien sur que le noeud douloureux qui enserre mon ventre se défasse quelque peu.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 12 Jan - 7:25

Peut-être aurais-tu réellement dû t'excuser auprès d'elles et aller chercher un autre guerrier pour te remplacer mais qui... Idriss, cet homme sans aucun honneur capable de trahir n'importe qui pour la gloire ? Certainement pas. Et puis, il ne fallait pas te mentir, tu étais heureux d'être là même si tu savais qu'au fond, rien ne pourrait jamais vous rapprocher. Tu n'avais pas le loisir de n'en faire qu'à ta tête. Tu devais prouver que tu ne causerais pas de problèmes car après tout, on te soupçonnait sans doute de nourrir quelques rancœurs et il y avait de quoi.
L'ennui, c'est que tu es épris de cette femme promise à un autre même si tes chances étaient inexistantes étant donné son rang. Tu patientes le temps qu'elles s'entendent sur la destination et le trajet. Tu ne t'en mêles pas puisqu'après tout, tu es là pour les protéger quels que soient leur choix alors en attendant, tu réfléchis et tu as beau réfléchir, aucune solution ne te vient. Tes sentiments, tu sais que tu les garderas pour toi à moins de savoir pertinemment que tu ne la reverras jamais ou qu'on ne te reverra jamais. Tu aurais peut-être pu le lui dire si les circonstances n'étaient pas celles-ci mais tu sais que ce genre de choses ne se font pas, si tu n'es plus un noble que de nom, cela ne t'empêche pas de respecter la mémoire de ce que tu étais et de ce que tu redeviendras un jour.

Tu avances jusqu'à la porte et tu attends car de réponse, tu n'en as pas eu de définitive. Alors que la Dame d'Outrevent discute avec sa suivante, tu patientes sans même chercher à savoir ce qui se dit. Et finalement, tu sais enfin quoi faire grâce à ce simple mot. « Marchons. » Tu hoches la tête et te mets en marche. « Allons-y dans ce cas. » Tu ne prendras que des chemins sûr, tu t'en assureras.
C'est seulement après quelques pas que tu te rends compte que la suivante se trouve quelques pas plus loin. Ça te surprend. Peut-être est-ce dû à la discussion silencieuse qu'on eut les deux femmes mais tu n'en es pas sûre. Tu veilleras à ce que rien ne lui arrive en voyant qu'elle garde une petite distance, tu sais comment agir. Tu n'aimes pas diviser son attention mais voyant que l'acte est volontaire, tu ne poses pas de questions.

« Voulez-vous voir quelque chose de précis ? » Sans te mentir, tu aimerais qu'elle continue à marcher sans but réel, le temps passe plus vite ainsi et un peu égoïstement, tu te l'avoues, tu aimerais passer du temps avec elle avant que vos chemins ne se séparent définitivement. Tu es loin d'être stupide et dans ton fort intérieur, tu sais qu'il n'y a qu'une chose à faire et que c'est égoïste. Quand cette balade sera fini, quand tu auras terminé ton travail, tu lui demanderas de faire appel à quelqu'un d'autres que toi. Tu espères qu'elle ne posera pas de question mais tu en doutes. Tu trouveras bien quoi dire à ce moment-là alors en attendant, tu profites de la situation, un peu, puisque tu marches à ses côtés.
Tu aurais aimé que la situation soit différente, que tes terres soient encore tiennes, que le monde soit différent. Tu aurais sans doute pu demander sa main hors... Arven souffrait, Nightingale te manquait aussi parfois mais plus que tout, tu avais une vengeance à assouvir. Tu sais cette obsession malsaine et certainement pas noble mais à part ton nom et ton honneur, que te restait-il ? Tu tiens à la vie bien sûr et tu ne comptes pas te sacrifier bêtement, si ce n'est que pour elle... tu aurais sans doute renoncer à la vengeance si ça avait pu jouer un rôle.

Tu marches, la suivant dans son périple, t'assurant que les deux femmes sous ta charge ne risquent rien car ça aussi cela fait partie de toi. Tu aimerais parler, discuter à bâtons rompus mais tu ne sais pas quoi dire. Tu aimerais qu'elle te parle, de tout et de rien, après tout, tu n'es pas sûr de la revoir encore un jour.
Ton égoïsme se dissipe alors que tu marches, la pensée t'effleure, tu espères qu'elle sera heureuse avec Louis de Brunante. Tu aurais aimé qu'elle le soit avec toi même si tu n'as aucune idée de ce qu'elle peut bien penser de toi mais il n'y a rien à faire, tes valeurs te poussent à vouloir son bonheur même si cela t'es atrocement douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Mer 16 Jan - 11:25

Quand une petite fille grandit sans mère pour l'accompagner et lui expliquer certains aspects de la vie d'une femme, il est inévitable que celle-ci passe à côté de nombreux enseignements primordiaux. Et ce ne sont pas les servantes qui peuvent remplacer l'autorité et la douceur d'une mère. D'elles, je ne voulais rien apprendre, rien savoir. Leurs badinages m'exaspéraient autant que leurs soupirs alanguis, qu'elles assortissaient de battements de cils papillonnants. L'enfant que j'étais ne pouvait comprendre quel étrange dessein elles poursuivaient à ainsi se promener, aguichantes, sous les yeux des gardes ou des différents hommes qui peuplaient le château. Ayant très vite décrété cela inutile, je ne me suis jamais reposée de question à ce sujet. Plutôt que de rester plus longtemps à observer leurs minauderies, je m'en allais bien vite vers la cour, contempler les mouvements souples de notre maître d'armes qui enseignait quelque nouvelle passe à Liam. Ou je me dirigeais vers la bibliothèque pour combler ce qui m'apparaissait comme des failles dans ma connaissance d'Arven.
Bien sur, au fil des années, la petite fille qui se promenait effrontément parmi les hommes avec une épée en bois attachée à la ceinture est peu à peu devenue adolescente. Avec les maux et les changements qui accompagnent cette période. Mais jamais je n'ai remarqué de réelle différence dans le comportement des hommes à mon égard. Sans doute parce que ceux qui nous servaient étaient bien trop respectueux pour s'autoriser le moindre manquement à mon égard ? Sans doute également parce qu'ils m'avaient vu grandir et qu'ils conservaient l'image de l'enfant avant toute chose. Dans mon cocon familial fermé, je n'avais pas à me confronter à ces complications que sont les sentiments, l'attirance pour quelqu'un... De qui aurais-bien pu m'éprendre ? De l'un de mes compagnons de jeu ? Ceux-là même à qui j'avais fait mordre la poussière plus souvent qu'il ne l'aurait été nécessaire. De Louis ? Cet éternel rival qui ne voyait de toute façon en moi qu'une adversaire à abattre ? Certainement pas non...

Et puis ma vie avait été bouleversée. De fille cadette du duc d'Outrevent, je suis devenue duchesse héritière, envoyée à Lorgol contrainte et forcée pour y représenter les miens en lieu et place de mon proscrit de frère. Et pour la première fois, la valeur de ma main a été évoquée. Ma naissance faisait de moi un excellent parti. La défection de mon frère m'a attiré plus de prétendants que je n'aurais su en éconduire sans l'aide de mon père qui déclara qu'il n'était pas encore disposé à me marier. Aucun de ces futiles damoiseaux qui venaient me flatter n'auraient de toute façon pu faire battre mon coeur. Pensaient-ils donc que leurs soieries et leurs bijoux avait quelque valeur à mes yeux ? Qu'ils osent, armes à la main, venir me conquérir et peut-être auraient-ils eu une chance de m'approcher. En attendant je n'avais que faire d'eux, si éloignés de mes idéaux masculins. Si étrangers à la sagesse et à la force de mon père. Si contraires à la fierté et à l'inestimable valeur de mon frère. Au fond, sans doute était-ce là l'explication de mon progressif attachement à Louis... Nous différons sur bien des points. Mais de lui, de sa franchise et de sa fougue, je sais pouvoir attendre le soutien et la sincérité qui me sont si chers. Et surtout, je le sais mon égal dans un combat singulier. Lui n'hésiterait pas à me défier de m'expliquer, épée en main sans me considérer comme l'une de ces péronnelles fardées qui n'ont pas même la force de soulever leur brosse à cheveux.

Mais ici, dans cette ville, dans ce palais où chacun n'a de meilleure occupation qu'espionner son voisin, il m'avait fallut me faire discrète. Laisser croire au plus grand nombre que la dauphine d'Outrevent n'était autre que cette jeune fille délicate et timide. Et me laisser accompagner dans les rues prétendument dangereuses de Lorgol quand je suis certaine que j'aurais su écarter les gêneurs sans difficultés - et sans prétention. Et ainsi, il était entré dans ma vie.
Lui... Thibalt d'Ambremont. Un noble nom que je ne pouvais que connaître. Un nom spolié à une époque où Arven n'était encore pour moi qu'une terre merveilleuses qui inscrivait son histoire au fil des pages et de l'encre.
Lui, ce guerrier fier, déterminé, un peu taciturne qui, sans trop que je comprenne comment, m'a laissé entrevoir, pour la première fois de mon existence, qu'il me serait plaisant de me lier à un homme. Un homme tel que lui.
Lui qui émeut mon coeur depuis tant d'années déjà, en secret. Jamais je ne me laisserais aller à faire part de ces sentiments désordonnés. Un guerrier de cette trempe n'a que faire des états d'âmes d'une jeune femme ignorante.
Lui qui marche à côté de moi ce soir, au détour des pavés de la capitale et à qui je brûle de parler sans toutefois trouver que dire. Douce ironie de voir mon incapacité à trouver quelque remarque éloquente, moi qui suis d'ordinaire fort à l'aise avec les mots - tant qu'ils ne me touchent pas de trop près.

Yseult est diligemment restée en arrière, réussissant presque à me faire oublier sa présence par cette discrétion qui la caractérise et est infiniment précieuse à la rébellion. Et je me satisfais presque de cette marche dont aucun de nous ne vient rompre le silence. Non... Je ne souhaite rien voir de particulier, ainsi que je l'ai expliqué tout à l'heure. Nous donner une destination n'aboutirait qu'à donner une fin à ce moment et je ne le souhaite pas. Pour sincère que soit devenue mon affection à l'égard de Louis, je ne peux réfréner le sentiment de sérénité qui m'habite actuellement, au seul contact du guerrier et je n'ai guère envie que s'évanouisse cette paix provisoire. Et tant pis pour la jalousie indéniable de mon futur époux. Cette pensée ravive en moi l'angoisse de notre mariage prochain et de ces noces que j'attends autant que je les crains, mon esprit dérive à mon compagnon de route, mêlant ses idées éparses en une question que je voudrais retirer sitôt l'avoir prononcée. Autant en raison de son inconvenance que de l'extrême familiarité avec laquelle je l'ai posée, sans même y prendre garde.


« Êtes-vous marié Thibalt ? »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth d'Outrevent le Jeu 17 Jan - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Mer 16 Jan - 12:52

Tu marches, l’esprit occupé et préoccupé. Tu réfléchis beaucoup malgré le fait que tu sois aux aguets. Tu estimes cette femme plus forte qu’il n’y paraît mais tu es payé pour ça alors tu ne comptes pas savoir jusqu’à quel point, Lisbeth d’Outrevent peut se débrouiller. Si tu soupçonnes cela, c’est parce que les yeux mentent rarement et les siens, bien que doux, démontrent un certain caractère ainsi qu’un entêtement certain. Tu aimerais vraiment apprendre à connaître cette femme qui plus que tout autre t’as marqué. Tu as aimé Sylvia, c’est vrai, mais tu étais jeune et si tu respectes toutes celles avec qui tu as eu des aventures, depuis que tu t’es épris de Lisbeth… Tu n’es plus aussi enclin à te laisser aller dans les bras d’une autre. Quelque chose te retient alors que rien ne t’engage auprès d’elle si ce n’est toi-même avec tes pensées désuètes.
Tu n’es pas le plus sage des hommes, tu n’es pas le plus agréable, ni même le plus calme ou le plus respectable mais tu es toi et tu n’as jamais cherché à cacher qui tu es. Tu ne caches que certaines choses. Ton amour pour elle… Ton insatiable envie de te venger d’Augustus… Ton besoin de faire réhabiliter ta famille… Mais aussi la douleur qui a été tienne lorsque tu as appris ses noces prochaines avec Louis de Brunante. Les nouvelles vont vite et les nouvelles te parviennent plus vite encore aux oreilles…

Tu marches parce que cela t’es moins pénible que de la regarder et pourtant, tu ne peux pas toujours t’en empêcher. Tantôt ses yeux, tantôt ses mains, tantôt ses cheveux, … Tu es incapable de la fixer bien longtemps mais tu la regardes malgré tout. Tu souhaiterais pouvoir lui parler et tu aimerais qu’elle te parle comme à un égal. Mais bien vite, la réalité te rattrape, tu n’es qu’un noble déchu et même si au fond de toi, l’honneur et la valeur sont bel et bien présent.

Aucune réponse à ta question, tu soupçonnes qu’elle veuille simplement marcher hors des murs du palais. Respirer à sa guise et pouvoir voir ce qu’elle désire sans aucune fin précise. Seule sa suivante pourrait lui demander de rentrer par fatigue mais là encore… tu penses qu’elle ne la laisserait pas. Inconsciemment, tu joues avec le lacet en cuir de ta chemise. Il y pend une pièce trouée en son milieu grossièrement. Tu as fait ça à l’aide d’un marteau et d’un pieu en fer il y a quelques années. Un vieux souvenir qu’on aurait pu te voler de part sa valeur mais maintenant, cette pièce ne vaut même pas un clou. C’est une pièce que ton père t’a donné quand tu avais sept ans, quand il t’a expliqué ce que valaient l’argent et les terres qui te reviendraient.
Pour toi, c’est un rappel certes douloureux mais nécessaire. Tu ne dois pas oublier et sous aucun prétexte pardonner, ne pas oublier qui tu es et d’où tu viens. Jamais. Et puis le quasi silence est brisé quand elle te pose une question à laquelle tu ne pouvais pas t’attendre. « Êtes-vous marié Thibalt ? » Tu la regardes avec surprise et tu réponds rapidement et franchement. « Non et je ne l’ai jamais été. » Tu réponds même plus franchement que tu n’aurais dû car tu t’étends un peu trop. « J’aurais pu mais je ne voulais pas la charité. Si je dois me marier un jour, ce sera pas amour, pas par nécessité. Je n’ai qu’un nom noble, le devoir ne me pèse plus. » Tu aurais pu ne pas le préciser, tu aurais aussi pu ne pas mentir sur ce dernier point mais tu es censé accepter ce qui t’es arrivé même si jamais tu ne pourras l’accepter. Il y a peut-être un peu de rancœur qui a percé cependant. Tu tentes bien souvent d’éviter ce sujet sensible. « Mais j’aimerais me marier un jour, avoir des enfants, perpétuer le nom des d’Ambremont malgré tout. »
Mais tu l’aimes elle, le mensonge est plus gros dit tout haut que lorsque tu avais pensé à le dire. Et puis ça sort sans que tu ais le temps de ravaler ta phrase. « Félicitation pour vos noces à venir ma Dame, je n’aurais sans doute plus l’occasion de vous féliciter. » Cela te coûte de le dire. Tu sais que tu te dois de l’oublier alors tu es sûr de toi cette fois, tu lui demanderas de ne plus faire appel à toi quand tu les auras raccompagné à la Tour.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Jeu 17 Jan - 8:37

Je n'aurais pas du poser cette question. Mais si je la regrette, je n'en attends pas moins la réponse avec une impatience curieuse. J'ai tant de mal à me représenter la vie de cet homme qui, bien plus que moi sans doute, a souffert du joug du tyran. Qu'ai-je perdu après tout qui ne m'aurait été pris un jour ou l'autre ? Mon innocence, sans doute. Mes illusions d'enfant également. Une douloureuse compréhension de ce monde dans lequel nous vivons et qui ne place nullement l'honnêteté et la sincérité comme vertus cardinales. La rébellion m'a appris le mensonge et la dissimulation et pour désagréables que me soient ces comportements, ils n'en sont pas moins essentiels. Tandis que lui... Lui a été déchu de ses terres et de ses droits sur nul autre crime que d'être gallien. Voir Liam rabaissé au rang d'ennemi public me blesse quotidiennement mais du moins a-t-il choisit son destin en s'opposant ouvertement à l'empereur. Par ses actes, il a engendré des conséquences qu'il connaissait d'avance et avait accepté la tête haute. Je ne puis imaginer quelle serait ma réaction en pareille situation... Perdre Outrevent, la beauté de ses landes et cette lumière... Cette lumière céleste qui éclaire nos vallées sous le couvert de gris nuages... Perdre les hautes falaises de Souffleval où viennent se briser les rouleaux de l'océan... La seule évocation de ces paysages chers à mon coeur m'inspirent d'impérieuses envies de fuite. Ce n'est pas en tant que dauphine que j'aime ces terres mais en tant qu'outreventoise. Notre terre n'est certes pas aussi fertile que Cibella, ni aussi belle que Lagrance. Mais il émane de ses calmes paysages une beauté simple, sans prétention. On dit que nul outreventois ne peut-être heureux loin de ces landes qui capturent nos coeurs dès l'enfance. J'en suis intimement persuadée.

Sans doute les aimait-il, lui aussi, ces terres qui lui ont été arrachées sans qu'il puisse rien y faire. Et de noble, il s'est fait guerrier. Un choix qui m'intrigue tant cette guilde est réputée pour son adhésion implicite au tyran. Mais un choix dans lequel il trouve certainement son compte pour s'y être attaché toutes ces années. Je ne me permettrais certainement pas de remettre en question les décisions d'un homme tel que lui. Mais de ces quelques mots qu'il m'offre en réponse sincère à ma question déplacée, je peux tant imaginer... Je peux sentir sa colère passée, cette fureur devenue détermination. Je peux comprendre son refus d'accepter si injuste sort. Et ce ressenti me touche de plein fouet, venant faire vibrer mon empathie qui augmente encore en sa présence. Et ô combien je comprends son désir d'une union pour l'amour... Je ne suis sans doute qu'une enfant trop gâtée qui espère trop et ne peut se satisfaire de ce qu'elle a... J'espérais n'avoir jamais à quitter mon duché, j'en suis devenue la première héritière. Je voulais conserver mon frère pour moi seule, il ne s'est jamais marié et son coeur m'appartient en grande partie. Je rêvais d'un beau mariage, d'un homme que j'aimerais et qui m'aimerait, j'ai trouvé dans cette union à venir bien plus de bonheur et de douceur que j'aurais pu m'y attendre d'un mariage de convenance. Et pourtant, tandis que je marche, je ne suis pas réellement satisfaite. Je voudrais en savoir plus sur lui, tenter d'imaginer quel époux il ferait.


« Il est vrai qu'amour et devoir vont rarement de pair. Mais pourquoi parler de charité ? Peut-être y avait-il parmi les partis proposés quelque demoiselle sincèrement éprise de vous ? Quel père ne pourrait se flatter d'avoir pour gendre un homme dont le nom inspire le respect et qui n'a été spolié que par quelque manœuvre indigne ? » Je voudrais en dire plus. Lui confier que mon père lui-même n'aurait eu nulle difficulté à accepter pareille union pourvu que j'y trouve le bonheur. Mais il s'agirait là d'aveux bien trop sincères pour que je puisse les prononcer. Bien trop déplacés également, à l'exemple des battements ardents de mon coeur ignorant. Mais avant que j'ai pu ajouter quelque chose, c'est lui qui reprend la parole, me félicitant pour mon mariage prochain. Un instant je reste silencieuse, ne sachant comment faire rebondir cette conversation qui éveille en moi des pensées dans lesquelles je ne peux me permettre d'abandonner, pas alors que je serai mariée à Louis dans deux jours et que je lui jurerai fidélité et obéissance. S'il est fort probable que je rompe dès les premiers jours ce second voeu - je ne saurai obéir à Louis comme une épouse dévouée se doit d'obéir à son mari - je respecterai le premier à jamais. Mes sentiments eux-mêmes sont une sorte de trahison dont je me sens coupable sans pouvoir rien y changer.

« Je vous remercie... » Un silence, à nouveau. Et cette pensée qui me vient, s'extirpant du fil emmêlé de mes songeries pour s'imposer avec plus de force. Une pensée que je ne devrais sans doute pas exprimer mais qui m'échappe cependant. « Votre épouse aura de la chance. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Jeu 17 Jan - 10:35

Tu ne voulais pas parler autant de ça. C’était un sujet que tu évitais en général. À dire vrai, tu ne comptais pas te préoccuper de ce genre de choses tant qu’Augustus serait sur son trône. Tu n’y avais pensé que parce qu’elle t’avait posé la question et parce qu’elle réveillait en toi des sentiments que tu n’avais pas vraiment eu depuis un certains temps. Tu aurais voulu pouvoir penser à ce genre de choses, à ta femme, à tes enfants, à la gestion de tes terres et de tes domestiques. Mais tu n’avais rien de tout ça et ton honneur devait être rétabli, du devait rétablir ce nom. À ce jour, c’était tout ce qui t’importait vraiment, sauf peut-être elle… Elle que tu dois protéger car vous marchez dans Lorgol comme si tout allait bien alors que rien ne va.
Tu rêves encore parfois de Dragonvale ou plutôt… tu en rêves souvent. Tu aimerais pouvoir défendre tous ceux qu’Augustus tuerait volontiers s’il pouvait les atteindre. Tu aimerais aussi pouvoir apporter un peu de bonheur dans ton Duché qui te manque souvent et que tu regrettes mais tu n’es pas ici pour rien. Tu as des choses à accomplir et tu t’y tiendras parce que tel est ton devoir envers ta famille. Tu ne seras sans doute pleinement satisfait que lorsque Augustus sera mort, de préférence douloureusement, gisant dans son sang. Que tu en sois responsable ou non t’es égal au final tant que le tyran chute et que tu as œuvré pour sa déchéance. C’est ton moteur car ce que tu désires finalement, c’est la paix, tu désires pouvoir vivre tranquillement. Tu sais au fond de toi que le combat ne te manquerait pas. Il n’est que nécessité.

Tu as répondu, en disant trop. Et tu écoute ce qu’elle te dit car cela t’importe beaucoup en vérité. Là encore, tu réponds en toute bonne foi. « Je ne pouvais épouser quelqu’un que je n’aimais pas. De plus, leurs propres noms auraient pu être entachés d’avoir tenté d’aider le noble déchu. » Tu sais au moins ce qu’elle pense de ce qui t’es arrivé. La chose lui semble tout aussi injuste qu’à toi. Tu lui en es reconnaissante mais tu ne peux l’exprimer. Certaines pensées ne sont pas bonnes à étaler et puis elle risque tout autant que les autres. Tu as accepté, tu avances, voilà ce que tu es… un guerrier, un homme que l’on mandate pour protéger et à l’occasion combattre.
Tu la félicité pour son mariage également. Tu aurais préféré éviter mais la chose te blesse plus que de raison alors que cela ne te concerne en rien. Tu ne peux visiblement pas contrôler tes paroles autant que tes actes. Actes qui eux, ne trahissent en rien ce que tu éprouves. Ce mariage dont tu aurais aimé ne pas avoir connaissance, ce mariage auquel, tu espères, ne pas devoir aller. Et elle te remercie avant que le silence s’installe, douloureux. Pourtant elle ajoute quelque chose d’autre. « Votre épouse aura de la chance. » Tu souris mais… le cœur n’y est pas vraiment. « Je n’en suis pas certain ma Dame, je n’en suis réellement pas convaincu. » Et pour cause, quand tu aimes, tu es incapable de voir une autre femme. Quand tu étais jeune, tu n’avais vraiment aimé qu’une fois et le temps de votre idylle, tu n’avais pas pu en voir d’autres. L’amour avait fini par s’estomper mais tu savais comme tu étais dans ces cas-là.

Tu continues d’avancer, jetant un petit coup d’œil derrière toi. Tu te sens obligé d’ajouter encore quelque chose mais de justesse, tu te retiens. Tu aurais voulu pouvoir dire que le réel chanceux serait Louis de Brunante. Qu’une femme comme elle ferait le bonheur de tout homme. Mais cela, tu ne le dis pas, tu t’es rendu compte que cela aurait bien trop reflété tes propres pensées. Elle aurait peut-être pu comprendre un peu tes sentiments et cela, tu ne le voulais pas. Au final, tu cèdes un peu de terrain quand même. « Celui qui a de la chance, c’est celui qui vous épousera ma Dame. »
Cela aurait pu sonner hypocrite étant donné tes sentiments et pourtant tu es sincère. Tu serais sans aucun doute l’homme le plus heureux du monde si tu pouvais prendre sa main.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 18 Jan - 3:00

Les minutes filent, au rythme de nos pas. Infimes au regard de l'immensité céleste qui s'étend au dessus de nos têtes. Et pourtant, ainsi suspendue entre éternité et présent, je me sens bien. A ma place. Sereine. Etrange pouvoir que d'avoir ainsi cette capacité à m'apaiser en toutes circonstances. Alors que je devrais m'angoisser pour mon mariage, sentir ce douloureux noeud en mon ventre qui présage des moments cruciaux d'une vie, il n'en est rien. Le calme qui m'envahit à marcher ainsi, sans but, est des plus surprenant. Comme si cet homme homme que je connais si peu, ce guerrier de grande valeur, suffisait à écarter mes pensées les plus sombres. Une capacité qu'ont Liam et Louis, indubitablement. Cyselle et Denise, également. Les êtres qui me sont le plus chers, en d'autres termes. Ressentir cette même plénitude en compagnie d'une personne qui m'est presque un étranger est... déroutant. Quand bien même je sens mon coeur battre pour lui.

A le découvrir, au fil de ces quelques confessions qu'il m'offre, je m'étonne et m'émeus de plus belle.Non que j'ai un jour cru qu'il était de ces hommes sans honneur qui n'ont que faire des sentiments d'une femme pourvu qu'elles les accueillent sans rechigner. Mais à l'entendre m'expliquer que seul l'amour saurait le convaincre de se marier, je suis attendrie. Qu'un homme de cette stature accorde autant d'importance aux sentiments n'est pas chose courante. Il n'en est que plus admirable, quand bien même refuse-t-il de l'admettre. Qui serais-je, d'ailleurs, pour le contredire ? Il sait sans doute bien mieux que moi quel époux il serait. Que j'ai un instant imaginé une union qui jamais ne se liera ne m'autorise pas à le questionner plus avant. D'autant que cette conversation n'a rien d'un badinage innocent. Mes mots sont trop emprunts de mes sentiments pour n'avoir de résonance. Et les siens trop francs, trop sincères pour que j'ose l'interroger davantage.

Un rire léger m'échappe, pourtant, alors qu'il me retourne mes paroles. Un rire amusé, certes, mais pas réellement joyeux. Un petit rire qui tente de masquer ma perplexité et mes doutes.
« Je ne sais s'il serait de votre avis. » Nous sommes bien trop entêtés, bien trop prompts à nous défier l'un l'autre. Même quand nos avis ne divergent pas, nous trouvons le moyen de contredire l'autre, simplement pour prendre le contre-pied de sa position. Pour une fois, je n'ai pas exprimé mes pensées. Pour grande que soit la confiance que m'inspire Thibalt, je ne souhaite pas m'étendre sur mes relations avec Louis. Elles sont bien trop complexes, bien trop changeantes pour pouvoir être expliquées. Moi-même je me perds dans nos disputes et nos étreintes. Un instant me vient la pensée que, peut-être, nos parents avaient prévu de longue date ce mariage qui unirait nos deux familles. Peut-être... Il y avait, à bien y penser, nombre d’avantages... La proximité du marquisat de Brunante avec Outrevent, le choix d'un époux au noble titre, quand bien même je me suis souvent plu à le rabaisser... La déchéance de Liam aurait-elle rompu une décision préalablement arrêtée ? Puis finalement reprise par mon père dans l'espoir de me trouver un époux à ma mesure, qui ne serait ni un mari tyran, ni un inférieur ? Jamais encore ces questions ne m'avaient effleurée. Et sans doute n'en connaîtrais-je jamais les réponses - il me serait actuellement impensable d'aller questionner mon père à ce sujet. Quant à en entretenir les parents de Louis... C'est hors de question. Mais en fin de compte, je crois que c'est moi qui ai de la chance. Car en dépit de tout, je sais que je pourrai toujours compter sur Louis dont la droiture n'a d'égale que le mauvais caractère.

Le silence s'est éternisé, au gré de l'errance de mes pensées. Cette conversation ne cesse de troubler mon esprit qui voltige de Louis à Thibalt. De Thibalt à Louis. De l'homme qui fait battre mon coeur en secret depuis tant d'années à celui que je vais épouser, d'abord par devoir, désormais aussi dans l'espoir d'un bonheur conjugal à venir - bien qu'entrecoupé d'inévitables disputes. Les mots que je prononce seront les derniers à ce sujet. Libre à lui de parler encore - et j'espère qu'il le fera. Mais pour ma part, je n'irais pas plus avant de peur de faire transparaitre mes véritables sentiments.

« J'espère, de tout coeur, qu'un jour vous trouverez la femme que vous cherchez. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 18 Jan - 5:17

Tu te rends compte que le temps ne passe pas et ça te va. Tu n’as aucune envie de la reconduire de ce pas à la Tour. La discussion, bien que troublante te fait plaisir, tu en apprends plus sur elle, même s’il est un peu tard pour ça. Elle se marie bientôt après tout mais tu n’es quand même pas si pressé, pas au point de perdre ce précieux moment. Tu te feras du mal plus tard avec tout ça. Un bon moment passé restera toujours un bon moment quoi qu’il coûte ensuite. Figer le temps, voilà quelque chose que tu apprécierais dans l’immédiat mais que faire d’un moment infini… Non, au lieu de cela, tu marches en sa compagnie Ce moment t’es réellement précieux bien que tu te sois sans doute un peu trop exposé à elle.
Tu as pourtant l’impression qu’elle t’estime un peu trop honnête, un peu trop noble. Ton image de toi n’est pas erronée mais après tout, comme tout un chacun, il t’arrive de mentir et de tromper. Jamais sans raison c’est vrai mais tu n’en restes pas moins un homme normal. Et si tu y attaches tant d’importance, c’est parce que tu as vu l’amour que tes parents se portaient. Tu ignores si ça a toujours été le cas entre eux, si ça n’est pas venu progressivement mais tu n’arrives pas à concevoir que ton couple soit autrement que ça. Mais voilà, la femme que tu aimes au jour d’aujourd’hui se marie bientôt. Tu t’es fait une raison, il est noble, tu ne l’es plus.

Tu écoutes son rire, quelque chose te chiffonne mais tu ne relèves pas, ça n’est pas ton rôle. Tu espères qu’il prendra soin d’elle, qu’il lui apportera de la joie, du bonheur et de la sécurité mais tu espères surtout qu’il l’a respectera car tu en es convaincu, cette femme est quelqu’un de bien. Tu aimerais pouvoir le lui dire mais ça n’en serait que plus gênant pour toi, peut-être même pour vous deux.
Au lieu de parler, tu préfères marcher encore. Cela vaut bien mieux pour elle et pour toi. Cela t’évitera de faire ou de dire quelque chose que tu pourrais regretter. Tu en as déjà bien assez dit sur toi-même ce soir et tu peux t’estimer heureux qu’elle n’ait pas compris que tes pensées lui sont toutes entières dévouées à cet instant.

C’est finalement elle qui rompt le silence, tu souris de bon cœur. Oui, toi aussi tu espères trouver un jour celle qui te fera de nouveau chavirer mais en attendant, c’est elle qui occupe ton cœur et tes pensées. Mais alors que les minutes filent bien malgré vous, vos pas finissent tout de même par vous mener à destination. Ta mâchoire se crispe un peu, la soirée est terminée ce qui va t’amener là où tu t’étais promis d’aller.
Pourtant, tu ne parviens pas encore à lui demander de faire appel à un autre membre de la Guilde des Guerriers. Tu espères peut-être encore passer un peu de temps en sa compagnie alors que tu as déjà eu un peu plus d’une heure. Tu poses une question qui ne t’engage pas à grand-chose en fin de compte. « Puis-je encore quelque chose pour vous ma Dame ? »


Dernière édition par Thibalt d'Ambremont le Ven 18 Jan - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 18 Jan - 9:15

Par delà les toits nombreux qui composent la capitale d'Arven, j'ai laissé errer mon regard. Le long des hautes tours qui s'élèvent, insolentes, vers le ciel, mes prunelles ont glissé. Et sont venues se poser sur la tour dans laquelle j'ai élu domicile depuis trois mois - depuis mon retour à Lorgol. Déjà je pressens la fin de cette promenade nocturne qui n'aura conduit, somme toute, qu'à réveiller d'ardents sentiments qui ne peuvent avoir de place dans ma vie. Il aurait probablement mieux que rien de tout cela n'advienne, que je m'en retourne accompagnée seulement de ma fidèle Yseult sans demander d'escorte. Mais il est trop tard désormais. Et tandis que nous nous engageons dans la rue qui mettra un terme à nos pas, je songe avec tristesse à ce moment qui, déjà, est derrière nous. Cette même tristesse mêlée de résignation qui m'avait déjà envahie à la veille du mariage ducal de Chart avec sa blonde, union qui signifiait pour nous la fin de notre si douce fugue à travers Arven. La fin de deux mois passés hors du temps, moments merveilleux que j'aurais voulu prolonger à l'infini. Tout comme prend fin ce soir cette déambulation dans les rues éclairées de lune.

Nous avons cessé de parler, implicitement. Comme si ces derniers pas ne pouvaient s'épanouir que dans le silence. Comme si tout était dit alors qu'en vérité, aucun des mots que j'aurais réellement voulu prononcer n'a franchi la barrière sage de mes lèvres. Il me semble néanmoins qu'il y a dans ces derniers pas une intensité certaine. Voilà qui est sans doute ridicule. Mon accompagnateur ne s'est rendu disponible qu'en vertu de son obéissance à la guilde et sans doute aurait-il infiniment préféré être au chaud chez lui plutôt qu'à errer au gré des caprices d'une duchesse héritière trop sentimentale. Sa proposition de nous faire parcourir un peu de chemin n'était sans doute qu'une éventualité aimable qu'il espérait voir déclinée au plus vite et ses efforts pour nourrir la conversation n'étaient assurément que simple courtoisie.

Du bout des doigts, j'effleure le bois de la porte close avant de me retourner vers Thibalt. Yseult m'a rejoint sur le pas de la porte et je lis dans ses yeux un mélange de mécontentement et de compréhension. Trop observatrice pour n'avoir pas remarqué mon trouble, trop aimante pour m'en tenir rigueur. Qu'y puis-je d'ailleurs ? Je ne contrôle pas ce sentiment irraisonné. Raison de plus pour qu'elle remplisse avec diligence son rôle de chaperon. Elle entre pourtant, certainement pour aller préparer ma chambre pour la nuit. Peut-être aussi pour vérifier que Louis ne m'y attend pas. Après trois mois, elle a cessé de lui interdire l'accès de la tour, consciente qu'il continuerait à passer par la fenêtre. D'ici quelques minutes, il me faudra la rejoindre, renoncer une bonne fois pour toute à ce regard sombre qui me fait chavirer et hésiter. Je cherche mes mots, difficilement. Quels mots pourraient venir exprimer cet au revoir définitif qu'il ne pourrait comprendre, ignorant tout de mes sentiments ? C'est lui qui parle, avant que je n'ai trouvé une phrase convenable, me convainquant par sa question qu'il attend impatiemment de pouvoir partir.


« Je ne crois pas non, malheureusement... Je vous remercie encore. Cette promenade fut très... plaisante. » Très propice aux rêveries et aux faux espoirs. Merci d'avoir su éveiller mon coeur, pour douloureux que soit mon renoncement. « Adieu donc... » Adieu. Ce mot me déchire la gorge à l'instant même où il y prend vie, à peine murmuré. La convenance veut que ce soit lui qui prenne congé à ma porte. J'attendrais donc qu'il y soustraie avant de laisser s'échapper la moindre larme mais, par Eimaren, faites qu'il soit prompt à partir...

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Ven 18 Jan - 10:45

La promenade avait été agréable même si tu étais resté sur tes gardes puisque tel était ton travail. La petite discussion t'en avais appris sur son compte mais pas encore assez à ton goût finalement. C'était compliqué, un peu douloureux aussi mais tu n'avais pas à dire quelque chose, ça n'était pas ton rôle et ta place d'intervenir auprès d'elle. Alors à la fin de votre trajet, quand tu avais commencé à voir les Tours, tu n'avais pas parlé plus avant, tu aurais eu l'impression de devenir trop pressant et désireux.
Tu marches le cœur en berne et le moral aux abonnés absents. Tu sais que c'est idiot mais en arrivant, tu sais que s'en sera fini parce que tu demanderas le seul service que tu ais jamais demandé.

Une fois devant les portes, la suivante de Lisbeth disparaît jugeant sans doute qu'il n'y avait plus ici besoin d'aucun chaperon. Tu sais que tu vas devoir t'en aller et la laisser là sans espoir de la revoir. Tu ressens quelque chose de différent quand elle te remercie et puis cet adieu... Il te sert le cœur et les tripes et tu y viens... presque spontanément, tu y viens. « Ma Dame... À l'avenir, pourriez-vous faire appel à un autre guerrier ? Je ne peux plus assurer cette tâche. J'en suis navré. Croyez-le. » Trop tard, ça y est, tu as demandé ce service avant de te rendre compte qu'elle risque fort de te demander une explication.
Et puis tu vois ses yeux, tu y lis des choses que tu n'aurais jamais dû voir. Toi qui est si observateur, tu ne l'as pas vu venir. Serait-ce de la peine que tu lis dans son regard, de la tristesse ? Tu es persuadé que tu te trompes et pourtant, plus que jamais à présent, tu es convaincu que cette requête est plus que justifiée. Si tu ne te trompes pas, il faut impérativement que tu ne sois plus à proximité, que tu ne lui compliques pas la tâche. Tu n'as aucunement le droit de lui infligé ça et pourtant... Tu attends presque la question à laquelle tu répondras sans détour. Tu devrais lui mentir, tu ne devrais pas dire la vérité si la question est posée. Mais tu répondras en toute sincérité, au moins, tu seras soulagé. Si tu t'es trompé sur ce regard au moins aura-t-elle une bonne raison de respecter ta demande. Si tu ne t'es pas trompé, là, ce sera différent, tu ne sais absolument pas comment tout cela tournera.

Tu te revois soudainement face à Sylvia quand tu étais plus jeune alors même que tes sentiments s'étaient étiolés au fil des voyages commerciaux de sa famille. Tu revois son regard peiné d'apprendre que tu n'étais pas prêt à continuer. Quand bien même, vous étiez resté amis et avec le temps, vous aviez fini par retrouver une partie de la proximité qui avait été la vôtre. Et puis Lisbeth était arrivée et tu avais préféré stopper vos ébats mais pas vos rencontres.
Oh, tu ne risquais pas de reprendre vos ébats mais il est certain qu'avec le temps, peut-être retomberiez-vous dans ce travers mais tu étais bien incapable de l'envisager. Alors tu te sens obligé d'ajouter encore quelque chose mais tu te ravises. Non, tu ne peux pas ajouter ce que tu allais dire. Tu as ta fierté malgré tout et certaines choses n'ont pas besoin d'être prononcées. Tout ce que tu espères, c'est que quelque part, tu ne te sois pas trompé. C'est égoïste mais si au moins, tu pouvais avoir un peu de ce que tu ressens en retour, même si c'était pour en souffrir un peu, tu serais heureux.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 19 Jan - 12:24

Je me serai attendue à bien des choses. Un au revoir cordial, un départ rapide, mu par la fatigue. Mais certainement pas à cette demande surprenante. Ne plus faire appel à lui ? Un sourire léger me vient à la pensée qu'il en effet probable que je m'en abstienne dans les mois à venir. Au moins jusqu'à la naissance de mon enfant qui ne pourra voir le jour en cette ville trop curieuse. Mais de mes projets de départ, Thibalt d'Ambremont ne sait rien. Il ne sait pas plus que je n'ai nulle intention de revenir bientôt à la capitale. Lorgol n'est pas un endroit propice pour élever un enfant et en l'absence de mon père qui semble plus désireux de plaire à sa courtisane que d'assurer le bonheur de son peuple, il est essentiel que l'un de nous supervise Outrevent. Après tout, ma présence ici n'avait d'autre but que de nous représenter auprès de l'empereur. Je n'ai plus nulle raison d'y demeurer. Et donc, plus aucune raison de demander un jour à être escortée de la sorte.

Il me suffirait d'accéder poliment à sa demande et de refermer la porte pour qu'à jamais, cet homme qui me trouble tant sorte de ma vie. Mais je n'en suis pas capable. J'ai trop fait de sacrifices, trop accepté de me plier à ce que l'on attendait de moi... Et s'il est advenu que, parfois, ma résignation m'ouvre de doux horizons - à l'exemple de mes fiançailles - je n'ai plus envie de céder encore. Non pas que je désire le mettre dans l'embarras mais... Je veux comprendre les raisons de cette demande soudaine. Comprendre, simplement, pourquoi le premier homme qui a fait battre mon coeur désire aujourd'hui ne plus avoir à frayer en ma compagnie. L'aurais-je offensé, au fil de cette trop courte marche qui m'a laissée rêveuse et pantoise ? Mes questions, certes osées, l'auraient-elles froissé ?

Un instant encore, je tergiverse, rechignant à poser cette ultime question. Et finalement, je me lance, ne supportant pas l'idée de le perdre à jamais - quand bien même ne m'a-t-il jamais appartenu.
« Je... Il est évident que je me'y plierai, si tel est votre désir... Néanmoins, permettez-moi de vous demander... pourquoi ? » Quel prétexte pourrais-je invoquer qui justifierait ma curiosité ? De part mon rang, j'aurais pu simplement refuser puisque que cette idée me plonge dans une profonde détresse. Je n'en ai rien fait, je lui ai assuré que je respecterai sa volonté. En quel nom ? Pour quelles raisons ? En vertu de ces sentiments que je n'ai jamais laissé voir à quiconque et contre lesquels je ne peux rien ? Jamais je ne pourrais lui en faire l'aveu, ce serait aussi égoïste que déplacé. Comment, alors, lui expliquer mon besoin de savoir, de ne pas le laisser repartir dans la nuit sans la moindre réponse.

« Oh pardonnez moi. Tout cela est... parfaitement inapproprié. Vos décisions ne concernent que vous et je n'ai pas à vous en demander davantage. Pourtant... Il m'est insupportable de songer que j'ai pu vous offenser au point de vous mener à pareille extrémité. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 19 Jan - 13:26

Tu avais demander ce que tu souhaitais. Tu ne voulais plus être à son service, tu voulais qu'elle fasse appel à un autre guerrier que toi. Tu attendais presque avec impatience qu'elle accède à ta demande sans poser de questions mais tu espérais aussi qu'elle en pose des questions... Qu'elle te demande pourquoi tu ne voulais plus être à son service. Tu n'avais aucune envie de partir sans pouvoir dire ce que tu ressentais. Pourtant, tu savais parfaitement que ça n'en valait pas la peine, que ça ne servait à rien puisque ça allait te perturber, qu'elle te pose la question ou non.
Tu ne devrais même pas y réfléchir et pourtant tu y réfléchis. Tu penses trop, tu le sais, tu estimes cette femme plus qu'aucune autre. Tu patientes, tu attends ta réponse, qu'elle soit positive ou négative. Et puis elle parle enfin. « Je... Il est évident que je me'y plierai, si tel est votre désir... Néanmoins, permettez-moi de vous demander... pourquoi ? » Tu y étais, vous y étiez en fait... Comment allais-tu formuler ça, tu te le demandais. Il ne fallait pas que tu t'exprimes mal et en plus, il fallait que tu l'exprimes correctement.

Tu allais répondre, tu avais même trouvé quoi répondre et surtout comment le formuler. Tu avais réuni suffisamment de courage pour le faire. Tu n'étais pas lâche au point de disparaître sans donner de réponse à la femme que tu aimais même si ça n'était certainement pas son cas. Mais voilà qu'elle reprend la parole sans que tu n'aies eu le temps de répondre. « Oh pardonnez moi. Tout cela est... parfaitement inapproprié. Vos décisions ne concernent que vous et je n'ai pas à vous en demander davantage. Pourtant... Il m'est insupportable de songer que j'ai pu vous offenser au point de vous mener à pareille extrémité. » Tu n'en crois pas tes oreilles, tu as même du mal à croire qu'elle puisse penser qu'elle t'a offenser... c'est plus fort que toi, tu réponds soudainement. « Surtout pas ! Ne croyez pas que vous avez pu m'offenser, en aucun cas, je vous assure. Non... loin de là. La vérité est que je suis incapable de continuer. Je vous aime et je ne peux pas continuer à être à votre service alors que vous allez vous marier bientôt. Je ne veux pas commettre d'erreur ni vous nuire. » Tu avais parlé, tu avais enfin parlé et pourtant, tu ne te sentais pas mieux. « Veuillez m'excuser, je vous promets que vous n'aurez pas à souffrir de ma présence. » Tu pensais qu'elle ne voudrait certainement pas te revoir ce qui était logique et pourtant tu restais planté là à attendre car tu n'étais pas décidé à fuir, au cas où... Peut-être pouvais-tu avoir un mince espoir qu'elle ne te chasse pas comme un malpropre.

Tu aurais pu éviter ça, partir peut-être même t'éloigner de Lorgol et pourtant... tu ne quitterais pas Lorgol. Ta vengeance t'était trop précieuse mais ça n'était pas la seule chose qui t'était précieuse. Elle aussi l'était et tu espérais qu'elle ne te chasserait pas. Tu espérais même qu'elle ne t'en tienne pas rigueur, ou du moins pas trop mais là, tu savais que tu rêvais. Tu avais affaire à quelqu'un d'un rang élevé et tu savais comment toi tu aurais pu réagir. Tu n'aurais jamais accepté quelque chose comme ça ou du moins, pas s'il y avait des témoins. Tu étais au moins honnête avec toi même, tu n'étais pas un sale type avec les femmes. Juste parfois un peu... rude et brusque mais là n'était pas le problème.
Elle pouvait parfaitement t'envoyer sur les roses comme un chien et tu aurais compris. Tu doutais cependant qu'elle soit comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 19 Jan - 14:27

Il m'aime.

« Vous... »

Silence. Incompréhension. Que dire ? Qu'ai-je à ajouter qui ne serait de trop ? Par quels mots puis-je répondre à cet aveu qui me blesse si durement ? Sentir mon coeur battre pour un sentiment léger, sans retour, était un doux secret que nul n'avait à connaitre - pas même Liam. Apprendre que ce sentiment est partagé lui donne une profondeur tragique qui accroît encore ma détresse. Il m'aime. Et devant cet aveu je sens monter les larmes comme autant de torrents irrépressibles qui s'en viennent perler à mes paupières.

« Vous m'aimez ? »

Il m'aime. Incrédulité. Cet instant devrait me combler. Et pourtant il n'en est rien... J'ai mal. Si mal... Car aujourd'hui, cet amour n'aura jamais de chance de s'épanouir. Car aujourd'hui, c'est trop tard. Par ma faute, un homme droit et bon souffre et je m'en veux. Ô comme je m'en veux... Mon coeur bat une triste chamade, rythmant ces larmes que je ne peux retenir et qui dévalent le long de mes joues. Sans bien prendre compte de ce que je fais, je m'avance d'un pas, saisissant la main du guerrier. Là haut, Yseult m'attend. Et bientôt, elle descendra garder un oeil sur moi si cette entrevue venait à se prolonger. Je ne tiens pas à ce qu'elle brise la beauté de ce moment, fut-il infiniment triste.

Il m'aime. Et sous son regard, je sens mon égoïsme poindre. Je devrais faire volte-face, lui dire qu'il est fou d'avoir osé lever les yeux vers moi.Ce serait l'attitude la plus salvatrice, pour lui comme pour moi. Mon feint mépris l'aiderait sans doute à m'oublier. Mais j'en suis incapable. Je ne peux le laisser partir ainsi, sans lui faire partager mes sentiments. Et qu'importent les conséquences, je ne mentirais pas ce soir, pas à lui. Si rien ne doit être possible entre nous, je veux qu'au moins il parte en sachant la vérité.
Pardonne moi Louis... Pardonne moi, je t'en prie. Les mots que je m'apprête à prononcer ne changent rien à la profonde affection que je te porte. Bientôt, nous serons mari et femme, unis jusqu'à ce que la mort nous sépare, laisse moi libre de cet ultime aveu avant que je t'appartienne à jamais. Pardonne moi, oui, pour cette infime trahison.


« Il... Il fut un temps où votre aveu m'aurait comblé. Ce soir... il est trop tard. Je serais bientôt mariée et nul ne pourra défaire le lien qui m'unit d'ores et déjà à mon futur époux. Mais aussi longtemps que mon coeur battra, il sera en partie votre. »

Instinctivement, mes doigts se sont resserrés encore sur les siens. Sur cette paume calleuse, cette paume habituée à tenir une arme. Doucement, presque tendrement, j'ai amené à mes lèvres cette main que tiens aujourd'hui pour la première et dernière fois. « Je ne vous oublierai pas. Jamais.» Un murmure, à peine un souffle et déjà je relâche l'étreinte de mes doigts à regret.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 19 Jan - 15:14

Elle semble choquée. Non, elle ne semble pas choquée... Elle l'est. Elle répète ton aveux mais tu ne sais pas si c'est parce qu'elle n'y croit pas ou si c'est parce qu'elle est sur le point de te mettre la plus belle gifle de ton existence. Tu ne lui réponds pas quand elle reformule la chose, tu attends, tu as dit ce que tu pensais et tu n'as pas vraiment la force de te répéter. Tu es un peu lâche pour le coup mais n'en as-tu pas le droit ? Toi qui viens de déclarer tes sentiments à une femme qui sera mariée dans quelques jours...
Mais tu vois les larmes couler, tu vois ses larmes et tu as initié un mouvement pour essuyer ses larmes mais tu n'en as pas le droit. Tu baisses la main. Tu aimerais tant savoir ce qu'elle a en tête, ce qu'elle ressent, ce qu'elle désire.

« Il... Il fut un temps où votre aveu m'aurait comblé. Ce soir... il est trop tard. Je serais bientôt mariée et nul ne pourra défaire le lien qui m'unit d'ores et déjà à mon futur époux. Mais aussi longtemps que mon cœur battra, il sera en partie votre. » Tu as mal, tu souffres car tu sais maintenant oui. Tu sais ce qu'elle ressent pour toi mais ça ne t'aidera pas, ça n'aurait pas pu t'aider. Si tu aurais préféré ne pas savoir ? Non, tu voulais savoir, même si tu vas en souffrir un moment, au moins sais-tu ce qu'il en est. Tu caresses sa main de ton pouce en prenant la respiration la plus douloureuse que tu as eu à prendre depuis des années. Et puis ses lèvres sur ta main. « Je ne vous oublierai pas. Jamais.» Elle te relâche, tu esquisses un pas, elle te pardonnera ton élan, tu le sais, tu en es certain à présent. Tu essuies ses larmes d'un geste du pouce, tu saisis sa main pour y déposer à ton tour un baiser, main que tu relâches avec tendresse. « Je ne vous oublierais jamais non plus. Soyez heureuse et pardonnez moi, je vous en prie. Mais pour votre bien, j'espère pourtant que vous m'oublierez. Je suis vraiment navré de vous avoir mis dans une telle position » Tu soupires et la regardes encore, plongeant tes yeux dans les siens. Tu veux te souvenir de ce moment, t'en souvenir pour ne jamais avoir à regretter.
Tu finis par céder à la pire de tes envies, tu déposes un baiser sur son front en prenant son visage entre tes mains. Tu as fait ça rapidement, pressé par le temps. Tu sais qu'il est temps de partir pour ne jamais revenir.

Tu fais quelques pas en arrière pour mieux la regarder. « Rentrez, rentrez avant que votre suivante ne s'inquiète. » Et tu te retournes, tu pars, tu n'as plus le choix. La soirée et la nuit risquent d'être longue pour toi. Tu as le cœur en berne, tu trembles presque, tu as besoin de passer ta tristesse alors tu sais ce que tu vas faire, tu vas t'entraîner, tu vas t'épuiser pour tenter de ne plus penser à elle. C'est terminé, tu as dévoilé tes sentiments, mis le cœur et la tête de Lisbeth sens dessus dessous. Tu t'en veux un peu mais tu es aussi soulagé, tu sais au moins ce qu'il en est, tu n'auras pas à regretter.
Revenir en haut Aller en bas
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   Sam 19 Jan - 15:37

Il part.

Il part et je pleure. Je pleure sur cet amour qui aurait pu, un autre jour, dans un autre temps, faire notre bonheur. Sur cet amour qui jamais ne verra réellement le jour, qui n'aura pas la possibilité de s'épanouir. Je déverse la culpabilité, mon chagrin dans ces larmes qui viennent s'écraser sur mon corsage. Sur mon front, le souvenir de ses lèvres est encore là, brûlant. Entêtant. Dans la nuit, je vois sa silhouette s'effacer pour ne devenir plus qu'une ombre parmi tant d'autres jusqu'à tout à fait disparaître. Il y a quelques minutes encore, nous marchions, côte à côte sans pourtant voir ce qui nous unissait. Désormais nos routes sont à jamais séparées. Il s'en retourne vers l'arène, vers sa vie. Il me laisse seule avec la mienne.

Non... Je ne suis pas seule. Une main douce m’entraîne à l'intérieur, me fait asseoir. Des bras me serrent, réconfortants, sans qu'aucun mot ne soit prononcé. Ce n'est pas nécessaire. Elle a comprit. Elle avait comprit bien avant moi. Et elle reste là, me serrant contre elle, caressant mes cheveux comme le ferait une mère qui console sa fille devant son premier chagrin d'amour. Amour ? Est-ce bien de cela qu'il s'agit ? Oui mon coeur bat pour cet homme. Des battements forts, puissants, réguliers, qui résonnent jusqu'aux tréfonds de ma poitrine. Des battements qui n'ont guère de ressemblances avec le chaos désordonné qui s'empare de moi en présence de Louis.

Amour. Désir. Affection. Tant de sentiments que je peine à distinguer. Les larmes roulent, encore et encore, accompagnées de sanglots incontrôlables. Et je reste là, à épancher ma tristesse dans le giron d'Yseult qui demeure silencieuse, respectant tacitement mon besoin de pleurer. Seulement pleurer. Non, je ne l'oublierai pas. Je ne veux pas l'oublier. Je veux me souvenir de lui, de cet aveu inespéré. De ce si chaste baiser qu'il a déposé sur mon front, du bout des lèvres.

Les minutes passent, entraînant les heures dans leur sillage. Je suis épuisée. Je n'ai plus de larmes à verser. Seuls de brefs sanglots témoignent encore de mon émotion. Je sens Yseult qui me relève, m'aide monter les marches et me couche tandis que je reste abattue, plongée dans mes pensées, dans mon imaginaire. Dans des rêves qui jamais ne se réaliseront. Dans des rêves qui le demeureront à tout jamais et doivent laisser la place à la réalité. Et du fond de mon sommeil troublé, point de cauchemars ni de mise à mort de mon frère tant aimé. Seulement un visage flou, imprécis, qui prend tantôt le regard grave de Thibalt, tantôt les yeux frondeurs de Louis.

Juste un visage, oui. Et un sentiment.

Amour.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sous les étoiles [Thibalt ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous les étoiles [Thibalt ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Progression syndicalisation RSG
» L'amour brille sous les étoiles ▬ Shumdario
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Un sous-marin chinois heurte un sonar remorqué US

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Hors-Jeu :: Archive rp-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche