Partagez | 
 

 Un instant de folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Un instant de folie   Mer 23 Jan - 15:49


Un instant de folie

et tout peut arriver


  • Noms des participants: Castiel de Sombreflamme & Aliénor de Bohémont & Anthim d'Erebor

  • Statut du sujet: Privé

  • Date: Août 802

  • Moment de la journée : Après-midi

  • Saison 1, chapitre 5.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Mar 29 Jan - 21:31

Ça n'a rien d'un coup de tête.

Cet instant, tu y as pensé avec précision. Minutie. Tu y as rêvé, tu en as cauchemardé, tu en as presque pleuré. Finalement, une fois que tout a réglé, ne serait-ce que pour toi, tu as osé. Il fallait laisser l'eau couler dans les rivières d'Arven et le temps faire son ouvrae, avant de pouvoir revenir à ce qui t'avait touché, blessé, meurtri. Alors que tu marches jusqu'à la suite d'Aliénor de Bohémont, les paroles que tu as soigneusement préparées sont répétées dans ta pensée – un monologue que tu connais par cœur et que tu es prêt à lui déclamer avec toute l'émotion qu'il faudra. Tu n'as point fumé une quelconque délicieuse substance avant de partir pour ses appartements, tu n'as même point bu. Point besoin de cela, en cet instant, pour avoir l'impression que tes pieds ne touchent pas le sol et que ton esprit s'embrase. Pour que chacun de tes gestes soit éthéré à tes propres yeux.

Ce moment n'a rien d'un coup de tête.

Tu t'arrêtes devant sa porte. Un garde attend devant celle-ci et tu lui fais le signe de partir, chose qu'il fait sans protester. Tu inspires profondément, tu maîtrises le léger tremblement de nervosité qui fait frémir le bout de tes doigts minces. Ceux-ci caressent légèrement le pommeau de l'épée qui est à ta taille. Tu es rassuré. Tu toques à la porte doucement. Tu es seul, plus seul que jamais – ou plus accompagné que jamais, avec Lui assis à tes côtés, sa forme fière et blanche étant invisible aux yeux de tous, sauf des tiens. Tu as laissé Ariadne prendre sa journée pour elle, ainsi que Tristan et Césaire. Seul sans les ombres qui te suivent – celles visibles, à tout le moins. La porte s'entrouvre, tu salues la dame de Bohémont d'un signe de tête et d'un sourire.

« Ma Dame. Puis-je vous entretenir un instant ? »

Ta voix est douce. Chaude. Avenante. Ton regard sombre est caressant, de velours.

C'est maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Mer 30 Jan - 7:09

Assise sur un confortable divan, tu sirotes ta coupe de vin fruité de Lagrance. Tes yeux ont beau être sagement baissés, toute ton attention est concentrée sur Anthim qui te fait face. Et parfois, au fil de votre discussion, un sourire s'en vient sur tes lèvres. Tu te surprends à apprécier de plus en plus la compagnie de ton futur époux mesure que tu apprends à le connaître. Il n'est certes pas aussi rêveur que toi, enfant perpétuellement perdue dans tes livres et tes songes, mais c'est un homme droit, pragmatique. Un futur duc qui saura mener les siens bien mieux que tu ne l'as jamais fait. Alors oui, tu souris. Parce qu'au fond de toi, tu commences à penser que tu n'as pas abandonné tes espoirs d'amour en vain. Après tout, il commence à exister entre vous une réelle affection. Tu sauras bien t'en estimer heureuse, comme tant d'autres femmes avant toi. Bien sur, Castiel de Sombreflamme n'est jamais bien loin de tes pensées et ton coeur s'emballe chaque fois qu'il apparaît dans l'une de tes rêveries. Mais tu es raisonnable. Lucide également. Tu sais qu'il serait ridicule de continuer de t'attacher à ces sentiments qu'il t'inspire. N'es-t-il pas l'une des connaissances les plus désagréables de ton futur époux ? Lui-même ne sait probablement même pas qui tu es. Alors... A quoi bon ? Pour l'amour d'Anthim, tu l'oublieras. Tu en as secrètement fait le serment.

Pour l'heure, il est bien loin de tes pensées ce beau duc. Tu écoutes ton promis te parler de son duché, de ces paysages sablonneux s'étendant à perte de vue. Tu peines à imaginer pareil spectacle. A tes yeux d'ansemarienne, le sable se décline en douces plages chauffées par le soleil, en dunes galbées prêtes à arrêter les assauts les plus furieux de l'océan. Ce n'est pas une infinité que nulle eau ne vient border. Mais qu'importe, tu aimes écouter Anthim. Son visage s'éclaire quand il parle de ses terres natales et des légendes qui y courent. Et toi, tu bois ses paroles, soucieuse de mieux connaître et comprendre le peuple dont tu seras un jour la suzeraine.

Un bruit léger, frappé sur le battant de bois de ta porte, vous interrompt. Un garde était pourtant présent, chargé d'empêcher quelque gêneur de vous déranger - la présence discrète d'Aubépine qui coud derrière toi suffit bien à protéger ta réputation. Qui donc a ainsi pu convaincre l'homme en poste de s'écarter ? Tu ne sais pas et tu ouvres donc, curieuse de le découvrir. Et ton coeur cesse de battre.

Castiel de Sombreflamme. En personne devant toi, demandant à te parler. Au prix d'un effort, tu reprends ta respiration, t'inclinant profondément ainsi que le veut l'étiquette. Fort heureusement pour toi, tu es pétrie de bonnes manières et celles-ci prennent le dessus sur ta stupéfaction et tes questions. Tu t'écartes du chambranle pour lui laisser le passage, murmurant un
« Mais bien sur votre Grâce, ce serait un honneur. » que tu n'es même pas certaine d'avoir réellement prononcé.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 346
Je réside : au palais de Vivedune
Mon allégeance va : a Erebor

Registre
Âge du personnage: 25 ans
Titres:
Autres visages: Joséphine / Philippe / Hiémain (Le Roi Blanc)/ Augustus/ Ermengarde/ Lionel
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Sam 2 Fév - 16:51

Anthim aimait parler de son pays, c'était pour lui un plaisir de conter ce qu'il savait puisque sur Erebor, le jeune homme savait presque tout, à quelque détail près. Il pouvait décrire avec facilité les hauteurs des montagnes qui le représentait, à la douceur chaude du sable doré du désert, symbole de sa sœur. Erebor était un duché magnifique qu'il fallait voir à sa juste valeur et non pas simplement regarder cela comme du sable et de la roche. Non c'était bien plus, quelque chose de plus profond que même quelques Erebiens n'arrivaient à saisir. Mais la plupart d'entre eux aimaient leur terre, aimait sa dureté et l'impitoyable sort que les arides paysages pouvaient infliger. Oui, conter tout cela était pur plaisir pour le jeune duc. Cependant, ce n'était une chose qu'il racontait à n'importe qui. Erebor était une terre de mystère et de secret, il fallait le garder pour soi, du moins, selon Anthim, seulement aux personnes qui le méritait.

Il n'aurait sans doute jamais parlé à une femme qu'il connaissait assez peu d'Erebor, mais un jour, alors qu'ils parlaient de chose et d'autre pour mieux se connaître, Aliénor lui avait demandé de lui parler de son duché, de cette terre qui bientôt serait aussi la sienne, du moins par alliance. Le jeune homme savait bien qu'on ne pouvait couper un humain de ses racines, et lui le premier se sentirait à jamais un Erebien. Mais c'était vrai que conter pour elle Erebor était une bonne idée. Puisqu'elle allait y vivre, il fallait bien lui décrire la vie, les coutumes, le paysage... enfin tout. Et au fond, Anthim espérait qu'elle arriverait à apprécier un peu plus les terres de son futur mari, tout comme elle apprécierait justement plus son futur mari.

Il y avait une nette amélioration dans leur relation. Depuis cette demande en mariage, bien des mois avant, ils avaient commencé à entretenir de petite discussion, timide, assez peu profonde de sujet, puis peu à peu c'était muée en longue soirée à parler, à sourire, un peu entre ami pour finalement en venir à s'apprécier. C'était comme ça que le jeune duc le ressentait, il aimait bien Aliénor, voir même plus. Et plus le relation se renforçait au fil des discussions, plus Anthim savait que son choix n'avait pas été une erreur et que choisir la comtesse comme épouse était une bonne chose.

Aujourd'hui encore ils s'étaient retrouvé, dans les appartements de la jeune femme, toujours de belles paroles, agréables, des échanges sympathique, des rires discrets mais francs. Et elle lui avait encore demandé de lui conter Erebor, alors il avait dit oui, avait raconté encore des choses. Et Anthim souriait, mélancolique, mais souriait, heureux de parler de son duché. Même si il lui manquait, l'évoquer lui faisait du bien.

Un bruit sourd coupe légèrement les paroles du jeune homme, il s'arrête sur le coup, laissant Aliénor se lever pour ouvrir au visiteur. Étrange que le garde placé devant la porte ait laissé passer quelqu'un. Était-ce une personne importante ? Anthim entend alors une voix qu'il identifie immédiatement, lui faisant perdre en un instant son sourire. Il se lève, un peu raide et croise les bras, assez mécontent de voir cet personne qui lui était aussi antipathique dans les appartements de sa futur épouse. Que faisait-il donc ici ? Pour quelles raisons si importante devait-il s'entretenir avec elle ? En tous les cas, ce cher Castiel ne devait pas se douter qu'il tomberait sur le jeune duc héritier. Dans un sourire un peu hypocrite, il salua le duc de Sombreciel, réellement par obligation des convenance que par réelle envie.


"Castiel."

Du moins, Anthim ne lui adressa pas plus la parole, préférant ne pas tomber dans les basses attaques qui étaient coutumes entre les deux hommes. En tout cas pas devant Aliénor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Jeu 14 Fév - 23:57

Délicate Aliénor, aux traits si finement tracés. Une peau de porcelaine, des yeux clairs et pourtant couvant l'orage, une chevelure qui est presque de feu. Elle s'incline devant toi et tes lèvres te brûlent de lui dire de ne plus le faire, puisque bientôt... Tu te retiens, pourtant, tu te contiens, et entres dans la suite lorsqu'elle s'écarte légèrement pour te laisser le chemin. Et au lieu d'une suite vide, ou de la simple petite suivante à laquelle on pourrait s'attendre, tu découvres dans un fauteuil un des êtres que tu exècres le plus en Arven, soit Anthim d'Erebor. Ton sourire se crispe, puis fond. Toujours là. Toujours là au mauvais moment, toujours là pour gâcher sa vie. Tu ne réponds pas au sourire d'Anthim, ni même à sa salutation dégoulinante d'une hypocrisie plus épaisse que n'importe quelle sauce amère. Enfin, le temps d'une seconde, avant que finalement, un sourire satisfait étire tes lèvres. Oui, il est bien qu'il soit là. Bien qu'il puisse être témoin de ce que tu vas faire, qu'il puisse t'en empêcher, même. Tenter. C'est donc le duc héritier d'Erebor que tu vrilles de ton regard. « Anthim. » La salutation grave a passé tes lèvres. Tu meurs d'envie de tout précipiter. Tu ne le feras pas. Tu entres donc dans la suite d'Aliénor, grand seigneur. Tu es vêtu du violet sombre si caractéristique de Sombreciel et à ta boutonnière, un lys s'épanouit.

Tu te retournes vers la jeune femme et ignores avec superbe le duc héritier d'Erebor, qui pourrait être une suivante de la dame que tu l'estimerais plus. Et doucement, tu commences à parler :« Ce n'est point le duc qui vous parle, ma Dame. C'est l'homme. Celui qui vous a observé et a attendu le moment parfait pour venir vous déclamer ses sentiments, qui a veillé en silence, pour ne jamais vous brusquer. C'est l'homme qui s'adresse à la plus belle de toutes et qui aujourd'hui ose enfin parler. »

Tu prends sa main dans la tienne – ta paume brûle, brûle de ce feu intérieur qui te dévore et qui en ce moment est euphorie, nervosité, grandeur. Et ces mots que tu prononces, les mêmes qu'Anthim a lui-même déjà prononcé, à l'identique et pourtant avec une telle force supplémentaire, passent tes lèvres : « Aliénor, dame de Bohémont, en ce lieu et en cette heure, j'appelle sur vous les vœux de mes pairs. A vos pieds je dépose l'honneur de mon nom et la gloire de ma maison – puissiez-vous y entrer comme épouse et porter à mes côtés fièrement le fardeau de notre lignée. Et à cette formule ancestrale, tu joins celles de Sombreciel, celle de l'homme qui vole, qui enlève, qui dérobe. Ta main serre la sienne, tu ne veux pas la blesser cela dit, et dans tes yeux noirs, brûle une flamme, ta flamme. C'est à la maison d'un autre que je vous enlève, mais c'est à la mienne que vous aviez déjà votre place. C'est de force que je vous enlève, mais c'est de gré que je vous épouserai. C'est à un autre que je vous dérobe, mais mon cœur vous aviez déjà dérobé. Aliénor, il ne vous suffira que d'un mot et vous serez de Sombreflamme. »

Que cette coutume cielsombroise de prendre son aimée à tout prix, quitte à la voler à un autre, soit bénie. Que ton père ait enlevé ta mère à un seigneur Erebien, jadis, que tous tes ancêtres l'ont fait également, que tu es l'homme qui aujourd'hui a décidé d'enlever la femme qui peuple tes pensées les plus secrètes. Un mot et tu la prendras dans tes bras pour l'emmener loin, pour en faire ton aimée. Et à chaque mot que tu as prononcé, tu as senti ta nervosité se dissiper pour faire place à une assurance tranquille. As-tu senti ta voix se faire plus caressante, plus chaude, plus convaincante ? As-tu senti ta magie vibrer en toi, vibrer pour faire flancher l'Ansemarienne plus facilement, plus doucement ? As-tu senti toute cette puissance qui se dégage de toi, duc de Sombreciel, alors que tu viens réclamer ce qui, à tes yeux, t'est dû ? Qu'elle refuse et tu sauras lire dans ses yeux son véritable désir... qu'elle accepte et tu seras heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Ven 15 Fév - 11:03

Tu n'en reviens pas. Tu t'es écartée, par politesse, cherchant quelle raison pourrait justifier la présence du duc de Sombreciel devant ta porte. Mais rien ne te vient, sinon l'idée que ce n'est sans doute pas toi qu'il souhaite voir. Alors qui ? Ton fiancé, dont la mine orageuse traduit bien le déplaisir ? Cela semble peu probable au vu de l'hostilité latente qui règne soudainement dans ta suite. Mais alors qu'en hôtesse soucieuse, tu t'apprêtes à lui proposer un siège, une boisson fraîche ou toute autre chose qui pourrait l'agréer, c'est lui qui prend la parole. Et les mots qu'il prononce te laissent interdite, ouvrant la porte grande à tes rêves, ceux là même que tu t'es promis d'oublier en acceptant d'épouser Anthim. Tu te souviens de ce jour, dans les jardins, tu as accepté sa demande qu'il réitérait. Tu savais, alors, tout ce que cela impliquerait. Une future duchesse héritière ne peut continuer de se comporter en enfant distraite, ne peut se permettre de vivre de rêveries. Tu allais devoir prendre tes responsabilités. Te montrer digne de l'honneur qu'il te faisait en te choisissant, parmi toutes les nobles demoiselles d'Arven.

Et ces responsabilités te rattrapent aujourd'hui, s'opposant résolument à ce que tu accèdes à sa demande. Et tu sais que tu t'y tiendras. Tu t'es déjà engagée, auprès d'un homme bon et droit. Tu ne peux aujourd'hui dénigrer ton serment pour quelques belles paroles, aussi bien tournées soient-elles. Et tellement évocatrices... Ton âme romantique se pâmait devant les récits d'enlèvement, devant ces hommes prêts à tout pour conquérir leur dulcinée. Et si, au fil de ton imagination, tu es parfois devenue la belle héroïne de l'histoire, jamais tu n'aurais osé y associer le duc de Sombreciel en personne... Ce duc auquel tu as renoncé. Contre ta paume fraîche, la sienne est chaude, brûlante et ce premier contact entre vous affole ton coeur et tes sens, fait disparaître toute feinte froideur, comme neige fondue au soleil. Mais avant que tu n'aies pu signifier ton refus, il continue et sa voix est si douce... Si rassurante... Le moindre de ses mots trouve en tes sentiments troublés une profonde résonance que tu imputes à l'amour, sans penser une seule seconde qu'une quelconque magie est à l'oeuvre.
Tu dois refuser.

Tu inclines la tête devant lui, respectueuse et touchée de l'aveu qu'il vient de te faire. Émue et bouleversée.
« J'en serais honorée votre Grâce. » Pas de mais. Rien de plus. L'objection que tu t'apprêtais à ajouter n'a pas franchi le seuil de ta pensée. Tu ne peux pas refuser. Tu ne peux pas dire non à ces yeux noirs qui flambent en te regardant, pas résister à cette voix... Soit. « Si tel est votre souhait, je serai votre épouse, que le Destin m'en soit témoin. » Oublié Anthim, oubliées tes hésitations et tes réticences. Seule compte la voix. La flamme.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 346
Je réside : au palais de Vivedune
Mon allégeance va : a Erebor

Registre
Âge du personnage: 25 ans
Titres:
Autres visages: Joséphine / Philippe / Hiémain (Le Roi Blanc)/ Augustus/ Ermengarde/ Lionel
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Ven 15 Fév - 13:57

Il y avait des choses que le duc héritier d'Erebor ne pouvait supporter, et la principale de ces choses était sans conteste Castiel Sombreflamme. De tout son être, Anthim ne pouvait le supporter, de ces manières fausses à son caractère complètement dérangé en passant par son visage hypocrite qu'il affichait peut être sans s'en rendre compte. Au début, l'Erebien n'avait rien contre lui, c'était Sombreflamme qui était venu le trouver la première fois, et sans doute depuis l'inimité régnait entre les deux hommes. Au fond, sans être foncièrement objectif, Anthim rejetait la faute sur Castiel, mais réellement, la source de leur haine pouvait paraître complètement inconnue, et elle l'était. Mais qu'importait puisque le résultait restait le même, ils se détestaient, rien de plus simple, ils n'appréciaient rien de l'autre, et le jeune homme le savait très bien. Alors le voir ici, dans la suite de sa fiancée avait le don de mettre Anthim dans une rage sourde, puisqu'il ne savait guère comment les choses allaient se passer. Il espérait quelque chose de simple, rien qui ne mette le doute dans quelconque histoire, ou qu'il se rétracte et ne prononce finalement rien que des banalités affligeantes. Il eut néanmoins la satisfaction de voir le sourire du Duc se faner. Celui qu'il aborda après cependant acheva les doutes de l'Erebien, convaincu que les choses ne se passeraient pas sans problème. C'était avec bien peu d'espoir sur l'idée de voir se finir cette entrevue dans les plus brefs délais que le duc héritier regarda cet homme détestable prendre la main d'Aliénor, comme si, et c'était sans surprise, Anthim n'était plus là, comme effacé. Et malgré le fait qu'il s'y attendait plus que de coutume, cette simple constatation jetait des braises encore plus ardentes dans le cœur du jeune homme. Il aurait pu briser ce lien, à l'instant, reprendre la main qui n'appartenait pas à ce fou, mais il n'avait pas pu bouger, encore moins lorsque les premiers mots de Sombreflamme franchir ses lèvres.

Les yeux écarquillés, le sang bouillonnant entre ses veines, Anthim n'avait envie que d'une chose, balancer ses poings dans le visage si sérieux de Castiel. Comment pouvait-il faire ça, là ? Comment pouvait-il se permettre un tel outrage ? Car c'était bien là le cœur du problème, il demandait une femme déjà promise, et ce devant le promis en question. Le mal fait était encore plus profond que tout ce qu'avait pu imaginer le jeune homme. A aucun moment il n'avait cru Sombreflamme aussi idiot pour proférer une telle chose, et pourtant... Anthim était une nouvelle fois près à intervenir, désireux de mettre fin à ce simulacre. Aliénor ne pouvait répondre oui à de telles avances de toutes façon. Mais il n'en fut rien, et c'est presque coupé dans son élan pour éloigner le Duc de sa fiancée que l'Erebien envoya un regard effaré à cette dernière. Que venait-elle de dire ? Anthim tremblait presque de tout son corps d'être autant humilié, de la sorte, devant Castiel Sombreflamme, instigateur de cette honte. Il resserra pourtant les doigts, il n'allait pas laisser cet outrage, ce n'était pas possible. Touché dans son honneur, Anthim ne pouvait pas... c'était trop.


« Comment osez vous dire ça Aliénor... Oubliez vous donc le serment que vous avez fait ? »


La voix du jeune homme était froide, dur, presque cassante, tranchante même. Il n'était absolument plus enclin à se laisser à la sympathie, il n'acceptait pas que l'on se moque de lui et d'Erebor. S'en fut même trop, Castiel avait fait déborder le vase et se tournant vers le cielsombrois, le saisit par le colle, les yeux flamboyant de rage.

« Je ne vous permettrez pas de m'humilier ainsi Castiel, vous allez trop loin ! »


Il n'était même plus question de récupérer Aliénor, il l'épouserait puisqu'ils en avaient fait le serment, devant le destin, elle ne pouvait briser cela. Non elle ne pouvait... il était ici question de rétablirai l'honneur bafoué que Sombreflamme c'était fait un plaisir de piétiner. Anthim était pourtant quelqu'un de calme et de réfléchis, mais il refusait de se laisser ainsi marcher dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Sam 16 Fév - 2:06

Elle accepte.
Tu sens ton cœur bondir et tes épaules se relâcher de cette nervosité qui les tendait. Elle accepte. Si tu tendais l'oreille, par-dessus les battements de ton cœur, tu entendrais un fort ronronnement de contentement dans la suite, un ronronnement qui capte l'attention de la petite suivante qui observe la scène en silence, une expression stupéfaite sur son visage, mais qui n'alerte personne. Ton autre main vient serrer la sienne et alors que tu vas la porter à tes lèvres, pour y déposer un doux baiser, Anthim élève la voix. Une voix froid et dure, une voix qu'il n'avait jusque là réservée qu'à toi. Tes doigts laissent ceux de ta désormais future épouse et tu relèves la tête pour regarder l'Erebien avec amusement. Il te prend subitement au col et tu te laisses faire, défiant sa colère de ton sourire et de ton propre regard frondeur. Tu as gagné. L'humiliation que tu viens de lui infliger est presque aussi douce que l'idée de savoir qu'Aliénor sera bientôt ton épouse, cette victoire que tu savoures pour le moment à peine et dans peu de temps pleinement. Tu as gagné. La poigne du duc héritier est forte et tu entends le ronronnement se muer en grondement de menace. Qu'il te lâche. Tu lui dis de s'apaiser. C'est à toi de régler ce... différend. Ton sourire s'étire encore plus et ta confiance devient presque arrogance, alors que l'atmosphère se réchauffe autour de vous :

« Elle a accepté, Anthim. » Ta voix est doucereuse. Elle a accepté devant le Destin et toi, d'Erebor, tu n'as plus rien. Tu dégages sa main du collet de ton habit, te recules et sors ton épée, que tu tiens sans trembler. « Ne me forcez pas. » À l'humilier encore plus, à le blesser. Parce que des deux, tu es encore celui le plus habile à l'épée. La seule qui peut peut-être en témoigner est Ariadne, sinon Césaire. Tu es pourtant sûr de gagner, dans un tel duel – que ce soit à la lame de ton épée ou à la chaleur du brasier qui brûle éternellement en toi. Et sinon... Laisse-le-moi. Une autre seconde et tu ranges ton arme, dont la pointe a effleuré le torse de ton rival. Ô tentation que celle de la planter dans son ventre... tu l'as déjà fait, après tout. Qu'est-ce qui t'en empêche?
Tout. La présence d'Aliénor, la puissance que tu as senti t'envahir et qui surpasse bien la violence que tu pourrais déchaîner sur l'Erebien, la douceur nouvelle à ton cœur. La victoire.
Tu Le sens se frotter contre ta jambe, sa forme claire et blanche te rassurant autant que celle noire et imposante. Tu reviens donc à la dame de Bohémont, devant laquelle tu t'inclines avant de rouvrir la porte... et de la prendre dans tes bras pour la porter. Et ton rire, ton sourire, toujours. « Puisse votre après-midi être agréable, Anthim. » Tu vas pour quitter, mais tu ajoutes quelque chose, finalement : « Oh, et puisqu'on y est. J'ai fait main mise sur Sinsarelle, à la frontière de nos royaumes. Je tenais à t'en informer de vive voix. »

Et tu pars avec Aliénor.
Les chevaux sont sellés, tout est prêt pour son départ – tu rassembleras ses effets restants plus tard, tu enverras sa suivante également après. Pour l'instant, il ne compte qu'elle et elle seule. Bientôt, elle sera ta femme, quand tu reviendras à Euphoria, bientôt elle sera tienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Mer 20 Fév - 14:29

Qu'as-tu fait ?
A peine les mots ont-ils passé tes lèvres que tu te figes, abasourdie. Tes lèvres demeurent entrouvertes en une expression incrédule. Viens-tu réellement d'accepter la demande vibrante du duc de Sombreciel, toi qui t'étais promis de respecter ton engagement ? Tu voudrais regretter. Sincèrement. Tu voudrais pouvoir dire que ce n'était qu'une erreur et que tu n'avais nullement l'intention d'accepter. Mais tu en es incapable. Parce que tu ne regrettes rien. Parce qu'aux battements impérieux de ton coeur est venue se joindre l'inexplicable certitude que tu as fait le bon choix. Et tu serais bien en peine d'expliquer d'où te vient cette assurance. Tu le sais, simplement, réchauffée par la flamme ardente qui brille dans les yeux de Castiel, résonne dans ses mots. Rien ne parvient à te faire douter, pas même le ton furieux de celui que tu viens de délaisser. Pas même l'empoignade entre les deux hommes qui te fait prendre conscience qu'il y a bien des différences entre les enlèvements romanesques et la réalité.
Et si l'un d'eux était blessé ? S'ils se battaient réellement ? Par ta faute...Ton inquiétude est palpable, pour l'un autant que pour l'autre. Car en dépit de tout, tu conserves pour Anthim une tendre affection. Nul doute qu'il en rirait, avec aigreur, si tu exprimais ce doux sentiment. Mais jamais, au grand jamais, tu ne voudrais que malheur lui arrive par ta faute, outre la cuisante humiliation que tu viens de lui infliger bien involontairement.

Un pas. Tu t'approches d'eux, sans trop savoir que faire. Tu ne t'interposeras pas, tu n'as pas ce courage, contrairement à tes héroïnes. Mais pour autant, tu ne peux les laisser s'entretuer. Tu hésites, n'osant pas exprimer tes craintes devant Castiel et soudainement la lame rejoint son fourreau tandis qu'il s'incline devant toi. Tes joues s’empourprent de le voir ainsi se courber devant toi, ton coeur s'affole alors qu'il te prend dans ses bras. Et sans écouter ses derniers mots, tu gardes tes prunelles vrillées sur le duc héritier d'Erebor, tentant de faire passer dans ce seul regard toutes les excuses que tu n'oses formuler à haute voix.
Tu t'en veux, oui. Mais tu ne regrettes rien.

Demain, tu seras de Sombreflamme.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 346
Je réside : au palais de Vivedune
Mon allégeance va : a Erebor

Registre
Âge du personnage: 25 ans
Titres:
Autres visages: Joséphine / Philippe / Hiémain (Le Roi Blanc)/ Augustus/ Ermengarde/ Lionel
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Jeu 21 Fév - 4:15

Qu'arrivait-il ?
Toute la situation c'était faite complètement incompréhensible. Tout échappait au duc héritier d'Erebor qui tremblait de rage en sachant pertinemment que rien de ce qu'il pourrait faire, en l'instant, ne changerait quelque chose. Il avait mal de se savoir humilié de la sorte et savait bien que dans les heures qui suivraient, tout le monde à la Cour et dans les huit duché seraient au courant qu'Anthim d'Erebor c'était fait volé sa fiancée par Castiel Sombreflamme. De quoi remonter les tensions entre les deux terres voisines. Car la raison du jeune Erebien se faisait de moins en moins forte comparée à la haine grandissante qui montait dans son cœur. Et le sourire mesquin presque non concerné du duc de Sombreciel n'aidait en rien à calmer. Pourquoi arrivait-il à tant surprendre que ça en devenait affligeant... Elle avait accepté oui... c'était bien ça le problème... la poigne d'Anthim se déserra, Castiel se dégagea et repris, l'air de rien, toujours de son air si innocent, comme si tout ceci ne le concernait que de loin, qu'il ne faisait ça que parce que c'était son droit... le droit de voler la femme d'un autre. Oh, l'Erebien aurait voulu réagir, reprendre de l'assurance, mais il l'avait perdu, échappé à l'instant même où Sombreflamme avait sorti son épée dont la pointe de la lame effleure légèrement son torse. Pendant une seconde, Anthim se demanda si Castiel n'allait pas le tuer, transpercer son cœur et s'en aller comme si tout ça n'avait été qu'un contretemps malheureux. Aussi, la seule chose qu'avait pu faire le jeune homme, c'était lancer un regard noir, serrer les poings et attendre le moment qui serait le meilleurs pour se venger d'un tel affront. Il ne savait pas quand encore, mais le jour viendrait.

Il ne pouvait rien faire, trop faible, trop humilié, la haine et la colère latente... Mais un instant, ces dernières se ravivent alors que Sombreflamme plante un dernier couteau dans la plaie béante qui vient déjà de tracer. Les choses ne pouvaient se révéler plus catastrophique. En un sens, la perte de Sinsarelle pour Erebor se trouvait être encore plus important maintenant aux yeux d'Anthim que la perte d'Aliénor. Elle avait fait son choix, pour lui, sinon une femme sans parole, elle n'était rien, plus rien. Et il ne pu lui retourner qu'un regard haineux à celui qu'elle même lança. Il était trop tôt encore pour l'Erebien de se rendre compte qu'il avait pour la jeune femme encore de l'affection, et c'était ce qui ferait mal... savoir que plus que tout, il souhaiterait vouloir la récupérer... mais cette option deviendrait bientôt impossible. Il n'eut pas le temps de répliquer quoique ce soit à Castiel, celui ci était déjà parti, sa future femme dans les bras... et Anthim, le regard vite s'assit sur le fauteuil, perdu... que pouvait-il faire oui ? Il n'avait qu'une envie, retourner à Erebor et déclarer une guerre sans merci à Sombreciel. Mais il n'était pas idiot à ce point, et même si l'envie était forte, il savait que son père le duc n'accepterait pas, et au fond, Anthim savait que ce n'était pas la solution.

Se levant, il sortit de la pièce, tombant face au garde qu'il avait placé là. C'était un de ses hommes, un Erebien. Lui faisant signe d'approcher, il lui murmura sombrement :


« Envoyez un message à mon père et annoncez lui mon retour prochain à Erebor. Il doit le savoir déjà mais confirmez lui que Sinsarelle n'est plus à nous, volé par Sombreciel. Et aussi, dites lui que bientôt Erebor fera secession.
-Mon Seigneur vous...
-Si j'en ai l'occasion, je l'annoncerais officiellement au mariage qui se prépare.
-Pourquoi pas avant ? Pourquoi attendre après le mariage pour partir ?
-Je suis contraint de rester ici encore. Maintenant dépêchez vous ! »

L'ordre avait presque été crié, impoli, la patience d'Anthim c'était d'un coup bloquée. La respiration lourde, il regarda l'homme s'en aller le pas rapide. Ça c'était fait. Il ne restait plus qu'à attendre, encore trop longtemps malheureusement, parmi les hypocrisies de la Cour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 346
Je réside : au palais de Vivedune
Mon allégeance va : a Erebor

Registre
Âge du personnage: 25 ans
Titres:
Autres visages: Joséphine / Philippe / Hiémain (Le Roi Blanc)/ Augustus/ Ermengarde/ Lionel
MessageSujet: Re: Un instant de folie   Jeu 21 Fév - 4:16

FINI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un instant de folie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un instant de folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Craquage démoniaque (là c'est de la folie) ;) nouveauté juillet
» Une belle folie!
» ** petit craquage avant ma folie à londres ^^ **
» folie d'un jour semi preciose + maj du 9.07
» reviens moi kalou (il est revenu )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Palais de Chimène :: Appartements-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche