Partagez | 
 

 A-t-on idée de faire peur comme ça ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 28 Jan - 15:31


A-t-on idée de faire peur comme ça ?

Les passe-murailles, c'est une expression, pas une réalité nom d'un sabre !


  • Noms des participants: Sigvald Nightingale & Sésana Mytorfin

  • Statut du sujet: Privé

  • Date: 23 août 802

  • Moment de la journée : Soirée

  • Saison 1, chapitre 5.



Dernière édition par Sésana Mytorfin le Mar 5 Fév - 15:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 28 Jan - 15:32

Tu t’es réveillée avec un mal de crâne impossible… un peu comme si une caravane marchande t’était passée entre les deux oreilles ou mieux… une armada de pirates ivres après des mois en mer. C’était pas la joie, la belle barre dans le front, tu te la payais, aussi avais-tu capitulé quand Lou-Ann et ses sœurs avaient surgi comme des furies dans ta chambre pour que tu leur fasses leur petit déjeuner… Même Noar compatissait et te jetait quelque chose qui ressemblait à un regard de pitié. Si même ton animal s’y mettait, où irais-tu ?!

Tu t’étais levée malgré tout, avait rassemblé ta tignasse que tu avais noué dans un bandeau noir. Tu regrettais souvent tes cheveux noirs. Tu avais encore du mal à te faire à tes cheveux blonds, les petites elles, bien entendu, avaient trouvé ça très chouette bien Freyja leur avait demandé de ne pas en parler. Elles n’avaient pas compris pourquoi mais au final, elles n’en avaient jamais parlé qu’entre elles ou avec leur père et mère.
Tu avais nourri les monstres et tu avais passé la journée avec ce mal de crâne atroce couplé au bruit de la taverne sous vos pieds. Tu avais accueilli le soir et le couché des petites avec enthousiasme et tu t’étais finalement écroulée sur ton lit, tes jupons en vrac, tes bottes à moitié retirées et tes cheveux en pagaille sur l’oreiller.
Suite à cela, tu avais sombré dans une semi conscience très agréable pour ta tête qui s’était progressivement calmée… Aussi, c’est à une heure tardive que tu t’es lancée dans tes propres occupations. Tu t’étais déchaussée, tu t’étais assise en tailleur sur ton lit, Noar réfugié dans le panier douillet que formaient tes jupes et la protection qu’offraient tes cheveux et tu avais saisi le livre près de ton lit. Freyja avait commencé à t’apprendre à lire et tu mettais un point d’honneur à tenter la chose toi-même quand tu étais seule. Tu mettais parfois très longtemps à décoder une page mais tu faisais des progrès mais pas seulement en lecture, en écriture aussi. Tu fus bien obligée d’arrêter très vite car ton mal de crâne revint au grand galop. Frustrée, tu n’avais réussi qu’à déchiffrer quelques lignes, tu avais donc reposé le livre avec hargne. Tu savais bien des choses pourtant… Tu pouvais survivre quelques jours dans le désert, différencier les plantes et savoir quand l’eau était bonne à boire mais ça, tu avais beaucoup de difficulté à apprendre.

- Par tous les mats pourrissants entre les dents du léviathan ! Tu venais de jurer suffisamment fort en te laissant tomber sur l’oreiller pour réveiller Freyja et sa famille, s’ils dormaient, mais rien n’était moins sûr…

Pire que tout, Noar semblait s’amuser de tes difficultés et il te le dit d’ailleurs à mi-mot. Tu avais toujours du mal avec ce mode de communication. Cela te semblait si étrange, tellement… dangereux, que tu en frissonnais encore. Tu devrais t’y faire, tu le sais mais la chose n’était pas simple. Tu t’installas mieux et le regardais avec la même curiosité et la même frayeur que le jour où il t’avait parlé pour la première fois.

- Je fais quoi moi si on découvre ce que tu es ? Tu soupirais. Tu n’avais pas encore bien assimilé ce qu’il était précisément, ni même l’intensité du lien qui se tissait entre vous au fil du temps. Tu n’avais même pas encore assimilé le fait que tu n’avais pas besoin de lui parler à voix haute. Tu n’avais pas parlé si fort que ça bien sûr. Trop risqué, pour toi… et pour tout le monde…

C’est là que quelqu’un… ou quelque chose déboula dans ta chambre. Le réflexe te vint d’attraper un couteau planqué sous ton oreiller mais rien… Tu avais l’impression d’avoir halluciné et pourtant…
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 4 Fév - 9:17

    Quelle vulgarité ! Je m'étonnes d'entendre sortir un flux de jurons inappropriés dans la bouche d'une demoiselle, et me cache un peu plus dans l'ombre de la pièce... A vrai dire, j'en oublie parfois que ma position ne change pas grand chose à ma visibilité, mais mes restes d'habitudes de vivant sont durs à effacer.
    Même si je n'avais pas en face de moi Sésana, auréolée dans son innocence touchante devant la magie qu'elle possède, je pourrais la sentir, irradier d'un attrait qui me vient de Dragonvale. Comme beaucoup de mages inexpérimentés, comme je l'étais moi-même, elle doute de son propre pouvoir, elle ne comprend pas qu'elle est spéciale, et que son don lui offre directement une place parmi les héritiers des dragons.

      - Que feras-tu si on découvre ce que TU es ? Je demande en écho, sortant de mon coin reclu, pour qu'elle puisse voir qu'il n'y a aucun danger dans ma présence. N'ai pas peur, je ne suis plus en état de te nuire, même si je le voulais.


    Une façon charmante de dire qu'un noble m'a transpercé de son épée, et que j'ai expiré mon dernier souffle dans les bras de ma soeur, que j'aime encore plus que tout au monde. N'est-ce pas un peu cruel de lui donner une réponse si évidemment mortelle à la question de son identité ?
    Je suis le fantôme du passé, du présent, du futur. Ma compagnie doit lui servir de morale, ou de conseil... Ou pas.
    Le but de ma visite n'est pas de l'effrayer et de la faire renier ses compétences, bien au contraire. Je veux qu'elle se rallie à notre cause, et mette sa force au service de la liberté des créatures qui nous ont offert ces particularités merveilleuses.

    Je m'avance d'un pas, guette sa réaction, puis approche encore. Elle ne fuit pas, semble-t-il. Peut-être l'ai-je intrigué ? Je peux tant lui apprendre, sans pourtant rien lui révéler. Elle connait déjà, au fond d'elle, la véritable signification de sa personnalité, et de son familier.

      - Comment s'appelle-t-il ? Poursuis-je en désignant l'animal qui siège à ses côtés. Mâle, femelle ? Difficile à définir. Le mien fut un faucun, dont les cris me hantent encore, comme des rappels glacés de l'horreur qu'est mon sort. Le mien se nommait Is.


    Un crépitement, au bout de mes doigts, réagit à la peine que provoquait son évocation. Is, c'était ainsi que je l'avais reconnu, juste avant de le perdre, alors que j'avais été auparavant aveugle à son soutien inébranlable.
    De petites paillettes glacées tombèrent de mes paumes sur le sol en y disparaissant aussitôt, telles des larmes entrainées par ce mot seul. Je maitrisais la glace, sans même m'en rendre compte, pendant des années... De quoi avait été honnorée celle que Dragonvale m'avait envoyé rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Mar 5 Fév - 5:09

La frustration, tu connaissais... mais te faire avoir par du papier et de l'encre, c'était quand même sacrément frustrant. Oui, apprendre à lire était très long, écrire aussi. Tu avais encore énormément de progrès à faire en la matière, il n'empêche, tu savais que ça n'était pas la peine aujourd'hui. Tu avais mal à la tête et rien n'y changerait rien. Pas même Noar qui semblait se fiche de toi en te regardant intensément. D'ailleurs, quand tu lui demandes ce qu'il adviendra si on découvrait ce qu'il était, tu ne t'attendais pas vraiment à une réponse puisque la réponse, tu la connaissais. On ne t'avait pas enseigné à te défendre pour rien. Tu étais en danger, tu le savais, Noar aussi sans doute mais très peu de gens savaient ce qui limitait considérablement les risques pour vous deux.
Quand tu entends l'écho de ta question provenant d'une voix masculine, tu sais que tu n'as pas rêvé. Il y avait bel et bien quelqu'un mais malgré toutes tes lames, l'importun n'était qu'un... fantôme. Ton visiteur était un fantôme. Parfait... manquait plus que ça à ton palmarès pour t'inquiéter un peu plus. Tu aurais bien juré mais rien ne te vint, tu avais le sifflet coupé mais provisoirement seulement.

- Oui, ça merci, j'ai vu, j'ai encore des yeux que je sache. Du calme... Tu sais que tout ça ne t'avancera pas mais tu ne peux pas t'empêcher de fulminer. Par tous les krakens... un fantôme, il ne te manquait plus que ça. Presque personne ne sait, je ne risque pas grand chose. Tu t'en es presque convaincue, il n'empêche que tu n'es quand même pas pleinement sereine à Lorgol.

Tu ne savais pas comment il était mort et tu ne voulais pas le savoir. Tout un tas de gens y passaient et tu le savais, pas la peine d'en apprendre plus sur son cas, ça ne t'aiderait sans doute pas à trouver le sommeil et c'est ça qui t'inquiétait dans l'immédiat. Oui, pas très altruiste comme réaction... Mais, il avait éveillé ma curiosité par sa seule présence. On ne voit pas des fantômes tous les jours. Quand bien même, je ne voyais pas comment il pourrait me faire quelque chose. Il était mort.
Tu étais quand même surprise par la question même s'il avait l'air de savoir pas mal de choses sur ton compte. Savoir que tu n'étais pas la seule a avoir un animal n'était pas surprenant, beaucoup de gens avaient des animaux de compagnie après tout. Mais tu avais l'intuition que la question n'était pas anodine. Apprendre que le sien était mort te fit un peu mal au cœur car quelque part, tu aimais beaucoup Noar même si vous ne vous étiez pas encore totalement apprivoisé l'un et l'autre.

- Il s'appelle Noar. Enfin je crois. Tu n'étais jamais sûre d'avoir bien saisi mais il n'avait jamais réagi qu'à ce nom alors tu avais dû bien comprendre les choses.

Tu remarquais seulement après coup que de la glace jonchait le plancher de ta chambre. Un mage mort... un fantôme de mage... Tu savais si peu de choses sur tout ça. Tu avais entendu parler de Dragonvale bien sûr, comme tout le monde bien que tu préférais ne pas y penser, c'était bien plus sûr pour toi et tes proches, mais tu n'avais jamais rencontré réellement d'autres mages. C'était perturbant. Il n'avait pas été dur de deviner ce qu'il était. Personne ne produit de la glace par sa seule volonté, personne de normal du moins. Mais personne de normal ne provoquait le silence.

- Is ? Court et joli. Voilà que tu discutais avec un fantôme... Comment sais... savez-vous ce que je suis ? Le retour de la méfiance car précisément... Peu de gens savaient et tu avais une confiance aveugle envers Freyja et sa famille. Personne n'aurait rien dit.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Dim 10 Fév - 15:12

    Je souris en voyant la nervosité de mon interlocutrice. Elle est courageuse, mais elle parle avec son familier pour se rassurer, ne comprenant pas peut-être à quel point ce geste révèle qu'elle est prête, déjà, à assumer sa nature. Je l'observe, je me souviens de ce ressentiment.
    Elle a su trouver le courage que je n'avais pas, étant vivant. En effet, j'avais repoussé Is jusqu'au bout, jusqu'à ce que sa présence, sa voix en harmonie avec la mienne, devienne inévitable, devienne évidence. Et il avait disparu en même temps que mon corps. Je le regrettes souvent, il me manque comme s'il m'avait volé une partie de mon âme, en s'en allant. Cette partie qui faisait de moi un être à part, capable d'un pouvoir dont j'ignorais l'origine et les effets.

      - Ne risques-tu pas de te perdre, à force de trop te cacher ? Répondis-je avec malice. La menace ne vient pas toujours des autres, le danger, pour elle, viendrait peut-être de l'étouffement à ne pas se révéler, à ne jamais pouvoir être entière devant personne. Noar, c'est un joli nom aussi.


    Je fixes l'animal, l'évaluant discrètement. Noar est en effet une appelation qui résonne bien avec le sien, et elle seule, surement, entend le sens profond qu'il y a derrière ce patronyme. Elle lui a donné, elle l'a approuvé, inconsciemment, parce qu'il est elle et elle est lui. Complémentaires. Si seulement elle savait à quel point... Je l'ai vu frémir à l'évocation de la mort d'Is, preuve qu'elle pressent déjà ce lien ténu, douloureusement destructible pourtant, entre eux.

      - N'as-tu pas su ce que j'étais, dès que tes yeux se sont posés sur moi ? Je m'approche encore, réduisant les distances propres à la méfiance, pour doucement m'insinuer dans son cercle de confiance. Je devine de la même manière. Je marque une pause, guettant sa réaction, avec une sorte d'amusement. J'ai passé beaucoup de temps à Dragonvale, et mes sens ont été plus habitués à percevoir la magie et ceux qui la possèdent.


    Finalement, ma dernière phrase est plus sérieuse, plus avenante. Je ne veux pas qu'elle puisse penser que je me moque d'elle, en lui parlant en énigmes. Au contraire, je suis peut-être l'un des seuls avec qui elle peut parler ouvertement, dire la vérité clairement telle qu'elle est, avec son langage cru, sans secrets, sans sous entendus. Elle a surement ouï la réputation de l'académie, même si elle est probablement étonnée de savoir que les mages y circulent librement. L'idée de s'y rendre la bouscule probablement, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 11 Fév - 11:24

Noar était pour toi une sorte de réconfort. Vous aviez mis un moment tous les deux à vous apprivoiser. Tu avais cru dans un premier temps qu'il n'était qu'un animal mais il t'avait donné son nom un jour et malgré le fait que tu avais très bien compris. Il était compliqué pour toi d'accepter la situation. On avait beau dire, avoir un animal qui vous comprenez aussi bien, c'était pas banal. Tu avais compris que ça n'était pas qu'une bête et tu ne savais pourquoi, tu avais interdit aux petites d'en parler. Tu avais constaté que Noar était capable de se débrouiller seul mais tu avais préféré ne pas tenter le Destin ou la Fatalité.

- Je ne me cache pas ! Pas vraiment... Ma famille le sait, ça me suffit, ils ne me trahiront jamais. Conviction sans borne. Tu savais que jamais Freyja, Philippe, ni même les petites n'en parleraient. Une foi aveugle, presque dangereuse peut-être. C'est le sien, j'ai pas vraiment choisi j'crois.

Il y avait quand même quelque chose de tr!s bizarre dans cette conversation. Tu n'arrivais pas à te faire à l'idée que tu parlais avec le fantôme d'un mage. C'était complètement... Au dessus de ce que ton imagination pouvait encaisser et pourtant, il était là, il était bien là. Il discutait avec toi, il te parlait de magie et de ton animal.

- Wao wao ! Garde tes distances quand même. J'ai vu de la glace sur mon plancher, j'ai pas envie de finir gelée, tu seras sympa. Tu réfléchis un instant quand même. Tu n'as pas vraiment reculer mais tu as quand même réussi à maintenir une certaine distance entre vous deux. Son truc à lui est quand même nettement plus sympa que le tien. Imposer le silence... À quoi ça peut bien servir franchement ? Dragonvale hein ? Ce truc existe vraiment ? Oui, parfois, t'es pas franchement dégourdie. Tu en as entendu parler mais pour toi, c'était juste une grosse blague à moitié drôle.

Tu reprends un peu tes esprits, tu essaies de mettre les morceaux ensemble. Tu as soudain peur d'être obligée d'y aller, de devoir quitter ta famille, ta maison, les tiens. Les personnes qui te sont les plus précieuses au monde. On ne peut pas te faire ça. Tu as besoin d'eux et ils ont besoin de toi.

- Minute ! J'veux pas quitter les miens moi. On a besoin de moi ici. Y a pas moyen... j'sais pas, faire quelque chose ? Nan parce que bon, c'est bien gentil de me dire que tout baigne dans l'huile. C'était quoi cette expression d'ailleurs... Totalement ridicule. L'huile, c'était gras, ça fait des taches immondes puis à l'occasion, ça peutt prendre feu. Mais mine de rien, j'sais pas si t'es au courant mais ton état de mort me rassure pas vraiment sur ma condition. J'suis pas très à l'aise dans mes jupes là. On leur fera quoi si on apprend que j'étais mage, magicienne ou je sais pas quoi, qu'ils le savaient et qu'ils ont rien dit ?

Bon, c'est vrai que l'idée d'en apprendre plus ou tout du moins d'éviter d'imposer le silence te tentait mais il y avait Freyja, Philippe, les petites... Qui les garderait ? Qui leur ferait leurs plats préférés ? Qui leur préparerait leur biscuit à la confiture et... Tu n'avais aucune envie de les abandonner. Vraiment aucune malgré toutes les promesses qu'on pourrait te faire. Si tu n'étais pas sûre qu'ils étaient en sécurité, en réelle sécurité et que tu finirais par les revoir très vite et bien il était hors de question que tu quittes cette chambre.
Y avait pas moyen d'apprendre autrement ? Bon, sans réussir à lire vraiment très bien, ce serait compliqué, il fallait bien l'admettre.

- Et toi ? Tu peux pas m'apprendre deux ou trois choses histoire de m'éviter d'abandonner les miens ?

Opportuniste ? Non, pour une fois, tu réfléchissais vraiment et pas trop mal. Du moins, c'était l'impression que tu avais.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Dim 17 Fév - 23:19

    Elle n'arrête pas de parler, de poser des questions, et d'y répondre elle même presque aussi rapidement, trahissant surement ainsi sa nervosité. J'attends patiemment qu'elle finisse son monologue, pour prendre la parole, restant stoïquement à ma place, amusé qu'elle ait perçu mon stratagème pour me rapprocher discrètement.
    Heureusement, elle ne rejette pas tout en bloc, ne niant ni ma présence, ni ses pouvoirs... Il va juste falloir qu'elle s'y habitue, et me fasse confiance. Pour ce dernier point, je crois que j'ai fait du bon travail. Elle semble réellement intéressée par ce que je peux lui apprendre, même si, bien sur, le fait que je sois mort entoure mes conseils d'un doute naturel.

      - Premièrement, tu ne crains rien tant que je ne décide pas de te changer en stalactite, je sais contrôler mes dons... Je la rassures, avec un sourire taquin. Il n'y a aucune raison pour que je veuille cela, n'est-ce pas ?


    C'est plus fort que moi, sa méfiance est trop facile, pour que je ne m'en moque pas gentiment... C'est une façon de lui faire comprendre que si j'avais voulu lui faire du mal, ce serait déjà fait, et je ne lui aurais pas laissé mot au chapitre. J'espère que cette pointe d'humour ne la rendra pas plus distante encore.

      - Dragonvale existe, oui, et beaucoup de jeunes gens comme toi nous rejoignent, par peur d'Augustus, ou tout simplement pour apprendre. Je marque une pause, pour lui laisser le temps d'assimiler, et observer ses réactions. Elle sait ce qu'elle risque, et pourtant, elle craint plus pour sa famille, complices involontaires, que pour elle même. Ils risquent de partager ton sort, comme ils ont partagé ton secret.


    Je veux lui dire que Dragonvale est un endroit sûr pour se cacher, mais une étrange impression, sournoise, me retient. Les murs de l'académie me semblent de bien beaux barreaux de prison, parfois. Comment puis-je condamner une demoiselle à s'y enfermer, de son plein gré ?
    Quelque chose me dit que les chemins vers la liberté sont bien sinueux, et sombres. Font-ils passer par la captivité, pour aider à comprendre et appréhender l'étendue de ce cadeau ?

      - Je peux juste te faire comprendre que tu n'es pas seule, et que je viendrai te trouver, si tu en ressentais le besoin. Ma voix est calme, posée, sérieuse. Je promet des choses que je ne sais pas toujours possibles. Qui sait ce qui se produira demain ? Peut-être se débrouillera-t-elle mieux par elle-même, qu'encombrée de responsabilités par Chimène d'Arven... Je ne peux que subir ce poids qui m'est imposé par mon état. Sache que ma mort n'a rien à voir avec ma nature de mage. J'ai été tué pour des valeurs, celles que tu défends aussi, je pense. Prend garde néanmoins à être discrète, n'use de ta magie que si tu en as absolument besoin.


    Je perçois l'attente qui émane de plus hautes autorités : je dois retourner à d'autres missions, le temps presse, le destin est en marche. Sésana a fait le choix de ne pas me suivre, je le sais sans même avoir à l'interroger.
    Je salues poliment la demoiselle d'un signe du menton, mon regard glissant sur son familier pour lui prodiguer aussi mes meilleurs voeux... Nous nous reverrons, je n'en doute pas. Je crains que ce fusse, cependant, dans de moins tranquilles circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 18 Fév - 3:41

Pas que tu n’avais pas confiance mais pas tout à fait quand même. Tu ne le connaissais pas. Ta méfiance pouvait se comprendre. D’autant que vraiment, son état de fantôme ne te rassurait vraiment pas du tout bien que la chance ne semblait pas gêné Noar outre mesure. Cet animal te surprendrait toujours plus.
N’empêche que ce petit malin pouvait quand même te changer en glaçon si l’envie lui en prenait. Il ne semblait pas décidé et c’était tant mieux.

- On dirait que tu peux pas t’empêcher de vouloir me faire peur. C’est plus fort que toi. Si seulement tu savais que tu t’adressais à un Nightingale…

Pourtant, tu restais là, tu voulais tes réponses, glaçon ou pas glaçon ! Fantôme ou pas fantôme… Impatiente, tu écoutais. Dragonvale… ce truc existait donc vraiment. Si tu avais vraiment peur d’être découverte, tu ne pouvais cependant pas abandonner les tiens sous prétexte que tu voulais sauver ta peau.
Ils risquaient autant que toi mais… égoïstement peut-être, tu n’avais pas envie de t’éloigner d’eux. Tu ne parlerais avec Freyja, au cas où, tu ferais profil bas aussi s’il le fallait mais tu ne prendrais pas une telle décision sans son avis. Cependant, la connaissant, tu te doutais à moitié qu’elle y avait déjà pensé, elle t’aurait renvoyé à l’Archipel sinon.

Savoir que tu n’es pas seule, tu t’en doutais, savoir que quelqu’un peu venir t’aider, plutôt rassurant même si tu ne le reconnaîtrais pas. Tu ne savais pas trop s’il serait utile mais au moins, si tu voulais discuter de ça avec quelqu’un, il y avait une possibilité pour toi. Le ferais-tu ? C’était une autre question.

- Pas de risques que j’en use, je sais pas comment faire. T’en as de bonnes toi.

Tu le regardes te saluer et soudain, à sa façon de faire, tu te doutes que tu t’es sûrement adressé à un noble comme si tu discutais avec une serveuse de la taverne. Tu te mords la lèvre. Oui, ton langage laisse à désirer mais quand même, tu fais des efforts en général, un peu, quand tu sais qui ils sont bien qu’avec Louis et Laurent, tu n’y fasses jamais très attention.
Trop tard pour t’excuser, qu’à cela ne tienne. Ça n’était certainement pas la seule fois que tu le verrais. En attendant, ton mal de tête cognait dur et tu laissais donc tout tomber pour ce soir, te mettant à ton aise pour te glisser dans les draps, Noar par-dessus ta tête.

Tu parles d’un monde…
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   Lun 18 Fév - 3:42

RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A-t-on idée de faire peur comme ça ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

A-t-on idée de faire peur comme ça ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» peur de la listériose
» Ados trop maigres
» Faire peur a un chat sur GTA
» lorsqu une voyante vous dit la véritée cela peut faire peur
» A faire peur: le jeu de la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Hors-Jeu :: Archive rp-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche