Partagez | 
 

 Jupons et jurons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Jupons et jurons   Mar 29 Jan - 12:40


Jupons et jurons

Ou comment faire tomber un homme


  • Noms des participants: Joséphine Siguardent & Ayden Revrec

  • Statut du sujet: Privé

  • Date: 25 août 802

  • Moment de la journée : Fin de soirée

  • Saison 1, chapitre 5.



Dernière édition par Ayden Revrec le Mar 5 Fév - 15:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Mar 29 Jan - 12:40

La journée a été longue, trop longue. Et toujours cette absence de nouvelles concernant mon frère. Pour la première fois depuis très longtemps, j’avais des envies de liberté, de fuite sans précédent. Si j’écoutais mes désirs, je fuirais loin de tout ça mais il y avait des gens que j’aimais ici et je ne pouvais pas recommencer à fuir encore comme je l’avais fait voilà plus de dix ans maintenant.
Pour soulager cette envie de liberté douloureuse, pas de vol cette fois mais une course éperdue sur les toits de Lorgol. Accéder à l’inaccessible… Grimper, bondir, me raccrocher de justesse aux murs en m’écorchant les mains et les bras. La sensation était provisoire mais profondément salutaire pour mon esprit coincer ici. Assis sur le muret adjacent à ma maison et adossé au mur, je regardais le ciel, mon cœur se calmant petit à petit de ce que je lui avais fait endurer. J’avais pourtant fait ce qu’il fallait ces derniers jours pour faire taire encore un peu ce sentiment qui m’avait poussé à courir sur les toits. J’avais même poussé jusqu’au duo avec Perle pour reprendre des habitudes depuis longtemps perdues. Coopérer n’était pas ma force et ne l’avait jamais été.

Mes mains et mes bras pouvaient bien être écorchés, ça ne me tourmentait pas. J’avais l’habitude avec les chevaux et plus d’une fois, j’avais pris des mauvais coups de sabots. Mieux, je m’étais déjà brûlé à de nombreuses reprises avec les fers encore brûlants. Alors ce que je m’étais fait en jouant aux acrobates, ça n’était rien, rien du tout.
Le plus important, c’était que je respirais enfin. Je ne m’étais pas senti aussi bien depuis des semaines. J’étais calmé. J’ignorais ce qui pouvait bien me tourmenter mais il y avait quelque chose. Je ne savais juste pas quoi. L’absence de nouvelles concernant mon frère ne pouvait pas suffire à me mettre dans cet état puisque je n’avais eu aucune nouvelle de lui pendant des années et la chose ne m’avait posé aucun problème. Ça ne pouvait être Ariadne non plus. Je ne la connaissais pas pour ainsi dire.
Non, vraiment, je ne voyais pas ce qui pouvait me préoccuper au point que je me sente coincé et oppressé à ce point.

Je me couchais finalement sur le muret, mains sous la tête pour un minimum de confort. Je devais être particulièrement sale ou du moins recouvert d’une bonne couche de poussière. Je m’en moquais pas mal. Je n’étais pas vraiment homme à me soucier de mon apparence. Quant à ce que l’on pensait de moi… tout dépendait. Parfois, la remarque que m’avait faite Melsant me titillait encore. Il fallait vraiment ne pas être originaire de Bellifère pour balancer ce genre d’insanité au visage de son meilleur ami… De quel droit… Il l’avait, c’est vrai mais j’avais été froissé, il fallait bien l’admettre.
Je soupirais, qu’y pouvais-je bien si j’étais loin d’être à l’aise avec une femme ? Elles m’intimidaient quand elles prenaient les devant et moi, j’étais incapable de m’imposer. Il fallait juste que je me fasse une raison et que je remédie à tout ça. Je ne comptais pas finir seul, bien loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Jeu 31 Jan - 12:58

Ton regard clair se perd dans le ciel bleu noir de l'été. Un sourire tel que tu les affiche toujours se remarque sur tes fines lèvres. Tu souris toujours, du moins tu essais. Tu n'aimes pas les regards malheureux, les visages fermés et froid, tu n'aimais pas non plus les cachoteries. Alors toi tu gardes le sourire, et si rien ne va, tu le dis, tu le montre. Tu as toujours été une personne expressive, et même forte, si l'envie de crier et de pleurer te prenais, alors tu ne te cachais pas, ce n'était pas dans ta nature. Forte, douce et sincère. Et on le voyait lorsqu'on croisait ton beau regard. Mais tu n'étais pas femme à passer pour une idiote, tu ne te laissais faire et n'acceptais pas n'importe quoi. Douce mais pas fragile, tu étais une assassin, une disciple de la main de la nuit, et même lorsque tu te baladais tranquillement l'air de rien dans Lorgol comme aujourd'hui, une dague était pourtant bien cachée entre les ourlets de ta robe. Et il ne fallait pas croire que tu ne savais t'en servir, sinon tu n'hésitais pas à le démontrer. Cependant, tu ne voyais pas l'intérêt d'infliger la violence sans raison et par simple plaisir. Cette acte était fort en soit, tu n'avais pas envie de te salir les mains à chaque fois même si tu ne peux contredire le fait que tu adores cette sensation de jouissance lorsque le sang te coule entre les doigts. Sombreciel flotte dans ton cœur comme la page d'un livre trop vite refermé et dont l'histoire te manque. Ta vie avant aussi. Lorsque toute la famille était réuni, lorsque toi, servante adorée était considérée comme l'une des filles. C'était le temps passé.

Tes pas te mène dans Lorgol oui, tu avais envie de plein de chose, profiter du soleil, de la chaleur, mais une chose te faisais encore plus envie, une chose que tu ne pouvais avouer à haute voix de la sorte et que tu préférais garder pour toi pour l'instant. Les plaisirs étaient la meilleur drogue de Sombreciel, et il te manquais en ce moment ton plaisir à toi. Oui il n'était question de substance, d'alcool, mais de chose bien plus brulantes, bien plus folle et bien plus corporelles. Mais là encore, tu préfères garder pour toi ces pensées qui te font pourtant bien sourire. Tu n'envisageais pas de trouver ce que tu voulais, mais l'espoir te portais un peu, et il y avait sans doute possibilité pour que tu trouve la perle rare de la journée. Encore que, le destin n'était jamais prévisible.

Au détour d'un chemin, tu longes un petit mur d'où les toits des habitations sont proches si bien que si l'on gravissait cet obstacle, il était facile de visiter ce quartier par les hauteurs. Un sourire plus marqué s'arrache de tes lèvres quand tu vois un jeune homme couché là dessus, sa tête reposant sur ses bras repliés derrière sa nuque. D'où tu es, tu ne peux bien voir son visage, alors doucement tu demande, espérant qu'il relève la tête :

« La vue est belle de la haut ? »

Taquine, tu lui accorde un regard amusé. Pourtant, tu remarques les coudes écorchés et tu te questionnes alors si ce garçon ne s'était pas plus blessé. C'était un peu l'instinct maternelle en toi qui se réveillait alors qu'encore tu n'avais jamais porté en toi d'enfant. Mais Svanhild te faisait confiance pour s'occuper de sa fille, tu adorais tellement cette petite. Sans te départir de ton sourire, tu continue :

« Tout va bien ? »


Dernière édition par Joséphine Siguardent le Dim 3 Fév - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Ven 1 Fév - 14:34

Perdu dans mes pensées, mes considérations quant à mon incapacité notoire à réagir normalement face à une femme, je ne me souciais que peu de ce qui se passait autour de moi. Il n’y avait rien à voler dans mes poches. Même si Perle passait par là, ma bourse ne risquait rien puisque je n’avais pas un fleuron sur moi.

La nuit était belle, je n’avais pas vraiment envie de me soucier de tout ça. Je m’étais dépensé autant que mon corps me l’avait permis et j’étais bien. Dans une espèce de doux cocons, je me sentais à nouveau libre et entier. Si mes bras, mes coudes et mes paumes étaient écorchés, je n’en avais que faire. Je ne manquais pas de griffures ou de plaies en tout genre, toutes superficielles.
C’est là que mon attention est détournée… Une question, question qui me surprend et venue d’une voix inconnue qui plus est. Intrigué, je relève la tête et la tourne un peu en m’aidant de mes mains pour finalement prendre appui sur un coude.

« Oui, il faut pouvoir apprécier une belle nuit, mais la vue est toujours plus belle en hauteur. » J’ai répondu sans réfléchir, comme souvent bien que ce genre de situations soit assez rare. Je finis par m’adosser au mur alors qu’elle pose une nouvelle question. Je me rends à peine compte que j’ai les cheveux emmêlés au possible et que je suis recouvert de poussières. « Oui, on ne peut mieux et toi ? » La vraie question que j’allais poser était… Oui, on ne peut mieux, pourquoi ? Mais je savais que ça n’était pas vraiment poli. Et si la politesse ne m’échappait pas, je n’étais quand même pas le roi de la distinction.
J’étais maréchal ferrant, les chiffres, c’était mon affaire mais pour le reste. Mon éducation se limitait là. J’étais déjà pas mal loti d’en savoir autant et de pouvoir exercer mon métier seul.

« C’est pas très prudent de se balader si tard le soir, et toute seule. Ça va aller pour rentrer ? » Je n’étais pas non plus un combattant hors pair. J’en étais même bien loin mais j’aurais été véritablement crétin de ne pas m’assurer de ça. Ne me restait qu’à prier la Fatalité pour qu’elle ne m’épargne une escorte. Si j’avais été si mal vu à Bellifère, ça n’était pas pour rien. Je ne savais toujours pas quoi faire du sabre que m’avait offert cette Freyja de Brunante. Une trop belle facture pour un homme comme moi. Je ne ferais pas honneur à cette arme. J’avais même pensé la lui rapporter mais quelque chose me disait que rendre un tel cadeau serait franchement mal vu. Et je ne doutais pas non plus une seule seconde que la femme qui m’avait offert cette arme savait s’en servir bien mieux que je ne pourrais jamais.

Dans toute cette histoire… l’ironie, c’était qu’en face de moi se trouvait la personne qui tapait au plus haut point sur le système de Perle. Si j’avais su et que j’étais mesquin, j’aurais pu dire qu’il n’y avait décidément pas de justice. J’aurais pu m’amuser un peu avec un petit face à face.
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Dim 3 Fév - 10:59

Il ne semblait pas t'avoir vu non, ni même s'était attendu à ce que quelqu'un l'interrompe dans sa contemplation du ciel nocturne. Toi même tu aurais pu vouloir te perdre dans les infinités cosmique et la beauté des étoiles, mais ce n'est malheureusement plus ton passe temps du moment et tu regrettes un peu cette époque où toi et ce cher Melsant vous vous couchiez dans l'herbe fraiche, couvert par le ciel clair de Sombreciel. Un amour lointain qui n'était plus. Il te manquait, tout comme la famille Séverac te manquais, et aussi ton duché d'origine. Et puis l'inquiétude te repris, tu te rappelas le sort affreux de Melisende, tu pleures pour elle, tu es malheureuse de la savoir enfermée dans les donjons du palais. Mais tu ne peux rien faire, strictement rien, et même avec Mélusine, tu as peur de ne pas pouvoir aider sa jumelle. Si seulement tu avais pu prendre sa place. Un pincement au cœur t'étreint, tu ne peux refouler un soupire mais tu relèves vers le jeune homme un visage victorieux dénué de tristesse. Non tu garderas ton sourire, et tu ne laisseras pas une belle nuit comme celle ci gâchée par des pensées vagabondes qui auraient lieu d'être plus tard. Le passé était ce qu'il était, il fallait maintenant vivre le présent et attendre l'avenir. C'était l'ordre des choses.

« C'est vrai, la nuit est chose appréciable. »

Le jeune homme te retourne ta question, peut-être un peu trop précipitamment pour être naturelle, mais tu laisses passer, après tout tu ne le connais de nul part et si il souhaite parler de manière assez particulière, c'était lui que ça regardait. Et puis tu avais l'habitude de ce langage un peu farouche, peu retenu des enfants du peuple, c'était ta façon de parler, mais tu n'en usais pas si souvent, puisque tu préférais ne pas faire preuve d'une langue châtiée devant tes maitres. Perle trouverait quelque chose encore à redire sur ta conduite. Cette petite peste te désespérais au plus haut point.

« Il me semble que je vais bien. »

Tu lui adresses de nouveau un sourire taquin, tu as bien envie de t'amuser, même gentiment. Ce garçon ne semble pas être méchant, et tu sens au fond de lui comme une petite gène en ta présence. Tu ne saurais dire pourquoi mais pour ça tu attends de voir. Vous ne vous connaissez pas, mais vous aviez le temps pour ça, rien ne pressait non ? Quoique peut être pas. Tout dépendait de la patience de chacun non ?

Tu hausses les épaules lorsque le jeune homme s'étonne de te voir seule dehors en pleine nuit. Si il savait que tu ne craignais pas d'attaque et que c'était plutôt aux autres de s'en faire. Tu étais réputé dans la main de la nuit pour être l'une des plus rapides à trancher la gorge, c'était d'une facilité pour toi que tu t'en étonnais encore. Tu ne comptais pas tuer, mais la menace était souvent bien suffisante pour éloigner quelconques soulards ou lourdauds de bas étages. Se voir avec une lame bien aiguisé posé dans leur cou et les hommes avaient tout de suite tendance à marcher droit.

« Devrais-je craindre quelque chose selon toi ? Tu commences à t'approcher de lui, don tu ignores encore le nom, pour te retrouver proche, presque comme si ton souffle murmurait à ses lèvres. Ne serais-je pas moi même à craindre ? »

Tu t'éclipses doucement de son champ de vision pour revenir derrière lui, ton sourire un peu carnassier que tu venais de lui adresser c'était changé en quelque chose de plus moqueur mais de gentil. Tu n'avais rien contre lui, tu venais juste de t'amuser un peu, et finalement, tu le remerciais de s'inquiéter pour toi.

« Merci mais ne t'en fait pas. Tu t'appelles ? »

Tu es curieuse de savoir le nom de ce jeune garçon soucieux de voir une femme trainer seule dans les rues la nuit. Mais toutes les femmes ne sont pas à protéger, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Mar 5 Fév - 1:10

Quand l'envie furieuse de liberté m'avait prise, je n'avais pas pensé un seul instant que quelqu'un interromprait ma contemplation du voile de la nuit. J'étais le genre de type qui assurait mal ses arrières sauf quand il s'agissait de voler mon prochain. Pas d'honneur parmi les voleurs ou alors, très très peu. Il ne fallait pas se leurrer, je m'enrichissais sur le dos des autres et cela me suffisait amplement.
Je devais bien reconnaître que pourtant, mes propres valeurs avaient changé. Je volais désormais tous ceux qui avaient des fleurons en poches sans prendre forcément la peine de savoir s'ils étaient pour ou contre notre Tyran en chef. Je continuais de voler les papiers importants pour faire enrager les partisans de notre cher Empereur. J'étais plutôt fier de moi sur le sujet. J'évitais juste d'impliquer d'autres gens dans mes prises de risques. Si je me jouais un peur trop du Destin ou de la Fatalité, je ne doutais pas du retour de bâton qu'il m'en coûterait. Mais jusqu'à maintenant, la Chance et l'adresse m'en soit témoin, je m'en sortais plutôt bien à l'exception de quelques personnes qui m'avaient découvert.

Mais cette femme, elle était loin de se douter à quelle point la nuit m'était appréciable, salutaire et salvatrice. Si la nuit avait eu un quelconque pouvoir, je l'aurais volontiers remerciée. « Appréciable est un mot trop faible mais oui. »

J'avais l'impression qu'elle parlait trop bien ou alors je jugeais mal mais je n'étais pas de ceux dont l'instruction avait été une priorité et j'étais déjà bienheureux de pouvoir mettre le bec dans l'eau de ceux qui croyaient me berner quand il s'agissait de mes fonds personnels. Je n'étais pas bien riche mais j'avais de quoi vivre tranquillement. C'était loin d'être le cas de tout le monde.

Je souris de toutes mes dents quand elle dit qu'elle allait bien. J'en étais ravi. Du moins si on veut. J'étais quand même un peu farouche avec les étrangers. Si j'avais confiance en Melsant et en Perle, la chose s'arrêtait à eux et eux seuls. Bon, il y avait aussi Ariadne mais on ne pouvait pas parler de confiance dans ce cas, juste d'une envie de montrer le monde sous un angle différent. Le monde n'avait pas qu'un côté. C'était ni blanc ni noir non plus d'ailleurs. Parfois, il suffisait de se pencher un peu. J'enviais d'ailleurs Perle et son habitude agaçante d'être d'humeur égale sauf lorsque cette Joséphine arrivait sur le tapis. Un bon moyen de l'agacer bien que pas très loyal, je devais bien l'admettre. Mais soyons lucide, la vengeance était justifiée.

Je ne savais pas si elle avait vraiment quelque chose à craindre mais des imbéciles bourrés, tels que moi à l'occasion, bien que franchement pas dangereux vu mon inaptitude innée avec les femmes, ça courait le pavé. « Va savoir, on est jamais sûr de rien.... » Je ne m'attendais pas franchement à ce qu'elle se rapproche, aussi et fatalement, je faillis tomber bien lourdement sur le sol, heureusement que mon équilibre était plus que bon... Je mis un moment à répondre et de façon plutôt gauche. « Comme j'ai dit, on est jamais sûr de rien. »

Je pensais en avoir fini mais j'en fus pour mes frais, c'est derrière moi qu'elle se mit. Aussi, quand elle parla, je chutais pour de bon en bas de mon muret, incapable de donner une réponse directement. Voilà qui était une façon bien rude de revenir tout droit sur la terre ferme. Il me fallut cette fois quelques secondes, toujours sur le sol un peu trop dur à mon goût pour répondre. Les femmes... « Ay... den. » Brillant... Imbécile !
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Lun 11 Fév - 13:50

Tu souris encore une fois, les lumières lointaines des torches de la ville éclairant le doux teint de ton visage si angélique. Personne n'arrivait jamais à soupçonner ce qui pouvait se cacher dans ton esprit, les pensées vagabondes qui le parcouraient doucement dans un profond secret. Tu n'attirais sur toi que les regards envieux des hommes qui, charmé par tes yeux de biche et ton sourire se laissaient facilement embobiné. Il était rare les hommes que tu n'avais pas réussi à piéger, mais il en existait, et c'était une chance, tu n'avais pas pour vocation particulière de partager le lit de tout le monde à la Cour. Tu aimais choisir et non pas le contraire. Et tu n'obligeais personne, c'était un choix que tu laissais libre à chacun.

Ce jeune garçon qui finalement devait aborder quelques années de plus que toi te faisais rire oui. Intérieurement, mais tu le sentais mal à l'aise, tu voyais bien que ses réactions se perdaient et que peu à peu sa façon de parler devenait un peu disparate, légèrement cafouillant. Et puis ses yeux ne trompaient pas malgré la certaine assurance qu'il essayait de démontrer. On ne te trompais pas aussi facilement. Il te semblait fort gentleman, tout cela sous une apparence de jeune garçon du petit peuple. Toi aussi tu en faisais partie, mais à tout autre niveau puisque depuis ta plus tendre enfance tu avais servie avec grand plaisir et tout ton cœur la famille que tu chérissais tant. Et aujourd'hui encore tu étais au service de l'un deux, plus qu'une servante, presque une seconde sœur pour Mélusine, que tu considérais de la même manière même si tu gardais pour elle un profond respect, celui que tu lui devais en tant que ta maitresse. Servante, mais de noble. Même si ces derniers mois ton parcours c'est un peu modifié, sous ces airs d'ange se cache la meurtrière, l'assassin à la lame fine et surtout discrète.

Oui tu le sentais se perdre, ses réponses devenaient légèrement incohérentes, voire répétitives, mais tu appréciais ce petit malaise, tu t'en amusais sans méchanceté puisque tu approuvais une affection pour ce jeune homme que finalement tu ne connaissais de nul part. Oui tu avais des idées en tête, sans pour autant savoir comment ceci pourrait se finir. Tu l'avais fait défaillir en t'approchant de lui. Il était pourtant resté droit, fier. Ça ne dura pas quand tu réapparue derrière lui, le faisant cette fois si tomber alors que tu abordes un sourire triomphant tout en demandant :

« Pas de mal ? »

Tu descends à côté de lui, posant une main sur sa joue, un peu séductrice, pour ne pas dire totalement. Ton sourire carnassier si semblable aux autres s'affiche sur ton doux visage, et tu réponds à ton tour :

« Enchanté, Ayden. Je suis Joséphine. »

Tu t'empares de ses lèvres, aussi doucement que tu peux embrasser avec fougue. Tu sais que tu vas encore plus le désarçonner, peut-être pas l'effrayer, mais ce jeune homme et son malaise t'amusais, et tes envies ne patientaient plus, du moins plus maintenant. Tu insistes un peu plus, poussant le corps d'Ayden dans l'ombre. Puis comme tu ne vois là pas de réponse à laquelle tu t'attendais, tu t'éloigne, sans te départir de ce qui toujours te caractérisera, toi et ta bonne humeur, ton sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Mar 12 Fév - 11:38

Je n'avais certainement pas imaginer qu'une femme viendrait troubler mon calme retrouvé. Elle m'avait semblé parfaitement sympathique mais le fait que j'atterrisse par terre m'avait fait réviser mon jugement sur la question. Comme si je n'avais pas assez de mal comme ça avec les femmes, il fallait en plus qu'elle y mette tout son cœur.
Elle était amusée, je m'en rendais bien compte. J'étais susceptible mais l'ennui, c'était que ma gêne prenait largement le dessus sur la situation. Je bafouillais, je rougissais même sans doute un peu, pourvu que non, j'avais déjà l'air assez ridicule comme ça pour ne pas m'enfoncer davantage et pourtant...
Oui, j'arrivais à m'enfoncer plus encore, je le voyais à sa tête et je perdais encore un peu plus mes moyens et mes capacités de réflexion. Pathétique ? Moi ? Presque pas.

- Je... Non, ça va. Rien de... casser. Comment je suis censée réagir moi ? Qu'est-ce que je suis censé faire ? Par tous les canassons d'Arven ! Et puis là, c'est l'illumination. Joséphine. La Joséphine qui fait enrager Perle et je me sens bêtement coupable et pourtant, je réponds quand même. Volonté zéro. De même...

Et puis j'ai du mal à suivre. Ses lèvres sur les miennes et pas le genre de baiser qu'on file à son frangin, non, non, celui qui vous retourne les entrailles et autre chose. Enfin... retourné, c'est pas le bon mot mais dans l'état actuel des choses, j'ai un peu de mal à penser correctement. Ou plutôt, je pense à beaucoup de choses sauf ce qu'il faudrait. Oui, j'ai très envie de fuir. Elle s'arrête et je retrouve un tout petit peu de mes moyens.

- Je suis... fl... flatté mais... enfin... tu es très belle, enfin... séduisante je veux dire. Mais... Chercher mes mots... Sauf que je ne les trouve pas le moins du monde. Que la Chance m'aide un peu bon sang ! Je ne vais jamais y arriver ! Un jour, je saurais y faire mais ce jour n'est décidément pas arriver. On... pas là...

Navrant... Je me collais au mur et me relevais avec son aide. Je bredouillais un vague flot d'excuses avant de filer. Voilà qui rajouterait à ma réputation d'imbécile. Si Melsant osait encore intervenir sur le sujet, je finirais bien par le supplier de m'expliquer comment il s'en sortait, parce que visiblement, j'en serais incapable tout au long de ma vie sans plusieurs chope de bière derrière moi. C'était franchement navrant.
J'avais moi-même envie de me coller une ou deux claques dans le visage. Je détalais aussi vite que possible, usant de mes talents pour m'éloigner de chez moi. C'était assez ironique comme situation. Plus lâche que moi dans le cas présent, tu meurs.

Oui, un jour, j'arriverais à approcher une femme de moi-même, un jour, peut-être, j'aimerais quelqu'un. Car pour moi, cette notion était toute relative. Quel crétin...
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Mer 13 Fév - 14:02

Tu ne peux que t'amuser oui, devant ce visage rouge qui ne t'apparait qu'à la lueur des lanternes, mais tu vois, tu sens que le plus mal à l'aise des deux ici ce n'était pas toi. Ton sourire taquin était la brillance de ton visage alors que tu écoutais les bégaiements de ta petite victime si l'on peut dire. Mais il n'y a rien de méchant en toi, tu ne veux pas faire de mal à ce garçon, tu n'avais d'ailleurs pas réellement voulu le mettre dans cet état mais tu ne te doutais pas que celui ci était si timide avec les femmes. Tu trouvais cela marrant puisque c'était bien l'une des premières fois que l'on ne répondait à tes baisers pourtant réputé pour ne laisser aucunes personnes en reste. Mais tu ne lui en tient pas rigueur, seulement tu garderas de lui un souvenir marquant d'un garçon timide, rougissant et incapable de sortir une phrase correcte en ta présence. Peut être te sentais tu un peu coupable de l'avoir gêné ainsi, l'avoir mis dans cette posture, mais au fond... ce n'était pas bien grave.

Tu te redresse, lui renvois un regard désolé mais sans pour autant dénué de charme et de taquinerie, puis tu te relève. Tu le vois faire de même, encore tout retourné par ce qui venait de lui arriver. Oui tu voyais bien qu'il n'était pas tranquille. D'un côté, vu la distance qu'il se sentit obligé de mettre entre toi et lui, tu doutes qu'il ait apprécié. Ou alors ne savait strictement pas comment réagir. Un instant, la pensée de savoir si il aimé les hommes te monta à l'esprit. En sombrecieloise ça ne t'étonnais guère. Mais ce n'était pas forcément le cas de tout le monde et tu préféras garder cette réflexion pour toi et ne pas faire dégénérer cette situation. Même si tu ne craignais pas Ayden.

« Je suis désolé de t'avoir fait peur ainsi. »

Un petit sourire d'excuse, tu espères qu'il comprendra. Il n'avait pas l'air mauvais garçon, il comprendrait sans doute. Doucement tu repousses une mèche de tes cheveux et époussette ta robe, ajustant un peu ton décolleté que tu vois légèrement tombé. Puis tu relèves les yeux vers lui, en étendant les excuses qu'il proférait. Allons donc, ce n'était pas vraiment sa faute. Nouvelle preuve pour toi de l'incohérence de parole devant toi de ce jeune homme.

« J'espère que tu ne garderas pas mauvais souvenir de moi. »

Tu lui adresse un petit signe d'au revoir de la main, sourire au lèvre. Tu espères bien le revoir un jour, histoire de savoir si il s'est amélioré en relation féminine. Encore que, ça pouvait être aussi drôle de le voir toujours pareil. Tu ne sais pas encore ce qui te plairais le plus. En l'occurrence peut être qu'il se soit amélioré, le tester ne pouvait pas faire de mal non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   Mer 13 Fév - 14:02

FINI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jupons et jurons   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jupons et jurons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tintin et Milou
» Expressions courantes
» Les sacres (jurons) au Québec
» le coeur est un chasseur solitaire :: hengli
» Insultes et vocabulaire ordurier Normand !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche