Partagez | 
 

 Têtue comme un troupeau de mule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Têtue comme un troupeau de mule   Lun 18 Fév - 16:27




18 septembre 802
Têtue comme un troupeau de mule
L'orage miniature
  • Nom des participants : Lou-Ann Jedidiah & Laurent de Brunante
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 18 septembre 802
  • Moment de la journée & météo : Soirée dans les cuisines, le climat importe peu
  • Saison 2, chapitre 1



Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Lun 18 Fév - 16:28

Partir en douce, éviter Mère, écouter les conseils de Père. Jusque là, rien de compliqué à part sortir de Brunante sans me faire rattraper. Le plus important était de rejoindre Lorgol très vite pour commencer mes recherches. Seulement, qui disait passer par Lorgol disait… Détour obligatoire par la taverne de tante Freyja ou bien elle me pendrait par les orteils pour ne pas être passé la voir, qui plus est pour partir à la recherche de Louis.
Aussi, en arrivant, je mis directement le cap vers la taverne, taverne qui avait été nettoyée de fond en comble. Ce qu’elle en avait fait, j’étai curieux de le savoir mais je n’avais aucun doute sur le fait que les hommes qui rentraient ici apprenaient de sacrée bonnes leçons.

Je me faufilais par l’entrée de service, à peu près sûr que ma tante ne s’apercevrait pas tout de suite de ma présence. De l’animation dans la taverne, aucun doute là-dessus. Sésana devait sûrement danser sur une table. Où étaient donc les filles dans ce cas.
La question, je me la posais trop tard, bien trop tard. Entrée de service, cuisine ; cuisine, biscuits ; biscuits… Mes nièces. Pour l’entrée discrète, j’étais bien mal parti, je décidais donc de prendre les devant mais là encore, trop tard. Ma tante Freyja venait de débouler, face à moi, poings sur les hanches. Je me préparais à l’orage mais pour une fois, je pris les devant et m’expliquais. De long en large, je lui racontais tout, mon court départ en mer, mon esquive, les conseils de Père et ma décision de retrouver Louis. J’étais persuadé qu’elle était sûre que j’allais perdre mon cheval en route mais je ne m’en offusquais pas. Je voyais là aussi un moyen de faire mes preuves. Je n’échappais évidement pas à la somme de conseils conséquent de ma tante fantasque qui s’inquiétait pour ma vie. J’aurais pu être vexé si elle n’avait pas raison à ce point.

J’ai dû promettre de ne pas partir tout de suite pour qu’elle puisse m’aider à me préparer un peu mieux. Elle est ensuite repartie en me collant une assiette sous le nez comme si j’étais en sucre. Je ne pus que sourire, amusé. Alors que déboulait dans la pièce une tornade d’un tout autre genre. Lou-Ann.
Je me levais pour l’accueillir alors qu’elle me regardait de son regard le plus têtu, je n’imaginais pas encore à quel point j’allais devoir batailler…

- Bonsoir ma chérie, tu vas bien ?
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 20 Fév - 10:33

Oncle Louis est parti. Seul. C'est n'importe quoi ! Je ne sais pas vraiment ce qui lui arrive depuis un mois mais ce n'est pas normal du tout. La moitié du temps, il se balade et n'écoute rien de ce que je dis et l'autre moitié, il déprime et ne voit plus rien. Et maman l'a laissé partir. C'est totalement inconscient, dans cet état il va réussir à se perdre ou à tomber dans un trou. Il ne retrouvera jamais son bébé comme ça. Alors c'est décidé, je pars à sa recherche. Et sans Sésana puisqu'elle a refusé de venir. Tant pis, je me débrouillerai toute seule mais moi, il est hors de question que je laisse Oncle Louis risquer sa vie sur les routes nom d'un pirate !
D'ailleurs, mon sac est déjà prêt. Oh je n'y ai pas mis grand chose, juste le minimum. Quelques économies, une tenue de rechange - de garçon évidemment, mes deux couteaux. Je n'ai pas besoin de plus. Et je me suis déjà habillée en garçon. Parée à lever l'ancre ! A un détail près... Un double détail nommé Lena et Lucy qui viennent de débarquer dans ma chambre en braillant qu'Oncle Laurent est là. Ça... C'est peut-être l'occasion qu'il me manquait !

A toute vitesse, je dévale l'escalier menant à la cuisine pour entendre maman en grande discussion. Prudence moussaillon, mieux vaut éviter le capitaine de la Taverne. Parce que je ne suis pas du tout certaine qu'elle va apprécier mon plan. En fait, c'est même sur qu'elle ne va pas aimer du tout. Et qu'elle va hurler si elle l'apprend. Bref, il vaut mieux que je ne lui dise rien. Quand je reviendrai avec Oncle Louis, elle me pardonnera. Enfin, j'espère. Ne pas y penser. Surtout, ne pas y penser. Je verrai ça plus tard.

Quelques minutes encore d'attente et maman s'en va. Leur conversation me plaît infiniment... Je vais partir avec Oncle Laurent, comme ça elle n'aura pas de raison de s'inquiéter, ni pour lui puisque que je serai là pour le défendre, ni pour moi puisqu'il fera l'adulte pour deux. C'est parfait. Absolument parfait. Ne reste plus qu'à le lui dire et nous pourrons partir tous les deux. Le temps de faire le tour pour vérifier que Maman a bien rejoint la salle principale et je déboule dans la cuisine, un air décidé sur le visage, les sourcils froncés.


« Je viens avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Jeu 21 Fév - 5:26

J’avais parlé de la route avec mon père, j’avais parlé de la route avec tante Freyja… Si avec ça je ne me débrouillais pas. Quand bien même, je n’étais pas un idiot. Toute cette attention était très touchante mais il était hors de question que je renonce ou que l’on me couve. Voir débarquer ma nièce avec sa tête de fripouille décidée aurait dû me mettre la puce à l’oreille et pourtant, je restais interdit quand elle prononça cette phrase de but en blanc sans me répondre. La politesse partait à vau-l’eau dans cette famille quand il s’agissait d’être plus têtu qu’un troupeau de mule. Je ne pouvais reprocher ça à personne, dans le fond, j’agissais exactement de la même façon quoi qu’un peu plus poliment tout de même.

- Alors ça ma chérie, il n’en est pas question. On ne t’a jamais dit qu’écouter aux portes était impoli ? Mais ma réponse n’en est pas moins non. Premièrement parce que ta mère va me découper en rondelles si je t’embarque avec moi et deuxièmement parce que je suis déjà suffisamment inquiet pour ton oncle. Je ne peux pas m’inquiéter pour deux. Tu comprends ?

Pas sûr… Elle était très têtue, vraiment beaucoup trop têtue. Comme sa mère, comme mon frère… Ce trait de caractère avait dû me passer par-dessus la tête à la naissance. Je la regardais dans les yeux, bien arrêté sur mon idée. Elle ne viendrait pas avec moi. Le voyage était dangereux autant pour moi que pour elle, d’autant que j’irais au plus court et au plus rapide. De plus, son père m’étriperait également si je la prenais avec moi.
Elle n’avait que neuf ans, pas un âge pour arpenter les route, surtout pas avec moi. Car même si je n’étais pas très doué au combat, ça ne m’empêchait pas de savoir ce que je faisais, de prendre mes responsabilités et d’en assumer les conséquences. J’aurais déjà bien assez de choses à assumer quand je rentrerais, si jamais je rentrais. Ma mère avant toute chose qui ne laisserait pas passer le fait que j’étais parti en sans lui demander son avis, son accord et tout le reste. Mon père, dans une mesure nettement moindre puisqu’il était parfaitement conscient de ce que je faisais, mais il devrait donner le change. Peut-être même oncle Marcus si maman déballait sa colère à mon égard mais de sa part, ce serait plutôt un reproche d’être parti sans une bonne formation au combat mais de ça, lui et moi aurions le temps d’en reparler…
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Jeu 21 Fév - 6:59

Un refus. Encore. Qu'ont-ils donc tous ces adultes à s'obstiner dans leurs bêtises ? Je ne suis plus une petite fille qu'il faut protéger en permanence. Je suis bien assez capable pour me lancer avec lui ! Et je suis absolument sure et certaine de pouvoir lui en remontrer, sabre en main. Ce refus est injuste ! Injuste et frustrant. Parce que je le sais bien, moi, que je pourrais lui être très utile ! Ah mais je ne le laisserai pas m'évincer aussi facilement. Certainement pas. Ce serait bien mal me connaître. Debout, le regard buté et les bras croisés, je le regarde avec les sourcils froncés en essayant de mettre le plus de conviction et de détermination dans mes yeux.

« Déjà, je n'écoute pas aux portes. La porte était entre moi et la cuisine, c'est tout à fait différent. Si elle avait été ouverte, tu m'aurais vue. Ensuite, je ne suis pas ta "chérie". Et troisièmement ce n'était pas une question : je viens avec toi, un point c'est tout. Maman n'a pas besoin de le savoir et quand on reviendra avec Oncle Louis, elle sera trop soulagée et contente pour nous en vouloir encore. Et je lui dirais que c'est de ma faute, à papa aussi, comme ça toi, tu n'auras rien. » C'est quand même fou de devoir dire cela à un adulte ! J'ai l'impression d'être face à Lena, sceptique, quand je lui assure que je prendrais toute seule la punition pour les bêtises que je propose. Navrant ! Et encore plus navrant, c'est cette manie de me considérer comme un fardeau ! « Je n'ai pas besoin que tu t'inquiètes pour moi. Je me débrouille très bien toute seule. C'est juste pour rassurer Maman que je veux partir avec toi. Et comme ça, elle saura au moins que tu es accompagné par une bonne lame. »

Cela étant dit, je pense qu'il ne pourra qu'à se ranger à mon avis. C'est tout à fait raisonnable comme solution et s'il y a bien quelqu'un dans la famille qui est réputé pour être raisonnable, c'est bien Oncle Laurent. Mes arguments sont imparables, même pour lui. De toute façon, j'ai raison et je le sais pertinemment. Alors ce n'est pas avec son entêtement d'adulte - encore qu'Oncle Laurent et Oncle Louis ne peuvent pas vraiment être considérés comme des adultes à part entière d'après nous - qu'il pourra me faire baisser les bras.

Je les décroise d'ailleurs pour venir poser une main sur le manche de mon sabre qui dépasse de ma ceinture. Oncle Louis fait souvent ça et je trouve que ça lui donne l'air particulièrement redoutable et déterminé. Exactement ce que je veux en ce moment.
« Ma question est la suivante : comment et quand partons-nous ? Et dans quelle direction ? J'ai peut-être une idée des routes qu'il a pu prendre mais c'est loin. Nous devrions surement prendre des chevaux, ce sera plus rapide et nous aurons plus de chances de le rattraper, surtout dans son état ! »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Jeu 21 Fév - 8:52

Je savais que le fait que j’avais refusé qu’elle m’accompagne ne lui plairait pas mais c’était aussi mon rôle de la protéger, ne lui en déplaise. J’étais son oncle et j’étais responsable d’elle aussi d’une certaine façon. Le regard qu’elle me lança était très clair, elle m’en voulait. Qu’à cela ne tienne, j’avais le dos large et les épaules solides.
Toutes les raisons qu’elles étaient en train d’évoquer étaient très… précaires. J’avais l’impression d’entendre Louis et ses excuses pour le moins farfelues. La mauvaise foi dans toute sa splendeur. Il avait eu une sacrée influence sur elle, aucune doute. J’espérais au moins en avoir un peu moi aussi. En plus, voilà qu’elle se mettait à rejeter mes surnoms, voilà qui était un peu agaçant.

- Ce n’est pas les pires justifications que j’ai entendu mais tu es en bonne voie pour battre ton oncle Louis au jeu de la mauvaise foi évidente. Te ramener entière n’empêchera pas tes parents de me réduire en cendre. Si l’excuse du : Ce n’est pas lui c’est ma faute, marche avec tes sœurs, ça n’arrangera pas mon cas. J’ai déjà assez de soucis comme ça. Lou-Ann, ça reste un nom, tu ne me suivras pas.

Mais c’était loin d’être fini. L’argumentation de ma nièce n’en était qu’à ses débuts. J’inspirais, patient, la laissant terminer. Un luxe que je n’avais pour ainsi dire jamais eu.

- C’est gentil à toi de vouloir me défendre, de vouloir m’aider et ça ferait plaisir à ton oncle mais ça ne l’empêchera pas de m’étriper non plus. Parce qu’il tient à toi. Je ne suis peut-être pas aussi bon à l’épée que lui mais je sais me défendre.

Je n’étais pas prêt de la laisser me suivre, quelles que soient ses arguments. Elle ne semblait pas pour autant prête à céder. Têtue comme un troupeau de mules et c’était peu de le dire. Quelle famille… Je vous jure. Je les adorais tous mais ils avaient une fâcheuse tendance à me prendre pour un incapable. Je n’avais qu’à m’en prendre à moi-même, il faut bien l’avouer mais ça n’en était pas moins frustrant.

- Je, j’insistais sur le je, partirais dès que j’, j’insistais encore, aurais assez d’informations sur le chemin qu’a pris Louis. Mais précise donc ce que tu entends par son état veux-tu. Ce que j’allais faire allait irrémédiablement me retomber dessus mais qu’à cela ne tienne, je n’étais plus à une conséquence près. Si tes informations me sont utiles, j’envisagerais peut-être de t’emmener.

Mon pauvre Laurent, tu allais le payer cher quand tu reviendrais… Tant pis, j’assumerais tout comme le reste. Je n’aimais pas mentir mais c’était ma seule solution. Je connaissais ma nièce autant que mon casse-cou de frère.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 27 Fév - 11:07

Pourquoi les adultes ne comprennent-ils JAMAIS rien ? D'habitude, Oncle Laurent est moins borné que les autres adultes, comme Oncle Louis. Sans doute parce que ce ne sont pas encore vraiment des adultes - la preuve : ils jouent avec nous ! Et si je n'étais pas autant en colère, je serais certainement triste. Parce que je préférais quand il ne se prenait pas pour un adulte avec des arguments raisonnables à deux fleurons. Mais pour le moment, je suis bien trop mécontente pour m'appesantir là-dessus. Et c ne sont surement pas quelques compliments sur ma mauvaise foi qui me dérideront (même si c'est très flatteur d'être comparée à Oncle Louis dans ce domaine).

Bon, d'accord. Il doit bien être capable de se défendre un petit peu et ma moue, franchement sceptique, est un peu exagérée. A dessein. Mais j'espère qu'il a des méthodes un peu plus efficaces que celles-là ! Parce que quoi qu'il en dise, je ne suis pas convaincue par ses capacités à l'épée (la preuve c'est que j'arrive à le vaincre très facilement et qu'il jure par toutes les puissances qu'il ne le fait pas exprès. Donc soit il n'est vraiment pas très doué, soit il me ment et dans ce cas je le déteste encore plus !). Donc l'épée, vraiment, ce n'est pas tout à fait ça. Et la ruse... Non mais franchement ! Je croyais que c'était lui le plus malin de la famille - en tout cas c'est ce que dit maman. Mais là, je le vois venir gros comme un banc de pieuvres : il va me faire dire tout ce que je sais et après il filera sans demander son reste. Sans moi. Ah mais je ne me laisserais pas avoir, foi de pirate !


« Tu me prends pour un poisson-clown, Oncle Laurent ? Je ne suis pas naïve ! Je te dirais tout quand nous serons en route. Surement pas avant ! Et je m'arrangerai pour que les petites ne te disent rien non plus ! » J'ai encore la poupée de Lena en otage. Lui promettre de la luirendre à mon retour devrait la convaincre de se taire. Et si je dis à Lucy que c'est un secret de pirate, elle se fera chatouiller jusqu'aux larmes plutôt que de dire quoi que ce soit. « Tu m'emmènes, je te dis tout, on retrouve Oncle Louis en moins de temps qu'il n'en faut pour faire un noeud de cabestan et on revient. Ou bien tu pars tout seul, sans informations, et moi de mon côté et tu auras ma mort sur la conscience. Ou toute autre chose qui pourrait m'arriver d'ailleurs. »

Bien, cessons ces enfantillages. Je dégaine mon sabre, parce que c'est ce que j'ai du plus précieux avec le pendentif d'Oncle Louis, et je le tend entre nous pour qu'on puisse prêter serment dessus.
« Marché conclu ? »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 27 Fév - 11:45

Lou était fâchée, je le voyais bien. Mais je ne pouvais pas la laisser m’accompagner. Ça n’était pas une bonne idée. Je pouvais retourner le problème, il n’y avait pas de bonne solution. Si je partais sans elle, elle m’en voudrait, si je partais avec elle, je serais un mauvais exemple. Je ne savais pas ce qui avait pris à Louis de prendre seul la route, je ne savais pas ce qui m’attendait sur les routes non plus. Risquer ma vie seul, oui. Risquer la vie de ma nièce pour lui avoir passé une envie d’escapade, non.
Lou, Lena et Lucy étaient la prunelle de mes yeux et il était hors de question que je mette la plus grande en danger.
Je soupirais et m’accoudais à la table en la regardant déjouer mon mensonge ridicule. Tu parles d’un mauvais menteur. Je n’avais jamais eu ce trait-là, c’est certain. Tant pis.

« Lou, écoute-moi bien s’il te plait, c’est important. J’aimerais vraiment pouvoir te prendre avec moi et je sais que tu débrouilles merveilleusement bien mais si je t’emmène avec moi, ta maman va m’en vouloir et ton père aussi. Même ton oncle Louis m’en voudra. On tient beaucoup à toi tu sais. Si ton oncle Louis est parti tout seul, ça veut dire qu’il ne voulait pas de nous. Tu sais comment il est. Et moi, j’ai besoin qu’on me laisse avancer tout seul. Personne ne me prend au sérieux et j’ai besoin qu’on me prenne au sérieux parce que quand j’aurais retrouvé ton oncle Louis, je vais avoir quelque chose de très important à faire pour moi. Quelque chose que je dois faire tout seul, sans personne. Je t’aime trop pour te laisser venir avec toi ma puce. » Je soupire encore. « Donc non, le marché n’est pas conclu. Est-ce que tu comprends que parfois, on a besoin d’être seul ? »

Je ne doutais pas d’elle et je n’avais aucune envie de jouer les méchants. Je ne voulais que son bien et j’avais besoin d’être vraiment seul sur les routes. J’avais besoin de grandir en quelque sorte, de trouver le courage nécessaire pour tout ce que j’allais entreprendre.
On me voyait comme un enfant encore aujourd’hui, j’en étais presque sûr et je ne pouvais plus me permettre de ne pas me faire entendre. Pas avec ce que j’allais entreprendre. Il était temps de n’être que Laurent et non pas le petit deuxième comme je l’étais quand j’étais petit. Tellement discret qu’on avait même tendance à dire : « petit frère de Louis » au lieu de m’appeler par mon prénom.
Ça ne me blessait pas mais je ne pouvais plus me permettre d’être le petit frère de Louis… Je devais devenir Laurent.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 6 Mar - 10:07

D'ordinaire, je n'aime pas ce ton sérieux, cette voix ferme qui signifie la fin de la discussion. Ces intonations horripilantes des adultes qu'ils utilisent quand ils ont décidé que le sujet est clos. Mais cette fois, c'est différent. Parce qu'Oncle Laurent n'essaye pas de me faire taire ou de me faire abandonner en me arlant comme à une enfant stupide et bornée. Alors, pour une fois, j'écoute. J'ai rengainé mon sabre et je me suis assise face à lui, las bras croisé.

« Bien que que je comprends... Je ne peux jamais être seule vraiment, il y a toujours les petites, Sésana ou quelqu'un d'autre pour venir me chercher quand je veux être tranquille. Et vous persistez, tous, toujours, à me considérer comme une gamine irresponsable et capricieuse. Je sais très bien que je suis capable de me débrouiller même si je n'ai que neuf ans. Mais je ne suis pas stupide, je sais aussi que ça ne suffit pas pour partir sur les routes toute seule. C'est pour ça que je voulais partir avec toi. » Je m'affaisse pour venir poser mon menton entre mes bras. « Si personne ne veut de moi, je sais très bien que je ne pourrai pas partir et donc je ne pourrai pas montrer que je ne suis plus une enfant qu'il faut materner. Moi aussi je veux faire mes preuves... » Je pousse un profond soupir avant d'ajouter « Et puis... Je me disais qu'après avoir retrouvé Oncle Louis, on aurait pu aller voir l'océan. J'en ai tellement assez d'être ici ! »

Et papa qui n'a pas voulu m'emmener sur l'Audacia... Il a beau m'avoir dit qu'il voulait que je reste pour aider maman et veiller sur les petites, je sais très bien que c'est parce qu'il me trouve trop jeune. Parce que c'est dangereux de naviguer sous pavillon noir. Mais l'océan me manque. L'Archipel, aussi. Je veux sentir l'odeur du sel qui flotte dans l'air, le vent dans mes cheveux qui finissent chaque fois emmêlés à cause des embruns. Les cris des cormorans, des goélands et autres oiseaux côtiers que j'ai appris à imiter et qui me répondent du haut des falaises...
Lorgol est une ville intéressante, c'est vrai. Mais nous sommes là depuis quatre mois déjà et je sens qu'à ce rythme, nous y passerons l'hiver. Rien que d'y penser, ça me rend maussade. Je veux retrouver l'air du large.


« Qu'est-ce que tu dois faire après ? »

J'ai relevé les yeux vers lui, curieuse. Si je suis condamnée à rester ici, je veux au moins savoir pourquoi !
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 6 Mar - 11:55

Je sais que Lou n’aimera pas ce que j’ai à lui dire mais je sais aussi qu’elle peut le comprendre. L’ennui quelque part, c’est qu’elle est justement un peu trop mature pour son âge peut-être. Entourée d’adultes plus ou moins indépendants et téméraires… Comment pourrait-elle grandir autrement ?
Elle m’a écouté et je n’en attendais pas tant. J’adore Lou, J’adore ses sœurs aussi, je l’écoute avec respect, j’attends qu’elle termine. Je comprends ce qu’elle ressent, je souris. Je ne suis pas moqueur non, je suis attentif. Je pense qu’il est temps de lui promettre quelque chose. Je ne suis pas le marin qu’est Louis et je n’ai pas non plus l’expérience de ses parents mais je peux lui promettre de l’emmener avec moi la prochaine fois que je prendrais la mer. Mais j’attends avant de faire cette promesse car elle me pose une question à laquelle je m’attendais plus ou moins.

« Je dois partir pour Outrevent et je dois ensuite rejoindre Bellifère. J’ai fait une promesse à quelqu’un. J’écris beaucoup, tu le sais et le Hasard a joué en ma faveur de ce côté. Elle s’appelle Fleur. Je lui ai promis de venir l’enlever comme il se doit, je t’ai parlé de cette coutume je crois. Tu sais que je ne suis pas très bon au combat, alors je dois m’entraîner. Je dois devenir plus fort, je dois prouver à tout le monde que je suis capable de me débrouiller, prouver que je ne suis pas un poids. Tu comprends ? »

Sans doute comprenait-elle, en partie du moins. Aussi, je crois qu’il était temps de lui faire une promesse. Me faire pardonner pour mon attitude très peu digne.

« Je m’excuse d’avoir tenté de te mentir et même si je ne suis pas le meilleur marin d’Arven… Que dirais-tu de prendre la mer avec moi dès que je reviendrais ? Ce sera ma façon à moi de me faire pardonner. Nous ne serons peut-être pas que tous les deux, il y aura peut-être Fleur mais qu’en penses-tu ? Si ça te va, je te promets que ce voyage en mer aura bien lieu et que je tiendrais parole. »

J’espérais qu’elle me croit. Je ne savais pas si elle serait ravie de partager ce moment mais peut-être apprécierait-elle l’idée de découvrir quelqu’un d’autre, de se confronter à une nouvelle personne. J’étais sûr que Fleur s’en sortirait très bien avec Lou. Elle avait survécu à ses frères après tout et Lou à notre famille.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 6 Mar - 13:34

Une promesse. A une dénommée « Fleur » (drôle de prénom au demeurant, sa mère n'avait pas plus original sous la main ? Heureusement que la mienne s'est abstenue de m'appeler drap ou cormoran !). Enfin, elle n'y est pour rien la pauvre. Mais quand même, je n'ai pas pu retenir mon sourire amusé. Que j'efface finalement, je ne voudrais pas qu'Oncle Laurent pense que je me moque de lui alors que ce n'est pas du tout le cas. Bien au contraire... Je suis plutôt intéressée en fait. Enfin je pourrais vraiment l'être s'il arrêtait de me demander à tout bout de navire si je comprends. Je ne suis pas si bête, nom d'un petit poisson !

« Bien sur que je comprends, cesse de me prendre pour un poulpe ! » Mon ton est indigné, mais je ne le suis pas plus que ça. Je sais bien que c'est une question rhétorique. Enfin qui n'attend pas de réponse (c'est lui qui m'a expliqué ce mot il y a peu). « C'est à Rocnoir que tu veux aller ? Chez tes cousins ? » Parfois, je m'impressionne. Je ne sais pas d'où j'ai ressorti ce nom ! Mais là n'est pas le plus important. Ce qui m'intéresse c'est qu'il m'explique. Lui au moins ne se moquera pas de mes questions. « Tu l'aimes ? »

Parce que, oui, je m'interroge à ce sujet. Pour le moment, je dois bien avouer que les garçons ne présentent pas beaucoup d'intérêt à mes yeux, ce ne sont tous que des larves de crevette. Mais je suis bien obligée d'admettre qu'il y a des hommes très intéressants, ne seraient-ce que mes oncles ou le père de Lior (je ne comprends d'ailleurs toujours pas comment quelqu'un comme lui a pu avoir une telle fiotte pour fils !). Alors je suppose qu'il y en a des biens ailleurs que dans ma famille. Mais l'intérêt reste un peu... limité selon moi. Il suffit de voir Oncle Louis et sa fiancée. Enfin c'est sa femme maintenant mais ça ne change rien au fait qu'ils passent la moitié du temps à se hurler dessus et l'autre à se regarder comme s'ils étaient les seuls au monde. Ce qui leur donne un peu un air stupide, il faut bien l'avouer. Et puis ce n'est pas spécialement nécessaire non plus, si ? En fait, il n'y a que dans les histoires d'Oncle Laurent que ça semble très... intéressant. De toute façon, Oncle Laurent arriverait à me faire croire qu'un mollusque peut être intéressant. Il ne sait pas mentir mais pour raconter... Il est très doué.

Et d'ailleurs, je me redresse en entendant ses derniers mots. Partir en mer ? Vraiment ? Bon il y aurait peut-être la fameuse « Fleur » (il faudrait que je perde l'habitude d'afficher un sourire à chaque fois que j'entends ce nom quand je la rencontrerai et c'est évident que je la rencontrerai puisque la finalité de cette coutume ridicule, il me semble bien que c'est de se marier. Drôle d'idée, m'enfin.) mais ce serait tout de même...
« Génial ! »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Jeu 7 Mar - 8:46

Parler à Lou n’était jamais difficile. Tout l’intéressait et elle aimait apprendre, il fallait juste parvenir à rendre le sujet attirant. Une fois que c’était fait le tour était joué. Mais là… c’était différent. La discussion me concernait entièrement et il fallait que je lui expose les choses correctement.
Ses expression, digne de Louis et des ses parents me tiraient toujours un sourire. Quel caractère… Elle le tenait de sa mère, j’en étais convaincu et puis Sésana devait sans aucun doute y être pour beaucoup aussi. Cette enfant ne serait jamais posée, elle était spontanée.

« Oui, c’est ça. Oncle Marcus a toujours voulu m’entraîner et Eram ne doit pas être en reste sur le sujet. C’est la meilleure chose que j’ai à faire si je veux devenir meilleur au combat. Et oui, je l’aime. Je compte bien l’épouser. Si ça ne tenait qu’à moi, je ne me préoccuperais pas des coutumes mais si je veux qu’elle soit acceptée sans contestation, je n’ai pas le choix. J’espère être à la hauteur de mon ambition. »

C’était étrange d’expliquer ça à ma nièce de neuf ans mais après tout… elle posait les questions, j’y répondais. Pas toujours de façon complète si je jugeais l’information trop conséquente voire choquante parfois.

« Oui, génial ! Mais évite d’en parler à ta mère ou ton père. Je ne suis pas sûr que l’idée leur plaise. Je crois que ces temps-ci, on a tendance à me prendre pour un doux rêveur qui a perdu la tête. On dirait presque qu’il est interdit de sortir de l’image qu’on a de nous. Il semblerait que je sois vu comme un amoureux de lecture incapable d’affronter la vie et sans caractère. »

Ça, je n’aurais clairement pas dû en parler à Lou mais il était évident que cette image qu’on avait de mois me pesait très largement sur les épaules. Je voulais briser cet image, la remanier, la redessiner à ma guise. Je voulais devenir ce qu’il me plaisait de devenir. Je n’étais pas le plus courage ou le plus téméraire mais je m’éloignais rarement de mes buts. Je ne désirais finalement qu’une chose, qu’on me laisse un peu vivre ma vie.
Je m’étonnais moi-même car jusqu’ici, j’étais inconscient de ce qui me préoccupait réellement ces derniers temps. J’ignorais encore où cela me mènerait et l’impact réel que ça aurait sur ma vie mais j’étais bien décidé à suivre la nouvelle voie que je m’étais tracé.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Sam 9 Mar - 4:47

Moi, ça me semble très raisonnable toute cette histoire. Qu'il veuille enlever sa dulcinée, bon je ne comprends pas trop. C'est un truc d'adulte. Et s'il l'aime je suppose que c'est une réaction logique. Mais bon, faut bien avouer qu'Oncle Laurent n'est pas le plus doué d'entre nous avec une lame. Mais s'il dit qu'il veut le faire, moi, je suis sure qu'il y arrivera. Parce que c'est mon oncle et que mes oncles peuvent tout faire, un point c'est tout. Par contre, je refuse d'être encore déguisée avec une jolie robe pour un mariage ! Une fois, ça suffit bien et pour le résultat que ça a donné, ça n'en valait pas vraiment la peine, même si c'est un peu méchant de dire ça. Je sais bien qu'Oncle Louis est malheureux depuis, avec tout le chambardement qu'il y a eu à son mariage. Au moins son frère ne pourra pas faire pire !

« Dis, il y a un truc que je ne comprends pas... Tu es obligé de l'enlever en te battant ? Enfin, oui, je sais que c'est le principe de cette coutume mais je veux dire... Tu n'es pas obligé d'affronter toute sa famille, si ? Imaginons que, par le plus grand des hasards, il y en ait qui décident d'aller voir ailleurs pile ce soir là, ce serait plus facile, tu crois pas ? »

J'ai peut-être un ton innocent mais mes yeux veulent bien dire ce que je pense : il suffit de ruser pour se débarrasser du maximum d'opposants. Ce serait plus le genre d'Oncle Laurent en plus. Il n'y a qu'Oncle Louis pour foncer dans le tas n'importe comment. Il l'a encore prouvé en partant tout seul ! D'ailleurs... Il faudrait peut-être que j'en parle, quand même. Parce que bon, c'est un peu important à savoir, même s'il ne m'emmène pas avec lui.
Toujours affalée sur la table - je suis sure que Sésana râlerait si elle voyait que je me tiens aussi mal - je pousse un soupir réprobateur.
« Ils sont nuls s'ils pensent ça. » Enfin non, pas nuls. Parce que mes parents, ils sont pirates sur l'Audacia, alors ils sont forcément extraordinaires ! Mais quand même, ils ne devraient pas penser qu'il est incapable. Moi aussi je le dis qu'il ne peut pas se débrouiller à l'épée. Mais ce n'est pas pour ça qu'il ne peut pas faire autre chose, suffit de voir tout ce qu'il sait ! De même qu'ils devraient arrêter de me voir comme une gamine !

« Moi je suis sure que tu y arriveras. »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Sam 9 Mar - 12:58

Je dois dire que d'expliquer tout ça à Lou m'obligeait à réfléchir sur mon cas. Bien repenser à chaque chose. Et puis... l'avoir de mon côté pouvait s'avérer utile même si elle n'avait que neuf ans. Il ne fallait pas sous estimer ce petit monstre marin. J'ignorais qu'elle avait foi en moi et ça m'aurait fait très plaisir de le savoir. En attendant, je m'amusais de la voir se creuser la tête pour moi. Elle était mignonne et malgré toute sa force de caractère, je pense que je continuerais de la voir comme une enfant, ma nièce que je devais protéger parce que c'était mon rôle quelque part.

« Non, je ne suis pas obligé et je pense que tu as raison, rien n'empêche de ruser. J'y ai pensé aussi mais je te remercie de vouloir m'aider. Je vais repenser à ton idée et je te promets que je t'écrirais dès que j'en saurais plus. Je compterais sur toi pour demander des conseils et chercher à m'aider. »

Elle était vraiment mignonne et son idée était effectivement très bonne. J'y avais songé, je dois bien le dire mais j'avais laissé tomber en me disant que cela n'était pas très honorable. Mais après tout, la coutume ne mentionnait pas la façon de combattre. Entourlouper ses adversaires étaient une tactique comme une autre après tout.
Digne famille que voilà. Nous finissions tous par monter des plans pour agir de façon détournée. Lou ne manquait pas à ce trait et si je n'avais pas dû utiliser cela avant, ça s'avérer utile à présent.

Je souris, je ris même un peu en l'entendant. Je n'aurais pas dit ça comme ça mais j'avais cette intuition qu'on ne me respectait pas tout à fait et qu'on avait réellement cette vision de moi, que je n'étais qu'un doux rêveur un peu fou et pas très... responsable.

« Oh, ils ne sont pas nuls, ils ont juste une opinion un peu fausse de moi. Je te remercie pour ta foi en moi en tout cas. Et tu sais... si tes parents ont peur pour toi ou même pour moi, c'est parce qu'ils nous aiment et s'inquiètent. Tu auras l'occasion de prouver ta valeur toi aussi mais laisse-les veiller encore un peu sur toi, ça les rassure et puis ça me rassure aussi. Je sais, tu es grande mais tu es et resteras ma petite Lou, c'est plus fort que nous. » Je souris encore. « Et si tu me donnais des informations sur ton oncle maintenant ? Et que tu me racontais comment tu t'occupes ici à Lorgol ? »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Lun 13 Mai - 9:26

Nia nia nia. Et encore le couplet qu'ils tiennent à moi et blablabla... j'aime beaucoup Oncle Laurent, vraiment ! Mais j'en ai vraiment assez de ce genre de discours. Tout le monde me ressort les mêmes excuses démodées, c'est ridicule ! Pourquoi ne comprennent-ils pas que je suis parfaitement capable de me débrouiller seule ? Je connais le code de valeur de l'Audacia par coeur, c'est mon livre de chevet ! Je suis tout à fait certaine que je ferais un mousse très acceptable. Ou un gabier - j'aime bien grimper partout. Mais non, je dois rester là sur des prétextes ridicules de veiller sur maman et les petites. C'est à mourir de rire, franchement. En tout cas, moi je serais morte de rire si toutes ces bêtises ne m'agaçaient pas autant.

Alors c'est un regard un peu courroucé que j'adresse à Oncle Laurent. Hé ! Je viens de dire que je croyais en lui et que j'étais sure qu'il allait y arriver ! J'ai même accepté qu'il ne m'emmène pas avec lui ! Il ne pourrait pas au moins faire l'effort de m'accorder la même considération ? De toute façon, c'est clair et net : je ne resterai pas un moins de plus dans cette bourgade ridicule. Bon, d'accord, il s'agit d'une grande ville quand même. Mais je m'y ennuie.


« Je m'en fiche de leurs excuses. Je suis bien capable de me passer de toutes leurs recommandations et je partirai bientôt. Toute seule s'il le faut. » Aucun doute dans ma voix. Dans une semaine, je ne serais plus là. Le temps de préparer mes affaires, d'avertir les petites qu'elles devront être sages en mon absence et d'écrire à maman pour la prévenir en espérant qu'elle trouve ma lettre le plus tard possible. Mais de toute façon, je suis sûre qu'Oncle Laurent ne me croira pas.

« Cette ville est nulle. Comme toutes les villes d'ailleurs. Des fois je vais traîner dans les ruines du palais. C'est très amusant. » Des fois... Souvent, en fait. Parce que ça, c'est un super terrain de jeu ! Le seul de la ville en fait. Ce n'est pas comme à l'Archipel où l'on peut jouer dans les épaves échouées sur la plage. Non, en fait ce n'est pas le seul endroit intéressant : il y a aussi la tour des Rebelles et celle, toute noire, de la Confrérie. Mais Liam m'a formellement interdit de venir dans la première en m'expliquant bien que ça mettrait la Taverne en danger, alors j'ai accepté de me tenir à l'écart. Quant à la seconde, j'ai eu beau en faire le tour des dizaines et des dizaines de fois, impossible d'en trouver l'entrer ! A croire que les gens qui entrent là savent traverser les murs !

Trève de plaisanteries, il faut que nous abordions un sujet sérieux. Je me redresse donc, pour regarder Oncle Laurent avec toute la gravité dont je suis capable.
« Oncle Laurent... Il faut que je te dise pour Oncle Louis. Il est... Il est aveugle. »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Sam 3 Aoû - 3:43

J’ai comme un doute sur la portée de mes paroles… ou plutôt sur la façon dont Lou les interprète. Plus que toutes les autres, cette famille est têtue. Pas un seul membre de cette famille n’a réussi à se tenir à carreau à partir du jour où un objectif s’est inscrit dans son sang… alors attendre que ma petite peste favorite renonce à ses plans est très utopique de ma part. Pourtant… je compte sur Sésana pour parvenir à la retenir. Sésana… pire que tous les chiens de garde réunis, cette fille a une poigne qui laisse nombre d’hommes sur leur céans. Oui… elle parviendra à la retenir si mon discours à échouer, ce que je crains tout de même fortement en entendant Lou-Ann dire qu’elle partira bientôt avec autant d’aplomb.
Miséricorde, que les Puissances soient clémentes et veillent sur elle si cela doit arriver car j’aurais quelqu’un sur qui veiller et je serais trop loin pour assurer mon rôle. Il ne me reste qu’à soupirer hélas, tous les discours que je pourrais trouver lui passeront entre les oreilles aussi sûrement que le vent passe par un trou dans une voile.

- Je ne doute pas que la ville soit très différente de l’Archipel mais ça ne peut pas être aussi inintéressant que tu le dis. Je t’ai pourtant déjà montré qu’il y a plus d’une façon de voir les choses non ? Cela dit, le passage où elle mentionne les ruines m’inquiète quelque peu. Les ruines ? Mais enfin Lou… te rends-tu compte que jouer dans pareil lieu est dangereux ? Tu pourrais t’y blesser. Les pierres ne sont plus stables, le bois de renfort a été abîmé, ce qui est debout peut rapidement s’écrouler et les sous terrains ne sont pas plus stables que la structure extérieure. Je sais que tu as soif d’exploration mais par pitié, trouve un autre terrain de jeu.

Je soupire… cette gamine va me faire vieillir prématurément… Ou plutôt, ma famille au grand complet va s’en charger. Chacun est bien parti pour en tout cas. Ce que me dit Lou me confirme que j’ai raison, ils vont tous me rendre fou. Mais qu’à donc encore fait mon frère ? Dans quels problèmes s’est-il encore fourré ? Destin, Fatalité, donnez-moi la force…

- Je vois… Comment t’en es-tu rendue compte et sais-tu comment cela lui est arrivé. Raconte-moi tout, sois précise, n’omets aucun détail, je compte sur ton sens de l’observation.

J’ai besoin de chaque information. Toutes les précisions pourront m’aider et j’ai la vague impression que les semaines à venir ne seront pas de tout repos. Si tante Freyja apprend tout ce qui se passe, aucun d’entre nous n’en sortira indemne et c’est aussi ça qui m’inquiète…


Dernière édition par Laurent de Brunante le Mer 14 Aoû - 5:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Jeu 8 Aoû - 15:32

Ah ce regard sceptique... Ça m'énerve ! Enfin ils verront bien, tous, que Lou-Ann Jedidiah ne parle pas pour ne rien dire ! J'ai dit maintes fois que j'en avais ras le sabre de cette ville, que l'Audacia et les flots me manquaient et que je partirai (enfin, ça je ne l'ai jamais dit devant maman ni Sésana, aucune envie de finir ligotée à mon lit !) et c'est exactement ce que je vais faire. Parce que, quoi qu'en dise Oncle Laurent, cette ville est VRAIMENT nulle ! D'autant qu'on voudrait me priver du seul terrain de jeu potable des alentours ! Alors avec un sourire angélique (si, si, je sais faire ça, je vous assure !), j'hoche la tête avec des petits "Oui, oui Oncle Laurent" pour ne pas l'encourager à s'attarder sur le sujet. Après tout, nous avons plus important à traiter ! Mais je ne peux quand même pas me retenir de le corriger.

« Ah mais je sais que c'est dangereux ! C'est justement tout l'intérêt de la chose ! L'autre jour, je suis grimpée sur un mur effondré et ce couard de fils de boulanger a voulu me suivre. Bah il a glissé parce qu'une pierre est tombée sous lui et il s'est cassé une jambe. En même temps, c'était bien fait pour lui, c'est un lâche, un mécréant et il croit que les filles ne sont bonnes à rien. Mais c'est normal qu'il soit tombé, c'est un lourdaud. Et un autre coup une poutre s'est effondrée juste devant nous ! J'ai eu un peu la frousse mais je suis restée digne : je suis une pirate ! Alors que Gaspard, le fils du tailleur sur bois, il a poussé une hurlement de fillette ! » Hum à la réflexion, ce n'était peut-être pas le mieux à faire de lui dire tout ça... Bon, rassurons le. « Non, mais ne t'en fais pas, je sais ce que je fais hin ! Et puis je suis prudente, tout ça. »

Je lui tapote la main avec un petit air condescendant. Avant de redevenir plus sérieuse.

« Bah comment crois-tu que je l'ai remarqué ? Parce qu'il ne voyait plus rien, pardi ! Il rentrait dans les murs, il n'arrivait plus à attraper sa chope... Maman a du le nourrir comme Lucy ! Et nous on l'accompagnait partout pour qu'il ne se cogne pas. Mais il n'a pas voulu nous dire ce qui s'était passé. Tout ce que je peux te dire, c'est que c'est arrivé au tout début du mois. Il est parti après... Enfin après, quoi. Et que quand on l'a revu bah... Il ne voyait plus. »

Ma voix s'est faite grave. Un peu triste aussi. Oncle Louis c'est un marin, un vrai, qui sait tout sur les bateaux, les noeuds, les voiles et tout ça ! Et il est libre ! Alors le voir comme ça, j'avoue que ça m'a fait un peu mal au coeur. Un peu beaucoup même. Et même qu'un soir, j'ai une petite larme qui a coulé dans mon oreiller après l'avoir vu s'énerver parce qu'il n'arrivait rien à faire tout seul. Mais ça je ne l'avouerai à personne : un pirate ne pleure jamais.

« Tu crois que c'est grave ? »
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Mer 14 Aoû - 5:43

La conversation sur le danger des ruines étant pour le moins inutiles étant donné la tête de bois miniature qui me fait face, je ne me fais aucune illusions. Elle y retournera, c’est certain, à moins que cette chère Sésana ne la lie séance tenante à son lit ou une chaise. Ou qu’elle ne l’appâte avec de la confiture, ça se serait déjà vu. Allez donc savoir comment elle fait pour parvenir à les calmer avec ce seul mot ? Cela dit, je dois bien reconnaître que j’ai rarement pu goûter à des confitures aussi bonnes, mais là n’est pas le sujet. Il y a plus urgent, plus important, mon frère… que dis-je ? Ma bourrique de frère. Même le comportement condescendant de Lou ne me détourne pas, pour une fois, du réel but de cette conversation.

Ainsi donc, Louis ne voit plus depuis le début du mois et il n’a pas jugé nécessaire de nous faire part de ce qui lui arrivait. Un beau jour, je vais réellement finir par m’agacer de son mutisme à chaque obstacle rencontré. Quoi que la formule la plus exact soit, un beau jour, je vais finir par en avoir assez d’être considéré comme quantité négligeable.
Ce qui m’inquiète davantage, c’est que je sais à quel point la perte de vue l’effraie, la vue de notre père étant ce qu’elle est. Savoir Louis aveugle m’inquiète et pas qu’un peu, les Puissances seules savaient ce qui lui étaient réellement arrivé et lui ne semblait pas vouloir en dire grand-chose puisque n’avait rien dit à ce sujet à personne, que ce soit de vive voix ou bien à l’écrit. Impulsif comme il l’était, il n’avait sans doute même pas songé à en parler. Imbécile.

« Lou, c’est très important. Grave, je ne sais pas mais important, oui. Je vais partir à la recherche de Louis avant de faire ce que je dois faire. J’espère avoir le temps de tout faire mais ça n’est pas garanti. Je trouverais mon frère et ensuite, si mes projets ne se passent pas comme prévu, on me trouvera auprès d’Eram. Écoute bien ce que je te dis, c’est important, tu devras peut-être en parler à ta mère. Je vais suivre la piste de Louis, après, je partirais pour Euphoria, en Sombreciel. De là, si tout se passe bien, je partirais pour Outrevent et ensuite, j’irais en Bellifère. Parles-en seulement si ta mère te pose des questions et seulement à ce moment-là, on est d’accord ? Je peux compter sur toi ? »

Il ne manquerait plus que l’on m’arrête en cours de route. Ça n’était pas envisageable. Les raisons étaient multiples désormais et ce périple devenait plus que nécessaire. Mon frère… Fleur… Eram et Fleur à nouveau. Mais plus que jamais, j’avais besoin de sortir de ce carcan familial trop étouffant où j’étais considéré comme un enfant par les uns et comme un pion par les autres. Mon jugement était peut-être dur mais c’était ainsi que je ressentais les choses aujourd’hui. Je sais qu’ils m’aiment mais cette attitude devait cesser.

« Une dernière chose… Puisque je ne peux t’interdire d’aller explorer les ruines, soit prudente. Je me rends compte que je fais avec toi ce qu’ils font tous avec moi. Tu es une enfant, une grande, c’est vrai, ne me regarde pas comme ça, mais tu ne dois pas oublier ceux qui t’entourent quand tu prends une décision. Fais attention d’accord ? Si tu vas jouer dans les ruines, écris-le quelque part, pour ce qui est de Louis, je m’en charge. »

Ta décision était prise, il ne te restait qu’à partir.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Sam 31 Aoû - 6:58

Fini de rire, l'heure est grave. Enfin, importante, d'après Oncle Laurent. Mais il peut bien dire ce qu'il veut, je le vois bien moi, que c'est surtout grave. Sinon, il n'aurait pas un air si soucieux. J'ai bien fait de lui dire, même s'il refuse que je vienne avec lui. Parce que quand même, je ne voudrais pas qu'il arrive quelque chose à Oncle Louis, surtout à cause de moi ! Et puis, je suis bien obligée d'avouer que je suis inquiète pour lui. Parce que tout ça, ce n'est pas vraiment normal ! Normalement, Oncle Louis c'est le plus fort, il n'a peur de rien, de personne et il pourrait battre n'importe qui avec son sabre. Mais là... Un très court instant, je me sens plus petite fille que pirate. Juste le temps de demander, d'une petite voix : « Tu vas le retrouver sain et sauf, hin ? »

Et puis je me reprends, sourcils froncés. « Promis, je ne dirais rien ! Tu peux compter sur moi. » Parole de pirate, plutôt être pendue au mât de misaine que de le trahir ! Je me lève de mon banc, rajustant le ceinturon de mon sabre autour de ma taille et je le regarde gravement. Tout ça ne me plait pas du tout. Mais alors vraiment pas du tout ! Mais je suppose que pour le moment, je peux difficilement aider plus... Pour mon départ, il me reste quelques détails à régler - avec les petites notamment. Après... j'aviserai. Je sais que je trouverai bien un moyen de partir, d'une façon ou d'une autre, pour rejoindre l'Audacia. Mes affaires sont déjà empaquetées. Et en parlant d'affaires...

« Par contre, tu ne devrais pas partir sans l'essentiel ! » Oh je vois bien à son regard surpris qu'il attend de voir quelle bêtise je vais sortir. Mais ça n'a rien d'une bêtise, loin de là ! Et quelques enjambées, je rejoins le cellier, grimpe sur les étagères en prenant garde de ne rien renverser et attrape un petit pot, là tout en haut, dans un recoin auquel nous ne sommes pas sensées accéder Lena, Lucy et moi. « Je ne sais pas s'il y aura du pain là où tu vas mais ça me semble probable. Par contre, il n'y aura surement pas de confitures de Sésana. Mieux vaut que tu en emmènes un pot. Tu as de la chance, c'est le dernier aux framboises ! » La confiture de framboises... ma préférée. J'espère qu'il mesure l'importance du cadeau !

« Vas-y maintenant, je vais occuper Maman et Sésana le temps que tu sois loin. Bonne route matelot ! » Et sur un dernier salut pirate, je rejoins la salle où Maman trône derrière son comptoir. En attendant de pouvoir prendre la route à mon tour.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   Sam 31 Aoû - 8:24

RP terminé !
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Têtue comme un troupeau de mule   

Revenir en haut Aller en bas
 

Têtue comme un troupeau de mule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer
» Le Polonais comme Langue étrangère
» Comme à Ostende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Hors-Jeu :: Archive rp-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche