Partagez | 
 

 Sigvald Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Sigvald Nightingale   Sam 23 Mar - 7:06


Sigvald

Nightingale





Pomme


Pomme


ft. Alex Pettyfer


16 juin 773

à Lorgol

29

du Royaume de Nihgtingale

à Svanhilde Nightingale

roi de Nightingale

Faucon

Froid

Héraut


Tu es dualité, tu l'as toujours été mais plus que jamais en cette période troublée, tu empêches ton âme de se diviser. L'autre moitié de ton cœur est introuvable car tu refuses de penser que ton amante, ta Svania n'est plus. Sans elle, tu continuerais de lutter, évidement, car ton enfant a besoin d'un père mais la vie paraîtrait bien morne et insipide.
Qui mieux qu'elle pourrait comprendre la noirceur qui se dissimule en toi ? Qui d'autre pourrait apaiser cette part de ton être ? Nul autre ne le pourrait.

Tu reprendras Nightingale à l'homme qui t'as arraché la vie. À cet homme, tu reprendras aussi ton enfant qui ne peut être qu'à tes côtés. Que dis-tu... Votre enfant, la chair de votre chair, cette petite fille qui remplira votre vie de joie si le Destin et la Fatalité l'épargne.
Mais avant d'envisager un futur heureux, il te faut être prudent. La noirceur de ton cœur ne demande qu'à se déchaîner. Tu es conscient que tu es plus que capable d'évincer les difficultés dans le sang, d'user de ta magie pour retrouver ce que l'on t'a volé. La colère, la rage, la tristesse et le sang... Quel piètre héritage léguerais-tu à ta fille si tu te laissais emporter ainsi ? Celles qui te sauveront des ombres de ton être, tu dois les reconquérir.

Tu reprendras possession de ton enfant, ta toute petite Sigal, symbole parfait de l'amour infiniment pur que tu ressens et que tu portes à ton amante, ta Reine, ta sœur, la moitié de ton âme. Tu remueras ciel et terre pour enfin être entier, tu lèveras le voile de la mort, transgressera toutes les règles s'il le faut mais tu n'abandonneras jamais. La mort n'a rien pu faire pour vous séparer alors tu ne doutes pas, chaque pas que tu fais et chaque acte que tu poses ne signifient qu'une seule et unique chose. Ta détermination ne recèle aucune faille et ne tolérera aucun obstacle.

Tu n'étais que tristesse, tu n'étais que chagrin, tu n'étais que trouble, tu n'étais que colère et rage intense. Le néant lui-même semblait avoir envahi l'essence de ton existence. Son sacrifice, votre enfant qu'elle avait confié à un autre, l'homme même qui t'avait empêché d'être à ses côtés, à leur côté. Lentement avant ce sacrifice, la jalousie avait empoisonné ton essence même, ta nature profonde. La vie elle-même avait semblé douloureuse et terriblement injuste. Son sacrifice pour Arven, pour Sigal, pour toi. Mais quand le jour s'était levé sur les ravages qu'avait causé ce sacrifice, tu avais enfin compris que tu n'avais aucun droit de réagir de la sorte, tu n'aurais pas respecter sa décision et chacune de ses décisions, bien que certaines t'aient blessées plus que de raison, avaient un but mais plus que tout, renfermaient tout l'amour qu'elle était capable d'éprouver.
Voilà pourquoi aujourd'hui, tu parcours les chemins d'Arven pour rejoindre Euphoria. En chair et en os, tu te présenteras pour reprendre ce qui est tien. Voilà pourquoi ton cœur et ton âme ne doutent guère.

Tu seras capable de tout pour elles car rien ne peut être vain. Sigal se trouvera bientôt dans tes bras et la mort te rendra le trésor qu'elle t'a pris. Sigal retrouverait bientôt ses deux parents, tu en faisais le serment.

Tu as quatre ans et tu es seul, seul et perdu dans les rues de Lorgol. Tu ne te rappelles plus ce qui t'as poussé à sortir en pleine nuit, peut-être la faim, peut-être la peur ? Non, vraiment, tu ne t'en souviens pas ou plutôt, tu as oublié.
Un homme passe devant toi, s'arrête, te fixe. Tu ne sais pas ce qu'il pense, tu as juste froid. Peut-être te laissera-t-il là, peut-être te chassera-t-il, peut-être te regarde-t-il juste par curiosité. Mais l'homme te tend la main et t'emmène avec lui, il t'installe au chaud et te dit qu'il reviendra, qu'il a quelque chose à faire. Et il est revenu, comme il te l'avait dit, t'emmenant avec lui. Ils t'ont donné un autre nom, t'ont choyé. Tu n'as jamais compris pourquoi tu avais eu cette chance mais tu étais là, heureux, avec des parents qui t'aimaient comme si tu étais leur véritable fils. Tu as fini par oublié le passé, très vite.

Tu as vu le ventre de ta mère prendre du volume. Ils t'ont dit que tu allais avoir un petit frère ou une petite sœur. Aucune jalousie dans ton cœur, seulement de la curiosité et une grande impatience. Alors tu as attendu, presque trop sagement son arrivée. Dès qu'elle est née, tu l'as aimée. Si petite, tellement fragile. Tu étais encore petit toi aussi mais tu voulais déjà tout lui épargner.
Les bêtises qu'elle faisait, tu disais que c'était les tiennes. À chacune de ses chutes, tu t'occupais de ses bobos, tu la relevais, tu la calmais, tu la tranquillisais. Un véritable trésor, tu aurais tout donné pour que rien ne lui arrive. Veillant jalousement sur sa sécurité qui t'importait plus que tout au monde. Une vie dont on ne te dissimulait rien, voilà pourquoi tu voulais la protéger à tout pris, jusqu'à ce qu'elle soit assez forte pour affronter ce monde qui dépérissait, ainsi privé de sa liberté.

On vous annonça un jour que votre père n'était plus. Tu n'avais que quinze ans mais tu fus obligé d'expliquer à ta sœur, ta sœur encore trop jeune pour affronter ce monde. Tant pis, il fallait que tu le fasses, alors une fois seuls, tu lui expliquas, choisissant tes mots avec soin, choisissant de ne rien lui cacher, de tout lui expliquer aussi douloureuse soit la vérité. Votre monde n'était pas un monde tranquille et là encore, tu choisis de la protéger, de l'aider, de lui expliquer, de lui faire découvrir toutes les faces cachées du monde, qu'elles soient bonnes ou mauvaises.
Tu déclinas respectueusement la couronne pour la laisser à Svania, ta petite sœur qui saurait porter bien mieux que toi ce titre. Tu refusas également de devenir Oracle de la Confrérie. Là encore, tu choisis que cette place revenait de droit à ta sœur. Tu veillerais sur elle, évincerait les obstacles.
Tu ne pouvais plus l'épargner alors tu serais à ses côtés, quoi qu'il t'en coûte. On lui enseigne ce qu'elle doit savoir et tu n'es pas en reste bien que ton enseignement soit quelque peu différent. On vous enseigne l'art de tuer, silencieusement, à ne pas laisser de traces. Étrangement, cela ne te répugne en rien. Tu as souvent voulu protéger les autres, porter leur fardeau à leur place, pourquoi ne pas les aider de cette façon ? Plus sanglante, plus vengeresse, tu ne rechignes pas à exécuter froidement, quelque chose en toi, ta part d'ombre se satisfait pleinement de cet apprentissage.
Tu gardes également précieusement le secret de ta sœur à qui chaque nuit, le guide de la Confrérie rend visite. Jalousement, tu la protèges n'enviant que l'amour qu'elle porte au monde. Avec votre mère, elle est la seule personne qui compte pour toi. Elles sont les seules qui importent, les seules dont le jugement t'affecte. Tu grandis, gardien et protecteur de ce qu'il reste de ta famille. Décidé et implacable s'il le fallait.

Arrive malheureusement le jour sombre où votre mère, usée par le temps et les événements, rend son dernier souffle, rejoignant ainsi les générations de Nightingale qui l'ont précédées. Le chagrin qui étreint ton cœur renforce ton désir de protéger ta sœur. Aussi, lorsqu'elle t'invite à prendre la route avec elle pour réveiller chacune des cellules de la Confrérie, tu n'hésites pas, comme une ombre, tu la suis. Quelque part, la jalousie empoisonne ton deuil. Siegfried vous suit lui aussi et entre vous, les chamailleries n'en sont pas toujours, du moins plus aujourd'hui, comme si l'attention de ta sœur devait t'être destinée de façon exclusive.
Durant deux ans, ces voyages n'ont fait que te renforcer dans tes convictions, le monde allait mal et tu avais bel et bien le droit de les aider même si pour cela, le sang devait couler. Mais ce qu'il a de plus notable lors de cette escapade, c'est ces quelques jours éprouvants en Erebor. Tu vaquais à diverses occupations et en quelques instants, c'est comme si quelque chose tirait tes entrailles de l'intérieur. Tu t'écroulas au sol, une inconscience étrange où de temps à autres, tu ne voyais que des lacs gelés, des grottes aux parois givrées, de la neige tombant en rafale. Ton réveil ne fut pas aisé, les hallucinations prirent le pas sur l'inconscience. Lorsqu'enfin, tout fut terminé, tu constatas sur le bout de tes doigts, des flocons gelés, en plein désert. Tu n'en parlas pas immédiatement à ta sœur. Encore bien trop préoccupé par ce qui venait de t'arriver et puis, il y avait plus urgent, les nouveaux mage étaient traqués sans relâche par le tyran, ce faux roi.
Ça n'est qu'au terme de ces deux années que vous parvinrent à Lorgol. Amusant quand on pense que ton père t'avait trouvé dans ces mêmes rues ce soir-là.
Tu pris le temps, d'ailleurs de retourner dans ces ruelles dont tu te souvenais parfaitement, alors que tout ce qu'il y avait eu avant n'était qu'un énorme trou béant dans ta mémoire. Une absence de mémoire qui ne te troublais nullement. Tu avais dû prendre ce temps, en hommage à tes parents. Ta sœur doit vous rejoindre, Siegfried a presque dû te menacer de le suivre pour préparer votre arrivée à Lorgol. Tes pensées se tournent vers elle alors que tu rentres à la Tour Noire.

Vous êtes à Lorgol depuis quelque mois maintenant et tu es devenu un mentor pour les jeunes recrues de la Confrérie. Tu ne les ménages pas, les ménager, ce serait le exécuter toi-même mais tu restes un membre actif de la Confrérie. Les contrats les plus périlleux, les plus dangereux, tu les acceptes. Ce frisson qui te traverse, l'appréhension de l'action te réjouit grandement. Tu sais que cela inquiète Svania mais tu ne peux pas toujours l'épargner hélas.

Alors qu'un soir, tu avais choisi de sortir un moment, seul, pour réfléchir à tes tourments intérieurs, un faucon gerfaut blanc, si tu ne te trompais pas. Tu n'avais jamais vraiment eu beaucoup d'intérêt pour les oiseaux mais ces faucons blanc et noir avait un jour retenu ton attention et aujourd'hui, tu en avais un à tes côtés. Le Destin avait peut-être agi ainsi dans un but bien précis. Toujours est-il que l'animal refusa de s'envoler et de te laisser à ta tranquillité et à tes réflexions. Que du contraire, il s'approche et te pinça l'oreille sans ménagement. Tu faillis avoir un geste malheureux mais tu retins ta main au bon moment.
Il y avait de l'intelligence dans le regard de cet animal, une lueur de complicité et de compréhension. Tu aurais pu jurer qu'il comprenait infiniment mieux ce que tu avais en tête que toi, tu ne te comprenais toi-même. Dans les brumes de tes pensées, un léger cri se fit entendre et puis s'en suivi un événement que tu n'oublieras jamais. Selar, c'était son nom et il ne désirait qu'une chose, te faire rapidement comprendre qui il était. S'en suivi un étrange dialogue entre vous. Tu mis du temps à accepter le phénomène, tout comme tu avais mis du temps à accepter ta magie et à en parler. Quand tu rentras à la Tour, le faucon était posé sur ton épaule et bien que personne ne sembla le voir, ta sœur, elle, en fut surprise, comme s'il savait que tu n'avais aucun secret pour elle. Tu lui expliquas alors cette étrange rencontre que Selar choisit de commenter de temps à autre. Comme tout cela était étrange...

Mais ça n'était pas ce que tu affronterais de plus compliqué. En effet, il y avait un moment maintenant que tu te tourmentais avec tes sentiments. L'amour que tu éprouvais pour Svania n'avait plus rien d'un amour fraternel depuis longtemps. Tu le savais, au fond de toi, mais tu n'avais pas voulu l'admettre mais ce qui avait bien failli arriver entre vous était le pièce du puzzle que tu n'avais pas eu en ta possession jusque-là. Quelque part, tu avais remercié Chimène de vous avoir dérangé. Tu avais pu faire le point sur tes sentiments.
Le cheminement de ces sentiments n'en fut que plus douloureux jusqu'à ce qu'enfin, tu sois honnête avec elle et avec toi-même. Oui, tu l'aimais, tu l'aimais plus que tout et nul sacrifice ne serait vain pour l'épargner et la sauver. Ce ne fut que d'autant plus vrai quand elle t'avoua t'aimer mais il vous avait fallu une longue période de remise en question et de réflexion avant de l'admettre une bonne fois pour toute. Jamais tu n'aurais pu imaginer tout ce qui arriverait à la suite de cette nuit.

Tu étais heureux, tu n'étais pas prêt à affronter ce qui arriva. Tu devais mettre fin au jour de Castiel de Sombreflamme mais rien, rien ne t'avait préparé à ce qui allait t'arriver. Tu t'apprêtais à rendre justice quand la magie se déchaîna contre toi. Tu n'avais pas eu le temps de réagir, de comprendre ce qui était en train de t'arriver. Tu ne pensas qu'à une seule personne, Svanhilde... Ta douce Svanhilde que tu avais juré de ne jamais abandonné. Ça n'est que lorsque Selar fut mis en pièce que tu pris pleinement conscience que la fin était proche. Svanhilde, où était-elle ?

Tu es mort, c’est une évidence, tu le sais, tu n’aurais pu réchapper à pareil déchaînement. Tu as aussi ressenti la mort de Selar. Alors pourquoi es-tu capable d’entendre, de percevoir ce qui t’entoure ? Tu perçois, c’est vrai, mai tu ne ressens ni chaleur, ni froid. Tes sens fonctionnent mais la vie s’arrête là, en toi, pas de vie réellement, tu es… mort. Ton cœur arrêté se sert, Svanhilde. Tu avais juré de ne jamais l’abandonner mais tu es mort. Tu dois lui parler, tu dois la voir, lui dire que tu veilleras sur elle malgré la mort, que tu l’aimeras malgré la mort. Mais depuis quand es-tu… revenu ?
C’est Chimène qui te l’annonce. Voilà deux jours à peine que tu es mort et quelque part, tu te réjouis dans ton malheur, rien ne te séparera de ton aimée, de ton amante, pas même le voile de la mort. Tu es mort mais pourtant, tu peux encore être blessé. Tu ne peux partir la rejoindre, pas encore et ton cœur mort saigne car il te manque la moitié de ton être, tu as besoin de la revoir. Tu ne peux pas… pas encore.

Tu deviens un guide pour les mages en perdition, tu les guides à Dragonvale mais encore et toujours, tu la recherches. Ton désir est bien trop fort, bien plus grand que toutes les règles qui régissent le monde. Dans ton cœur et dans ton âme, ce soir, l’appel résonne, il est trop fort pour le nier. Tu fermes les yeux et te laisser guider. Les distances ne sont rien pour un mort. Te voilà à Nightingale où ta sœur verse des larmes que tu ne supportes pas de voir. Elle te réclame, tu t’approches. Tu l’as abandonné mais tu ne feras plus jamais cette erreur, c’est terminé. Tu seras là pour elle, avec elle, à ses côtés, tu veilleras.
Mais tu l’entends, ton enfant… elle porte en elle l’espoir de Nightingale et d’Arven, elle est ton propre espoir. Qu’as-tu fait en ne renonçant pas, en ne cédant pas à sa demande… par les Puissances, tu n’as jamais eu d’aussi grands regrets dans ta vie que celui-là. Mais tu es là pour elle désormais, refusant obstinément de l’abandonné malgré la mort. Tu renouvelles tes sentiments au creux de son oreille, tu es là et le resteras à jamais.

Mais jamais la vie n’a épargné qui que ce soit sous prétexte que le Destin ou la Fatalité s’acharne. Aussi, de vos deux enfants, un seul à pu naître. Une petite fille tellement semblable à sa mère… Ses yeux, ses si beaux yeux. Tu aurais voulu pleurer ton fils mais tu ne le peux, tu es mort et en toi, la rage n’a jamais été aussi présente, les regrets n’ont jamais été aussi fort. Tu ne pourras être à ses côtés pour la voir grandir comme ton père a été là pour vous. Tu la rassures, tu ne peux la laisser se fustiger pour l’enfant qu’elle a perdu par ta faute, d’une certaine manière. Tu resteras le soutien indéfectible et inaliénable.
Elle t’expose ses plans, ses dispositions et malgré un vague de colère insidieuse et une jalousie extrême, tu comprends ce choix qui te blesse. L’homme qui a pris ta vie s’occupera de votre fille et de votre royaume. Ô Destin, comme tu souhaiterais être en vie pour qu’elle ne prenne pas cette voie. Mais tu n’es plus qu’un spectateur dans ce monde et cette prise de conscience te rend plus coléreux que jamais. Tu trouveras un moyen de revenir d’entre les morts pour elle, pour elles… Pour reprendre à Castiel votre enfant et votre royaume. Quel piètre père tu ferais sinon. Mais tu choisis de soulager le cœur de ta sœur, non pas de lui faire partager tes craintes et tes peines.

Et puis vint cet instant maudit où ton monde tout entier a basculé. Encore une fois spectateur de l’horreur. Tu ne compris que trop tard que Svanhilde comptait se sacrifier pour le bien d’Arven et tu pensas au final qu’Arven n’avait pas mérité un pareil sacrifice. Le prix que les Nightingale avaient payé était bien trop grand. Votre enfant, votre petite Sigal désormais presque orpheline. Tu ressentis de la honte car au final, cela devait arriver… Vous aviez œuvré pour sauver Arven, il n’était pas tant de renier son sacrifice.
Mais ton cœur et ton âme étaient en lambeaux, quant à la douleur, elle devint insoutenable. Lorsque tu ouvres les yeux, ton regard sur le monde est différent. Tu as l’impression insoutenable d’avoir été brûlé vif, d’avoir été foudroyé, d’avoir été noyé. La douleur est physique, alors que tu lèves ta main vers tes yeux, tu ne penses qu’à Svania et Sigal avant de retomber dans une inconscience peuplée de rêves étranges.

Nous sommes en octobre 802 et Arven n’est plus gouvernée par un tyran. Le peuple est libre mais le peuple est-il encore capable de savourer la liberté ? Tu pleures ta Reine, tu pleures la femme que tu aimes d’un amour infini mais tu ne peux céder à la tristesse, tu as fait une promesse. Reprendre ton royaume et ta fille à Castiel de Sombreflamme. Te rendra-t-il ce qui est tien ? Pourras-tu le regarder autrement qu’avec rancœur et haine ? Pourras-tu un jour comprendre ce que Svanhilde a vu en lui au point de lui confier votre enfant et votre royaume ? Tu l’ignores. Mais tu n’es pas entièrement seul dans cette quête. Selar, lui aussi est revenu d’entre les morts mais comme toi, il n’en est pas revenu indemne. Son plumage blanc tacheté de noir reflète maintenant un écarlate discret mais néanmoins présent. Quand le soit venu, le soleil couchant touche ses ailes déployées, on pourrait jurer que le sang versé à votre mort refait surface. Un phénomène qui te fascine mais qui t'effraie également, à quel point avez-vous changé en revenant parmi les vivants ?

La nuit, tu es assailli par autant de rêves que de cauchemars. Le jour, il t’arrive de prêter une oreille attentive à ces voix que tu découvres. Tu as fini par les appréhender avec calme et discernement, à les écouter. Peut-être pourras-tu faire quelques choses pour celles qui réclament de l’aide mais pour l’heure, tu dois récupérer ta fille et ton royaume et puis… trouver un moyen de ramener sa mère, ton aimée, car tu ne peux que croire qu’elle est en vie, quelque part… Tu ne peux abandonner, pas alors que tu vis, à ton tour. Alors tant qu’il te restera un souffle de vie, tu feras ce qui est nécessaire pour le bien tes tiens.

Aussi loin que tu te souviennes, tu avais toujours été heureux. Tu passais ton temps à vouloir partager ta vision du monde, partager ton sourire. Tu ne pouvais supporter la tristesse, la peine et la douleur. Tout cela déteignait sur toi et pesait sur tes épaules aussi. Partager ta gaieté était ta façon à toi d'épargner ton entourage.
Au jour d'aujourd'hui, ta façon d'épargner ton entourage diffère grandement. Ta façon de réagir face à ce monde également. La joie existe encore oui, mais enfermée avec ton enfant, ta toute petite et sa mère qui se trouve tu ne sais où. Ton bonheur ne sera que plein et entier quand ton cœur et ton âme cesseront de se déchirer.

L'amour, le bonheur, autant de choses que tu es prêt à défendre au point d'en faire une priorité presque totale et absolue. Honnête avec toi-même et avec les autres, tu es loyal et lorsque ta confiance est acquise, nul sacrifice ne serait serait trop grand. Tu n'agirais certainement pas sur un coup de tête mais surtout tu ne ferais rien de stupide et inconsidéré. Tu as des priorités qui ne peuvent souffrir d'aucune attente et pour les dites priorités, rien ne sera assez compliqué ou dangereux. Svania et Sigal sont aujourd'hui, les uniques personnes qui comptent à tes yeux au point de franchir chaque obstacle. La témérité... peut-être cela te perdra-t-il un jour, à nouveau... Car quand il s'agit de ta famille, les priorités deviennent obsessions
Les échecs ne forment plus de barrages, ils deviennent des occasions de trouver d'autres solutions, ils renforcent l'acharnement jusqu'à en oublier les bases même d'une vie qui fut un jour. Et ces obsessions qui te consument prennent de l'ampleur, une ampleur que la jalousie nourrit, une jalousie qui empoisonne ton être. S'il y a bien, dans ta vie, deux personnes que tu couves et surprotèges, c'est ta fille et sa mère. Une fille qui se trouve entre des mains qui ne sont pas les tiennes et ton âme déchirée que tu ne peux croire qu'en vie.

Quand elles seront à tes côtés, tes zones les plus noires s'apaiseront, elles sont tes trésors, ton équilibre.



Enjoué
Charismatique
Téméraire
Loyal
Jaloux
Obsessionnel




   

       
Svanhilde Nightingale

       
Scarlett Johansson

       
Calice

       
       
Ta sœur, ton aimée, ta reine. Aussi loin que remonte ta mémoire, tu l’as toujours aimée. Tu n’as eu de cesse que de veiller sur elle pour lui rendre la vie plus agréable, plus belle. Tu étais son soutien, son protecteur, son gardien. Nul ne pouvait l’atteindre sans t’atteindre le premier et pour elle, tu ferais tout même si la chose s’avère au finale, totalement folle. Mais cet amour fraternel s’est mué, au fil du temps, en amour passionnel. Jalousie, besoin obsessionnel d’être remarqué par elle et elle seule. Ta mort n’a pu vous séparer et votre amour vous a donné une petite fille merveilleuse. Mais aujourd’hui, alors qu’elle s’est sacrifiée, tu refuses de baisser les bras, elle ne peut être morte, tu ne le conçois pas. Rien ne pourra t’empêcher de la rechercher.

   

   

       
Siegfried Nibenlungen

       
Christian Bale

       
Mort

       
       
Sénéchal et rival, tu n’as jamais réussi à apprécier Siegfried. Non pas que tu n’avais aucune confiance en lui mais à tes yeux, il prenait trop de place. Tu avais toujours été le seul à veiller sur elle jusqu’à ce qu’il vous accompagne et là est le problème, tu le jalousais. Ce sentiment était fort mal placé mais c’était ainsi. À ta mort annoncée, il sut qu’il serait le prochain Oracle et si tu n’avais eu d’autres préoccupations, sans doute l’aurais-tu tourmenté sans vergogne. Mais aujourd’hui, Siegfried est mort et la Confrérie n’est plus. Avec du recul, peut-être n’as-tu pas fait preuve de maturité dans cette histoire.

   


       
Théobald Montsalvy

       
Josh Hartnett

       
Porté disparu

       
       
Un assassin plus que capable dont les méthodes diffèrent sensiblement des tiennes et pourtant… Pourtant, tu le respectes. Son parcours n’est pas plus aisé que le vôtre et tu comprends son désir de vengeance presque mieux que tes propres sentiments. Chaque mission que vous avez menée à bien ensemble, a été une source d’apprentissage inattendu pour l’un comme pour l’autre. Tu aurais voulu veiller sur lui un peu mieux que tu ne l’as fait à ta mort mais hélas, tu avais d’autres préoccupations en tête. Tu ne peux qu’espérer une chose, que le jeune homme se porte bien et a trouvé une place dans cet Arven nouveau.

   


       
Chimène d'Arven

       
Drew Barrymore

       
Calice

       
       
Tu admirais Chimène et la remerciait pour l’infinie patience dont elle fit preuve à ton égard. Tu ignorais et ignores encore aujourd’hui qu’elle incarne le guide sombre de la Confrérie. Tu l’aurais sans doute mainte et mainte fois remercié de veiller sur ta sœur mais hélas… La rancune te ronge lorsque tu penses à Chimène car elle t’a tenu éloigné des projets de ta sœur, de la femme qui comptait bien plus que tout le reste dans la vie et dans la mort. Tu as été grugé et trahi par la personne même en qui tu avais placé ta confiance après ta mort même si au fond de toi, tu sais qu’il n’y avait aucun autre moyen. Tu n’aurais jamais accepté de laisser Svanhilde se sacrifier ainsi, voilà pourquoi, elle avait agi ainsi et un jour, tu le reconnaîtras…

   


       
Edwin Hameric

       
Penn Bagdley

       
Mage

       
       
Tu te souviens encore avec amusement et respect de ce jeune garçon talentueux venu avec sa famille, vous faire profiter de la beauté de la musique. Tu avais eu à cœur de l’encourager et de lui dire de continuer dans cette voie. Tu étais enjoué et optimiste, tu ne doutais pas, pour ainsi dire qu’un jour, il puisse émerveiller les oreilles de la Cour de Nightingale remise sur pieds. Hélas, le jeune homme devenu mage fut brisé et torturé. Tu crains aujourd’hui qu’il ne puisse s’en remettre, tu ignores à quel point il en a été changé mais un jour peut-être pourras-tu converser avec lui, d’égal à égal et échanger sans que l’un et l’autre, vous ne soyez rongé par la colère.

   


       
Gauthier Coeurbois

       
Richard Armitage

       
Porté disparu

       
       
Gauthier n’était loyale qu’envers une seule et unique personne, ta sœur, ta Svanhilde… Tu ne pus jamais expliquer pourquoi tu te défiais à ce point de lui, quoi qu’en vérité, le fait qu’il puisse penser obtenir ta place a très certainement dû jouer un rôle. Au final, tu ne réussis jamais à t’entendre avec lui et tu évitais bien évidement de l’avoir à tes côtés en mission car tu n’étais pas certain de ses intentions. Aujourd’hui, Gauthier semble avoir disparu de la carte. Sans doute est-il mort. Tu ne pourras donc jamais réellement être sûr de ce qu’il en était.

   


       
Aubépine Haldann

       
Willa Holland

       
Porté disparu

       
       
Aussi loin que tu puisses remonter concernant Aubépine, jamais tu n’as vu jeune femme aussi dévouée et aussi loyale aux Nightingale. Elle semblait tournée vers vous comme un tournesol se tourne vers le soleil. Une loyauté implacable et sans faille, elle approuvait le fait que le trône vous revenait de plein droit. Non, vraiment, tu n’avais jamais vu pareille dévotion. Tu aimais parler avec elle, discuter et en apprendre plus sur ses opinions et ses attentes, tout comme le faisait Svanhilde de son côté. Ni l’un ni l’autre n’aviez jamais refusé de discussion avec qui que ce soit. Tu ne sais ce qu’Aubépine est devenue depuis et tu la chercherais volontiers s’il n’y avait pas plus urgent en ces temps troublés.

   



Pfiou, j'en ai plein ! Cherchez bien ! XD

DV, cey la vie !



Dernière édition par Sigvald Nightingale le Mar 13 Aoû - 14:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   Sam 23 Mar - 10:28

Bon courage pour ce personnage, je suis là pour toute question, ma belle ! :coin:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Admin ♥ Poupée vivante

avatar
Messages : 213
Je réside : à Lorgol
Mon allégeance va : Aux Séverac

Registre
Âge du personnage: 22 ans
Titres:
Autres visages: Hiémain / Le Roi Blanc / Anthim / Philippe / Augustus/ Ermengarde
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   Sam 23 Mar - 14:07

Courage poulette, un nouveau perso et non pas des moindre :geugeu:

Re bienvenue pour la énième et énième fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   Sam 23 Mar - 19:26

Have fun avec Sigvald ^^
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   Dim 24 Mar - 10:03

(re) bienvenuuuue ! :roooh:
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Lumière astrale

avatar
Messages : 257
Mon allégeance va : aux rebelles

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   Lun 25 Mar - 6:09

C'est sans surprise que te valide, ta fiche est bonne =)
Hâte de te voir en jeu. ^^
Pense à passer dans le bottin, pour le reste tu connais la musique =)

_________________

Une fleur sauvage de Sombreciel
aux racines plongées dans l'or du sable d'Erebor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sigvald Nightingale   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sigvald Nightingale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jon Kortajarena ♣ Humain lié de Sigvald K. zamok

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Ton personnage :: Oubliettes-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche