Partagez | 
 

 Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Dim 24 Mar - 16:52


Vaas

Lonero





Captain'


Captain'


ft. Michael Mando


4 Juin 777

sur Lune d'Hiver

25 ans

de l'Archipel

à mon capitaine, à la Marie Sanglante, et à moi-même

un fier pirate de la Marie Sanglante


Témoin


Le soleil se couche paisiblement sur l'immense océan qui borde le continent d'Arven. La mer est d'un calme plat, aucun oiseau à l'horizon, les terres sont lointaines. Tandis qu'un poisson s’amuse presque à sauter en dehors de l'eau de manière régulière, voilà que passe à quelques mètres de lui une immense coque en bois. La Marie Sanglante. Le navire force le passage, dégageant de chaque côté l'eau avec une vitesse de pénétration impressionnante. Le vent n'est pas fort ce soir, mais les voiles le ressentent plus qu'autre chose.
Le pont de la Maria Sanglante est relativement calme, désert presque. Belle journée, bonne récolte, ce soir on dort. Quelques pirates s'affairent encore à surveiller la mer, ces gueules déchiquetées, cruelles, dont le simple regard ferait frémir la pire des créatures. Parmi eux, Etheron et Holvik, deux marins aguerris ayant fait leur preuve sur la Maria Sanglante. On sent, rien qu'en les regardant, qu'ils transportent dans leurs bagages quelques têtes coupés. Après tout, le navire sur lequel ils servent n'est-il pas réputé pour être celui des amoureux de la torture et de la douleur ? Les deux patrouillaient ensemble, comme deux frères de lame. Ils ne lâchaient cependant, pas un mot, se contentant d'observer le moindre détail suspect. Diantre, que la vie pouvait être étrange sur la Grande Bleue. Ils étaient seuls, à première vue. Qu'y avait-il d'autre que la Marie au beau milieu de l'océan ? Dans tous les cas, si ce quelque chose existait, ils l'auraient su en premier. Attentifs au moindre mouvement, ils étaient prêt à sonner l'alerte. Ils passèrent en dessous du grand mât, avant de remonter vers la barre. Ils s'installèrent à l'arrière du navire, et Etheron se contenta de fixer l'horizon déjà noir tandis que son compagnon gardait un œil sur le pont supérieur.

-'Vu l'Capitaine ?
-Hum.
-'Fait quoi demain ?
-J'sais pas.
-Hé. Et Vaas...
-Baisse d'un ton, tu veux.


Etheron tourna le regard vers Holvik avant de jeter un coup d'oeil derrière lui, comme pour vérifier qu'ils étaient bels et bien seuls. Il se pencha de nouveau sur la rembarre et continua, comme si de rien n'était, tout en baissant d'un ton comme demandé.

-Tu le connais bien ?
-Suffisamment pour savoir que j'en parlerai pas tant qu'il est sur le navire.
-Il compte pas bouger hein ?
-Pour sûr, il est fermement attaché à la Marie Sanglante.
-Qui c'est ce type?


Pour la première fois, Holvik détourna le regard, lâchant ses obligations de garde de nuit, et les posa lourdement sur Etheron qui le fixait déjà.

-On sait pas grand chose sur lui. Le vieux Ildre dit qu'il vient de Lune d'Hiver. Une île probablement aussi réputée que ceux qui en viennent. Comme Jedidiah ou Vaas, qui n'a de réputation que pour les actes qu'il a commis. L'Capitaine aimerait pas qu'on parle comme ça d'un membre de l'équipage, mais je vais te dire un truc : reste loin de lui tant que tu le peux. Ce type a vécu difficilement, et c'est comme si il décidait de se venger aujourd'hui. 'Sorte de détraqué avec une lame à la place de sa main droite.
-... il se fera trancher la tête, comme tous les autres.

-Ah ? Content de le savoir.

Etheron se retourna vivement, Holvik leva les yeux, mais aucun des deux ne semblait apeuré. C'était presque logique que ça se passe comme ça non ? Après tout, n'était-il pas lui même le genre d'homme à débarquer sans prévenir ?

-Alors, de quoi vous parliez ? De qui plutôt ? De moi ?
-Faut croire Vaas.
-Tu nous espionnais ?

-J'ai autre chose à faire... mais votre échange m'a interpellé.
-Hum.
-Tu disais quoi déjà ? Que j'allais me faire trancher la tête comme tous les autres ? Mais qui c'est qui va me la trancher?

Sans prévenir, le pirate sortit son couteau et plongea sur Etheron, en le plaçant soigneusement et avec la même précision que la première fois qu'il l'avait brandit sur quelqu'un, sous le menton de sa victime. Holvik observait sans rien dire. Les lois étaient strictes, il savait que Vaas ne transgresserait pas les règles pirates.

-Est-ce que je t'ai déjà donné la définition du mot folie?

Il laissa à sa victime le temps de digérer la situation avant de reprendre, un sourire amusé et malsain au coin de ses lèvres.

-La folie, c'est : refaire sans arrêt la même saleté de chose, en espérant que ça change. Ça c'est la folie.

Il se recula lentement, relâchant la pression. Il gardait le couteau à la main, et marchait de long en large en observant les deux autres marins, toujours ce sourire illuminé sur le visage.

-Et la première fois que quelqu'un m'a dit ça... je savais pas si il se moquait de moi, alors... il mima un égorgement je l'ai tué. Mais en fait.... il avait raison. Et à partir de là, n'importe où je regardais, n'importe où, quand je posais mes yeux sur ces êtres insignifiants qui refaisaient sans arrêt la même saleté chose, encore et encore et encore et encore, en pensant que, cette fois, les choses seront différentes. « Non non non non pitié, cette fois, sera différente »... je suis désolé...

Il se rua à nouveau sur Etheron et plaça le couteau un peu plus près de la gorge et enfonça légèrement la lame, laissant couler un filet de sang entre ses doigts.

-Mais j'aime pas vraiment la façon que tu as de me regarder ! Tu penses que je te mens ? Tu penses que je raconte n'importe quoi ?! Chien !

Le regard de Vaas n'avait rien d'agréable. Il était à la fois expressif jusqu'au bout, et reflétait toute sa folie. Une folie qui le pousserait un jour aux pires atrocités qu'il avait déjà bien entamé. L'autre ne pouvait qu'espérer que ça se tasse, et Holvik commençait à se demander si il ne ferait pas mieux d'intervenir. A vrai dire, avec Vaas, ils ne savaient plus quoi faire. C'était un pirate d'une efficacité incroyable, peut-être pas le meilleur sur le navire, mais il avait sa place depuis le temps. En vérité, c'était son imprévisibilité qui posait problème. Il aurait pu tuer Etheron sur place, sans se soucier du geste qu'il venait de connaître. Oui, il aurait pu le faire, comme il l'avait fait à chaque pillage, à chaque fois qu'il en avait eu l'occasion. Nul autre que ceux de la Marie Sanglante et le Black Rock ne pouvaient prétendre avoir du véritable sang sur les mains, Vaas lui, parlait de carcasses. Il se recula de nouveau, mais son regard n'avait rien d'amusé. Il avait la rage. Il aurait voulu passer à l'acte, on le sentait prêt.

-Je me calme... je me calme... mais, tu sais, je suis déjà mort une fois. Et ce n'est pas comme si j'étais complètement fou bien ?

Il s'approcha d'Etheron, lentement, sans lever le couteau qu'il avait dores et déjà rangé. Il se plaça à quelques centimètres de son visage et ne le lâcha pas du regard.

-Est-ce que je t'ai déjà donné la définition du mot « folie » ?


Vaas Lonero n'est ni un noble de Lorgol, ni même un nomade d'Erebor. Il n'a pas plus de lien avec Sombreciel qu'il ne pourrait en avoir avec Outrevent. En d'autres termes, Vaas ne vient pas d'Arven, ni du continent, Vaas est l'un de ceux qui viennent et sortent de l'Archipel.

La vie de Lonero commence en 777, au mois de Juin. Énième enfant d'une mère prostitué dans une petite ville crade de l'île de Lune d'Hiver, elle l'élève jusqu'à ses quatre ans dans une situation précaire, parfois malsaine. Le garçon n'a évidemment aucunement conscience de là où il vit, ni de ce qu'est une vie « saine » ou même « normal ». Elle l'abandonne assez rapidement, avec une peine lourde, mais sans se retourner. Elle ne peut pas vivre avec un enfant dans les pattes, impossible. Que lui arriverait-il, à lui, si jamais elle se faisait tuer ? Car c'était le risque premier. L'Archipel regorge de pirates, parfois nobles, parfois sanglants, sans cœur, ou sans morale. Des règles, des lois, existent, mais elles ne sont destinées qu'aux pirates, et des femmes comme elle, qui vendent leur corps pour quelques pièces, n'ont le droit qu'à espérer survivre un jour de plus.

Vaas se débrouille alors seul. Tout d'abord pris sous l'aile d'un tavernier pour le moins barbu et rustre, il apprend à être serviable, et assidu dans ses taches. Des gestes qu'il gardera toute sa vie ainsi qu'une façon de faire unique qui le suivra le reste de son existence. Les jours avancent et se ressemblent, Vaas apprend à se faire un nom dans la petite ville, ou même bourgade où il réside. Un nom parmi les jeunes. Personne ne sait qui il est réellement, qui sont ses parents, ou à qui est-il affilié, mais l'Archipel est probablement le seul endroit où personne ne pose de questions. Une véritable tête brûlée se reconnaît de loin, et Vaas n'échappe pas à la règle. Régulièrement, tous les soirs à la même heure, il rejoint le bout de l'île, il contemple l'horizon incertain qu'est celui de l'océan et s'imagine alors voguer sur un navire, en capitaine peut-être, ou même simplement en marin. Un rêve ? Non, une obsession. Le garçon n'a pas beaucoup d'ami, il ne fait que travailler pour le tavernier, crèche dans la pseudo auberge qu'il possède, et vit en espérant avoir l'âge de partir un jour. Vint le jour où, sur un coup de tête, il s'enfuit. Il traverse la ville, d'une traite, et part à travers la forêt dense de l'île. Diantre, vivre seul de cette manière, ça ne lui était jamais arrivé. Il a alors à peine quatorze ans et tout lui semble possible. Fini la taverne, fini les corvées, fini toute cette vie inutile. Il est un pirate, un vrai, et il le restera quoiqu'il advienne.

Vaas ne revient dans sa ville d'origine que un an plus tard. Il est oublié de la plupart des habitants, sauf d'un. Un certain Philippe Jedidiah. Un type qu'il a connu voilà bien quelques années et avec qui il s'était plutôt bien entendu. A vrai dire, Vaas a même considéré ledit Philippe comme son unique ami. Était-ce réciproque ? Aucune idée. Mais pour le jeune homme, ça ne faisait aucun doute qu'il devait le retrouver pour essayer de se refaire un nom... cette fois dans un autre endroit, dans un autre lieu, à une autre échelle. Retrouver Jedidiah ne fut pas très compliqué en réalité. Un pirate ne crèche qu'à un seul endroit quand ce n'est pas sur son bateau en pleine mer : à la taverne du coin, lieu de débauche absolue et d'abandon aux plaisirs de la vie. Dans le souvenir qu'il avait, Vaas voyait la taverne plus propre. Il la redécouvrit d'une saleté abondante et d'une vulgarité sans égale. A vrai dire, rien de tout ce qu'il pu voir ce soir là ne le choqua outre mesure. Il était d'une rigidité d'esprit totale, froid, distant, il n'avait de considération que pour ce qui avait de l'intérêt à ses yeux, et ici, seul le type assis au fond de la pièce n'en avait. Quelque chose avait changé chez Vaas, les expériences vécues pendant l'année, peut-être, quoiqu'il en soit, on sentait chez lui une maturité toute autre que lorsqu'il était parti, et ça, Philippe le remarqua assez rapidement.

De tous les pirates qu'avait connu Philippe, aucun ne lui avait demandé une aussi grande faveur. Jedidiah était au commande d'un magnifique navire. Un vaisseau d'une beauté inestimable. Reconnu dans toutes les mers, c'était celui qu'il fallait intégrer si on voulait prétendre être un jour un « pirate ». L'Audacia. Ça en avait séduit plus d'un. Mais peu étaient rentré disait-on. Vaas était persuadé de pouvoir s'y faire une place. Pas parce qu'il était plus fort, mais parce que c'était le meilleur. Il le sentait, au fond de lui, que c'était un pirate hors paire. Il n'avait jamais trouvé d'égal, et espérait trouver, avec l'Audacia, une véritable famille. Philippe semblait apprécier le garçon qui était bien plus petit mais qui avait, à ses dires, du potentiel. Il l'avait connu haut comme trois pommes, il pouvait bien lui donner sa chance non ? Alors voilà que Vaas embarquait sur l'Audacia. Heureux, et décidé à devenir un pirate reconnu de tous, Vaas n'avait alors qu'une seule allégeance : et elle était pour Philippe.

Les choses ne se passèrent pas exactement comme prévu. Peu de temps après son envol sur l'Audacia, Vaas connu la rudesse de la mer, les nuits à vomir par dessus bord, les tempêtes et autres joyeusetés du genre. Être un pirate n'avait rien de sympathique en réalité, et c'était bien plus beau sur le tableau qu'en réalité. Mais ce qu'attendait réellement Lonero, le pillage, arriva enfin. L'Audacia avait pour réputation d'être un navire de noblesse et d'implacabilité. On ne tuait pas à bord de l'Audacia, on ne s'y résignait que si nous n'avions pas le choix... et le choix, Vaas l'avait eu.
Oui, mais qui était cet imbécile là ?! Pourquoi ?! Pourquoi n'avait-il pas coopéré, comme tous les autres ? Pourquoi avait-il fallu qu'il regarde Vaas de cet air mauvais, comme un mépris, un dégoût ?! Pourquoi ? Pourquoi tout devait partir en l'air quand tout allait bien ! Incapable de résister à la folie meurtrière qui était sienne désormais, Vaas s'abandonna au massacre de ce marin d'Arven. Avait-il eu une fois une telle précision avec un couteau ? S'en rappelait-il déjà ? Le cadavre du marin était méconnaissable, le sang s'enfuyait de toute part, perforé, détruit, il n'était plus qu'un tas de chair infâme. Mais Vaas continuait sa besogne, il en avait besoin. Il se sentait vivant à ce moment là. Faire souffrir l'autre, qui était déjà mort, le détruire, complètement, c'était sa seule envie. Et lorsque les bras des autres membres de l'Audacia encerclèrent Vaas, il cru à une trahison. Il frappa en l'air, il voulait finir son travail. Il hurlait de rage. On osait lui retirer sa victime. Son visage était éclaboussé de sang, ses vêtements baignaient dans la substance, il était, lui-aussi, méconnaissable tant il était terrifiant. Il n'avait plus rien à voir avec le Vaas qu'avait connu Philippe. Il n'avait rien de noble, il n'avait rien d'implacable, il était... un monstre ?

Les choses se déroulèrent mal à partir de là. Vaas fut immédiatement renvoyé de l'Audacia sous les ordres de Philippe. Hors de question de garder un tel sauvage sur un navire aussi reconnu. Alors Vaas commença à haïr Philippe, et à haïr ceux qui se mettaient entre lui et ce qu'il recherchait. Il était incapable de mettre un mot là-dessus, c'était une simple folie qui le menait à rendre sa vie toujours plus étrange et sanglante. Mais il ne désespérait pas. Oh ! Non...

La rumeur courait qu'un navire un peu spécial avait accosté sur une autre île de l'Archipel. Un navire glauque, que beaucoup rechignaient à approcher. On disait qu'il était voué aux amoureux de la torture et de la douleur. Un navire de la mort en somme. Inutile pour Vaas de réfléchir plus longtemps, il s'était lancé dans le périple à la recherche de la Marie Sanglante, et ce ne fut qu'au bout de deux semaines de voyage à travers l'Archipel tout entier, parfois à l'aveuglette, qu'il était parvenu à trouver l'immense vaisseau d'une terreur absolue. On sentait d'ici l'ambiance qui régnait chez lui lorsqu'il partait en mer, on savait déjà ce qu'il annonçait lorsqu'il hissait le drapeau noir. Un bateau comme celui-ci n'avait pas plus de morale et de pitié que n'en avait l'océan, et c'était probablement pour cela que Vaas s'y sentait déjà chez lui.

Monter à bord d'un navire comme la Marie Sanglante ce n'était pas aussi simple que monter surl'Audacia en connaissant son capitaine. Ici, Vaas était seul, totalement seul. Côtoyer des pirates, c'était quelque chose. L'Audacia lui avait au moins appris cela... mais côtoyer des tueurs, des monstres, des « amoureux de la torture et de la douleur » c'était tout autre chose. Avait-il de l'expérience ? A part un abordage … ?

-Qu'est-ce tu cherches toi ?
-Le capitaine.
-Haha ! Drôle comme petiot. Retourne toi et ne reviens pas, t'as pas la trempe.


C'était tout ce qu'il avait reçu comme accueil. Sérieusement ? Au point où il en était, Vaas n'avait plus de limite, plus de recul sur les choses. Il ne réfléchit pas plus longtemps, empoigna son couteau, et attrapa d'un geste vif l'autre pirate. On n'a rien sans rien. Et Vaas était loin d'être le genre d'homme sans force physique. Il avait bien parié en vérité, puisqu'il fut amené au Capitaine presque immédiatement. Certes escorté avec force et lames, mais au moins, il pouvait rencontrer l'homme à qui il prêterait allégeance.

La folie de Vaas n'a de limite que ce qu'il peut atteindre. Encore inconnu sur le continent, il reste fier d'être un des pirates de la terrifiante Marie Sanglante. Vogue sur les mers, de pillage en pillage, de meurtre atroce en acte abjecte. Telle est devenue la vie de Vaas Lonero.

Une vie folle, mais parfaite.





















 « Donne moi la clé de ton cœur... » Ou comment Vaas perdit la raison en plusieurs années. Pirate de naissance, Vaas a toujours connu la Grande Bleue. Il l'a longtemps considérée comme sa seule amie. Il s'asseyait au bord de l'eau, trempait ses pieds avec la délicatesse d'un enfant, et contemplait le large avec une furieuse envie de partir, là-bas, vers le soleil couchant. Évasif de naissance, il a toujours eu l'esprit ailleurs, les idées floues, focalisées sur autre chose que le présent. Peut-être un futur indécis, ou une envie particulière ? C'est un ambitieux, un type qui n'a jamais eu froid aux yeux. C'est d'ailleurs ce qu'il l'a mené petit à petit à vaincre ses peurs, et à devenir l'homme téméraire qu'il est aujourd'hui. On ne connaît plus Vaas autrement que par ses actes atroces. Une empreinte de sang, un cadavre dépouillé, telle est la signature du pirate. Sans aucune considération, ni aucune pitié, il avance petit à petit dans ce vaste brouillard qu'est pour lui la notion de « vie ». Les autres ? Qui sont-ils sinon de simples silhouettes ? « … Accepte moi comme ton sauveur... » Les choses ont commencé à se gâter lorsqu'il a eu à tuer pour la première fois. Choc psychologique ou simple fragilité d'esprit de naissance, rien ne l'aura laissé indifférent au début. Une montée d'agressivité précoce, et voilà qu'il démontre toute sa ruse pour parvenir à ses fins. Vaas est loin d'être un idiot, il est plus malin qu'on ne le penserait au premier abord. Il anticipe, car il déteste les surprises, et plus particulièrement les mauvaises. « … Fous moi sur cette putain de croix ... ». Mais là où l'on reconnaît Vaas c'est à sa fidélité sans faille à ce qu'il choisit de croire. Inutile d'espérer le faire parler sur la Marie Sanglante, inutile même de le faire parler sur son capitaine... tout ce en quoi il place sa confiance devient sacré, et le blasphème lui est impossible. Il est persévérant dans ce qu'il entreprend, que ce soit dans une situation désastreuse ou simplement lorsqu'on le charge d'une mission, il ne faiblit pas tant qu'on ne lui tranche pas la tête. « … Et laisse moi revivre ! ». Mais peu connaissent Vaas. Peu prétendent même le reconnaître. Car Vaas a changé, beaucoup changé. Et plus rien n'est comme avant. C'est un homme tyrannique aujourd'hui, cruel sans aucun doute, n'ayant de considération pour personne. Il ne jure que par l'intérêt personnel, son intérêt, et nullement par le Bien commun. C'est un pirate, un vrai, qui refuse d'être soumis à autre chose qu'à son capitaine, qu'à sa propre volonté. Et les traversées de la Grande Bleue auront eu raison de lui, auront eu raison de son esprit. Capable d'être d'un calme plat pendant des heures et des heures, il est simplement incapable de résister à lui-même lorsqu'il dégénère. Sa colère est telle qu'il en devient violent, hystérique, au point d'être simplement et purement dangereux. La notion de Bien, ou du Mal, n'a plus d'effet sur lui. Au fond, si l'on devait qualifier Vaas d'un simple mot il n'y aurait aucun doute que l'on toucherait au mot « folie ».



   
Fidèle

   
Perspicace

   
Persévérant

   
Rusé

   
Téméraire

   
Bipolaire

   
Agressif

Violent

Malsain

Imprévisible

Sans pitié

   
Sans considération

Sanglant

   
Tyrannique




   

       
Philippe Jedidiah

       
Ian Gruffudd

       
Témoin

       
Lien http de la fiche du lien du personnage

       
Tout aurait pu bien se passer. Tout aurait pu être parfait. Mais non. Non. Il faut toujours qu'il y ait une chose, une seule chose, qui dégénère, comme toujours, comme à chaque fois. Philippe, Vaas le connaît depuis longtemps, très longtemps. Originaires de la même île, Lune d'Hiver, les deux se sont maintes fois côtoyés. Il le savait, lui, que Vaas voulait rentrer sur un navire, il le savait ! Et il l'a jeté ! JETÉ ! Dehors, plus de navire, sans attache, un marin sans capitaine ! CHIEN ! Il a osé le jeter en dehors de l'Audacia ?! Lui ?! LUI ?! On refuse catégoriquement, chez les pirates, de s'entre-tuer, et parfois c'est bien dommage. La haine de Vaas à l'égard de l'Audacia n'a d’égale que celle qu'il porte à Philippe depuis qu'il l'a tout bonnement trahi, lui, qu'il avait longtemps considéré comme un frère. « Le problème avec ceux que tu aimes c'est qu'à chaque fois que tu fais quelque chose pour eux, ils te plantent un couteau dans le dos ! »

   

   
    ...


Bouya ! Alors alors... moi c'est Robin, on m'appelle Rob' généralement, ou Captain' (un jour je vous conterai peut-être l'histoire de ce surnom!), et j'ai 17 ans... ah oui, et je suis un garçon. Grand passionné de l'univers de Tolkien et amateur de Médiéval sous tous ses aspects (ou presque parce qu'en vieillissant y'en a qui m'agacent!). J'ai connu le fofo' grâce à Philippe Jedidiah, (Ou Anthim d'Erebor ou... bref, elle a trente-six comptes alors je m'y perds!), elle m'a complètement converti !

Design épuré et clair, chapeau, très agréable à regarder et à parcourir. Niveau contexte... rien à redire, c'est simplement énorme et pour avoir tenté de créer un fo' sur un univers personnel (je précise le « tenté » !), je tire mon chapeau. Très cohérent, original sous bien des aspects, on sent certaines références sans que ce soit envahissant, bien au contraire, c'est très très sympathique. Donc, bravo pour le forum !



Dernière édition par Vaas Lonero le Lun 25 Mar - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 346
Je réside : au palais de Vivedune
Mon allégeance va : a Erebor

Registre
Âge du personnage: 25 ans
Titres:
Autres visages: Joséphine / Philippe / Hiémain (Le Roi Blanc)/ Augustus/ Ermengarde/ Lionel
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Dim 24 Mar - 17:13

Mon Captain à mwa :love:

Bienvenue, contente que tu sois là et de t'avoir converti !

Longue vie aux pirates aussi :red: *pousse Philippe*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Dim 24 Mar - 17:15

Je dis pas souvent bienvenue parce que j'y pense jamais et que je vais pas trop voir par là. Mais Vaas quoi. Là je ne pouvais pas ne pas venir dire bonjour :P Non mais trop classe quoi sans déconner (oui je suis grossier, ça m'arrive pas souvent non plus ici :P) enfin bref voilà c'est tout. Ah si, toi aussi tu connais Anthim, on est nombreux visiblement XD Vive Anthim :pompom:
Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Lumière astrale

avatar
Messages : 257
Mon allégeance va : aux rebelles

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Dim 24 Mar - 18:53

Hé bien, je te souhaite tout à fait officiellement la bienvenue sur Dragonvale !
J'ai lu ta fiche en détails - merci pour ces compliments qui me vont droit au coeur :roooh:, j'espère que tu te plairas en Arven.
Je pense qu'il y a quelques approximations dans ta fiche concernant l'Audacia, je te laisserai voir ça avec Philippe, en attendant je te valide en l'état car ta fiche est vraiment agréable à lire et plaisante à consulter.
Attention : c'est la Marie Sanglante, et non pas Maria ! ^^

Je te souhaite beaucoup d'amusement parmi les dragonnets ! N'oublie pas de faire recenser ton avatar, et longue vie à toi sur les flots Rocher

_________________

Une fleur sauvage de Sombreciel
aux racines plongées dans l'or du sable d'Erebor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Dim 24 Mar - 21:40

Bienvenue ici ! Super fiche, franchement, j'aime ce personnage, c'est l'amour ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Lun 25 Mar - 2:46

Oh quel personnage !
Ça promet des choses très intéressantes :red:

Bienvenue sur le forum ♥️

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Lun 25 Mar - 2:51

BIENVENUE !

Oui, c'est de la majuscule, toussa mais ton personnage est très intéressant, je plussoie ! J'ai hâte de voir ça en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Lun 25 Mar - 3:33

Bienvenue !

J'espère que tu t'amuseras bien avec nous (et ton psychopathe) ! :p
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 74
Je réside : à Dragonvale

Registre
Âge du personnage: Seize ans
Titres:
Autres visages: Lena
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Lun 25 Mar - 4:43

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Lun 25 Mar - 10:13

Bouaaaaaaaaaaah trop de compliments ! :vv:

Merci à tous ♥️

J'espère qu'il continuera à vous plaire !
Content de voir qu'il y a d'autres tarés de cet amour de Vaas :P

Merci pour la validation ultra rapide, fier d'être en jeu !
Shame on me, je m'étais promis de pas faire cette erreur, et pourtant, me voilà déjà fautif...

Re-merci !
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   Mer 27 Mar - 16:06

Bienvenue à toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vaas Lonero - Gloire à la Marie Sanglante [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anna Marie, Malicia [Terminé]
» Le Havre Marie-Galante GOURNAY GUESNON 17è
» quelque photos d'un paras qui est a bord du louise marie
» anniversaire Marie Christine
» ° FEUGRAY Marie Anne Marguerite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Registres de Dragonvale :: Ton personnage :: Oubliettes-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche