Partagez | 
 

 Seras-tu là ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Seras-tu là ?   Mer 20 Mar - 12:38




08 juillet 802
Seras-tu là ?
Quand nos secrets n'auront plus cours,
Et quand les jours auront passé... Seras-tu là ?
  • Nom des participants : Liam & Lisbeth d'Outrevent
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 08 juillet 802
  • Moment de la journée & météo : En soirée, il n'est pas très tard et le soleil brille encore.
  • Flashback




_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 20 Mar - 13:09

« Je devrais y aller maintenant... »

Ma voix n'a été qu'un souffle, qu'un murmure. Je n'en ai pas le moindre désir. Pas la moindre envie d'aller me confronter à un mur d'incompréhension et de fureur, de devoir m'expliquer et me justifier - encore. Il le faut pourtant - repousser cette annonce ne ferait que compliquer encore les choses. Liam doit savoir, quoi qu'il m'en coûte d'encourir encore sa colère. Un mouvement à la lisière de mon regard m'indique que tu t'approches de la fenêtre devant laquelle je me suis réfugiée. Cette fenêtre d'où j'ai pris l'habitude de contempler le coucher du soleil. D'ici une heure environ, il étendra ses derniers rayons sur les toits de Lorgol. D'ici une heure, il faudra que mon frère sache pour que je ne passe pas une seconde nuit dans l'angoisse de sa réaction. Tes bras m'enlacent en une tendre étreinte, tes lèvres descendent dans mon cou. « Courage. » Un simple mot, un encouragement. Je frissonne. C'est bien plus que du courage qu'il va me falloir pour aller affronter Liam. Pour lui avouer les conséquences désastreuses - et pourtant si belles - de nos actes.
En un soupir je me dégage, attrapant mon châle proche en prévision du froid nocturne qui s'en viendra bientôt.
« Tu m'attendras ? » Une question autant qu'une affirmation. J'aurais grand besoin de tes bras si, comme je le suppose, notre entrevue tourne mal. Besoin que tu sois présent pour me consoler et me rassurer, toi qui a accueilli la nouvelle avec tant de bonheur. En un dernier baiser, j'effleure tes lèvres, avec au fond des yeux une sincère inquiétude. « Je vais essayer de le contenir mais... Sois prudent. » Prudence, oui. Je ne peux présager de la réaction de mon frère. Il a déjà tant vilipendé nos agissements... Difficile de savoir s'il sera fataliste, narquois ou furieux. Et de là à penser qu'il pourrait venir te chercher, armes à la main... Il n'y a qu'un pas que mon imagination franchit trop facilement.

Je me détourne enfin, abandonnant l'emprise de tes yeux, pour rejoindre Yseult qui a attendu patiemment que je me décide. Nous n'avons pas eu à en parler. Il était évident que je devrais faire cette démarche. Et le plus tôt possible. Pas un mot non plus tandis que nous traversons les rues de la capitale d'un pas qui se veut tranquille pour ne pas attirer plus que nécessaire les regards. Je serais curieuse, pourtant, de connaître son ressenti, de savoir ce qu'elle pense de tout cela. D'avoir son avis, simplement, plutôt que ce silence que je ne sais interpréter. Mais l'heure n'est pas à ce genre de discussion tandis que nous nous glissons par des passages dérobés jusqu'à la Tour des Rebelles où j'espère le trouver. A cette heure, il a du regagner ses appartements, cessant de courir en toute la ville pour coordonner les actions. Peut-être même dîne-t-il avec son fils, ce neveu que je connais encore si mal et dont la solitude me touche.
Personne dans l'entrée de la tour. Tous ont du rejoindre famille et amis pour la soirée. Tant mieux, nous serons plus tranquilles pour cette épineuse conversation. Je jette un dernier coup d'oeil à Yseult, qui ne me suivra pas plus loin, et m'engage dans la volée de marches qui mène aux appartements privés du chef des rebelles. Et dans une profonde inspiration, je toque à la porte, entrant sans attendre de réponse.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 26 Mar - 15:46

Nous sommes le 8 juillet 802.

Cela fait un peu plus d'un mois que je suis sorti des geôles d'Augustus. Pendant la première semaine, j'ai refusé de voir qui que ce soit. Je me suis barricadé dans ma tour. Je n'ai fait aucun discours, aucune déclaration. J'avais besoin de repos. J'en ai encore besoin. J'ai subi des tortures si dures, si brutales... J'ai toujours du mal à me dire que j'en ai réchappé.

Par la suite, j'ai accepté de recevoir quelques invités, j'ai accepté que ma sœur vienne me voir, et son regard inquiet fut le plus difficile à tenir, de tous. Je lui ai souris. Elle m'a réconforté. Je n'ai pas voulu qu'elle reste plus longtemps. Puis peu à peu, le temps a passé, soignant les blessures, atténuant les souvenirs. Mon cerveau embrumé a décidé de refaire surface. Mes idées sont redevenues plus claires. Le cours du temps a repris un sens dans ma vie.

Aujourd’hui, je suis de nouveau sur pied, plus décidé que jamais à mettre fin aux horreurs commises par le tyran d'Arven. Plus faible que jamais, aussi, mais en bonne voie pour reprendre la force que j'ai perdu. Cela ne m'a pas empêché, quoi qu'il arrive, de reprendre la tête des Rebelles. Je suis de nouveau régulièrement dans les rues d'Arven, en train de coordonner nos actions et soutenir le moral de nos hommes. Je maudit mille fois ce jour qui m'a vu m'approcher trop près de cette satané tour noire. Par le Destin et la Fatalité réunis, quelle idée m'a donc pris de toucher les pierres de cette tour de malheur ? Pourtant, même après ce qui s'est passé, je ne peux en imputer la faute à ses occupants. Non. Tout est la faute du même homme, d'un seul homme dont l'ego n'a d'égal que sa longévité.

Aujourd'hui, je me repose, j'ai décidé de ne pas sortir, les rebelles se sont une nouvelle fois débrouillé sans moi. Quelques ordres ont été donnés par l'intermédiaire de Kerig et Chart. Quelques rapports m'ont été amenés, aussi. Globalement, la journée a été plutôt tranquille...

Et j'aurais aimé qu'elle finisse comme elle s'était commencé. C'était sans compter sur ma sœur. Ma sœur qui frappe à présent à la porte de mes appartements et entre sans attendre. Je suis assis là, mangeant paisiblement avec Lior dans un silence interrompu de quelques conversations simples et peu forcées. Je la regarde approcher, tranquillement.


« Bonsoir, Lisbeth. Il y a un problème ? »

Je vois à ses sourcils légèrement froncé et à son visage fermé que tout ne va pas pour le mieux. Je peux me tromper, bien sûr... Mais je connais tout de même bien ma sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 27 Mar - 11:02

La porte s'ouvre sur la pièce principale, celle là même où Liam prend ses repas. Seul, le plus souvent. Mais aujourd'hui, c'est en compagnie de son fils qu'il dîne. Pour un peu, je m'en voudrais de venir troubler ce moment entre père et fils, quand je sais que mon frère a si peu de temps à lui consacrer. Pourtant, il y a comme une tension qui s'évapore dans l'air. Comme une gêne qui se dissipe tandis que j'entre. Je suppose qu'il n'est guère facile de trouver à dire à un enfant que l'on apprend tout juste à connaître. Un instant, je laisse mon regard flotter sur ce gamin - mon neveu - que je connais encore si peu. Mes sentiments à son égards demeurent flous. Mais une chose est sure : cet enfant a bien assez souffert d'être ainsi déraciné, je ne serais pas celle qui compliquera encore cette vie nouvelle à laquelle il doit faire face auprès d'un père globalement absent.
Doucement, je me coule sur le banc à côté de lui après avoir embrassé Liam, ignorant la question qui a fusé sitôt mon arrivée. Pouvais-je croire que Liam ne percevrait rien de mon trouble ? Mais il est hors de question que j'évoque le sujet de ma venue devant Lior ou que j'interrompe son repas. D'une part parce que ce n'est pas une question qui concerne un enfant de cet âge, à plus forte raison quand le secret est une priorité absolue. Et d'autre part parce que je ne peux présager des réactions de son père et que je refuse qu'il assiste à quelque explosion de colère dont mon frère a le secret. Un regard seulement entre nos prunelles si similaires et je sais que Liam a compris tout cela, qu'il faudra attendre pour parler que son fils soit parti se coucher ou du moins qu'il ait quitté la pièce.
Conversation badine donc, anodine. Je m'informe de leurs journées respectives, des relations de mon neveu avec la tribu qui peuple la Taverne de la Rose tout en grignotant quelques fruits de saison accompagnés de pain et de beurre. J'aurais pu me joindre réellement à eux, mais mon estomac est de toute façon bien trop noué pour me permettre d'avaler plus de quelques bouchées et se refuse obstinément à savourer un repas complet.

Finalement, son assiette achevée et l'autorisation de sortir de table obtenue, Lior s'éclipse dans un salut si solennel que je ne peux que sourire.
« C'est bien ton fils. » Une ombre de sourire flotte sur mes lèvres au souvenir du gamin si sérieux qui regardait avec un oeil amusé nos bêtises incessantes, qui rappelait à l'ordre sa petite soeur en maintenant que, non l'étang n'était pas un terrain de jeu, pas plus que les tas de crottins des écuries ne constituaient des projectiles acceptables pour une petite duchesse. Sans pour autant refuser de la protéger quand venait le moment où elle en avait assez de courir partout et d'esquiver les représailles et cherchait refuge derrière lui. Ces journées là sont bien loin aujourd'hui. Et nombre de choses ont changé, parfois de manière... radicale et inattendue comme en témoigne ma venue ce soir.
« Il a l'air de se faire à sa vie à Lorgol... » Remarque pensive, pas totalement convaincue. Je voudrais tant pouvoir faire plus pour lui. Je ramène mon regard à mon frère, tendant la main par dessus la table pour seulement sentir la chaleur de sa paume sur la mienne. Profiter juste un instant de lui avant que ne se déchaînent les émotions.

« Et toi ? Comment vas-tu ? » Quelles séquelles te laissent encore ces tortures inacceptables ? Quelles douleurs, quels cauchemars ?

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Sam 30 Mar - 8:01

Elle ne me répond pas. D'un regard, elle me fait comprendre que j'ai raison, qu'elle veut me parler de quelque chose, mais que cette chose ne peut être abordée devant Lior. Nous nous saluons, puis je l'invite à s'asseoir. Tranquillement, nous dînons ensemble, abordant divers sujets. Sa présence est bienvenue, l'atmosphère est toujours un peu tendue entre Lior et moi. La situation est plutôt difficile, il faut bien l'avouer. J'aimerais souvent que les choses soient plus simples, que nous ne soyons pas que deux pauvres hères coincés dans une tour sombre et triste... Je ne m'imaginais pas élever mon fils dans ces conditions... Malheureusement, les images que j'avais des repas de famille dans un grand château d'Outrevent... Sont peu réalisable ces temps troublés.

Elle dis qu'il me ressemble. Je souris. Elle a certainement raison. Je me rappelle de ces années lointaines, quand j'avais son âge, ces années où je me préparais à suivre les traces de mon père. Je faisais taire la fougue qui m'habitait déjà, à l'époque, mais je n'aurais jamais pu imaginer la route que je me déciderais finalement d'emprunter. Cette route de trahison, qui m'a vu écarté de la cour, cette route de combats et de rebellions, qui m'a amené dans cette tour solitaire, à élever un fils sans sa mère. En tout cas, je l'aime, ce petit. Et il est de mon devoir de le garder auprès de moi, de le préparer à ce futur incertain vers lequel nous nous dirigeons. Quoi qu'il arrive, je serais là pour lui.


« Il s'y fait peu à peu, oui... Mais il a toujours du mal à trouver sa place. C'est injuste de devoir le faire grandir cloisonné dans cette tour, à devoir faire perpétuellement attention à ne pas trop se dévoiler. Bien sûr, peu sont ceux qui connaissent pour l'instant les liens qui nous unissent... Mais si la nouvelle devait se répandre, sa vie serait un véritable enfer. Un garçon de son âge et de son sang ne devrait pas avoir à grandir avec de telles perspectives.... Enfin, il s'est fait quelques amis. Il joue un peu avec les filles de Philippe et Freyja... Mais il doit tout de même se sentir bien seul... J'aimerais pouvoir lui offrir bien plus que ça. »

Je m'arrête un instant, pensif, attendant sa réponse. Nous continuons un peu, puis elle me pose la question de ma santé. Dure question...

« On ne peut pas dire que je sois au mieux de ma forme, mais je me remet... Peu à peu. Je n'en reviens toujours pas de m'être fait attrapé de manière si bête. En tout cas, je peux attester qu'il y lieu plus accueillant que les geôles d'Augustus... »

Je grimace légèrement, au souvenir de ces joyeux moments passés en compagnie de mes bourreaux. Je n'en ai plus que des souvenirs très flous, très passagers. Je pense encore n'avoir rien révélé sur la Guilde, mais mes souvenirs sont si confus que je ne peux vraiment distinguer ce qui était délire ou réalité... Ces semaines laisseront à jamais gravée dans mes membres le souvenir des douleurs qui m'ont été infligées.

« Qu'est-ce qui t'amène ici, Lisbeth ? Tu n'a presque rien mangé, tu semble un peu lointaine, inquiète, nostalgique... Qu'est-ce qui te tourmente ainsi, dis moi tout ?... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 3 Avr - 10:58

Quelques secondes encore, mon regard est resté posé sur la porte qui a vu disparaître Lior et c'est sans grande surprise que j'accueille la réponse de mon frère. Quel enfant pourrait apprécier une vie si différente de celle qu'il a connu, dans une quasi totale solitude ? Il courrait probablement au fil des dunes brûlantes d'Erebor et le voilà vivant comme un reclus, au milieu de gens qu'il ne connaît guère, auprès d'un père débordé et souffrant. Un instant, je songe qu'il serait peut-être mieux avec moi, à la Tour de Souffleval où il est venu vivre pendant le si long emprisonnement de son père et les débuts de sa convalescence. Mais ma tour, pour confortable qu'elle soit, ne serait pour lui qu'une prison comme une autre. Je ne pourrais justifier sa présence et ses sorties qu'en lui inventant un rôle de page, de domestique et je m'y refuse obstinément. Pour bâtard qu'il soit, il n'en reste pas moins mon neveu, le premier héritier d'Outrevent. Jamais je ne pourrais le présenter comme un simple serviteur.
Une autre idée me vient à l'esprit, sans doute plus réalisable et profitable pour chacun d'entre nous : ne serait-il pas mieux qu'il rejoigne Outrevent pour qu'une famille de nos fidèles l'élève et lui enseigne nos valeurs ? Là bas, entouré de nos dunes millénaires, il apprendrait à aimer ces terres âpres dont il est issu autant que du sable du désert. La proposition mériterait attention, bien qu'elle suppose la séparation d'un père et d'un fils qui se connaissent déjà trop peu. Mais égoïstement, je n'ai pas envie de me lancer dans une longue conversation à ce sujet. Le bonheur de mon neveu m'importe, évidemment, mais j'ai pour le moment le coeur bien trop lourd de cet aveu que je retiens.

Je passe sur sa santé, sans rien ajouter. Je n'ai de toute façon rien de plus à dire qu'il ne sache déjà, de la peur paralysante à mon bonheur de l'avoir retrouvé en passant par mes inquiétudes et mes voeux de rétablissement. Nous en avons déjà parlé à quelques reprises, inutile d'y revenir encore. Il n'est pas de ceux qui aiment s'apitoyer sur leurs faiblesses, ainsi qu'en témoigne son rapide changement de sujet.

Nous y voilà. Instinctivement, je lui retire ma main, comme pour remettre un peu de distance entre nous. Même si la table qui nous sépare sera un rempart bien maigre. Un soupir, je laisse mon regard se perdre sur les reliefs du repas en cherchant par quels mots commencer. Quelle tactique adopter qui aiguiserait le moins possible sa colère.

« Oui... Oui, il faut que je te parle. Mais avant tout, je veux que tu me promettes de n'avoir pas de réactions inconsidérées. D'écouter ce que j'ai à te dire jusqu'au bout, sans m'interrompre ni m'empêcher de terminer. » Imperceptiblement, ses sourcils se sont déjà froncés et je pourrais presque décrire avec exactitude le mélange de sentiments qu'il ressent en cet instant. Alors avant qu'il n'en demande davantage, je reprends, un sourire peu convaincu aux lèvres : « N'aie crainte, il n'est rien advenu de grave. Mais j'ai besoin de cette promesse. S'il te plait. C'est important pour moi. »

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 1 Mai - 10:56

Elle m’inquiète.
Voilà qu’elle me demande une promesse. La promesse de la laisser parler, de la laisser me dire ce qu’elle est venue me révéler. Quel est ce secret qui devrait tant me toucher que je ne pourrais la laisser finir ? Est-ce que cela risque de m’énerver ? De me surprendre ? De me retourner contre elle ? Moi qui l’aime tant, moi qui ferait tout ce qui est en mon pouvoir pour la protéger envers et contre tout ? Je ne comprends pas. Je ne veux pas comprendre. Est-ce encore une histoire avec Louis ? A-t-elle une nouvelle fois décidé sans réfléchir de prendre des risques immenses en tentant quelque chose, seule contre Augustus ? Qu’a-t-elle bien pu faire ? Qu’a-t-elle bien pu dire ? Je ne sais comment prendre sa demande…

Je cesse un instant de la questionner de mon regard, comprenant qu’elle ne me dira rien de plus tant que je n’aurais pas fait la promesse qu’elle me demande, comprenant qu’il ne sert à rien d’essayer de la forcer. Pourtant, en moi commence à bouillir mon sang. Quel nouveau malheur s’approche à grand pas ? Quelle nouvelle bêtise est venue assombrir notre ciel ? Je soupire. Je suis las de tous ces problèmes. J’ai envie de m’enterrer dans un coin, de retourner comme il y a quelque neuf années dans un village perdu du désert d’Erebor, à ne plus penser à rien d’autre qu’à une femme et au repos.

Cette vie-là n’est pas pour moi.

Je me retourne à nouveau vers ma sœur, qui me regarde de l’autre côté de la table. Elle semble redouter ma réaction. Anxieuse, presque apeurée… Cela ne me dit vraiment rien de bon. Mon visage est sévère, fermé. Tout sourire a disparu de mon visage. Mes yeux se sont emplis de nuages noirs qui ne présagent rien de bon. Ma tête est légèrement penchée en avant, mes sourcils froncés.


« Je te laisserais parler. Je te le promets. Maintenant, dis-moi ce qui se passe. Que ce soit grave ou non, cela semble beaucoup te tourmenter. »

Je la regarde droit dans les yeux, silencieux. J’attends. Déballe ton sac, ma sœur, je suis prêt à entendre tout et n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mer 1 Mai - 14:57

Il promet de me laisser parler, de ne pas m'interrompre. Pas de demeurer raisonnable et mesuré. Et ô combien j'aurais préféré qu'il m'assure de la modération de ses réactions. J'ai bien peu de mots à prononcer et plus qu'une interruption, c'est sa réponse que je crains, qui me fait baisser les yeux. Je me demande soudain s'il est bien raisonnable de lui avouer cette nouvelle qui pèse sur ma conscience et mon honneur. L'espace d'une seconde, l'envie me vient de lui demander cette seconde promesse. Mais ce serait trop exiger de sa patience. Je lis dans ses yeux orageux tant de menace, tant de circonspection... Quiconque s'en serait pris à moi, justifiant ce soir ma présence ici, aurait à craindre pour ses jours tant je lis en lui le désir de me protéger, de m'épargner tout désagrément. Il avait cette même expression sévère à mon arrivée à la Cour, prêt à pourfendre le moindre de mes détracteurs. Le regard d'un frère aîné aimant, protecteur, qui découvrit à Lorgol la crainte de me voir souffrir après tant d'années passées dans le tendre cocon qu'était le château de Souffleciel. Combien de regards méprisants ai-je passé sous silence ? Combien d'insultes minimisées pour éviter qu'il ne décime la Cour toute entière ? Mais ce soir, il n'est de fautif que je veuille voir puni. Et donc personne qui puisse servir de juste exutoire à sa colère.

Je détourne le regard. Incapable de soutenir davantage le feu de question qui embrase ses prunelles, je baisse les yeux vers la table, attrapant machinalement un peu de mie de pain que je triture nerveusement. Il y a bien longtemps que j'ai cessé de jouer avec la nourriture, évidemment mais dans ce cadre si familier, si intime, j'en oublie presque que nous sommes à Lorgol et non chez nous. Longtemps oui... Depuis le départ de Louis sur les flots à vrai dire. Il n'y a meilleurs projectiles que les boulettes de mie de pain. Cette pensée interrompt net mon geste. Malgré les mois de douceur - peut-on même parler de tendresse ? - songer à ce rapprochement, à nos disputes infantiles ne laisse pas de me dérouter encore. Je repose le pain. J'inspire. Profondément.

« Je suis enceinte. » C'est un murmure à peine audible qui passe mes lèvres. Un souffle timide. Un frisson me saisit, malgré la douceur de ce soir d'été. J'ignore si le silence lui a permis d'entendre ces mots, d'en comprendre le sens. Je ne veux pas le savoir. Je voudrais seulement faire volte-face, quitter cette pièce et espérer qu'il comprenne et accepte la nouvelle. Ce serait bien mal le connaître. Et... je refuse de fuir. Il m'est impossible de ne pas parler d'erreur mais il n'y en n'eu jamais de plus belle. Alors je l'assumerai. Contre vents et marées. Contre Liam.

« J'attends un enfant. »

Et en dépit de mon envie de lui en dire davantage, de confesser que je suis consciente de la faute que cela représente, de la tâche sur notre honneur - sur le mien -, je n'ajoute rien. Lui parler du bonheur de Louis, des étranges sentiments qui tourbillonnent en mon coeur depuis que je le sais ne ferait qu'empirer la situation.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.


Dernière édition par Lisbeth de Brunante le Mar 7 Mai - 6:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Mar 7 Mai - 5:34

Pendant un instant encore, je me demande ce qu'elle veut bien me révéler... Quelle nouvelle mériterait de me faire promettre de ne pas m'énerver, de ne pas l'interrompre. J'ai bien connu des fois où elle ne voulait pas me révéler l'identité de quelqu'un qui lui avait fait du mal, qui l'avait menacé, et elle avait si peur de ma réaction et de ce que je pouvais faire qu'elle ne voulait pas me le dire.. Est-ce cela ? Qui a donc osé lui faire du mal ?

Elle me demande de rester calme, de ne pas m'énerver, de ne pas m'interrompre. Et la promesse que je lui fait, même si je ne le dis pas, inclu un peu tout ça.. Pourtant, je sens déjà monter en moi de la colère. Que me caches-tu, Lisbeth ? Parle ! Si quelqu'un t'importune, je saurais lui faire ravaler ses propos ou ses gestes, même sans l'amocher, si tu le souhaite.

Elle souffle quelquechose dans un murmure inaudible. Les mots ne veulent manifestement pas franchir la barrière de ses lèvres. Quelques mots, courts et au sens fort... Voilà à quoi je dois m'attendre.. Que se passe-t-il, au nom du Destin et des Dragons ?

Puis ils tombent. Comme un couperet. Violemment et sans détours. Un enfant. Hors mariage. Mes yeux crachent des éclairs. Je frappe puissamment sur la table en sautant sur mes pieds, avant de rugir en hachant mes mots, d'une voix caverneuse où résonne ma colère :


" Je vais l'étriper ! "

On ne touche pas à ma soeur. Il va l'apprendre, ce foutu plaisancier ! D'autant plus quand on n'est pas dans ses droits ! Quelle honte pour la famille, quelle disgrâce pour ma sœur... Si on l'apprend.

On doit le cacher, c'est évident. Les marier, les éloigner de la Cour... C'était prévisible, bien sur... Mais je ne pensais pas que leur folle échappée était allée si loin. Ha.. Maudit soit le jour ou le Destin a rassemblé ces deux la..

Je marche d'un pas résolu vers la porte, n'écoutant même pas ce que ma sœur pourrait me dire d'autre... Mais avant d'enclancher la poignée... Je me souvient soudainement de ma promesse. Je regarde à nouveau ma sœur, perdue, et j'hésite un instant entre la gifler et la serrer dans mes bras...

Parce que oui, la nouvelle est de taille, et si ce n'est pas ce que ma sœur ai fait de mieux et que j'aurais préféré qu'ils patientent, c'est tout de même une belle et bonne nouvelle. Un enfant.. Preuve de leur amour, preuve que les futurs mariés ne se haïssent pas tant qu'ils le pensaient quelques mois plus tôt.. Un neveux, qui va venir étendre notre famille et donner une descendance légale au couple héritier d'Outrevent...


" Il a combien de mois, cet enfant ? Combien de temps nous reste-t-il pour sauver l'honneur ? "

Mon ton est dur, brusque, froid. Je veux bien remettre à plus tard la rouste que je réserve a Louis de Brunante... Mais je veux plus d'explications, je veux savoir s'il est possible de le cacher assez longtemps aux yeux de la Cour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Ven 10 Mai - 5:48

Je tremble. Je n'ai jamais eu de plus grosse bêtise à avouer mon frère. Aucune de mes erreurs d'enfant n'a jamais dépassé les limites. Alors certes, il y en a eu de belles - surtout en présence de Louis qu'il me fallait absolument dépasser en créativité - mais aucune qui engage ainsi mon honneur et ma vertu. De seulement penser à l'erreur qui entachera à jamais notre nom, je me sens infiniment honteuse. Honteuse, mal à l'aise, tremblante... Et pourtant je persiste à ne rien regretter. Pour ces nuits de tendresse et l'étincelle de bonheur qui illumine le regard de Louis quand il me voit. Pour lui, je ne baisse pas les yeux, en dépit de mon envie de me dissimuler derrière le rideau sombre de mes boucles.

A peine quelques secondes ont passé depuis ce difficile aveu et déjà Liam tempête, de cette voix qui m'effraie par sa violence. C'est un déchaînement en face de moi, de colère, de fureur. Un déchaînement qui me fait me sentir plus misérable encore, plus petite devant lui. Dans un mouvement qui répond au sien, je me lève également, le voyant se diriger vers la porte.
« LIAM, NON ! » Un geste bien dérisoire pour tenter d'arrêter sa vindicte mais c'est de lui même qu'il revient vers moi. Oh je ne m'y trompe pas. La flamme dans ses prunelles est bien trop destructrice pour que je puisse espérer qu'elle s'étouffe d'elle-même. Mais s'il doit s'en prendre à Louis - fassent les Puissances que cela n'arrive pas - au moins aura-t-il retrouvé suffisamment d'emprise sur lui même pour ne pas le tuer, ni se faire aveuglément capturer au détour d'une ruelle.

Il me questionne. Je me rassieds, le laissant me toiser à l'envi. « Je... Environ deux mois. D'après Yseult. C'est... » Deux mois. Et je ne le sais que depuis hier. J'ai peine à penser que durant toutes ces semaines, tandis que nous nous remettions du dernier mariage ducal, tandis que je me tourmentais pour Liam dans sa geôle, cet enfant grandissait déjà en moi. C'est comme si... s'il s'était invité, sans me prévenir ni m'en avertir, pour s'installer là, confortablement sans même que je m'en doute. Je me sens... envahie. Bien sur il y a la joie, bien sur il y a la peur, les doutes et les précautions que nous allons devoir prendre pour que rien de tout cela ne s'ébruite. Mais ce ne sont pas les pensées qui me tournent le plus à l'esprit depuis hier, bien qu'elles se soient très vite imposées. Non, ce qui m'inquiète le plus c'est... moi. Savoir si j'en serais capable, si je saurais être mère - moi qui n'en ai pas eue pour me guider. Mais comment dire cela à Louis, qui n'est que joie ? Comment l'expliquer à Liam qui voit d'abord - et comme je le comprends - la marque sur notre honneur, sur mon honneur.

« Nous allons prendre les dispositions nécessaires, ne t'en fais pas. Personne ne saura. Je n'ai pas plus envie que toi que le bruit se répande à travers tout Arven que la duchesse d'Outrevent n'est qu'une traînée qui n'a pas su attendre le jour de ses noces. » Mon ton est amer. Peut-être n'est-ce pas là ce qui sera le plus enclin à mener mon frère vers plus de mansuétude. Mais je veux qu'il comprenne que je m'en veux moi aussi, que je n'ai pas besoin de ses reproches pour me mépriser. Et que pour autant je n'abdiquerai pas ma noblesse ni mon nom. Cette grossesse sera. Mais elle sera dans le secret, dans l'intimité, jusqu'à ce que mon enfant puisse être présenté au monde.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Sam 11 Mai - 2:07

Elle est enceinte…

Ce mot me reste sur le cœur. Ne pouvait-elle pas attendre ? Il ne restait que quelques mois à patienter, quelques mois et ces deux-là étaient mariés… Étaient-ils si pressés ? Je sais que les conditions étaient… Compliquées… Mais tout de même. Ils auraient attendus un peu, et tout se serait passé pour le mieux… Mais il a fallu qu’ils ne puissent s’en empêcher. Il a fallu qu’un soir, après la fatigue, la peur et la colère, ils s’allongent pour un instant, qu’elle trouve le réconfort de ses bras. Il a fallu qu’elle tombe enceinte.

Je me mords la lèvre. Rien n’est encore perdu, l’honneur est encore sauf… Et puis, je ne suis pas tout blanc non plus... Même si moi, je n’avais plus grand-chose à perdre. … ENVIRON DEUX MOIS ? D’APRES YSEULT ?

Je fulmine.


« Deux mois ?! DEUX MOIS ? Et d’après Yseult ? Comment ? Tu n’as pas pu t’en rendre compte avant ?! Tu le savais, tu savais ce que tu avais fait ! »

Je frappe du poing sur la table.

« N’aurais-tu pas pu faire plus attention ?! »

Je me retourne, frappe à nouveau, contre le mur cette fois. Il tremble un peu. En moi brûle un feu violent, destructeur. Je la regarde, incrédule. Déçu. Elle vient de l’apprendre… Je ferme les yeux, secoue la tête. Elle-même ne doit pas se sentir bien non plus… Elle qui n’a pas eu la chance de connaître sa mère, elle qui ne connaît rien à l’amour, qui a du se sentir si seule en devenant femme, qui doit tellement s’inquiéter de devenir mère… Je la connais mieux que personne, mais sur ces points, je n’ai jamais vraiment pu l’aider. Ce n’est pas mon rôle, ce n’est pas ma place.

Elle me rassure sur l’avenir, me dit qu’il est encore possible de dissimuler leur erreur, que cette annonce chaotique peut encore se transformer en bonne nouvelle. Elle est aussi inquiète que moi de sa réputation. Elle sait tout comme moi ce que l’on dirait d’elle si le bruit venait à s’étendre… Je ne veux que la protéger. Je veux pour elle la meilleure vie possible, le meilleur destin au monde… N’aurait-elle simplement pas pu au moins parler à Yseult de son étreinte avec Louis, qu’elle la guide, qu’elle la conseille… Je ne peux t’aider contre ton gré, Lisbeth… Je hoche la tête en silence. Je m’approche un peu d’elle, plus calme qu’auparavant. Des sentiments contraires se battent au fond de mon cœur, je ne suis pas encore près à venir la réconforter... Peut-être que dans quelques jours, ça ira mieux, je pourrais lui parler. Pour l’instant, le choc de la nouvelle n’est pas encore retombé… Il faut encore que je prenne la mesure des évènements à venir, du temps qu’il nous reste, que je sache quelles sont ces dispositions nécessaires.


« Deux mois… Oui… Cela nous laisse suffisamment de temps pour accomplir le mariage et t’assurer un repli le temps de la naissance… Encore faut-il que nous trouvions un endroit où tu puisses accoucher dans l’intimité… Avec cette Arabella qui traîne dans les pattes de notre père, je ne sais même plus si Souffleciel est un endroit sûr pour les notre… Peut-être qu’à Souffleval, tu pourras être tranquille… A moins que Louis ne tiennes à t’amener sur les flots… Mais je ne crois pas que ce serait une bonne idée. »

Un léger sourire se glisse sur mes lèvres. Non, Je ne vois guère endroit moins calme pour Lisbeth, moins propice à la naissance de son enfant. Ce serait certainement la pire idée que ce maudit marin puisse avoir…

« Et je crois que je vais laisser passer l’affront de Louis envers Outrevent pour l’instant. Ce ne serait pas la meilleure chose à faire par les temps qui courent… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   Dim 12 Mai - 10:21

Ô cette rage et ces reproches, qui font s'inonder mes yeux de larmes mal contenues. Bien sur, je n'attendais de lui ni compréhension ni compassion en cette délicate circonstance et sa réaction est des plus compréhensible. Mais cela ne la rend pas plus facile à accepter pour autant. Moins encore alors qu'il y a tant de rage dans ses yeux, tant de violence contenue dans ses gestes. Je n'ai plus vu mon frère dans pareille rage depuis bien des mois, alors qu'une dizaine des nôtres s'étaient vus exécutés par la faute de notre impuissance. Même notre fugue imprévue ne m'avait pas valu pareille réprobation. Peut-être parce qu'il comprenait, qu'il savait combien j'avais besoin de m'éloigner, sans qu'aucun mot n'ait été échangé entre nous.

Mais aujourd'hui... Chacun des coups qu'il porte fêle mon coeur en deux. Mes larmes, un instant retenues, coulent silencieusement le long de mes joues. Je ne supporte pas de l'entendre me fustiger ainsi. En moi, c'est un tonnerre de protestation qui gronde, un refus absolu de ces critiques qui fusent sans discontinuer, au point que je me surprends à élever la voix.
« Oui... OUI, deux mois ! Navrée de te l'apprendre Liam mais je n'ai pas à proprement parlé choisi de tomber enceinte ! Ce n'est pas comme si cet enfant m'avait demandé mon avis ! » Dans ma voix, l'amertume est perceptible. La colère, également. « Alors non, je ne m'en suis pas rendue compte avant. Sans Yseult... je n'en saurais toujours rien. Je ne suis pas... Je n'ai jamais été... » Attentive à ces choses. Désireuse d'apprendre sur ma nature de femme. Aujourd'hui, plus que jamais, je regrette de n'avoir prêté aucune attention à ces précieux enseignements que voulait me prodiguer Stepna. Comme évanouie, la colère s'en est allée, ne me laissant que doutes et regrets. Je me sens tellement désemparée.

Dans mes mains, j'enfouis mon visage en un murmure.
« Je n'ai pas imaginé une seule seconde que cela puisse se produire... Mais les faits sont là. Et je ne peux y remédier. Seulement espérer limiter les dégâts. Nous allons partir. Louis et moi, j'entends. A Souffleval. Au moins là-bas, je serais certaine de n'être ennuyée par personne et Stepna veillera sur moi. Elle s'assurera du silence des domestiques. Il y aura bien le risque que Marisa vienne nous visiter mais... nous trouverons bien une échappatoire. »

Un soupir m'échappe à entendre ses dernières paroles, pourtant conformes à mon souhait : qu'il ne s'en prenne pas à Louis. Mais la manière qu'il a d'évoquer cette situation me dépasse, m'irrite. Ne peut-il donc comprendre qu'il n'y a eu nul affront ? Bien sur notre comportement n'a pas respecté le strict cadre des convenances d'Arven mais avant toute chose, c'est moi et moi seule qui suis fautive de m'être laissée emportée par la fatigue, l'émotion et les sens. Si ma vertu s'est égarée avant mes noces c'est uniquement ma faute puisque j'y ai consenti de mon plein gré et avec bonheur.

« Cesse de parler d'affront. Nous étions déjà fiancés. C'était une erreur, je te le concède. Mais qu'Eimaren m'en soit témoin, il ne mérite pas tant de mépris de ta part. » Ma voix est lasse. Je suis fatiguée de me disputer avec lui à ce sujet, fatiguée d'essayer de lui faire valoir que ce qu'il considère comme une vulgaire sauterie était... bien davantage, pour lui comme pour moi. Fatiguée en fait, de l'entendre sans cesse décrier Louis et de devoir le ramener à plus de raisons dans une étrange inversion des rôles à laquelle je ne m'habitue pas.

_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Seras-tu là ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seras-tu là ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
» Guillaume Musso
» J'étais Marin...Tu seras Marin mon fils ...suite et fin
» baby blues en fin de grossesse?
» (F) ROSE LESLIE ≈ Tu seras ma muse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles :: Tour de la Guilde des Rebelles-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche