Partagez | 
 

 Idées sombres gelées au gré des pensées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 Invité


Invité
MessageSujet: Idées sombres gelées au gré des pensées   Ven 23 Aoû - 2:03




30 octobre 802
Idées sombres gelées au gré des pensées
Instincts noirs


  •  Nom des participants : Sigvald Nightingale & Liam d'Outrevent
  • Statut du sujet : Libre
  • Date : 30 octobre 802, durant l'entretien de Mélusine avec le Roi des Voleurs
  • Moment de la journée & météo : Durant l'entretien de Mélusine avec le Roi des Voleurs, la météo lui est égal
  • Saison 2, chapitre 1





Dernière édition par Sigvald Nightingale le Ven 23 Aoû - 2:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Ven 23 Aoû - 2:04

Tu étais de nouveau de retour à Lorgol, grand mal t’en fasse. Tu n’avais connu que le malheur dans cette ville mais peut-être que cette fois, il y aurait un peu de bonheur dans ton horizon. Tu te devais d’être fort, d’être fier, tu étais Roi de Nightingale, le seul en tout cas à pouvoir en revendiquer le trône. Cependant, les choses ne pouvaient rester ainsi. Qu’est-ce qu’un Roi sans Reine et sans descendance ?
Ta Reine ne pouvait être que Svanhilde, tu n’étais pas entier sans elle, elle faisait partie de toi. Deux parties d’une même âme qui était pour l’instant déchirée. Tant et tant de morceaux à rassembler et tant de rage… Tu n’étais qu’un homme à qui la vie n’avait fait aucun cadeau. Alors oui, tu récupèrerais ton aimée et ta fille à tout prix. Rien ne serait insurmontable tant que tu n’aurais pas retrouvé l’entièreté de ton âme.

Malheureusement, tu ne pouvais qu’attendre, attendre et espérer que l’on te rende ce qui était tien. Tu espérais que ce que vous aviez entrepris avec Castiel et Mélusine serait couronné de succès car tu étais prêt à geler cette satanée tour des Voleurs et la démonter de tes mains pierre par pierre pour retrouver les tiens.
Castiel serait une autre histoire et pour l’heure, de sombres sentiments te revenaient à l’âme, au corps et au cœur. Rongé, tu l’étais, ça avait presque toujours été le cas et plus encore ces derniers temps, ces sombres pensées, ces sombres envies qui t’avaient étreintes pendant ta jeunesse revenaient. Un flux et un reflux de poison dans tes veines, des choses que tu ne pouvais expliquer et qu’une seule personne avait pu dompter jusqu’alors. Mais cette personne, ta sœur, n’était pas là pour contenir le phénomène, amadouer ton obscurité.

Sur tes doigts, du gel, du givre s’effritant au fil de tes pensées. Dans le ciel, Selar qui vole en chasse et son sentiment déteint sur toi sombrement. La chasse, la traque… Tu connais bien, tu as chassé à ta façon lorsque la Confrérie existait encore. Peut-être avais-tu besoin de cela, le sang te manquerait-il tant que cela ? Etait-ce l’absence des tiens ? Le désespoir lent qui s’insinuait dans tes veines ? Tu l’ignores, tu l’ignores mais ton état n’est pas à prendre à la légère, tu le sais, tu te connais et tu as appris à composer avec ce que tu ressentais. Cependant, la tâche est ardue.

Assis dans la ruelle où ton père te trouva, tu tentes de te reprendre car tu le dois, tu es Roi.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Lun 2 Sep - 14:03

Depuis hier, l’énergie nouvelle qui m’habite ne se tarit pas. Aujourd’hui, j’ai repris contact avec de nombreux amis. J’ai repris la recherche de ma sœur, dont les nouvelles me sont parvenues par Laurent il y a maintenant plus d’une semaine. Elle ne désire apparemment pas être retrouvée. Grand bien lui fasse, je vais la sortir de ses vacances loin du monde. J’ai besoin de réponses à mes questions, je les trouverais. Je suis passé par la taverne de la rose, j’ai contacté d’anciens Rebelles passés Voleurs, j’ai envoyé des lettres, parlé à de vieux amis… En une journée, j’ai rassemblé plus d’informations que pendant tout le mois qui vient de passer. J’ai déjà de bonnes pistes sur la cachette de ma sœur, j’ai appris beaucoup de choses sur les nouveaux Rois d’Outrevent – que ces titres leur vont mal – j’ai pris les noms de plusieurs mages qui sont sortis de Dragonvale pour le « problème Aerandir »… En bref, je n’ai pas chômé.

Et je ne suis pas sur le point d’arrêter. Ce soir, je suis en route pour la tour d’un mage qu’on m’a conseillé d’aller voir. Certains disent que c’est un charlatan, d’autres que c’est la source de nombreux miracles… Je trancherais. On verra bien s’il est celui qu’il prétend être.

J’en suis là de mes pensées quand je sens la température descendre bien trop brutalement pour que ce ne soit naturel. Je me mets sur mes gardes, m’arrête, jette des regards un peu partout autour de moi. J’avance prudemment. Il est là. Assis dans une ruelle, un homme qui rumine sur son sort. Des reflets de lumières me viennent de ses mains. Des bagues ? Non… C'est... De la glace. Un mage. Ma main se porte, inconsciemment, vers mon épée. Il a l’air mal en point. Je m’avance lentement. J’ai l’impression de me voir, hier, dans une ruelle pas si loin d’ici…

Ce visage, que je vois de profil, me dis vaguement quelque chose… Mes neurones fonctionnent à toute vitesse… Je crois que cela me revient. C’est un homme que je n’ai vu que de rares fois, beaucoup plus jeune… Un jeune homme qui est aujourd’hui un homme, tout comme moi. Un visage dont j’ai contemplé le portrait, dessiné ou peint, un certain nombre de fois, lorsque je me renseignais sur la Duchesse de Nightingale… Un mort.


« Sigvald… »

Un murmure, à peine audible.

Un mort revenu à la vie. De nombreuses rumeurs ont couru sur le frère dont l’amour était si fort qu’il l’a retenu à la frontière du royaume des morts. Celui que j’ai remplacé à la naissance de deux enfants en Nightingale. Celui dont j’ai ouvert la tombe pour y enterrer un bébé mort-né. Je frissonne. Et ce n’est pas uniquement le froid qui est venu glacer mon échine. Les mots me manquent, je suis muet de le voir ici, assis dans cette rue, à attendre, à ruminer de noires pensées. Je le regarde avec insistance, le dévisage. Est-ce que je me trompe ? Est-ce que mon cerveau surmené me joue des tours ? Je suis un peu perdu, je tente de remettre une chronologie sur les rumeurs que j’avais jurées fausses. Foutue magie. Je hais cette foutue magie et toutes ces manifestations contre nature. Les morts sont passés de l’autre côté et devraient y rester, même si cela est souvent particulièrement difficile, c’est ce qu’a décidé la nature. Et, comble de tout, ils ne devraient encore moins revenir en volant la vie d’un autre être… Enfin, ça n’a pas l’air d’être le cas de Sigvald. Revenu pour Svanhilde… Revenu pour une morte, ou au moins une disparue… Quel chagrin… Quelle tristesse… Je comprends qu’il soit là à remuer des idées sombres…


« Sigvald… Je n’ai jamais eu l’honneur de faire vraiment votre connaissance, mais je suis si heureux d’être là aujourd’hui pour pouvoir vous soutenir… Quel sombre destin que le vôtre, quelle sinistre fatalité… Mais venez, levez-vous, ce n’est pas un endroit pour parler. Acceptez l’invitation d’un homme à venir partager un moment au calme, près de la chaleur d’un bon feu de cheminée. »

Je lui tends la main, plonge mon regard dans le sien. Mon regard est chargé d’empathie, je partage sa peine et voudrais pouvoir lui transmettre mon espoir et ma force, si fraîchement retrouvés. Ce n’est pas un roi qui parle à son confrère, c’est un homme qui parle avec un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Lun 2 Sep - 15:13

Roi et abattu. Combien de temps devras-tu attendre pour en apprendre plus sur ce qui se trame chez les voleurs ?

Les Puissances avaient été cruelles à ton égard ces derniers temps. Mort, non-mort, père absent, revenu à la vie de façon brusque et violente avec le cœur déchiré par un sacrifice trop grand. Sur le moment, tu avais jugé la perte trop grande, Arven ne le méritait pas.
Tu étais revenu à de meilleurs sentiments depuis mais les sacrifices que votre famille a consentis… Combien seront-ils à venir s’ajouter à ceux déjà passés. Le peu de tranquillité que tu avais pu récupérer avant de te mettre en route pour récupérer ta fille et ton royaume avait volé en éclat.

Qui était donc l’homme capable de voler ses plus précieux liens avec le monde à un homme ? Peu de gens te savaient en vie et les rumeurs nombreuses se multipliaient à ton égard. Tu n’en avais cependant cure, tu avais autre chose à faire. Une seule mission te restait aujourd’hui, plus importante que toute autre. Revoir Svanhilde, serrer Sigal dans tes bras.

À l’évocation de ton nom, tu sursautes, poignards en mains, Selar plongeant en piquet pour te rejoindre. Mais bien vite, ton cœur s’adoucit et la température redevient celle qui doit régner à cette saison, fraîche et non pas glaciale.
Liam d’Outrevent. Allié parmi les alliés, homme valeureux qui fut présent à ta place lors de la naissance de tes enfants. Un homme à qui tu dois beaucoup mais à qui tu ne peux hélas rien promettre pour l’instant.
Tu inspires, avançant ta main pour serrer la sienne tel des égaux.

« Les épreuves des Puissances ont sans doute un but mais j’ignore si je suis capable d’un jour l’entrevoir tant le chemin est ardu. Je suis ravi de vous rencontrer enfin face à face Liam. Je vous dois infiniment et ma dette sera payée, je vous le promets. » Tu regards autour de toi. Pourquoi attendre dans le froid et dans les rues une réponse qui ne viendra sans doute que tard dans la nuit ou le lendemain… Tu jettes un coup d’œil sur les tours de Lorgol avec un regard aussi aimant que violent. Finalement, les souvenirs se disputent la souveraineté de ton être. « Allons où bon vous semble Liam, chacune de ces rues est gravée dans ma mémoire et il n’y a qu’une chose que j’espère ce soir. »

Tu suis Liam, tu as confiance. La méfiance est dans ta nature, c’est évident mais en Liam tu as confiance, il a mis tes enfants au monde, a permis à Sigal de vivre et a pris soin de ton fils mort-né. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur que tu ressens soudain le poids de cette soirée, la douleur de l’attente.

« Je suis votre obligé Liam, dans ce monde et dans l’autre tant que je n’aurais remboursé ma dette à votre égard. Svanhilde m’a compté ce que vous avez fait pour notre maison. Au nom des Nightingale, vous serez toujours le bienvenu et votre famille pourra compter sur la nôtre. Je me vois obligé cependant de mettre cette promesse en attente. Quelque chose de plus urgent m’occupe, un choix égoïste mais que j’ai choisi de prendre en toute connaissance de cause. Je pense que vous approuverez, vous qui êtes un homme juste et droit. »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Sam 14 Sep - 10:54

Je le relève. Il me suit.

Sigvald Nightingale… Ombre de son passé, mort revenu à la vie. Mes pensées s’agitent. Je n’ai jamais voulu croire ces rumeurs. Je n’ai jamais voulu croire à la magie… Et pourtant aujourd’hui je suis submergé par sa présence, partout. Plus rien n’est normal, tout devient possible… Mais ce n’est pas pour le meilleur, non… C’est souvent pour le pire.

Entre les murs ternes de cette ville désolée par la ruine dans laquelle j’ai choisi de rester, sombrer dans la décadence pour enfin mieux me relever, je guide nos pas dans ce dédale chaotique. Si la Guilde des Voleurs a pris le contrôle de ces lieux, elle ne fait pourtant pas beaucoup d’effort pour les remettre en ordre. Çà et là gisent de grandes pierres, morceaux de colonnes, pans de murs de Dragonvale, de maisons alentour, du palais… On ne sait plus bien. Certaines maisons se relèvent, d’autres abandonnées par leur famille et par toute aide des dirigeants de cette ville, sombrent dans la noirceur de l’oubli et de la décrépitude. Lorgol, la belle Lorgol aux Mille Tours que j’ai tant haïs pendant toutes ces années… Je ne peux pourtant que regretter aujourd’hui sa décrépitude et constater à quel point les ravages de la Chute ont terni sa beauté… Lorgol… Qui était déjà admirable du temps d’Augustus, qui devait être resplendissante du temps d’Eïmaren… Capitale des huit duchés, cœur et joyau d’Arven… Abandonnée de tous, laissée pour morte à des voleurs et pilleurs de tous genres… Tristesse…

Je mène nos pas vers la Tour des Rebelles, là où un peu plus de deux mois plus tôt j’ai accueilli la sœur, l’amante de cet homme fatigué qui me suit aujourd’hui. Je lui indique un canapé dans lequel se reposer, attise le feu dans la cheminée. Le temps reste un moment en suspens. Je fais un signe à l’une de mes servantes, pour qu’elle nous ramène des boissons chaudes. Même si Sigvald ne doit pas détester le froid, avec ses pouvoirs hivernaux, je me dis que ça pourrais lui faire du bien. Moi, en tout cas, ça me requinquera un peu. Même s’il a cessé de refroidir la température depuis un moment déjà, il ne fait pas bien chaud en cette période de l’année. Je m’assois un instant, ferme un peu les yeux et souffle, profitant un peu de la chaleur du feu dans l’âtre.

C’est lui qui rompt le silence qui s’était brièvement installé. Je le laisse parler. Puis je m’étire lentement, prenant le temps de méditer un peu ses paroles. Enfin, je plonge mon regard dans le sien.


« Vous ne me devez rien, Sigvald. Je n’ai fait que porter secours à une femme qui n’en avait que trop besoin. Mais racontez-moi, quel est ce choix que vous avez fait ? Qu’est-ce qui vous retiens ici à Lorgol, qu’est-ce qui occupe ainsi vos pensées et vous afflige à ce point ? »

Des yeux très clairs, emplis de chagrin et de solitude. Quel but pouvait-il encore avoir ? Avait-il retrouvé les traces de Svanhilde, disparue après la Chute ? Ou peut-être celles de sa fille, Sigal. Qu’étaient-elles devenues ? Savait-il quelque chose ? Si je pouvais l’aider d’une quelconque manière, je le ferais. Cette famille avait assez souffert. Bien assez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Dim 15 Sep - 14:05

Tu suis cet homme valeureux par choix parce que Svanhilde lui a accordé sa confiance, parce qu’il a confié ton fils mort né à vos ancêtres, parce qu’il a accueilli tes enfants sur le sol de Nightingale à ta place. Liam et toi vous ressemblez peut-être mais s’il est guidé par le bien des autres, ce dont tu ne doutes guère… Tu es guidé par des sentiments bien moins nobles en cet instant, bien plus égoïstes et sombres. Tu n’hésiterais pas un seul instant à prendre une vie pour récupérer ton enfant, ta petite Sigal mais aussi ton aimée que tu sais au moins… en vie.

Avançant aux côtés de Liam, tu observes la ville. Ces rues, tu les connais bien, un frisson te parcourt. Combien de fois ne les as-tu pas arpentée au nom de la Confrérie ou pour assouvir quelque soif de sang. Lorgol est une ville qui sombre à l’image de votre royaume il y avait encore de cela peu de temps. Aucune terre ne devrait se voir affligée pareille traitement mais cela t’es égal.
À l’heure qu’il était, tu ne te préoccupais que d’une seule chose. Ta famille, la seule qui te restait, tu étais focalisé sur ce but unique et Selar, sombre oiseau dans la nuit noir vint se poser sur ton épaule se fichant pas mal d’être vu de Liam. Chasseur comme toi.

Enfin assis, tu te laisses peut-être aller un peu. Tu accueilles la boisson chaude avec un remerciement, contrôlant tes émotions au mieux pour n’indisposer personne, pour ne pas refroidir bêtement cette chaleur bienvenue.

Liam, égal à lui-même refuse ta dette mais elle existe et sera payée, quoi qu’il t’en coûte lorsque tu auras honoré la promesse faite à ton cœur.

« Je ne peux vous contredire, elle avait besoin d’une épaule sur laquelle se reposer, elle n’en a que trop supporter. Peut-être ne voulez-vous pas de mon aide ou de ce service mais sachez que sur mon honneur, si d’aventure, mon aide était requise, elle vous serait acquise. » Tu ne peux faire autrement, c’est ainsi que tu fonctionnais et ainsi que tu fonctionnerais. À jamais. Les yeux plongés dans les flammes, tu ne peux t’empêcher de penser à Castiel, à Svanhilde, à Sigal, aux voleurs. « Au moment où nous parlons, Mélusine de Séverac s’en est allée parler au Fils des Ombres en personne. La Guilde des Voleurs, il y a quelques jours, a dérobé à la garde de Castiel de Sombreflamme ma sœur et probablement ma fille. Jusqu’alors, j’ignorais qu’elle avait pu survivre à l’affrontement qui avait eu lieu au palais. Leur place est à Nightingale, avec moi. C’est à moi de veiller sur elles et non à Castiel. Je suis dans l’attente, dans le doute et cela me ronge aussi sûrement qu’un poison mortel. »

Et tu étais encore loin de la vérité, tu en étais même bien loin. Mais Liam n’avait aucunement besoin de connaître l’étendue des ténèbres qui siégeaient en ton âme et en ton cœur. Tu réchauffas ton corps gelé en buvant une gorgée de la boisson que l’on t’avait amenée sans pour autant décrocher ton regard de l’âtre. Contrôle de tes pensées, contrôles de tes émotions. Ne pas se laisser emporté, jamais ou la mort viendra.

« Je suis dans l’attente et je ne sais rien. Les Puissances me tiennent au creux de leurs mains. Je n’ai qu’une solution en cet instant. Patienter, rester calme et prier que l’on me rende mon enfant et sa mère. »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Dim 15 Sep - 15:12

Son aide me serait acquise.

J’acquiesce silencieusement, en souriant. Ça, ça me va. Ce que j’ai fait ne mérite nul serment, mais cette promesse, une promesse de cœur, d’ami, me va mieux. Ce que j’ai fait, je ne l’ai pas fait pour lui, je l’ai fait parce que cela devait être fait. Parce que nulle ne mérite pareil accouchement dans la solitude, l’ignorance et l’oubli. Surtout pas la Reine de Nightingale, qui s’est battue, quel que soit ses méthodes, pour Arven.

Les méthodes… Sigvald, comme Svanhilde, a, je le sais, trempé dans les affaires de la confrérie. Il y a quelques temps, cela m’aurait violemment révulsé. Leurs pratiques, leurs notions de châtiments divins, le fait qu’ils se prennent pour des Puissances capables d’infliger la mort à ceux qu’ils jugeaient coupables… Ils n’avaient à mes yeux pas grand honneur, et leur âme semblait avoir sombré dans des lieux où je n’aurais jamais voulu mettre les pieds.

Mais aujourd’hui, alors que je contemple Sigvald, alors que le temps a passé, que bien des événements se sont écoulés, que je suis passé dans le corps de Svanhilde, que j’ai combattu à ses côtés le tyran, que j’ai même bu du sang humain, que j’ai fait et subit tant d’autres choses… Non, leurs actes ne m’horrifient plus. Seule leur tristesse m’accable et leur histoire me peine. La Confrérie a accompli sa tâche, et s’est dissoute dans les ténèbres, volutes dissipée par le vent. La mission a été remplie, et ils ont su avoir la sagesse de s’arrêter là. Je les respecte d’autant plus.

Il me parle de Svanhilde, de Sigal, de Castiel, du fils des Ombres. Je l’écoute sans broncher. Alors qu’il termine, je le regarde boire une gorgée, fixer le feu. Ainsi Svanhilde est en vie, Sigal est en vie. Et je n’en ai même pas entendu parler en passant par Euphoria, alors qu’elles y étaient vraisemblablement, ou y sont au moins passées. Dérobées ? Qu’est-ce encore que cette histoire ? Svanhilde Nightingale dérobée, sans mettre ses « voleurs » et sa geôle à feu et à sang ? J’aimerais bien voir ça.

En attendant, je regarde Sigvald devant moi, qui semble luter pour garder le contrôle, le regard fixé sur les flammes dansantes. Sa main, légèrement crispée sur sa tasse, en dit long. Jusqu’où cet homme est-il rongé par le malheur et la tristesse, jusqu’où serait-il prêt à aller pour récupérer sa sœur, sa femme, son enfant ? Il est sûr, en tout cas, que ses retrouvailles avec Svanhilde et Sigal sonneront comme une libération bien méritée.

Je le laisse un moment ruminer ses pensées en silence. Comme lui, je me mets à contempler les flammèches ardentes qui valsent devant mes yeux, laissant sur mes rétines une scène flamboyante, me ramenant par instants loin en arrière, quand nous nous réchauffions aux coins du feu, durant les durs hivers d’Outrevent. Un temps lointain… Que j’espère n’avoir pas perdu à jamais.

Dans le calme de cette Tour bien vide, qui tombe par endroit un peu en ruine, à l’image de la ville dans laquelle elle se dresse, nous partageons ensemble ce moment de silence, de paix et d’intimité, comme deux amis qui n’ont pas besoin de mots pour exprimer leurs peines. L’ambiance est bien loin d’être tendue. Je ressens, au plus profond de mon être, son besoin de ne pas être pressé, sa lassitude, son besoin de se reposer. Il reprend la parole, et ce n’est qu’alors que je réponds :

« Gardée par Castiel de Sombreflamme, dérobée par la Guilde des Voleurs… Les malheurs semblent ne jamais vouloir vous lâcher. Mais, si je puis poser la question, comment se fait-il que Svanhilde soit ainsi passive ? Comment peut-on voler la reine de Nightingale ? »

Je détache mes yeux de l’âtre, le regarde de nouveau. Mes mots sont murement réfléchis et ma décision est prise.

« Enfin… Sachez-le, si vous acceptez mon aide, je serais là, à vos côté, pour récupérer votre sœur. Quoi qu’il arrive, c’est libre qu’elle doit être, libre d’être à vos côtés. Si elle a mérité une chose, c’est bien ce droit. Que le Destin nous réserve la fin de son choix, ma lame est votre. Nous libérerons Svanhilde, quels que soient les obstacles. »

Dans mes yeux, sous mes sourcils légèrement froncés avec sérieux, cette détermination sans faille que m’a rendu hier le Fou Noir, au plus profond de l’abysse. Nul serment, nulle promesse, juste une parole du cœur qui vaut bien plus que tous les engagements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Mar 17 Sep - 7:19

Tu vois à son regard qu’il préfère te savoir présent s’il avait un jour besoin d’aide plutôt que tu puisses avoir une dette envers lui. Dans ton cœur, la chose reste identique et tu le feras de bon cœur si jamais la vie t’épargne à nouveau jusque là.

Si vos méthodes différaient largement, les rebelles étaient là pour Arven tout comme vous. Les assassins de la Confrérie, en plus d’apporter de l’aide et un peu de justice, ont été un merveilleux catalyseur pour certains d’entre vous. Tu n’étais pas stupide, tu voyais, tu savais, qui prenait plaisir à tuer et qui tuait par devoir ou vengeance. Quelque part au centre, Svanhilde a toujours été la seule à maintenant un équilibre salutaire pour ton esprit, un équilibre rompu que tu tentes pourtant de protéger pour elle et ta fille aujourd’hui aux mains des voleurs.
Quoi qu’il en soit, la Confrérie est aujourd’hui bel et bien éteinte ou en sommeil. Votre devoir accompli, elle n’avait plus lieu d’être. Tu as vérifié et la chose a été faite, les volontés de Svanhilde, respectées…

Le regard fixe, perdu, les articulations figées comme si tu étais dans l’attente d’une proie quelconque, tu secoues la tête. Les instincts de Selar t’affectent parfois autant que tes pensées l’affectent et tu ne peux te permettre de te glisser dans ses chasses ou ses projets de chasse. Il te pique l’oreille pour t’obliger à revenir sur terre. Tu grognes légèrement, plus par blasement que réel mécontentement.

« Il semble en effet ne pas vouloir me quitter, pourtant, je ne l’empêche guère de s’abattre sur la tête d’un autre, voire de ne pas s’abattre du tout. »

La question de Liam est légitime, il va falloir que j’y réponde même si la gorge me serre et que ces sentiments me rongent.

« Svanhilde est… coupée du monde. Le dragon qui l’a aidée, Sage, lui a promis la paix, le repos éternel. Elle repose désormais, selon ses souhaits, mais à la merci du monde. Voilà comment ils ont pu dérober son corps. Je suis arrivé en Sombreciel dès que possible pour me retrouver confronté à cette réalité. Ma fille a été dérobée quelques jours plus tôt par la Guilde également, nous en sommes certains. Et si mes relations avec Castiel de Sombreflamme ne sont que cordiales, il me faut reconnaître qu’il est affecté par cette perte presque autant que je le suis… Je récupérerais Sigal et Svanhilde. Mon geste est égoïste, j’en suis conscient, mais je ne peux la laisser dans sa paix malgré le prix qu’elle a payé. Quoi qu’il m’en coûte, c’est de sa bouche que je veux entendre ses souhaits et qu’ils me plaisent ou non, je m’y plierais. Votre lame est la bienvenue Liam, la mienne sera votre lorsque le temps sera venu et que je me serais acquitté de mon égoïste entreprise. »

Oh oui, tu te sais égoïste, tu le sais. Mais cet égoïsme est profondément encré en toi cette fois. Tu apprendras la vérité de sa bouche, tu entendras ses souhaits, tu t’y plieras mais pour l’heure, tu veux la retrouver et pour cela, tu es prêt à tout et ça n’est pas un euphémisme. Jamais tu n’as été plus sérieux, plus déterminé.

« Mais Liam, vous n’êtes pas plus épargné par la vie que je ne le suis. Nous n’avons jamais été que des bras armés. Comment vous portez-vous ? Comment se porte votre Royaume ? Comment se portent les vôtres ? »

Tu ne peux être égoïste plus longtemps car si tu es un homme blessé, celui qui te fait face ne l’est pas moins. Derrière la force se cache parfois bien des choses. Tu le sais mieux que quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Mar 24 Sep - 10:59

Le sommeil éternel. La paix.

Cela ne m’étonne pas tant que ça que Svanhilde ai pu souhaiter pareille chose… Mais je suis pourtant si déçu pour elle, mais surtout pour Sigvald, Sigal… Qu’elle a laissé derrière elle. Cette fille mérite une mère, cet homme mérite une femme. L’entreprise est peut-être égoïste, mais qui ne l’est pas, après tout ? Et en quoi cette action pourrait nuire à autrui, sinon aux voleurs, qui en soit, sont entrés en possession d’un bien sur lequel ils n’ont nulle légitimité. Je ne sais si Svanhilde doit être réveillée, mais elle ne le sera de toute façon que si elle ou son Dragon y consent. Il est donc de toute façon plus logique et juste qu’elle soit entre les mains de Sigvald, qu’elle se réveille ou non. Le Destin décidera du reste. Pour cela, j’aiderais l’homme abattu qui se tient en face de moi, cela me semble le bon choix à faire.

Je bois une gorgée de ce thé bouillant qui glisse dans ma gorge.


« Je ne sais si elle doit être réveillée, et je comprendrais qu’elle ne le souhaite pas, malgré votre présence à tous les deux, toi et ta fille. Cela dit, sa place, endormie ou non, est avec vous et non à la guilde des Voleurs. Je vous aiderais à l’en sortir. Qu’elle se réveille ou non, je pense, est un choix qui lui revient à elle. Nous pouvons l’aider à le prendre en la ramenant à vos côté, mais la décision, quoi qu’il arrive, lui appartient. Cela dit, je sais que la forcerez en aucune sorte à sortir d’un sommeil si elle désire y rester. Je vous fais confiance, et vous ne me décevrez pas, je le sais. »

Il me questionne sur mes propres malheurs. Dois-je lui dire tout ce que j’ai sur le cœur ? Je ne sais pas… Mais après un court silence, les mots viennent d’eux même. Je le regarde dans les yeux, ces yeux bleus, froids et tristes, qui m’hypnotisent et me poussent à parler, à partager mes douleurs avec les siennes.

« Mon père est mort et mon Royaume n’est plus mien, il m’a été pris par une certaine Arabella. Par la force de la loi, je lui dois allégeance… Mais je ne peux pas. C’est au-dessus de mes forces. Alors je rassemble des hommes… Je vais reprendre mon trône, par la force s’il le faut. Ma sœur a disparu, et étrangement, cela ne me fait pas vraiment de peine… Je crains au fond de mon cœur que quelque magie ne soit à l’œuvre de ce côté-là, comme à bien des endroits en Arven. Je ne suis pas sûr que nous ayons bien fait de la faire revenir… Je ne suis pas sûr que ces Dragons qui ont si longtemps veillé sur nous en gardiens… Soient les mieux à même de savoir ce qui est bon pour nous. »

Un instant, je sens à nouveau les doutes fourmiller dans mon cœur. Mais je n’en tiens plus compte.

« Enfin… Je vais me battre. Je vais me battre contre tout ce qui nous arrive. Car seul un homme fort qui se bat pour ceux qu’il aime peut prétendre à les retrouver et être heureux. Contre vents et marées, je combats les troubles qui secouent notre continent. Tant que la Mort ne m’aura pas réduit au silence, je serais debout, à faire face. Aucune magie ne m’enlèvera cette volonté. Aucune douleur ne me fera plus plier. Je serais là pour les miens, ou je ne serais plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Lun 7 Oct - 8:02

Tu n’as jamais pu oublier ce qui s’est passé lorsque le fragment d’âme de Svanhilde s’est réveillé. Tu n’as jamais pu oublier ce qu’elle t’a dit et pourtant tu ne peux la laisser reposer ainsi. C’est ton devoir de la ramener avec toi. Si elle souhaite après cela rester dans un profond sommeil, tu le lui accorderas pour l’éternité mais en attendant, tu refuses tout simplement de l’abandonner. Svanhilde t’est vitale tout comme ton enfant.

« Je ne sais non plus si elle doit être réveillée. J’agis plus par égoïsme que par bonté et j’en ai conscience. Si je faute, je paierai le prix qu’il faudra mais pour l’heure je ne peux la laisser là. Et si réellement elle ne souhaite jamais sortir de ses songes de paix et bien… ma foi je n’aurai qu’à me plier à son choix mais je veux en être témoin et avoir toutes les cartes en main. »

Tenter… encore et toujours. Tu n’as pas le choix. C’est le seul qu’il te rester. Essayer, encore et encore.
Tu écoutes Liam à ton tour et ses tourments sont aussi forts que les tiens bien que différents. Tu ignorais tout cependant de la fin du Roi d’Outrevent et tu consent que le seul apte à monter sur ce trône soit Liam. Il doit régner, Outrevent sont ses terres tout comme Nightingale sont les terres de ta sœur. Quant à la magie et bien…

« Je suis navré d’apprendre cela et je vous aiderai dès qu’il me sera possible de le faire. Vous avez ma parole. Nul autre que vous n’est en droit de régner sur Outrevent, nul n’est plus digne que celui qui a combattu pour rendre sa liberté à Arven. En ce qui concerne la magie mon ami… Elle fait partie de moi et je ne puis la renier. Quant aux dragons… ils ne sont pas tous mauvais mais certains d’entre eux ne sont clairement pas nos alliés. Je crois qu’il faut s’en méfier et agir avec prudence en ce qui les concerne. Je pense également qu’il ne vaut mieux pas les contrarier sans avoir l’assurance que les conséquences ne seront pas extrêmes. »

Sage pourrait approuver ou nom, c’était tes pensées et il les connaissait déjà. Il ne pouvait qu’approuver sous bien des angles. Il connaissait bien ses congénères et leurs dérives. Il ne pouvait pas te blâmer de te méfier des siens et parfois même de lui, surtout depuis qu’il avait refusé d’évoquer clairement ce qui s’était passé pendant ton retour au monde.

« Vous êtes un homme d’honneur et de paroles. Je ne puis en dire autant de moi-même. Je suis convaincu que vous parviendrez à vos fins Liam et je le souhaite. Je prie le Destin de vous aider et la Fatalité pour qu’elle se mette en travers du chemin de ceux qui causeront du tord aux vôtres. Quant à la Mort… Je ne sais que vous répondre. Des jours sombres s’annoncent à nouveau, ne nous voilons pas la face. Quel que soit le temps que ça prendra, nous vainquerons encore pour le futur de nos enfants. Ils vivront dans un monde meilleur que le nôtre. »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Mer 16 Oct - 16:09

Pour le futur de nos enfants…

Oui, c’est pour eux que je me bats, pour eux, pour Outrevent, pour Arven… Même si mon propre fils est pour moi un quasi inconnu, et qu’il est aujourd’hui hanté par le corps d’un homme… Je n’ai ni femme, ni vraiment proche famille. J’ai perdu tant de gens, tant d’amis, tant d’aimés… Mais à quoi bon abandonner ? A quoi bon n’être qu’une feuille déchirée portée par le vent ? Non… Tant que je vivrais, je resterais Liam d’Outrevent. Vous pouvez tous compter sur moi comme vous l’avez toujours fait, je resterais l’homme que j’ai été, même si mes buts s’évanouissent dans la brume, mêmes si mes choix se troublent. Devant moi, mon cap est clair, redonner à Arven le souffle de vie qu’elle a perdu. Faire de ce monde un lieu de bonheur, où tout un chacun aurait le droit de vivre en paix, sans craindre la folie d’un Tyran, les attaques d’une race soi-disant supérieure ou même les dérives de quelque Puissance perdue. Qu’importe que les obstacles soient bien trop grands pour moi seul, c’est en se battant tous pour nos idéaux qu’on parviendra un jour à faire pencher la balance.

Je regarde Sigvald et tout ce qu’il a perdu. Lui aussi est sur le point d’abandonner. Il ne souhaite que le retour de sa femme et de sa fille, mais qu’adviendrait-il si elles étaient définitivement perdues ? Que deviendrait Sigvald Nightingale sans elles ? Pourrait-il redevenir un homme ? Pourrait-il devenir un Roi, l’un de ceux dont l’on parlera encore dans les siècles à venir ? Seul l’avenir nous le dira. Je le souhaite pour lui.

Je me lève enfin, m’approche de lui, pose une main chaleureuse sur son épaule. Je suis debout à ses côtés, mon regard se perd sur les tableaux accrochés aux murs de la Tour derrière lui…


« N’oubliez pas, même au plus bas de ce gouffre, qui vous êtes. N’oubliez pas qui vous avez été et qui vous pouvez encore devenir. La Mort est notre lot quotidien, la tristesse et les larmes sont choses communes en ce monde qui sombre peu à peu dans les ténèbres. Mais nous avons le droit et le devoir de luter. Vous avez encore en vous la force de devenir un Roi, un Roi qui soulèvera des montagnes. Votre peine est immense en votre cœur, mais seule la joie de vous sentir à nouveau vivant pourra un jour la remplacer. Ne prenez pas la voie des ténèbres que j’ai failli emprunter moi-même. Sachez faire le bon choix, sachez vous battre, quel qu’en soit le prix. La mort n’apporte rien d’autre que les larmes de ceux qui restent. La lutte apporte le bonheur de ceux que l’on sauve. Un jour prochain, nous nous tiendrons tous les deux face à face, nous aurons tout deux récupéré un royaume qui comptera sur nous. Et nous saurons les mener vers la lumière. Ensemble. »

Je recule d’un pas et plonge mes yeux dans les siens.

« Hier, une ombre m’a tendu la main et m’a aidé à comprendre ce qui était important. Êtes-vous prêt aujourd’hui à relever la tête à votre tour ? »

Je tends la main vers lui. Libre à lui de la prendre. Ses choix et sa vie ont été difficile. Il a eu à affronter la Mort elle-même, quand j’ai eu à affronter l’Enfer des geôles d’Augustus. Nos peines ne sont pas comparables et bien différentes. Mais je le sens capable de s’élever au-dessus d’elles comme je suis parvenu à le faire. Et si ce n’est aujourd’hui, ce sera un jour prochain. J’espère au moins que mes paroles auront pu d’ici là guidé son esprit vers de meilleurs sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Lun 28 Oct - 6:22

Vos enfants… Oui, ils méritaient bien meilleur futur que celui qui s’annonçait. Mais à quoi ressemblerait-il ce futur ? Tant de questions sans réponses et qui n’en trouveront peut-être même jamais. Ce monde, tu n’es plus tout à fait certains qu’il soit le tien.
Mort… revenu à la vie… Tu as l’impression de traverser ce monde telle une ombre. Il était tellement plus facile de vivre dans l’ombre et d’exécuter les traîtres, les scélérats et les meurtriers des innocents. Ta fille ne devait jamais savoir, cet héritage ne devrait jamais être le sien. Si tu parvenais à réveiller Svanhilde, tu ferais cette requête en temps voulu. Il vous fallait éviter de tels héritages à vos enfants sans pour autant ne pas les préparer. Le Destin est parfois capricieux et pouvait à tout moment semer des embûches.

Si aujourd’hui ta quête était vaine… Tu disparaîtrais sans aucun doute. Tu n’y pensais que maintenant. Si tu ne pouvais revoir les tiens, tu abandonnerais. Tu tiendrais tes promesses, tu offrirais ton aide à Liam, à Castiel mais tu ne serais plus Roi, tu ne serais plus Sigvald Nightingale… juste un nom inconnu dans l’histoire. À quoi bon lutter quand il n’y a rien ?

Tu relèves les yeux pour fixer Liam qui vient de poser une main chaleureuse sur ton épaule. Tu l’écoutes et tel est le problème. Tu ne peux oublier celui que tu as été ni même celui que tu es, sans parler de ce que tu pourrais devenir. Ce qui se cache en ton cœur, tu en as plus conscience que jamais. Non, ton âme n’est pas pure, elle n’est pas belle. Tu te demandes qui s’en rendra compte un jour, qui te croira enfin ?
Liam a de belles paroles, plus que toi, infiniment plus que toi il mérite de porter sa couronne et de relever son royaume. Rares sont ceux qui ont l’étoffe des plus grand et il en fait partie. Tu aimerais croire que tu es capable de pareilles actions.

Oui, tu aimerais être un jour l’homme qu’il décrit, mais seul… le peux-tu seulement ? Seras-tu capable de singer le bonheur pour tes sujets si tu combats seul ? Si tu es seul ? Seras-tu capable d’affronter les années ? Peut-être…

« Je ne suis pas fait de votre étoffe Liam… mais je suis prêt à relever la tête oui. Qu’advienne que pourra tant que je suis maître de ma destinée. »

Tu tends la main à ton tour pour saisir la sienne. On ne refuse jamais une main tendue mais toujours tu prendras garde à ne pas entourer de tes ténèbres ceux qui t’entourent. Un jour, peut-être, ces ténèbres disparaîtront-elles… Mais vivre sans elles est-il encore possible ? Cela, tu l’ignores et il faudra que tu fasses avec si cela arrive.
Pour l’heure, tu viens de promettre à Liam d’Outrevent de lutter à nouveau, de relever une fois de plus la tête et de faire face. Tu ignores si tu en es encore capable mais tu le feras car tu tiens tes promesses… jusqu’à ce que tu ne puisses plus les tenir.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   Lun 28 Oct - 6:23

RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Idées sombres gelées au gré des pensées   

Revenir en haut Aller en bas
 

Idées sombres gelées au gré des pensées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Karma (Gelée de douche)
» Biscuits à la gelée & aux noix ou flocons de maïs
» la gelée de pomme c'est le moment
» gelée de pommes pour cristou
» Gelée de champagne aux huîtres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: La Cour des Miracles :: Rues et ruelles-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche