Partagez | 
 

 Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Mar 6 Aoû - 9:18




21 août 802
Nul pardon pour cette trahison
Crying at all is not allowed ☸ Not in my castle on a cloud


  •  Nom des participants : Sigvald ☸ Svanhilde
  • Statut du sujet : Privé
  • Date : 21 août 802
  • Moment de la journée & météo : Peu après midi
  • Saison 1, chapitre 5




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Mar 6 Aoû - 9:18

Il neige. Dans un silence ouaté, environnée d'un blanc intense, j'avance à pas mesurés dans la paix solennelle de cet hiver familier qui me rappelle les heureuses années de mon passé envolé. Aucun souffle de vent ne vient agiter l'air – le seul mouvement dans cet univers de flocons est le mien alors que je traverse ce paysage empreint de la féerie gallienne à la lueur d'une aurore boréale. Une féerie de cristal, oui, parmi les glaciers de mon enfance – à la différence que je ne m'enfonce plus jusqu'aux genoux dans le moelleux tapis blanc mais jusqu'à la cheville seulement... et que le froid me glace jusqu'aux tréfonds de mon être.

Ici, dans mes appartements de Dragonvale où j'ai étiré les longues journées de mes derniers mois de grossesse, jamais encore le froid n'avait été aussi intense. De complice et amical, il s'est fait rage et douleur, et les larmes silencieuses qui s'échappent au ras de mes cils se transforment en perles de glace sur mes joues. Il neige, et j'ai froid – je suis gelée, broyée vive par ce néant, cette absence de chaleur qui me dévore toute entière. Ce même froid irrévocable qui doit tourmenter si fort Sigred dans son tombeau – dans ce caveau hanté par les ombres, où il repose couché près de son père parmi les fantômes brisés des espoirs de jadis, parmi les rêves massacrés d'une enfant trop vite grandie. Mon fils, mon premier-né, sacrifié sur l'autel d'une guerre qui n'était pas la sienne, victime innocente que j'ai moi-même offerte en pâture aux ténèbres qui me rongeaient toute entière, à cs démons assoiffés que j'avais invoqués lorsque la Rage du Sang m'a possédée et qu'en son étreinte enivrante je me suis abandonnée. Je ne pourrai jamais le pleurer entièrement – car jamais je n'aurai assez de larmes pour exorciser ce chagrin obsédant qui hurle en mon cœur une symphonie de deuil et de regrets. Et dans l'écrin de mes pensées défilent tous ces souvenirs qui ne seront jamais de radieux lendemains, les rires d'un petit garçon aux cheveux blonds et aux yeux d'un azur étincelant sous l'or flamboyant de sa couronne, ses premiers pas, ses premiers mots – tous ces vœux et ces prières inutiles, éparpillés aux quatre vents. Cet enfant de Sigvald que j'ai condamné sans le savoir – cet enfant de Sigvald que j'ai tué en l'étouffant dans mes ténèbres.

Alors j'avance dans la neige comme une condamnée marcherait à l'échafaud, comme une martyre d'Ibélène portant sa croix – j'avance vers Sigvald qui m'attend avec un seul bébé dans les bras. Sigal s'y est blottie comme l'ange de miséricorde qu'elle est, et la chaleur de son tout petit corps est le seul réconfort que le froid intense qui environne mes pas consent à m'accorder. Elle est... elle est parfaite, à tous égards : parfaitement calme, parfaitement sage, parfaitement belle, parfaitement... parfaite. Ses grands yeux outremer sont fermés pour le moment et elle dort avec l'énergie obstinée des nouveaux-nés – l'une de ses mains minuscules a agrippé une de mes boucles blondes et elle s'y cramponne comme si c'était l'objet le plus précieux de l'univers, fronçant par moment son nez minuscule. Je lui ai volé son frère. J'ai privé ma propre fille de la joie de grandir choyée et protégée, entourée d'amour comme je l'ai été. Un tel égoïsme... La honte m'assaille, le remords m'étreint. Instinctivement, je resserre les bras autour de Sigal – elle m'est d'autant plus précieuse qu'elle est le seul de mes enfants à respirer encore, alors que je gravis les marches gelées qui mènent à la chambre où je sais que Sigvald m'attend.

Comment pourrai-je jamais lui avouer que j'ai tué son enfant ?

Comment...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Mar 6 Aoû - 9:57

Les temps sont durs, le futur est obscur, sombre. Tu ne peux t’empêcher de penser aux vivants, de les envier mais pourtant, en toi, dans les ténèbres de ton cœur mort, il reste quelque chose, une étincelle, une flamme. Ce monde mérite, que même mort, tu le protèges. Même mort, tu as des responsabilités et tu feras ce qu’il faut car c’est ainsi que tu as toujours agi. Ta sœur avant toi, le peuple avant toi, même si égoïstement, elle sera toujours prioritaire et ce, à jamais. Tu es mort mais pas impuissant, tu es mort mais tes sentiments, eux, ont survécu. Sa vie est la chose la plus précieuse qu’il te reste et tu endureras mille tourments pour elle, encore et encore.

Non…

Il n’y a pas qu’elle. Tu repenses aux quelques mots de Chimène. Tu es père. Il n’y a pas une personne à protéger mais deux. Ta mort leur servira, tu seras l’éternel veilleur. Si tel est ton destin que de voir défiler les générations futurs, alors tu l’accepteras comme d’autres l’ont fait avant toi.

Tu ignores tout de la tragédie qui s’est jouée, tu ignores tout de la souffrance de ta sœur, ton aimée. Tu ne peux te douter de ce qui te sera annoncé. Pour l’heure, tu utilises tes ressources pour sauver ceux qui peuvent encore l’être en attendant Svanhilde. Du moins, tu essaies, car ta patience est mise à rude épreuve.
Quel père serais-tu donc si tu n’étais pas impatient. Certes, tu souffres de n’avoir pas pu assister à cet événement mais malgré la douleur et la difficulté de la situation, tu feras face, comme toujours. Tu es père avant toute chose et tu assumeras ce rôle du mieux possible malgré ta mort. Ce n’est pas parce que l’on t’a privé de ta vie que tu ne peux apporter un peu de bien-être. Ta rancœur étouffera, ta peine changera. Tu sais la chose possible bien que rare puisque pour toi, la seule personne ayant été capable de pareille prouesse fut Svanhilde. Tu ne regrettes rien, aucun de tes actes, même les plus noirs car tu es honnête avec toi-même.

Pourtant, seras-tu seulement capable de faire face ? Tu le sauras bientôt.

La porte s’ouvre derrière toi alors que tu en regardais le bois, perdu dans un flot de pensées constant, aussi heureux que noirs. C’est Svanhilde, tu reconnaîtrais sa silhouette quoi qu’il arrive et dans ses bras, un enfant, votre enfant. Tu aimes cet enfant autant que sa mère. Par les Puissances, non, tu ne regrettes rien car nul sacrifice ne sera trop beau, trop grand pour elles. Mais dans les yeux de Svanhilde, dans son expression, sa posture, tu sens, tu sais, que quelque chose ne va pas. Il s’est passé quelque chose, tu la connais mieux que personne. Tu t’approches, tu oses à peine lever une main vers sa joue. Son contact te manque.

« Ma sœur… Mon aimée… »

Tu ne résistes pas à la tentation de la toucher. Fatalité… que ne donnerais-tu pas pour l’étreindre avec un corps vivant, l’embrasser, la chérir… pour réchauffer de ton corps le fruit de votre union, de votre amour.


Dernière édition par Sigvald Nightingale le Jeu 8 Aoû - 15:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Jeu 8 Aoû - 12:13

Je me fiche qu'il soit mort. Peu m'importe qu'il ne soit plus qu'un souvenir, qu'une idée, qu'un esprit : ici, dans l'Académie aux mille prodiges, il est tangible encore et je peux toujours me blottir contre lui, me réfugier dans ses bras, poser la tête sur son épaule. Comme lorsque nous étions enfants, lui l'aîné déjà si grave et si sage, et moi la cadette, insouciante et tumultueuse dans mes caprices. Le temps a passé, si vite finalement : une part de moi pleure sur les années envolées et la sérénité brisée de ces temps heureux. La vie d'adulte est tellement plus dure, blessante dans les aspérités tranchantes de sa cruauté, sanglante dans les tourments du deuil et de l'abandon.

Dans mes bras, Sigal s'agite. De ses yeux bleus, si intensément bleus comme seuls savent l'être ceux des bébés, elle contemple gravement le visage de son père, avec une fixité peu coutumière des nourrissons. De l'une de ses mains minuscules, elle attrape l'index de son père qui s'est approché de son visage, le serre, et s'endort avec la rapidité des tous-petits. En voyant cette menotte si parfaite cramponnée à la main de mon frère, le remords s'enroule à nouveau autour de moi, m'enserrant dans les filets brûlants de la culpabilité.

Me dégageant de son étreinte, je dépose sa fille dans ses bras. « Elle s'appelle Sigal. » Je recule de quelques pas. Qu'il ait le temps de la découvrir, de voir combien elle est belle, combien elle est parfaite, cette enfant à laquelle nos deux êtres ont insufflé la vie. Qu'il se présente à elle, qu'il puisse voir combien nous l'avons réussie, cette enfant si petite, si fragile, et déjà si importante, pour ma vie d'abord, et aussi pour celle de Nightingale, et d'Arven tout entier. Je suis libre maintenant de retourner au combat et d'achever la mission que je me suis donnée, que ma lignée m'a transmise, et dont mes ancêtres m'ont investie – ce sacrifice dont Sage m'a parlé et dont je ne soufflerai pas mot à Sigvald qui doit continuer de tout ignorer. Sage me l'a promis : il retrouvera la vie, mon trône et notre pays, pour élever notre fille et régner sur Nightingale – et moi, je ferai en sorte que cela soit possible.

Mais avant le combat, avant la fin de la lutte, j'ai des choses à avouer, et des excuses à présenter. J'ai sur les mains le sang de notre premier-né. Oh Sigvald, comment te le raconter ?

« Sigvald, ô mon frère. Mon aimé, c'est notre fille, et notre deuxième-née. Elle avait un frère. Un frère que j'ai tué. Je sais bien que jamais tu ne pourras me le pardonner. Je suis tellement, tellement désolée, Sigvald – le mal m'a dévorée et l'a contaminé, c'est de ma faute s'il est mort sans avoir respiré, je ne me le pardonnerai jamais. Je l'ai détruit, je l'ai brisé – mon aimé, si je pouvais tout refaire, tout recommencer, j'en paierais le prix sans hésiter. Sigvald, j'ai – ô Douce Mère – j'ai tué notre fils. »

Incapable de supporter son regard, je me détourne. Oh Sigred, mon tout-petit, pourras-tu, toi, pardonner à ta mère de t'avoir empoisonné ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Jeu 8 Aoû - 15:06

Svanhilde… Ta Svanhilde. Egoïste que tu es de la préférer au monde, à Arven et à Nightingale… À jamais dans ton cœur et dans tes pensées. Veilleur parmi les veilleurs. Tu la regardes attentivement, tu fixes votre enfant, votre bébé, votre chair et votre sang et tu ignores ô combien tout cela est terriblement vrai et incroyablement réel. Son corps contre le tien est une promesse de douleur mais une récompense également.
Et ton bébé te regarde aussi sûrement que tu le fais. Un regard tellement grave, tellement sûr. Par les Puissances… cet enfant vous ressemble tellement. Alors que par réflexe, tu avais approché ta main de cet être qui aura un jour vos traits partagés, ton bébé se saisit de ton index, s’y agrippant de sa main minuscule. Ton corps, étranger à ce monde, chargé de magie et des miracles de Dragonvale ne semble pas le moins du monde la gêner dans son doux sommeil si soudain. Pas même un bâillement n’est venu pour te prévenir que ta fille venait de te faire prisonnier de sa force tranquille et fragile.

Svanhilde te la confie, tu as presque peur de la blesser, de mal t’y prendre. Mais tes mains, tes bras trouvent rapidement la position à adopter. Tu es ému et son nom résonne comme une chanson à tes oreilles.

« Sigal… ma toute petite… mon trésor… »

Tu as deux raisons de poursuivre ta route, deux raisons majeurs de lutter contre chaque obstacle qui te fera face. Mais tu n’as pas oublié cette sensation trop familière de malaise, de tension, de quelque chose de lourds, d’empoissonnant. Ta sœur va mal, tu le ressens au plus profond de toi, tu la connais par cœur.
Elle se dégage de tes bras, te confiant votre enfant. C’est mauvais signe, tu avais vu juste, ressenti juste. Quelque chose ne va pas, tu le vois à présent aussi clairement que l’eau calme reflète telle un miroir.

Tu écoutes, c’est tout ce que tu peux faire. Instinctivement, tu ressers tes bras autour de votre enfant. Survivante… comme sa mère. Ton fils est mort… comme son père. Triste ironie, cruelle punition que les Puissances t’infligent là. Mais tu refuses de croire qu’elle a tué votre premier-né, votre premier enfant, votre fils. Quand même ce fut le cas, elle ne se fustigerait guère ainsi si l’acte avait été volontaire. Oui… ton cœur mort saigne mais ta sœur n’a pas à se blesser ainsi davantage. Oui, tu souffres de la perte de cet enfant inconnu, ce petit garçon que tu ne verras jamais grandir et les larmes te viendraient si tu n’avais pas ton aimée se jugeant si durement.

« Te pardonner ? Bien entendu que je te pardonne. Si je t’avais écouté à l’époque, je serais à tes côtés, vivant et tu n’aurais pas eu à vivre tout cela seule, tu n’aurais pas souffert autant. Mais ce qui est fait ne peut être brisé ma douce. Notre fils… il repose, je suppose dans notre demeure, où est sa place parmi nos ancêtres et sa famille. Vis pour notre fille, ce que je ne peux faire pour elle. Vis pour moi. Je veillerais à jamais tu le sais. Parle-moi, conte-moi ta douleur et je t’en supplie, ne m’épargne rien car autant que toi, je mérite d’être accusé. »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Ven 23 Aoû - 1:06

Mes lames ruissellent, silencieuses compagnes du chagrin qui me déchire, alors même que mon cœur s'allège ainsi réconforté par l'étreinte que je n'attendais plus, cette dernière caresse prompte à étouffer les soupirs. Un instant, nous restons silencieux tous les deux, ma tête contre son cou et son visage dans mes cheveux – juste quelques secondes, un fragment d'éternité, avant que le nourrisson dans nos bras ne remue doucement, accrochant sur nous ses doigts effilés. Et dans mon âme le tourment le dispute à la tendresse – jamais nous ne goûtons de parfaite allégresse, nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse. Sigal est un miracle que la perte de Sigred rend douloureux, retrouver Sigvald c'est risquer de le perdre encore. Libérer Arven, c'est risquer de l'offrir en pâture à un tyran bien plus immature et dangereux. Ô Destin, donne-moi la main...

Je voudrais que cet instant dure toujours. Entre la fille que la vie m'a donnée et le père qui pour elle va tout incarner, je me sens... bien. Entière. Apaisée. J'aimerais tellement que tout se passe bien, et que je retrouve enfin la douceur de cette romance, mais la voix de Sage au milieu de mes pensées saccage les leurres de mes espérances – lui comme moi savons très bien que le prochain combat sera également ma dernière danse. Un dernier éclat, un dernier coup du sort, et je m'en irai doucement vers l'oubli et la mort, en emportant avec moi s'il m'est donné le tyran qui a massacré les mages et violé la plus sacrée des libertés. Je sais aussi, dans ce flot partagé de pensées qui vont et viennent entre le Dragon et celle qu'il a choisie comme Écrin de son nom, combien sont illustrement nobles les deux lignées qui en Sigal se sont mêlées. Un secret, tu et gardé, qui jamais ne devrait être révélé, mais que je connais désormais. Une noblesse, une aristocrate grandeur, qu'avec une confuse détresse j'ai scellée en mon cœur. Et je me dis toujours qu’étant fille de Roi, tout autre qu’un monarque est indigne de moi.

Il l'est. Par le sang qui coule dans ses veines, je sais qu'il est l'homme dont je dois devenir la reine. Lui-même en ignore jusqu'à la rumeur, et je ne lui dirai rien pour lui éviter la peur, l'angoisse, la douleur. Sa magie est tout autant son héritage que j'étais née pour être mage – et la hauteur de sa lignée n'a d'égale que la grandeur de celle qu'à Sigal nous avons donnée. Un roi, un vrai, légitime et droit – un homme capable et juste, tout autant la glace que le froid. Mon roi. En lui j'ai placé ma confiance et ma foi – depuis toujours, c'est lui que j'ai choisi pour guider mes pas. Mes espoirs de femme, mes doutes de mère, mes rêves de reine, je les ai déposées dans ses mains. Je sais que le roi qu'il est saura les incarner et faire étinceler nos lendemains. Mais la peur me ronge, l'angoisse m'obsède, car après tout qui me dit que le jour ne viendra pas où la force de Sigvald ne cède ? Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes : ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Il devra être fort, il devra être grand, car moi je ne serai plus là pour guider mes gens. Il devra être celui qui apprendra la magie et Nightingale à notre fille – il sera celui qui devra faire en sorte que son étoile brille. Je l'aime trop pour l'abandonner aussi légèrement – et la séparation de lui à moi ne se fera pas aisément.

« Franchis à nouveau le voile et bats-toi, sois père et sois roi – pour Nightingale et pour Sigal je ne veux que toi. Les exemples vivants ont bien plus de pouvoir ; un prince dans un livre apprend mal son devoir. Apprends-lui à elle comme tu m'as tout appris à moi – sois le père dont elle a besoin, c'est toi que je choisis comme roi. »

Le reste, je ne le lui dirai pas, car je refuse de lui imposer l'effroi. Sage en moi me guide et me console dans ma détresse – à Sigvald je ne peux plus montrer aucune faiblesse. Il comprendrait à tant me connaître, et je me refuse à faire de lui un traître. Il avait promis à notre père de toujours me protéger, et il n'aurait de choix que de me laisser me sacrifier – qu'il garde son honneur et sa parole, je danserai seule cette farandole. Je regrette juste, au terme de ma vie, que mon choix doive me conduite à l'oubli. Avant cela m'importait peu et je n'avais pas peur – je ne préoccupais que peu des laides rumeurs. Mais aujourd'hui tout a changé et je veux que ma fille soit fière de moi – puisqu'elle ne saura de moi que ce qu'on lui racontera. Que dira-t-on un jour de Svanhilde Nightingale, qui saura que c'est elle qui pour Arven se sera coupé les ailes ? Ô combien d'actions, combien d'exploits célèbres sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Sam 24 Aoû - 1:51

Tu connais le cœur et l’âme de ta sœur… et si bien souvent tu parviens à savoir quand elle va mal, il y a de ces rares moments où tu ne parviens pas à comprendre, où tu ne parviens pas à lui faire dire que qui la préoccupe. Elle a tout d’une Reine. Tu l’as toujours su et c’était pour ça que tu avais bien volontiers laissé ta place.
Quelque chose la tourmente, quelque chose la préoccupe, tu le sens, tu le ressens, tu le sais. Pourquoi tu ne poses pas les questions qui te brûlent les lèvres, ces questions qui te hurlent d’être posées ? Si tu sais quand ta sœur n’est pas au mieux, tu sais tout aussi bien quand tu dois te taire et là, il le faut. Le temps viendra où elle t’en parlera, tu en es convaincu.

Tu ignores tout du drame qui se jouera, tu ignores tout de la nature du secret qu’a appris Svanhilde à ton sujet. Mieux vaut que tu l’ignores… Tu ne pourrais guère l’empêcher de faire ce qu’elle a prévu de faire. Tu ne pourrais d’ailleurs rien faire du secret qu’elle a appris. Cela te torturerait sans doute un peu plus encore.
Les ignorants sont bénis et dans le cas présent, c’est ce qu’il y a de plus véridique te concernant.

Calme, votre fille toujours dans tes bras, tu observes le visage de ta sœur, ton aimée et ton cœur se serre, il y a quelque chose, c’est évident et elle n’en dira rien, absolument rien. Son discours te le démontre. Son discours te fait mal à sa façon.

« J’aimerais tant pouvoir exaucer ton souhait. Mon cœur et mon âme ne désirent que cela. Être là, à vos côtés, être Roi, ton Roi, celui qui se trouvera à tes côtés pour Nightingale et son peuple. Vivre pour Sigal et toi serait mon vœu le plus cher. Malheureusement, si notre fille est un miracle, je doute que les Puissances m’accordent de fouler le sol à nouveau. Je veillerais sur vous, c’est une promesse que je fais sur ma non-vie. Si je faillis à vous protéger, si un jour je dois ne plus être capable de vous aider et bien que l’on m’abandonne au néant car c’est là tout ce que j’aurais mérité. »

Ces mots te déchirent tout entier, il n’y a pas plus cruelle que la vérité. Et tu es mort. Tu sais que cela ne veut pas dire la fin, Chimène te l’a bien montré. Elle veille sur les mages, sur Arven, s’inquiète tout autant que le peut un être humain de chair et de sang mais en dehors de Dragonvale, vous n’êtes que des ombres immatérielles… Cruelle vérité, cruel destin.

« Je te connais Svanhilde… Ton cœur et ton âme valent bien mille sacrifices et je les ferais. » Tu pourrais lui dire que tu sens que quelque chose ne va pas mais tu te tais, ne pas alourdir son cœur. Tu veux la voir sourire comme tu l’as toujours voulu. Tu n’as pas pu la protéger du monde, au moins peux-tu protéger ce qu’il reste à protéger. « Je sais que c’est douloureux pour toi mais je t’en prie, parle-moi de la naissance de Sigal, de celle de Sigred, de celui qui a accueilli nos enfants sur cette terre. » Cette question est dure à poser pour toi. Car de manière détournée, tu te fustiges de n’avoir pas été là, de n’avoir pas pu tenir ton rôle. Tu dois pourtant savoir.
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Mer 28 Aoû - 7:00

Je ne vais rien lui dire des secrets qui tourbillonnent autour de lui, rien lui révéler de la promesse que Sage m'a consentie. Il sera bien assez tôt pour qu'il le découvre une fois le moment de vérité venu – une fois que j'aurai mené ma bataille et ne serai plus. Je ne serai plus, non, envolée, libre, loin de ces chaînes qui me retiennent. Je ne serai plus pour lui qu'un écho du passé, avant qu'il ne me revienne. Mon prince est en chemin déjà – je ne sais pas comme il sera, mais je sais qu'il viendra demain. Mon prince est déjà en chemin. Je ne sais pas quel roi il deviendra, mais je sais déjà qu'il y mettra toute sa flamme, toute sa foi. Le monde que je quitte est empli de ces hommes prometteurs, de ces hommes droits, de ces hommes qui construiront l'avenir. Au fond de mes pensées, Sage m'apaise de son réconfort, nimbant de chaleur mes regrets de n'être bientôt rien de plus qu'un souvenir. Que dire à Sigvald, comment lui raconter que c'est Liam qui l'a accueilli dans ce monde et déposé dans le tombeau du père qu'il ne connaîtra jamais ? De mes regrets, de mon intense désespoir de l'avoir trahi, négligé et empoisonné ?

« Quand je suis arrivée à Shivering Soul, ils m'attendaient déjà. Liam y était venu de lui-même, et il avait amené Jodhaa. Je ne sais comment il l'a convaincue de le suivre au palais – mais il l'a fait, et c'est eux deux qui se sont occupés des bébés lorsqu'ils sont nés. Sigred d'abord, qui est parti avant même d'avoir respiré – pauvre innocent, victime du sort que j'ai moi-même invoqué. Quand tu es mort, et que la folie m'a emportée – quand tu es mort, et que la Rage du Sang m'a possédée. Elle l'a condamné avant même qu'il ne puisse exister... C'est grâce à Liam qu'ensuite Sigal est née. Puis il a emporté Sigred dans l'ombre de ta sépulture, et l'a déposé là, dans les ténèbres obscures. Pour qu'il repose auprès de toi. Que vous soyez enfouis là ensemble, prince et roi. »

J'ai du mal à soutenir le regard que mon frère pose sur moi, la solennelle curiosité au fond de ses prunelles. Oh, comme je regrette nos années de jeunesse, cette enfance si douce à Nightingale... Nos regards se croisent et j'y lis notre passé et tout l'amour que nous avons partagé, un peu – bien caché, mais là quand même, je le vois et je voyage dans ses yeux. Ai-je besoin d'une couronne sur ma tête, d'un trône où siéger, ai-je besoin d'un univers ? J'ai là tout ce qu'il me faut, j'ai là ma fille – j'ai là mon frère. Oh, comme je voudrais, intensément, que tout s'achève et que le prix soit payé... Qu'enfin, après avoir tout donné, tout sacrifié, on nous oublie et nous laisse en paix. Que mon royaume me soit rendu, que mes gens soit épargnés, que ma fille grandisse protégée et que mon frère règne. Que Nightingale retrouve sa noblesse, que notre nom redevienne glorieux et respecté, qu'enfin renaisse l'héritage trahi d'Ibélène.

« La mort n'est pas une fin en soi, Sigvald, sa Grâce l'Impératrice Chimène saurait te le conter – mon frère, mon aimé, écoute-moi : la mort ne t'a pas condamné. Tu n'es pas vaincu, tu n'es pas brisé. Le chemin ne fait que commencer. »

Je ne lui en dirai pas plus, je ne veux pas le perturber. Il saura bien un jour, il le saura tôt ou tard. Ô mon frère, Sigvald, mon bien-aimé... Il y a en toi tellement plus du roi que du bâtard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Mer 28 Aoû - 8:27

Faut-il vivre et endurer mille souffrances pour profiter de courts instants de bonheur et de plénitude ? Tu commençais sérieusement à le penser.
Si pour vivre ces instants avec Svanhilde et ton enfant, tu devais endurer mille tourments et bien tu subirais tous les déchaînements. Passer à nouveau ne serait-ce qu’une journée avec elles valait au moins cela. Si cette journée devait être la dernière, tu priais pour qu’on te laisse au moins prouver à ta sœur à quel point elle était importante à tes yeux, à quel point sans elle… sans votre fille, il n’y avait rien qui vaille la peine d’être vécu.

Hélas, tu ne peux laisser certaines questions en suspends. Qui a accueilli tes enfants, qui en ce monde dévasté est assez noble pour avoir apporté pareil soutien à Svanhilde ? Attentivement, tu l’écoutes, tu la laisses te conter cette nuit où elle a connu le chagrin et la rage.
Liam d’Outrevent, tu aurais dû t’en douter et ta dette envers lui est infinie. Qui mieux que lui, qui meilleur que lui pouvait accueillir tes enfants à ta place. Le soulagement mêlé à la tristesse de ne pas avoir pu faire ton devoir est amer.
Antique magie destructrice… béni soit Liam d’Outrevent de l’avoir délivrée de ses démons. En silence, tu adresses une prière au Destin, tu adresses une prière à qui t’entendras car plus que jamais, ta sœur a besoin de soutien.

Bien malgré toi, tu frissonnes. Ton enfant repose à tes côtés. Tu n’as pas froid, tu n’auras plus jamais froid… mais la réaction est viscérale. À jamais, tu devras te tenir éloigné de cette tombe qui est maintenant celle de ton enfant. Avant de veiller sur ton tout petit, tu as des vivants à protéger et à guider. Tu ne peux reposer en paix, tu ne peux disparaître et rejoindre vos ancêtres, il n’est pas temps. Svanhilde et Sigal sont tes liens avec ce monde.

Doucement, tu caresses la joue de ta fille et plonge ton regard dans celui de sa mère.

« Je paierai ma dette auprès de Liam, je ferais honneur à son acte. Que les Puissances m’en soient témoins, tout service qu’il me demandera lui sera accordé. »

De ta main libre, tu caresses la joue de ta sœur en souriant tristement.

« Je ne peux être vaincu, la seule chose qui pourrait encore me déchirer, ce serait ta perte et celle de notre enfant. Mais tu as raison, ce nouveau chemin ne fait que commencer. Je veillerais sur toi et sur notre enfant. Et si un jour, notre lignée n’a plus besoin de moi, je rejoindrais notre fils et nos ancêtres. Je veillerais sur vos vies dans la mort. »

Quoi de mieux ? Oh oui. Svanhilde te cache bien des choses, ce discours t’effraie cependant. Tu connais ta sœur, ton aimée, son entêtement à la tâche. Il y a derrière ces ferventes paroles quelque chose de trouble, quelque chose qui te pousse à l’étreindre de nouveau.

« J’aurais tant voulu te protéger de ce monde, de la douleur et du chagrin. T’offrir une vie paisible, rendre le peuple heureux à tes côtés, toi, Reine parmi les Reines. Rayonnante au milieu des neiges de Nightingale. Être à tes côtés aurait été ma plus grande joie. Tu seras Reine ma sœur, la plus belle et la plus valeureuse. Le peuple n’a jamais reconnu quelqu’un d’autre que toi. »
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Ven 30 Aoû - 13:40

S'il savait – s'il savait, oui, ce qui m'attend, s'il savait le destin que je me suis choisi. Mais il est mieux, pour lui comme pour moi, qu'il n'en sache rien et qu'il n'essaie pas de me retenir, qu'il ne tente pas d'empêcher ce dernier acte de foi. Tu dis que je serai Reine mon frère – je règnerai sur le royaume de l'oubli et des souvenirs, souveraine des tombés et des cœurs bien nés tombés pour acheter au prix de leur sang la liberté de leurs enfants. Je veux bien régner aussi sur ton cœur, un moment – puis tu devras toi aussi m'oublier, et penser un peu à ta propre existence. Sigvald, tu m'as déjà tant donné, ô mon frère, ô mon aimé – ô, mon Roi. J'ai tout de toi, toute la force de ton caractère, tout l'amour dont tu m'as nourrie depuis l'enfance, les sourires dans la profondeur de tes prunelles, chacun de tes rires, de tes caresses, de tes soupirs. J'ai même eu tout le poids de ta mort, l'angoisse de ton abandon, le vide de ton silence, ton absence et ma détresse, mais tu m'as tant donné en contrepartie... Tu m'as donné chaque minute de ta vie, chacune de tes pensées – chaque frémissement de ton âme, chacun des battements de ton cœur. Tu m'as donné tout ton être, sans rien attendre en retour, ô Sigvald – tu m'as donné tout ce que tu possédais, et moi j'ai décidé de tout te rendre. Chaque moment partagé, chaque regard échangé, chaque seconde de complicité, chaque étreinte, chaque promesse – j'ai tout pris, tout détruit, tout brisé en te laissant faucher par la mort. Je vais tout te rendre, tout te restituer – je t'appartiens, ô mon bien-aimé, quelle que soit l'issue de la dernière bataille qui approche.

Tu m'as tout donné.

Je t'appartiens désormais.

Pour l'éternité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   Ven 30 Aoû - 13:41



RP TERMINE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nul pardon pour cette trahison ☸ Sigvald et Svanhilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kollossale Propaganda!
» Trop d'émotion???
» Des repas pour cette semaine
» aide pour cette traduction
» Meilleurs Voeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: L'Académie :: Dortoirs et chambres-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche