Partagez | 
 

 Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Jeu 20 Sep - 15:28


Oui. Oui j’étais là. Les batailles de fleurs et d’épines, l’écarlate, le silence, les murmures, les rues froides et venteuses de Lorgol la Sombre. J’ai couru la neige et les couloirs du palais Impérial, me suis cachée dans l’embrasure de velours des fenêtres et ai écouté les plus solennel discours. En silence.
Vu les serments hypocrites, et celui, clair, sincère et puissant, de ma Duchesse. A vrai dire je ne m’attendais que peu à ce que le traitre Hjalmar, l’oncle même de Svanhilde, lui laisse ainsi la parole. Les murmures dans la foule qui se pressait autour du trône ne m’ont guère étonnée, mais si seulement j’avais pu les étouffer… Tous ces évènements me semblaient tellement lointains dans mon esprit, alors même que le destin d’Arven se jouait ici, dans cette salle, maintenant. Cette période de neige et de sang avait secoué le pays tout entier, et nulle fête, nul mariage, ne pourrait désormais effacer le Bal des Assassins, pas plus que les sombres dessins qui se précisaient désormais dans l’ombre. Alors pourquoi ne puis-je m’empêcher de me demander si ma place est-elle réellement ici, en cet instant précis … ?

Mais aujourd’hui vient un nouveau jour, meilleur peut-être ? Parmi toutes les femmes prétendantes au titre (usurpé) de Reine et Impératrice d’Arven, la douce et discrète Cyselle est la seule restée aujourd’hui. Devant nos yeux à tous, elle est couronnée, devant nos yeux, elle siège aux côtés du tyran satisfait. Il a choisi sa reine, son épouse, son bourreau… Car oui, Cyselle n’est certainement pas la douce et faible femme qu’elle prétend être et montrer au monde de la cour. Oui, elle joue bien son rôle. J’en ai la plus intime intuition, peut-être même conviction. Je ne connais que peu cette noble Lagrane, si belle, nymphée de sa lumière natale comme en ses jardins murs de fruits et de fleurs. Sa chevelure blonde la rend si diaphane et innocente… Un grondement me monte imperceptiblement dans la gorge : la soif de vengeance, la satisfaction de cette mascarade qui semble se profiler lentement, surement.

Le banquet est une implacable ironie. Devant moi je vois défiler Ducs et Duchesses, dont ceux hostiles au tyran se voient humiliés d’une des pires manières qu’il soit. Augustus les croit-il donc incivilisés au point de commettre l’idiotie de risquer son meurtre au beau milieu du palais Impérial, de ses serviteurs, de ses soldats ??! Des couverts en bois. C’est d’un ridicule… Je sens mes poings se serrer à voir ma Duchesse insultée de la sorte.

Au milieu du brouhaha qui prend place dans la pièce richement décorée pour l’occasion, je m’assoie à la place que je me vois assignée. Méridia n’est pas loin, et je lui adresse un signe de tête discret, qui se veut amical. Je ne connais toujours pas précisemment ses opinions sur Arven et son régime, et je ne peux me risquer à être très familière avec cette jeune mage… Le jour ou Dragonvale nous réunira, peut-être que je pourrais me risquer à lui en parler plus sérieusement.
J’entends mon familier qui couine légèrement ; Zibkine trépigne d’anxiété, posté au loin sur l’embrasure d’une haute fenêtre. Cher petit écureuil… toujours à t’inquiéter de ma sécurité. Et pourtant je suis censée être ici la « bienvenue » ainsi que d’être en « sûreté » parmi tous ces loyaux sujets du tyran… Je ne peux en effet m’empêcher de penser cette fiabilité fragile en ces lieux. Mais qu’importe.


Je regarde, de loin, les mines déconfites de ces si nobles invités. Au fond de moi, je prie pour que toutes ces dangereuses hypocrisies organisées cessent. Mon père n’est pas loin. Aliénor est près de lui, lui parlant discrètement à voix basse. Que donnerais-je pour pouvoir m’installer près d’eux et partager leur repas en riant et parlant de tout et de rien… comme au bon vieux temps. Ce temps qui semble si loin.
Mais on m’apporte déjà ma nourriture, et le bruit de l’argenterie qui tinte à mes oreilles me tire de mes doux souvenirs.
Toujours à rêver Solveig… Quand agiras-tu … ?
Revenir en haut Aller en bas
 PNJ • Je suis le Destin

avatar
Messages : 301
Je réside : Dans le coeur de chacun.
Mon allégeance va : A nulle autre que moi-même.

Registre
Âge du personnage: Eternelle.
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Jeu 20 Sep - 21:29


L'avènement d'une rose


Topic Général 2 - Banquet du Couronnement


TOUR 4
ne jamais oublier la Fatalité


Halte !

Tout se passe trop bien ici.

Regardez ces rebelles bien obéissants qui mangent dans des couverts de bois, ces amoureux qui acceptent d'être séparés sans broncher, ces magiciens qui se terrent sans broncher – qu'est-ce donc que ce dos courbé sous l'humiliation ? Foi de Fatalité, cela ne saurait être toléré !!

Regardez donc, enfants d'Arven : voyez Diamant s'en venir à travers la salle bondée, voleter de ci, de là, avant de se poser sur la tête de la jeune Solveig d'Ibelin. Est-il bien hardi, ce Familier d'Answald Vifazur, de sortir ainsi de l'Académie alors que ses portes massives se matérialisent dans la salle de réception ! Et que dire du fantôme de Chimène d'Arven qui descend paisiblement les marches de pierre qui se recouvrent d'un tapis rouge, saluant d'un air moqueur le tyran abasourdi, avant de se tourner vers la jeune héritière d'Ibelin ?

« Jeune Solveig, il est temps pour vous de rejoindre la place qui est la vôtre. Dragonvale vous attend, mon enfant. Rejoignez-nous. »

Dans la salle, un fracas de métal – Ingmar d'Ibelin a saisi le poignet de sa fille éberluée et l'entraîne à toute vitesse vers les portes monumentales de l'Académie. D'un coup, les langues se délient – les cris fusent, les convives parlent tous en même temps, les invités se lèvent et se bousculent, et le Roi semble aux prises avec le volatile agile qui a quitté la tête de Solveig pour s'en prendre à sa couronne et la faire choir sous la table, où elle roule hors de portée.

Le chaos se déchaîne, chères marionnettes – à vous de jouer...


Comment réagissez-vous à l'arrivée de Dragonvale ? Que faites-vous dans le chaos qui a envahi la salle ? L'Académie bloque la magie du Roi qui ne peut pas faire grand-chose à part s'époumoner pour faire intervenir la garde, et les magiciens présents dans l'Académie peuvent agir et assister à la scène. Vous avez jusqu'à lundii soir pour poster vos réactions en autant de messages que vous le souhaitez !

(Et cette fois on n'attendra plus personne !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Jeu 20 Sep - 21:51

Je vais le tuer.

Oui, là, tout de suite, maintenant – l'envie m'en brûle les entrailles, et la Rage de Sang bouillonne et tempête en moi, tant la cible de ma fureur est proche. Vais-je l'étrangler avec mon voile ? Lui enfoncer le talon de ma chaussure à travers la gorge ? Le poignarder avec les baleines de mon corset ? Ou bien tout simplement le massacrer à mains nues ? Hélas, parole est parole – point de meurtre jusqu'au lever du soleil. Je me contente donc d'enfoncer mes ongles férocement dans le poignet de Castiel de Sombreflamme alors qu'il me mène à table – pour découvrir que j'ai l'insigne privilège de siéger entre le tyran lui-même... et Liam d'Outrevent, qui émet des ondes de mécontentement fort inquiétantes. En face de moi ? Le même Castiel, bien évidemment.

Cette soirée va finir dans le sang.

Je le sais, je le sens.

Pour commencer, je refuse tout net d'avaler la moindre bouchée préparée par cette servante. Il ne sera pas dit que la duchesse de Nightingale s'est fait couper sa viande comme une enfant – je préfère m'en aller le ventre creux qu'avec cette humiliation sur le nom de mon duché. Un instant, je croise le regard de Castiel – et sa remarque narquoise est de trop. Je me saisis de la première arme à ma portée – la coupe de vin qu'un serviteur vient de placer dans ma main me semble un projectile convenable et je la projette hardiment au visage de mon vis-à-vis, avec la satisfaction infinie de voir les gouttelettes carmin dégouliner sur la blancheur éclatante de sa chemise. Je profite de son ébahissement pour saisir la saucière et lui faire prendre le même chemin – j'envisage de tester l'aérodynamisme de Liam lui-même pour faire d'une pierre deux coups, lorsque l'arrivée de Dragonvale me coupe dans mon élan.

Stupeur.

Une fraction d'éternité s'écoule.

Puis tout s'écroule.

Chimène d'Arven croise mon regard. C'est elle, j'en suis convaincue - si merveilleusement pareille à ses statues, notre souveraine fantômatique et pourtant présente. Un sourire, un signe de tête, puis son regard qui dérive vers les Saldenow – une fraction d'éternité, oui, et je comprends. A l'oreille de Liam, je murmure un « La Confrérie à l'Éclat », avant d'enfoncer violemment ma fourchette de bois dans la main d'Augustus pour le remercier de son hospitalité, puis de sauter sur la table et de courir à toutes jambes vers la petite Nereïa, ramassant au passage un couteau dans l'assiette de Gaëtane de Salvemont. D'un geste, je saisis l'enfant, plaque l'arme contre l'artère qui pulse sous la peau fine de sa gorge.

« Un geste, un seul, et l'enfant meurt ! Je n'hésiterai pas ! »

Plus personne ne bouge. D'un signe de tête, je fais signe à la jeune d'Ibelin d'entrer par le passage, avant de la suivre à mon tour, Nereïa toujours plaquée contre moi. Mettre l'enfant en sûreté, voilà tout ce qui compte – et tant pis si je dois la suivre et abandonner la Confrérie aux mains d'Enguerrand quelques temps. Pourvu que cet entêté d'Outrevent passe le message – sinon bientôt des assassins en colère arpenteront les rues d'Arven.

Alors que le portail se referme sur moi, la petite Saldenow toujours cramponnée à mon bras, je perçois deux choses seulement avant d'arriver avec elle dans la cour de l'Académie : le rire hystérique de Castiel de Sombreflamme inondé de vin et de sauce, et le visage crucifié de Denise Saldenow, si terriblement douloureux qu'il me poursuivra sûrement pendant des années.

Le portail s'est fermé.

Je me retourne, lâchant mon couteau inutile, la petite entre mes bras.

Dragonvale est là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Ven 21 Sep - 9:18

L'occasion parfaite.

En un mouvement je me lève, avec ce malheureux couteau en bois serré dans ma main. Deux gardes ont repéré ce brusque mouvement, mais ont certainement aussi suffisamment remarqué la fourchette que ma voisine a eu l'élégance de rendre à son propriétaire avant de se retirer. Personnellement, j'aimerais lui en donner un peu plus. Les histoires de mages ne sont pas mon affaire, ou du moins, je prendrais plus tard les informations qui m'intéressent. Actuellement, j'accorde ma pleine concentration à mon ennemi de toujours.

Une épée m'a choisie pour cible, je lève mon couteau et dévie la lame avant de me saisir du bras de son propriétaire, d'envoyer un puissant coup de pied dans le ventre du deuxième garde puis d'arracher l'épée des mains du premier pour me fournir une arme véritable, même si elle n'est pas encore décente. Je lui assène ensuite rapidement un violent coup de tête – tout en élégance, bien entendu, mais ne suis-je pas déjà considéré comme un barbare, pour qu'on me donne des couverts d'enfants et qu'on ne daigne offrir à ma sœur et son ancien fiancé qu'un seul couteau pour deux ? - avant de cibler de nouveau mon regard sur un homme qui se débat avec un vulgaire et petit oiseau.

Il a sorti son arme, mais rien ne m'arrêtera. Un autre garde vient me barrer la route. Nous croisons le fer un instant, je le désarme, l’assomme d'un coup de coude... Plus rien de vient s'interposer entre lui et moi.

J'attends ce jour depuis si longtemps...

La passe d'arme s'engage. Il a eu deux cents ans pour roder sa défense. Je ne peux me vanter d'en avoir eu autant, mais ma pire ennemie assassinée ne vient pas de resurgir devant mes yeux, je ne vient pas de me prendre une fourchette dans la main et je ne suis pas déconcentré par un petit éclair bleu qui tente de me voler ma couronne. Je suis à la fois parfaitement calme et totalement empli d'une rage froide et patiente. Je suis là pour prendre ma revanche.

Il ne me faut qu'une dizaine de coup pour le désarmer, un de plus pour lui glisser l'épée sous la gorge et le plaquer contre le mur. Nos yeux se rencontrent en cet instant, et les miens sont emplis de noires menaces.


« Vous avez vraiment cru un instant que me priver d'arme suffirait à me rendre inoffensif ? Mais je n'ai qu'une parole. Vous ne m'avez pas fait attaquer, je ne vous égorgerais donc pas maintenant. Quoi qu'il en soit, sachez que cet affront, ainsi que tout les autres ne resteront plus guère longtemps impunis. Profitez de ces derniers instants, Augustus, car vous n'avez que trop vécu, vous le savez aussi bien que moi. »

Sur ce, je m'éloigne légèrement avant de lui mettre une violente droite de ma main serrée sur le pommeau d'une épée impériale. Qu'on se le tienne pour dit, je ne suis plus lié à mon serment d'allégeance depuis qu'il ma déchu, et je ne resterais pas assis sans bouger pendant qu'on m'insulte de toutes les manières que l'on peux imaginer.

La garde est un peu abasourdie par ce qui vient de se passer, et il me faudra encore plusieurs fois croiser le fer pour sortir de la pièce. Mais une fois ce dur passage effectué, la foule m'avalera comme de coutume, et je disparaîtrais une fois de plus, laissant derrière moi une marque sur la joue de l'empereur qu'il aura quelque mal à effacer.

On se souviendra longtemps de ce couronnement, c'est certain.


Dernière édition par Liam d'Outrevent le Ven 21 Sep - 10:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Ven 21 Sep - 10:01

Finalement, elle n'est pas si rabat-joie que cela cette vieille dame. Bien au contraire, elle parle de ses aventures avec ses voisins de table, glissant de temps en temps une plaisanterie pour égayer son récit. Et il me semble même par instant que c'est à moi qu'elle s'adresse par ces légers clins d'oeil. Au moins, elle n'a pas cet air lugubre qu'arborent la plupart des invités ! Nest-ce pas sensé être là un banquet de mariage ? À voir ces visages fermés, j'ai plutôt l'impression d'assister à un enterrement. Non, je vous assure ! Ne serait-ce que les deux à notre gauche. La dame a beau parler de fatigue, elle a surtout l'air désespéré. Heureusement que l'homme en face de nous est plus jovial ! Lui au moins, il rit, il boit, il plaisante. C'est tout de même plus agréable !

Quelques services passent, voyant les plats se succéder, tous plus appêtissants et tentateurs les uns que les autres. J'ai bien fait de manger avant. Sinon, nul doute que les protestations de mon ventre s'entendraient dans toute la salle ! Quel gâchis tout de même que certains ne mangent pas. Notamment les grandes huiles là bas. Il n'y en a qu'un qui semble satisfait d'être là. Je trouverais qu'il remonte le niveau si je n'en avais pas déjà entendu parler plusieurs fois et en de biens mauvais termes.

Ramenant mon attention à la doyenne de l'assemblée qui me réclame, je n'ai que le temps d'entendre un hoquet de stupeur avant de lever les yeux et d'en étouffer un à mon tour.
Comment croire ce que je vois ? Ce bâtiment colossal et magnifique qui flotte dans les airs à quelques pas au dessus de nous... L'enfant que je suis encore s'émerveille de ce prodige. Serait-ce cette académie de magie qui fait tant parler d'elle ? C'est impossible, ce n'est qu'une légende, une histoire de vieille femme, racontée au coin du feu. Il n'y a plus de mages, plus d'école ! Impossible. Et pourtant...

De là sort un petit oiseau qui s'en vient voleter dans les cheveux d'une demoiselle de la petite noblesse. L'idée me vient qu'il a l'air profondément satisfait de lui-même mais c'est ridicule. Un oiseau ne ressent pas de telles choses.
Derrière lui, une femme. Ou ce qui y ressemble. Car elle n'a pas grand chose à voir avec une femme, cette impressionnante apparition à la pâleur intense. Serait-elle... morte ? Un fantôme ? Impossible ! Ou peut-être devrais-je arrêter d'utiliser ce mot...

Mes yeux en reviennent au petit volatile qui piaille gaiement dans toute la pièce. Est-ce qu'il se rend compte de la pagaille qu'il sème autour de lui ? Oh, il n'est pas le seul me direz-vous. Je pense notamment à cette duchesse qui se permet de marcher à même la table ! À sa vue, mes lèvres s'arrondissent en un "O" incrédule. Piétiner ainsi la nappe blanche ! Pense-t-elle une seconde aux blanchisseuses qui vont devoir en ôter les traces de ses semelles ? Ne pouvait-elle pas faire son coup d'éclat à terre ? Maudits nobles...

Je ne crois pas avoir vu un jour un chaos pareil. C'est cent fois pire que la criée au poisson le mardi à Port-Bravoure ! Pire même que la foire aux bœufs de Hacheclaire ! À dire vrai, je ne sais plus vraiment où regarder dans tout cela. L'apparition fantomatique ? Le bâtiment dans les airs ? La duchesse blonde ? Ou cette autre dame brune à l'air horrifié tandis que son enfant lui est arrachée ?

Aussi improbable que cela paraisse, et je suis sans doute la seule à faire ce choix étrange, c'est le petit oiseau que je suis de yeux tandis qu'il vole vers l'empereur pour venir se cogner à sa couronne. Que croyait-il ? Qu'il pourrait la soulever avec ses petites forces et l'emmener ? Quel beau coup d'éclat ce serait que de la prendre...

Une brusque inspiration me saisit tandis que je vois le précieux symbole rouler à terre dans l'indifférence la plus totale. Prétextant d'aller aider le duc fou, dont le somptueux vêtement est maintenant complètement tâché, je m'éloigne de ma place pour m'approcher du bout de la table. Et, prenant garde à ce que nul regard ne se tourne vers moi, j'abaisse mes jupons discrètement, cachant la superbe couronne aux regards. M'inclinant en une profonde révérence devant le duc souillé, je profite de son inattention pour passer ma cheville dans le creux de mon larcin et la fixer prestement à ma jaretelle.

Le regard le plus humble possible, je tends au noble homme un mouchoir de baptiste pour essuyer le surplus de liquide coulant le long de sa chemise, avant de m'en retourner vers dame Ermengarde, le cœur battant et le visage le plus neutre possible, n'osant pas moi même croire à ce que je viens d'oser faire.

Et puis finalement, c'est un timide demi sourire que je m'autorise. S'ils savaient, ces mâles orgueilleux, quelle richesse se cache aujourd'hui sous mon jupon !
Et surtout, si seulement Answald savait...
Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 99

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Ven 21 Sep - 10:50

* Diamant ?

Où es-tu donc passé ? Tu devrais abandonner. Pour me doubler après le coup d’hier, il va falloir t'accrocher ! Allons, inutile de le prendre comme ça, tu sais bien que tu n'aurais jamais pu voler ce collier, de toute façon. Il était caché dans un tiroir, tu l'aurais ouvert comment, hein ?

Allez, s'il te plaît, répond moi.. Ça fait des heures que je te cherche, où t'es tu donc caché ? Essayes-tu de me doubler, de réussir à faire mieux que moi ? Je sais que tu es doué, c'est pas la peine de faire ta tête de mule et de me rapporter je ne sais quel bijou de pacotille ! *

Je parcours les couloirs de l'académie, sillonne les jardins suspendus, m'infiltre dans des dortoirs interdis, me glisse discrètement dans les cuisines.. Je ne le trouve nulle part, je ne ressens même plus sa présence que de manière très lointaine. Je commences à m'inquiéter, lui est-il arrivé quelque chose ?

Je suis sur une plate-forme faite des branches et de fleurs mouvantes reliant deux tours lorsque je ressens l'arrivée imminente d'un saut. Le ciel change, l'horizon se fond dans une brume de magie, une cité émerge de nulle part. Une cité faites de centaines - que dis-je - de milliers de tours qui se dressent vers les cieux. Une cité que je n'ai vu jusque là que dans les livres. Nous sommes à Lorgol, et plus précisément, au dessus, à l'emplacement du grand palais blanc qui orne le centre de toutes ces tours aux reflets changeants.

Je cours vers l'entrée principale.

C'est le chaos. Deux femmes et une jeune fille sont en train d'entrer, Chimène d'Arven marche au milieu de la foule des vivants, en dehors de l'Académie, Augustus a été frappé au visage par un homme qui s'enfuit déjà... Les gens crient et chahutent dans le plus joyeux chaos...

C'est alors que je l'aperçois. Diamant. Il volette parmi la foule. Notre lien se rétabli immédiatement alors qu'il m'envoie, fiers de lui, l'image d'un de ses récents exploits : Il vient de faire chuter la couronne de la tête du souverain. Je regarde la table, et c'est alors que je me fige, bouche bée. Elle est là. Perle. Elle se relève. Elle vient de prendre la couronne. Je souris, estomaqué. Je meurs d'envie de lui parler. Que fait-elle là, à Lorgol, parmi ces nobles, comment va-t-elle... Quand à ses affaires et ses activités, ce que je viens de voir me laisse à penser qu'elle n'a guère diminué ses prétentions. Mais surtout, surtout, j'ai tant de choses à lui dire, sur mon départ, sur nous.. Tant d'excuses à lui faire... Je reste pourtant là, incapable de parler ni de bouger, à la regarder sans rien pouvoir faire...

Mais déjà, les portes se referment. Diamant rejoins mon épaule. Tout s'efface. L'académie effectue un nouveau saut. Nous sommes désormais loin.. Si loin d'elle... Quand la reverrais-je à nouveau ? Quand aurais-je l'occasion de lui parler ? Quand pourrais-je lui dire tout ces secrets qui ont tissés ma vie depuis que le vent de magie a soufflé sur Dragonvale ?

Je n'ai rien compris à ce qui s'est passé dans tout ce chaos, mais une chose est sûre lorsque je tourne enfin la tête : trois nouvelles mages viennent à présent de nous rejoindre, en une seule fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Ven 21 Sep - 13:16


Seigneur, ai-je rêvé ? Et est-ce que je rêve encore ?? Dragonvale, sous mes yeux, l’Académie, magnifique, scintillante, toute dans sa splendeur originelle des temps anciens de la Magie. Tout s’est passé si vite que je n’ai eu guère le temps de voir un éclair bleu au-dessus de ma tête et le visage de mon père, ahuri mais déterminé. Et Chimène. Chimène d’Arven. Puis-je oublier un jour ce visage transparent, transcendant ? Elle m’a touchée au plus profond de mon être avec quelques mots, seulement quelques-uns. Elle a dit mon nom, et celui de Dragonvale. Et j’ai compris. Mon cœur a explosé d’un seul coup, et je me souviens encore du déferlement de bonheur, d’excitation et de peur qui a soulevé tout mon être. Et puis un grand vacarme, une main chaude et empressée qui me tire de toutes ses forces vers les immenses battants de l’Académie. Svanhilde me suit, mais je ne fais que l’apercevoir. Zibkine avait sauté de son perchoir et me rejoignait à toute vitesse, ne laissant voir aux invités abasourdis qu’un fulgurant éclair roux sur le sol marbré de la salle.

Tout s’efface derrière moi, et je réalise enfin ce que cela veut dire. Lorgol. Lorgol la Sombre est derrière moi. Ses tours, ses ruelles si dangereuses, ses chambres d’auberges confortables et ses fêtes, ses marchés et ses nobles excentriques… Une petite boule de chagrin me monte à la gorge. J’ai vécu un temps ici. Ce n’était pas chez moi, mais je commençais à l’apprivoiser, cette ville tissée de mensonges et de faux-semblants. Il n’y a pas d’Ombre sans Lumière. Et celle de Lorgol était son dynamisme, ses ruines ancestrales teintées de Magie et d’émotion, les amis qu’on retrouve, les connaissances que l’on y fait… Le luxe du palais Impérial, la nostalgie de la pluie en automne, celle de la neige en hiver.

Oui, tout cela est désormais derrière moi.

Mais quand je détourne les yeux du brouillard qui s’épaissit devant la ville aux Mille Tours pour les lever sur l’immense statue de Dragon qui surplombe la pièce où je me retrouve à présent, je ne regrette plus rien. Quelle splendeur…

Mais je ne suis pas seule. Svanhilde reprend son souffle à quelques mètres de moi, une jeune enfant, douce petite fille, entre ses bras protecteurs. Qui est-elle, cette fillette à l’air apeuré …? Un jeune homme ébahi nous fait face également. L’oiseau bleu que j’ai à peine aperçu quelques instants plus tôt le rejoint, étrangement… Un Familier. L’homme a l’air méfiant, et je suis encore un peu essoufflée, je ne peux encore rien dire. Mes yeux se posent sur son visage. Qui est-il ? La curiosité m’assaille, et il doit me prendre pour une folle vue la façon dont je le fixe… Je m’assoie au pied de la statue, respire profondément. Mes mains tremblent encore.

Zibkine couine du haut de la statue. Je lui souris, et il descend agilement, galopant sur les écailles scintillantes de la statue de ce majestueux dragon.
Je me relève. Il est temps de faire face à la fatalité, à mon destin. Je n’ai pu faire mes adieux à personne… Seul un regard échangé avec mon père, un soupir vers Lisbeth, Aliénor, Méridia, un seul. Mais ici, il y a d’autres personnes, d’autres choses à découvrir, une nouvelle vie à commencer. Et c’est à partir d’aujourd’hui que j’avance sur le chemin qui m’a été destiné.

Un scintillement dans l’espace. Quatre personnes face à face. Une Académie. Dragonvale. Un silence, brisé.

Cette statue est impressionnante et magnifique. Cette Académie entière l’est.

…Qui es-tu, mage, toi qui en connais déjà les couloirs capricieux ?

Revenir en haut Aller en bas
 Admin ♥ Adorable Psychopathe

avatar
Messages : 474
Je réside : à Euphoria
Mon occupation est : roi de Sombreciel et régent de Nightingale
Mon allégeance va : à moi-même

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages: Louis, Octavius, Bérénice
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 22 Sep - 1:23

    Tu n'as pas le temps de réagir, pas le temps de ciller, que le vin de la coupe que vient de prendre Svanhilde entre ses doigts est désormais sur ton visage, sur ses habits clairs, et que la stupéfaction prend place à la table d'honneur. Tu as le réflexe de lever le bras pour te protéger de la saucière qui vole vers ton visage, t'éclaboussant de son liquide brûlant. Ce qui devrait s'échapper de ta gorge est un cri de rage, mais tu ne réussis qu'à étouffer un rire, alors que Gaetane s'éloigne avec un cri de surprise de toi. Qui pourrait croire qu'en une telle occasion, deux ducs se retrouveraient ainsi à agir comme des enfants et des manants ? Svanhilde ne vaut pas mieux, dans cette attitude, qu'une vulgaire enfant d'Ansemer. Tu sens le vin dégouliner sur ton front, de tes cheveux et de la couronne ducale, et ton sourire ne fait que s'élargir. Carnassier. « C'est tout ce que vous savez faire, duchesse ? » Ta question se perd dans la cohue lorsqu'une apparition fait son entrée et que Svanhilde saute sur la table. Ton attention est déjà détournée de la duchesse de Nightingale. Tu es tout absorbé par la vision de la défunte Chimène d'Arven et de son sourire moqueur.

    Tu as peur.

    Tu as peur de ce rugissement qui monte dans ta poitrine. Un rugissement de rage que tu étouffes dans un rire cette fois hystérique, mauvais, affreux. Un rire qui accompagne les pas de Svanhilde lorsque celle-ci, désormais en possession de l'enfant de Dolph et Denise, passe les portes fantomatiques apparues dans la salle de banquet. Un rire qui accompagnera sûrement la jeune d'Ibelin qui l'a rejointe, ce jeune homme dont l'oiseau est venu agacer votre souverain, Liam d'Outrevent qui se bat en duel contre Augustus. Un rire qui n'a rien de naturel, qui se brise en sanglots étranges. Les larmes qui coulent sur tes joues passent pour celles du rire, mais en vérité, c'est la peur qui te noue le ventre. Lève-toi, Castiel. Tu restes obstinément assis. Rejoins-les avant qu'il soit trop tard. Il est trop tard. Les portes disparaissent, se ferment sur la silhouette de Svanhilde, et ton rire est encore vif quand une jeune domestique vient te présenter un mouchoir pour que tu puisses éponger ton visage marbré de vin et de larmes. Tu le passes sur ton visage et baisses les yeux sur tes vêtements tachés. Un long soupir. Le blanc est si difficile à détacher, tu crois bien que tu vas devoir te départir de ce bel habit.
    Tu penses à des futilités pour ne pas penser à cette attirance qui t'a prise, à cette peur qui t'a submergé, à ce rire nerveux, hystérique, qui t'a secoué.
    Tu remercies la jeune fille d'un mouvement de la tête et tu te relèves de ton siège. Les nobles quittent la salle en pagaille et toi, tu regardes ceux qui restent et qui sont tétanisés par ce qu'ils ont vu. Étrangement, c'est Césaire qui accourt avec en main une serviette épaisse pour que tu finisses de te nettoyer sommairement, le temps de retourner à tes appartements. Prêt à tout, ce domestique. Tu tournes ton beau visage vers Cyselle et lui adresses un mince sourire. « On ne peut pas dire que ce banquet de couronnement a manqué d'action, ma Reine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Admin ♥ Pirate des tempêtes

avatar
Messages : 319
Je réside : sur l'Audacia
Mon occupation est : pirate sur l'Audacia
Mon allégeance va : à Philippe et Raphaël Jedidiah, à Allister Ralj et à Liam d'Outrevent

Registre
Âge du personnage: 27 ans
Titres:
Autres visages: Castiel de Sombreflamme & Octavius Sang-dArgent & Bérénice du Nénuphar-des-Lys
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 22 Sep - 1:52

    Tu restes surpris quand Lisbeth prend le couteau de ta main pour couper sa propre volaille, une portion minuscule qui ne pourrait même pas te servir d'entrée. Tu la dévisages sans mot dire et avises qu'elle n'a pas plus de couteau que son frère. Choix délibéré ou erreur des domestiques ? Tu ne sais pas vraiment. Tu sais seulement que la main de ta fiancée a frôlé la tienne et que cela a fait naître un frisson ridicule sur ta peau. Tu entreprends de manger ta propre assiette en détournant le regard de la jeune femme à tes côtés, te concentrant sur le goût des aliments et sur le silence de la salle. Quelques conversations, certes, quelques murmures éparpillés, mais aucune joie. Aucun plaisir. Tu as bien fait de te vêtir de noir comme si tu portais le deuil : l'atmosphère est la même. Tu tournes la tête et regardes Denise, qui te sourit machinalement. Tu n'oses même pas répondre. L'heure n'est pas aux sourires, après tout. Tu manges distraitement une bouchée et lorsque celle-ci est avalée, difficilement et à l'aide d'une généreuse gorgée de vin, tu te penches à l'oreille de Lisbeth pour murmurer : « Je dois te parler après le banquet. » Tu as décidé de lui dire. Que ton coeur est aux rebelles, et que peu importe sa pensée à ce sujet, elle aurait à vivre avec cela, en plus de ton caractère irascible. Cette horrible mascarade de ce soir t'a convaincu.

    Un fracas détourne ton attention de Lisbeth, tu es si proche d'elle que tu peux sentir le parfum léger de ses cheveux et que probablement que vos voisins pensent que tu lui susurres des mots doux à l'oreille, et tu fixes sans comprendre la duchesse de Nightingale lancer son vin au visage de Castiel de Sombreflamme, puis une saucière qu'il empêche seulement de rejoindre son visage. Quoi ? Ce n'est pourtant que le premier événement d'une enfilade à laquelle tu ne comprends à peu près rien. Entre les portes qui se matérialisent dans la salle de banquet, Liam qui croise le fer avec l'Empereur et la duchesse qui court sur la table pour s'emparer de Nereïa... Tu es un des premiers à te lever et tu sors ton sabre, prêt à trancher la main à cette dame qui ose toucher à l'enfant de Denise, mais sa menace t'empêche de mettre celle de ton regard à exécution. Le couteau sous la gorge de Nereïa, cette gorge blanche et innocente, fragile. Elle est si rapide, si vive, qu'à peine une seconde plus tard elle entraîne la gamine vers elle entre les portes ouvertes de cette Académie dont on t'a parlé dans les contes, dans les légendes. Tu as vu cette jeune fille brune avec laquelle tu as devisé sur le dos de l'Empereur au Bal du Solstice également passer les portes, mais tout ce à quoi tu penses, c'est à Nereïa. Au visage mortifié de Denise. Aux rugissements de Dolph et de Chart, qui se sont levés comme un seul homme. Aux cris des nobles qui s'enfuient, paniqués, effrayés par cette magie. Au bruit du fer, à Liam qui ferraille contre Augustus avant de disparaître. À Lisbeth, qui te pousse en partant à toutes jambes de la table d'honneur, puis de la salle de banquet. Tu ranges ton sabre et te lances à sa suite. « LISBETH ! » Ton appel est chargé d'inquiétude et tu tentes de te frayer un chemin dans la masse des courtisans affolés et c'est finalement ton frère qui t'arrête, totalement paniqué. « Où vas-tu ? » Tu ne sais pas quoi répondre. Tu t'arrêtes et le temps que tu fixes Laurent, tu as perdu de vu les boucles sombres de l'Outreventoise. Tu écartes ton cadet sans répondre, jouant des coudes pour quitter la salle.
    Tu dois la rattraper.


Dernière édition par Louis de Brunante le Jeu 27 Sep - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Membre du chapitre ♥ Le chouchou des admins

avatar
Messages : 1265
Je réside : à l'hôtel particulier des de Brunante à Port-Liberté.
Mon occupation est : conseillère auprès de Raphaël Jedidiah
Mon allégeance va : à Raphaël Jedidiah ainsi qu'à Liam.

Registre
Âge du personnage: 28 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 22 Sep - 2:25

Chaos.

Il n'y a d'autre mot pour décrire qui se passe en cette si noble assemblée. Mais étrangement, l'amorce de tout cela m'arrache un sentiment de satisfaction tant ma déréliction est profonde. Sentiment bien vite balayé par un flot d'émotions incontrôlables et amplifiées par l'incompréhension qui m'envahit.

Colère et refus, pour Louis qui se penche vers moi. Non, je ne veux pas qu'il me parle. Je ne veux rien qui le concerne et surtout pas me retrouver seule avec lui à laisser à mes sens une possibilité de s'emballer encore. Je refuse de le voir, d'être avec lui. Ma résignation est formelle, encouragée par les circonstances. Il n'en trouvera pas moins porte close à ma chambre, à mon coeur et mes pensées. Je ne serais pour lui qu'une épouse de parade, ainsi que je l'ai décidé. Et il est hors de question que mon incapacité à contrôler le trouble envahissant que m'évoque sa présence change quoi que ce soit à ma décision.

Émerveillement et terreur devant Dragonvale la magnifique. Dragonvale qui vient arborer fièrement toute sa superbe au nez de l'usurpateur et dont sors mon impératrice, celle qui jamais n'aurais du périr de telle indigne manière. Bien heureuse soit ma crainte que l'académie soit venue à moi, cette crainte qui me fige sur place. Au moins m'aura-t-elle évité de plier inconsciemment le genou devant l'apparition fantomatique, révélant ma véritable allégeance au vu et su de tous.

Stupéfaction puis fureur.
Pour Svanhilde qui, de quelques gestes a déclenché en ces lieux une bonne part de la pagaille qui s'installe. Une part de moi rirait presque de l'affront qu'elle vient d'adresser à ses voisins si le couteau qu'elle est venue placer sous la gorge blanche de ma filleule de m'avait pas rendue livide. Que font-ils tous à ne pas agir ? Comment peuvent-ils laisser telle chose se produire ? Je voudrais monter à mon tour sur la table, défier Svanhilde pour reprendre ma chère petite. Mais je ne suis rien pour elle. Ou du moins, pas en ces lieux plein d'yeux aux aguets. Impuissance, une nouvelle fois. Et son air apeuré me brise le coeur plus surement que les insultes faites à Liam.

Liam. Je ne le vois pas même défier l'empereur en duel que je suis déjà partie, comme nombre de nobles qui n'ont pas souhaité rester trop près de l'extraordinaire apparition. Mon départ n'est qu'un parmi tant d'autres mais en mon âme, il a l reflet d'une fuite. Ce n'est pas ce banquet ridicule que je fui. C'est cette ville maudite, c'est ce duché, même. Cette capitale de faux-semblants et de tromperies.
Et je suis lasse de tout cela. J'ai besoin de vérité, de sincérité, d'intégrité. Ces jeux de cours, pour autant que j'y sois rodée, m'usent et me fatiguent toujours plus. L'image de duchesse héritière parfaitement maîtresse d'elle-même et courtoise, ce masque que j'arbore au quotidien me blesse, étouffant ma spontanéité et mes véritables sentiments en m’enchaînant à mes obligations. Et cette voix qui me le rappelle en criant simplement mon prénom. C'est lui aussi que je veux fuir, en même temps que tout le reste. C'est lui et ce sont tous les affronts, toutes les insultes à notre nom que je n'ai pu décrier.

Je ne serais jamais maîtresse de ma vie. Au moins puis-je m'offrir la liberté des quelques jours à venir en allant me retrancher en Outrevent.

Les couloirs vides du palais sont seuls à entendre le bruit précipité de mes pas tandis que je m'élance vers l'écurie. Outrevent a bien assez de chevaux en ces stalles pour que je puisse partir immédiatement. Dans une heure je serais loin.


_________________
Liberté
Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre, sang, papier ou cendre, j’écris ton nom. Sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois, j’écris ton nom.
Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis née pour te connaître, pour te nommer. Liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 22 Sep - 9:53

Un instant je m'imagine que le cruel équilibre qui règne sur ce banquet restera tel quel. Que les rebelles enchaînés se tairont face au loup victorieux. Que roi, reine, pions et fous resterons de marbre face à cet équilibre parfait. Cruel et parfait. A l'image du reflet que croise une gente dame dans son miroir. A l'image de la glace qui emprisonne le cœur du tyran. A l'image du regard de Svanhilde Nightingale, la grâce d'un cygne, toute arme ôtée. Enchaînée. Oui, in instant je m'imagine que tous resterons figés, à subir. Que l'espace de quelques heures, les chiens respecteraient les loups. Un moment ce fut le cas. Privés de leurs armes, les rebelles ne représentaient guère plus de danger que des brebis face au loup qui les a enchaînés. Courbettes et sourires, mensonges et faux semblants. Équilibre. La brise avant l'orage. Le souffle avant le trépas. Le calme avant la tempête. L'harmonie, qui précède le chaos. Un chaos sans nom. Tout d'abord, des portes immenses et majestueuses qui se dessinent dans la salle de banquet, laissant échapper un geai bleu survolant l'assemblé, semblant la narguer de ses ailes, de sa liberté. L'animal survole les têtes aux visages ébahis, se pose sur l'une d'elle, semblant s'amuser des chaînes des invités. Mon regard va des portes massives qui viennent de se matérialiser devant nous à hardi animal. Puis, semblant sortir d'un rêve, une silhouette spectrale descend avec grâce les escaliers de marbres, qui se recouvrent d'un tapis rouge. Rouge de gloire, rouge de sang. Hardie, fière et magnifique, telle sont les mots qui me passent par l'esprit en apercevant la silhouette fantomatique. Ni ombre ni lumière. Juste une éclat de grâce, dans un corps spectral. Qu'est-ce donc ? Un rêve ? Peut-être bien. Une chose est sûre, elle est trop ombre pour être femme. Mais trop lumière pour être fantôme. A moins que ? Et elle s'exprime, d'une voix aussi douce que le chant d'un cygne. Plus claire encore que le plus travaillé des instruments. Elle prononce un mot. Mot de légende et de rêves. Signe d'espoir et de guerres, de légendes lointaines et à venir. Un mot, Dragonvale. Une seconde s'écoule. Une ultime seconde de calme et de silence. Un dernière instant d'harmonie. Unique. Déjà lointain. Puis, le chaos.

Lancé par Svanhilde Nightingale qui s'élance. Telle un félin. Par tous les Dieux, comment ont-ils pu penser que ces stupides couverts de bois l’empêcherait d'agir ? Insaisissable, elle enfonce sa fourchette dans la main de l'empereur avant de se lever. Attrapant la petite Nereïa, la gardant contre elle, un couteau plaqué contre sa gorge. Impitoyable de violence et de rapidité. Alors que l'héritière d'Ibelin s'enfonce dans le passage, elle lance un ultime regard à la foule. Silencieuse et immobile, pendue à ses gestes. Avant de disparaitre. Vers Dragonvale. La légendaire. Oubliée l'harmonie. Lointain est l'équilibre. Le jeu se réveille enfin, les fous se déplacent, les cavaliers attaquent. Au milieu du chaos où tous visent l'échec et mat. Liam d'Outrevent s'est levé, s'emparant de l'épée d'un soldat avant de défier l'empereur. Du regard, de l'épée, et des mots. Fier face à l'usurpateur. Les armes se croisent, les masques tombent. Mages et rebelles se révèlent aux yeux du beau monde.

D’instinct, j'attrape un couteau, laissé sur une table par une noble ayant fuit le chaos. Les masques tombent, un à un. Aujourd'hui plus de mensonges. Bas les masques, je pion se révèle être un fou. La servante silencieuse laisse place à la rebelle que je suis vraiment. Un groupe de soldats tentent d'arrêter la fuite de Liam, et comme guidée par mon identité retrouvée, je lance le couteau d'argent. Couvert devenu arme, allant se ficher dans le dos de l'un des fidèles du tyran. Geste précis, discret, fruit de nombreux entrainements au sein de la guilde des rebelles. Cris, pleurs, stupeurs et fuites. Armes, sang et trahisons.La fête n'est plus qu'une guerre. Le couronnement se teinte de sang, harmonie devenue chaos.
Revenir en haut Aller en bas
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Mar 25 Sep - 18:01

Tu tentais de t’habituer à cette nouvelle vie, sans ta sœur vivant au-dessus de ta tête, sans cet espoir que tu pourrais peut-être la voir apparaître. Tu tentais de nouer des liens d’amitiés avec tous ces gens que tu ne connaissais pas, ou si peu, autour de toi. Tu n’avais pas parlé à Gaetane depuis si longtemps. Tu espérais de tout cœur qu’elle allait bien. Qu’aucune catastrophe ne lui était tombée sur la tête. Que tout finirait par s’améliorer pour elle, et qu’elle pourrait retrouver le sourire. Car tu sais que, comme toi, lorsque tu as été enfermée et qu’elle est restée auprès d’Augustus, elle l’a perdu, le sourire. Tu espères que sa situation ne s’est pas empirée. Et qu’à défaut d’apprécier le tyran, elle le tolère. Elle n’a pas le choix, tu en es bien consciente, mais à quelque part, tu aimes imaginer qu’elle a une vie qui ressemble un peu à celle dont elle rêvait lorsque vous étiez plus jeunes. Tu sais que toi, cette vie, tu ne l’as pas eu. Tu aurais peut-être pu l’avoir si tu t’étais finalement mariée comme prévu à Arthur, si ta magie ne s’était pas dévoilée. Tu savais qu’il aurait pris soin de toi et que, même si vous ne filiez pas le grand amour, ça aurait été un beau mariage. Bien plus beau que ceux que tu voyais autour de toi, ceux dont tu entendais parler. Ceux dont tu voyais les deux promis se regarder comme deux étrangers, ce qu’ils étaient très souvent. Toi, au moins, tu avais appris à connaître ton fiancé, et même à l’apprécier. Enfin, ton ex-fiancé. Tu as cru comprendre que tu en avais un autre désormais, même si tu n’es pas convaincue que ce mariage tienne encore maintenant que ta magie a été révélée au grand jour.

Tu étais proche de la porte principale à lire un livre, ton alouette voletant proche de toi. Tu avais toujours hésité à lui donner un nom, à t’attacher à lui. Tout ce que tu appréciais finissait par t’être enlevé. Ta vie. Ta dignité, que par miracle tu avais réussi à sauver en t’enfuyant à Dragonvale. Ta sœur, ta pauvre sœur que tu aimais tant et que tu ne voyais jamais. Et puis ton familier, cette alouette que tu prenais goût à voir proche de toi, qui semblait toujours être là pour toi. Tu savais qu’un jour ou l’autre, le nom viendrait. Mais pour le moment, elle n’en avait pas, et tu ne faisais qu’apprécier en silence sa présence, si rassurante en ces temps incertains où tu tentais de t’apprivoiser à ton nouvel environnement. Tu saluais les gens que tu voyais avec un faible sourire et un timide mouvement de la main. Puis, tu te replongeais dans ton livre, de nouveau dans ta bulle solitaire. Et tu te surprenais parfois à rêver aux vies que toi et Gaetane aspiriez lorsque vous étiez adolescentes. Tu es bien loin d’y être. Ta sœur aussi. Pourtant, l’une comme l’autre, vous devrez apprendre à vous y faire. Tu sais que la chanceuse, là-dedans, c’est toi. Peut-être pas lorsque tu étais enfermée, mais désormais en sécurité à Dragonvale, tu ne pouvais pas te plaindre. Les gens, pour une fois, étaient réellement gentils avec toi et tu ne voyais pas comment tu aurais pu mieux tomber.

Ta tranquillité est rapidement bouleversée. Tout change autour de toi, et tu es si choquée que tu ne saurais même pas le décrire. Tout ce que tu sais, c’est que soudainement, tu n’es plus seule, et que sous tes yeux, à la porte principale, c’est le chaos. Tu recules précipitamment, te doutant qu’il est mieux pour toi de rester à Dragonvale. Tu observes la scène rapidement, tentant de comprendre, tentant d’analyser. Des gens. Des cris. Le tyran – ce que tu peux le détester. Une femme couronnée à ses côtés, femme que tu ne connais pas du tout. Tu te réjouis silencieusement de ta sœur qui a échappé à ce mariage qui ne lui apporterait que du malheur. En tant que petite sœur, pour son mari, tu en étais rendue au point « tout mais pas lui. » Et tout serait moins pire qu’être mariée à Augustus, tu en étais convaincue. Tu continues d’observer, en spectatrice que tu es, te réfugiant dans l’ombre. Puis tu la vois. Ta sœur. Gaetane. Toujours aussi pâle, mais vivante. Les yeux vides, les yeux froids qui s’illuminent lorsqu’ils te voient. Tu es figée. Figée sous l’émotion, figée tellement tu es heureuse qu’elle se soit évitée cet affreux mariage, figée sous l’effet de l’émotion. Ça faisait tellement longtemps. Tu avais tant de choses à lui dire. Vous aviez tellement de temps à rattraper. Tu fais un pas en avant, puis deux. Tu lèves la main vers elle… Et les portes se referment. Le moment est passé, et tu te retrouves désormais en compagnie de deux femmes et d’une petite fille terrifiée. Mais toi, tu ne penses qu’à ta sœur, de l’autre côté et probablement déjà loin. Ta sœur, vivante, mais pas plus heureuse qu’avant. Ta sœur qui n’est plus qu’une coquille vide. Ta sœur.
Revenir en haut Aller en bas
 Je dirige tout.

avatar
Messages : 650

Registre
Âge du personnage: Âge de votre personnage
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Jeu 27 Sep - 12:40


L'avènement d'une rose


Topic Général 2 - Banquet du Couronnement


TOUR 5
derniers affrontemens


La confusion est à son comble. La panique gagne les invités. Certains d'entre eux ont déjà quitté la salle, tels Louis de Brunante et Lisbeth d'Outrevent. D'autres demeurent sur place, figés. Les évènements se sont bousculés en quelques minutes à peine et personne ne sait plus où donner de la tête. Pas même les gardes, tiraillés, ne sachant qui poursuivre. Liam d'Outrevent s'enfuit dans les couloirs avec l'aide d'Agnès Longuaiguille qui vient de dévoiler sa couverture. Et Solveig d'Ibelin, mage reconnue par l'académie, monte lentement les marches apparues devant elle. Mais avant qu'ils n'aient pu agir, Svanhilde Nightingale s'est enfuie, emmenant avec elle la jeune Nereïa Saldenow, sous les larmes de Denise et la colère de Chart et Dolph. Et que dire du fantôme d'Eimaren, l'impératrice assassinée, qui est apparu à tous ?

Trop tard.

Déjà les portes de l'académie sont closes et elle commence à retourner dans les brumes, laissant pour seul souvenir à Answald Vifazur et Gabrielle de Salvemont ce bien court instant où ils ont pu revoir ceux qui leur sont chers.L'empereur est emmené dans ses appartements pour y être soigné de la blessure à la main. Et tandis qu'un escadron de la garde impériale se précipite - tardivement - à la recherche du chef des rebelles, un autre avance vers Ingmar d'Ibelin qui est aussitôt emprisonné pour complicité et dissimulation d'une mage.

Il n'est guère que Perle Clairargent et Castiel de Sombreflamme pour trouver encore des raisons de se réjouir de ce couronnement. Il est certain que l'on oubliera pas de sitôt l'avènement de la Reine Cyselle d'Arven.


Dernier tour de l'intrigue ! Aiderez-vous Liam d'Outrevent dans sa fuite ? Ou bien préférerez-vous chercher la couronne impériale, subitement disparue ? Vous avez jusqu'à dimanche soir - et pas plus tard - pour poster vos ultimes messages de réaction, avant que le sujet ne soit clôturé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Invité


Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 29 Sep - 15:15

Désespoir. Honte, indignation. Je suis envahie par les sentiments les plus meurtriers. J'ai mal, tellement mal. Je souffre à un tel point que j'ai envie d'hurler. Dolph me dit que je n'ai vraiment pas l'air d'aller bien. Et je ne vais pas bien, je n'ai qu'une envie c'est crier mon indignation, crier ma rage. Mais je me tais et je serre les mâchoires. Je me tais parce que je n'ai pas le droit de venir semer le chaos dans ce parfait mensonge. Je me tais et je subis. J'observe Nereïa et vois le visage de son vrai père entre les lignes. Magnifique enfant que j'ai du mal à regarder en face. J'ai beau t'aimer plus que de raison tu me rappelles combien ma vie est un échec, et cela s'annonce être de pire en pire. Je ne comprends plus rien, tout est flou, tout est sombre.

Mais c'était sans compter sur Svanhilde. Elle n'a pas tenu, elle n'a pas supporté. Elle s'est jeté sur Augustus, elle a fait n'importe quoi. J'ai vu la stupéfaction dans les visages sans même pouvoir réagir. Dragonvale est là. Qu'importe, rien ne sera plus pareil maintenant. Je sens une larme couler sur ma joue dans cette agitation je n'ai plus assez de force pour me retenir. J'ai envie de vomir et de crier encore plus. J'ai envie d'hurler, mais au final, aucun son ne sort de ma bouche. Mais si, si, il en sort un. Un grand cri, long et douloureux, lorsque je ne sens plus Nereïa près de moi. Tout fonctionne au ralenti, tout fait mal ici. Je regarde aux alentours et la cherche du regard, les yeux embués. Je vois la magnifique Svanhilde trôner ma fille sous le bras, je vois son cou déformé par un couteau. Et je vois la déesse blonde se laisser invincible grâce à ma fille. Ma fille. Dans les bras d'une tueuse. Ma fille. Ma fille que je n'ai pas su protéger. Je n'arrive pas à parler, je pleure trop. Mes larmes se versent à une telle vitesse que je ne respire plus. J'aimerais bouger, empêcher tout ça, mais je n'en ai pas la force. Je n'ai plus la force de rien. Je me lève, et tend le bras, le visage tordu vers ma fille qui s'éloigne peu à peu. Je la regarde impuissante et je crie. Maintenant je crie. Je crie en fixant les yeux de ma fille. Je lui crie NON !!! à cette déesse des lames. Je crie ma douleur. J'ai perdu mes deux amours. Mais c'est trop tard. La porte se referme.

Plus rien n'a d'importance, plus rien n'a d'importance. Je fixe mon amant, droit dans les yeux, mon mari à mes côtés. Je le regarde, pleine de haine, d'amour et de peur. Je le fixe et lui attrape la main. Sans un regard vers mon mari, aucun. Qu'il soit là ou pas m'importe peu. Qu'il s'indigne du fait que sa nièce ait été enlevée ne me fait ni chaud ni froid. Je fixe mon amour, mon plus beau cadeau, je le regarde, et devant la population restante je lui dis à haute voix, serrant sa main. Ramène là, je t'ordonne de la ramener. Ramène ma fille, et partons. Partons. N'épouse pas cette pauvre femme, et laissons enfin la... Mais je n'ai pas le temps de finir ma phrase. Chart m'a lâché le bras et a réussi à détourner l'attention de Dolph. Ce qu'il a entendu ou non, je n'en ai aucune idée. Mais je n'en ai rien à faire. Je suis effondrée. Il a eu raison, je le sais. Mais c'est trop dur, cette vie de mensonge. Je vais exploser, je ne le supporte plus. Je pleure, pleure plus que jamais. Je vois le voile de brume à la place des portes de l'académie dans laquelle est désormais ma fille. Je ne vois pas Lisbeth, ni Liam. Je ne vois plus rien et je ne sais plus quoi faire.

Seule. Entièrement seule. Je suis plus seule que jamais et Dolph va penser que j'ai craqué. Il va désormais se poser mille et une questions et sûrement douter de moi. Par ma faute, je perds tout. Je n'ai plus rien. Plus rien du tout. Mais que peut-il arriver de pire ? Je suis tellement faible, tellement inutile. Je regarde Dolph et tombe au sol. Augustus n'est déjà plus là, Dolph m'attrape sous le bras et me relève. Il est en rage, ça se lit dans ses yeux, est-ce contre moi ? A vrai dire... Je pense qu'il a peur, avant tout. Il peut lire dans mes yeux que la peur a pris le dessus sur ma raison. Je n'arrive pas à bouger. Sans un bruit je reste là, et je fixe la porte absente. Je fixe et me remémore la chevelure blonde de Svanhilde ma fille dans les bras. Je pleure encore plus et je ne tiens pas debout sans l'aide de mon mari. Je fixe une dernière fois cet endroit avant d'être amenée dans mes appartements afin de digérer tout ça. Et dans un dernier souffle, une dernière force je murmure... Prends soin d'elle, je t'en supplie. Mais Dolph essaie de m'apaiser, de me calmer. Il a toujours été là, bien que je ne veuille pas de lui. Il a toujours aimé Nereïa, bien qu'elle ne soit pas sa fille. Dolph est bon, mais ce n'est pas lui que je veux. Ce n'est pas de lui dont j'ai besoin.
Si quelqu'un m'entendait parler, on penserait que je m'adresse directement à celle qui a osé enfoncé un objet dans la main du Roi. Mais qu'en ai-je à faire ? Je parle bien à cette femme. Celle qui a volé mon enfant. Parce qu'elle a volé la seule chose qui puisse me rendre fière. Elle a volé mon âme. Elle m'a tout pris. Alors je lui parle, et je me fiche de ce que je risque. Gêné, mon mari me porte avec l'aide de je-ne-sais-qui, et m'oblige à me taire.

Me taire. Encore me taire. Mais je refuse, je n'en peux plus. J'en ai marre. Je déteste ça, je déteste tout ça. Chart m'a abandonnée, Nereïa m'a été volée. Je veux parler mais mes forces me quittent, je suis épuisée. Dans une dernière larme je jure que désormais je ne me tairai plus. Qu'importe les risques, sans Nereïa, je n'ai rien à perdre. Je ne m'écraserai plus face à temps de mépris et de mensonges.

Revenir en haut Aller en bas
 

avatar
Messages : 99

Registre
Âge du personnage: 23 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 29 Sep - 16:02

Sous le grand dragon figé dans l’entrée, nous accueillons les trois femmes d’âges si disparates qui viennent de franchir nos portes.

Je reste figé, incapable de dévier mon regard des lourds battants de bois qui viennent de se refermer sur un chaos innommable dont je n’ai plus l’habitude, mais surtout sur une vision bien particulière. Perle. Perle est à Lorgol. Elle ne m’a pas vu. Je n’ai pas pu lui parler… Combien de temps me faudra-t-il avant qu’une occasion comme celle-ci vienne à nouveau se présenter. Je ferme les yeux, dépités.

Avant de les rouvrir et d’attarder mon regard sur les nouvelles. L’une d’elle est très jeune, elle semble totalement déboussolée, perdue. Elle pleure. L’une d’elle est calme, elle vient de lâcher un couteau de table qu’elle semble avoir utilisé comme arme. Elle a l’air à la fois inquiète pour ceux qu’elle a laissé derrière elle et soulagée d’être ici. De son regard et sa posture se dégagent une grande confiance en elle, une ferme assurance et un clair sang-froid. Enfin, la dernière a l’air plus perdue, un peu essoufflée, déstabilisée de savoir que ces quelques pas l’ont tant éloigné de ces gens qu’elle a laissée derrière elle. Pourtant, dans ses yeux se lit l’émerveillement devant le grand dragon du hall, devant la magnifique architecture de l’Académie. Elle tremble, ses yeux curieux se posent partout. Se posent sur moi. Nous échangeons un long regard dont j’ignore vraiment le sens. Elle me semble… Si déboussolée.

Le silence s’installe. En mon fort intérieur, une étrange sensation m’assaille. J’ai l’impression profonde que l’académie elle-même accueille les nouveaux arrivants bien plus forts que de coutume. Une vague de magie me traverse. Me met mal à l’aise. Soudain, une évidence se présente à mes sens. Elle se réveille. L’académie de magie de Dragonvale se réveille, après deux cent ans d’hibernation. Et son éveil est lent. Il a commencé il y a bientôt un an, et il n’est pas terminé. A mesure que les mages se rassemblent, sa force renaît, les dragons s’approchent de l’éveil… L’académie, comme la magie qui coule dans nos veines, est vivante et presciente. Un frisson parcoure mon échine.

La jeune et curieuse mage brise alors le silence, admirant la statue, l’académie… Me posant une question. Un instant déstabilisé, j’avoue que je ne m’attendais même pas à cette question tant j’étais perdu dans mes pensées, tant j’avais l’impression d’être spectateur au point de ne plus penser être là. Sa question révèle d’une certaine force. Peu de gens tournent la page si facilement à l’entrée dans Dragonvale. Elle a dû abandonner les siens pour longtemps, et soit elle n’en ai pas pleinement consciente, soit elle parvient à passer outre pour se concentrer sur l’avenir.


« Je me nommes Answald Vifazur. Je suis comme vous, une âme éloignée du monde pour apprendre à vivre en harmonie avec la magie. Bienvenue à Dragonvale. J’espère que vous vous plairez en ces lieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

avatar
Messages : 1991
Je réside : Ni vraiment ici, ni totalement ailleurs...

Registre
Âge du personnage: 24 ans
Titres:
Autres visages: Mélusine de Séverac ☼ Freyja de Brunante ☼ Lotte-Louison de la Volte ☼ Soprane Harpelige ¤ Chimène d'Arven
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Sam 29 Sep - 16:32

Elle est là.

Sombre Mère, elle est là.

Mes sens me trahissent – la tête me tourne. Au plus profond de moi, mon sang chante son allégresse, alors que je sens la lente pulsation de la magie environnante s'aligner sur le rythme de mon cœur troublé. Elle est là, oui – cette magie qui dort en moi depuis des semaines, cette force légendaire de ceux de ma lignée. « Les Nightingale appartiennent à Dragonvale », je n'avais jamais réellement compris le sens de cet adage avant cet instant – avant cette seconde où, posant le pied dans les jardins de l'Académie, j'ai senti une part de mon esprit dont je n'avais jamais eu conscience auparavant se remettre en place dans un imperceptible soupir. Je suis d'ici, oh oui – je lui appartiens, corps et âme, et inconsciemment je sens qu'elle agrée mon arrivée. Arius n'est pas là pour partager avec moi ce moment de bonheur – mais je sais qu'il me rejoindra dès qu'il le pourra, ou qu'il attendra, patiemment, que je retourne vers lui.

A mes côtés, je sens la détresse de Nereïa Saldenow – elle n'a que sept ans, après tout. Que peut-elle comprendre à tout ce non-sens ? Doucement, je m'agenouille face à elle, essuyant la trace des larmes sur ses joues. Elle est brave, oui, je ne peux lui ôter cela – courageuse, et droite, à l'image de ses parents.

« Chère enfant, ne pleurez pas. Ce n'est point pour vous blesser que je vous ai entraînée ici, mais bien plutôt pour vous protéger. Je regrette d'avoir eu à vous séparer de votre mère, mais je n'avais d'autre choix – je ne voulais pas que se porte sur vous l'attention du roi. »

Un instant, je la serre contre moi, brièvement – elle n'est pas mon enfant et je ne saurais lui imposer des privautés qu'elle ne souhaiterait pas. Néanmoins, j'ai pris sur moi la responsabilité de son destin en l'entraînant à ma suite, aussi suis-je bien déterminée à veiller sur elle. Même si, bientôt, un autre enfant aura ma priorité – dans une demi-année au plus tard, mon bébé sera né, et je devrai lui consacrer mon existence. Ô Sombre Mère, que cette perspective m'effraie...

« Solveig, auriez-vous la gentillesse de veiller ce soir sur mademoiselle Saldenow ? Je vais avoir, je le crains, beaucoup à faire ces jours prochains. Après tout, c'est la première fois en deux siècles que Dragonvale accueille un Nightingale entre ses murs... »

Au creux de moi, une étrange chaleur se répand. Est-ce la magie qui baigne mon enfant, la Rage du Sang, le souvenir de son père ? Je n'en sais rien, mais j'aurai le temps de le découvrir, maintenant que je suis enfin arrivée dans ce lieu auquel de tous temps j'ai été destinée. Menant toujours Nereïa qui s'est agrippée à ma main, je remonte le chemin vers l'Académie – il est temps, à présent, de me consacrer un peu à la magie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonvale.forumactif.org
 

avatar
Messages : 378
Je réside : à la tour des Rebelles.
Mon allégeance va : à Arven !

Registre
Âge du personnage: 29 ans
Titres:
Autres visages:
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   Dim 30 Sep - 5:05

J’ignore si j’ai bien fait, si frapper l’empereur fut la meilleure idée qui soit… Mais cela m’a fait un bien fou. Et je n’ai pas pu m’en empêcher. Après ce qu’il a fait à Arven, après ce qu’il a fait à ma sœur, après qu’il m’ait encore une fois ridiculisé… Non. Cela fait du bien, même si je ne m’approche pas du chemin de la paix. Mais je n’en ai que faire. Je ne désire pas la paix. Pas avec lui. Je désire sa chute, si ce n’est sa mort.

La porte. Je dois atteindre la porte. Mon arme n’est pas de trop pour me frayer un chemin parmi les invités et les gardes. J’avance lentement, d’autant qu’il me faut surveiller mes arrières. Quelques hommes viennent à mon secours, des Rebelles affirmés venus là pour ma protection, sous couvert de celle offerte par le souverain. J’espère ardemment que mon action inconsidérée ne va pas pousser des infiltrés à se dévoiler.

Des gardes approchent de moi par l’arrière. Je me retourne, prêt à me battre, quand l’un d’eux s’effondre sur le sol. Je découvre alors un couteau d’argent planté dans son dos. Je lève le regard. Je vois plusieurs personnes susceptibles d’avoir accomplis ce geste, notamment Agnès ou Chart, même si ce dernier a l'air occupé ailleurs, et je prie intérieurement pour que personne n’ai vu le lanceur, même si avec tout ce monde, malgré le chaos, le geste a du difficilement passer inaperçu. J’assomme l’un des gardes tandis qu’un autre Rebelle vient me rejoindre et se charge du second. Un Instant, j’attends de voir si je dois prendre une nouvelle personne dans mon escorte, puis je continue. Bientôt, nous parvenons aux couloirs, et je maudis les quelques taches de sang qui tâchent nos vêtements et nous empêche clairement de passer inaperçus. J’enlève une épaisseur au niveau de mon haut. Ce sera toujours plus discret, même s’il me reste une tâche de sang au niveau du genou et une sur l’une de mes chaussures.

En attendant que mes compagnons en ai fait autant, je tente d’assimiler ce qu’il vient de se passer. Je ne sais même pas qui a franchi la porte. J’ai vu Svanhilde partir avec Nereia, mais c’est à peu près tout. Si j’ignorais que la jeune fille fut une mage, cela ne m’étonne guère de la duchesse de Nightingale. Et surtout, je me demande où est Lisbeth, je ne l’ai pas vu pendant ma fuite. A-t-elle franchi cette porte ? A-t-elle rejoins les mages ? Je n’ai pas eu le temps de lui dire au revoir. Une autre chose accapare enfin mon attention « La Confrérie a l’éclat. » De quel éclat parlait-elle ? Pourquoi me dirait-elle cela si je ne sais pas ce qu’est éclat… Je dois réfléchir… Elle vient de partir, laissant derrière elle ceux qu’elle connaissait sans pouvoir leur dire au revoir. Peut-être dénommait-elle son successeur ? La Confrérie à l’éclat. A l’Éclat ? Je ne connais pas leurs noms de codes, ni la véritable signification de cette phrase, mais une chose est sûre, je la transmettrais aux assassins. Je ne les tiens pas particulièrement dans mon cœur, mais s’il s’agit là d’un indice, ils m’éclaireront, et s’il s’agit là d’un testament, il est important qu’ils l’aient avant que ces tueurs ne règlent ça dans un bain de sang.

Je regarde autour de moi. Tout le monde est prêt. Il faut désormais sortir d’ici. Rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #3 - Topic Général 2 ¤ Banquet du Couronnement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragonvale :: Palais de Chimène :: Ancienne salle du trône-


Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Son caractère

Chapitre I.
Histoire
Chapitre II.
Test RP
Chapitre III. Ses liens
Exigences



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Ses traits de caractère

Chapitre I.
Son caractère
Chapitre II.
Son histoire
Chapitre III.
Son test RP
Chapitre IV. Ses liens
Le joueur



Avatar (c)
Identité
J'ai vu le jour le .
J'ai ans.
Je viens .
Mon allégeance va .
Je suis .

Animal ¤

Pouvoir ¤


Traits de caractère

Liens
Je recherche